• Originaire des régions méditerranéennes , elle est reconnue pour ses vertus dès l'Antiquité et connaît un grand succès en France au XIXe siècle. Avec ce légume-racine moins conventionnel qu'on ne le pense, voyez la cuisine en rose

    la betterave

    Valeur nutritionnelle pour : 100 g 

     Betterave crue :  43 kcal       Eau :  87,6 g         Lipides :  0,2 g .

    Glucides :   9,6 g          Protéines :  1,6 g               Fibres  :  2,8 g .

    Cuivre :  0,1 mg                Magnésium :  23 mg           Manganèse  :  0,3 mg .

    Potassium :  325 mg        Vitamine B9 :  109 µg                Vitamine C : 4,9 mg .

    Elle séduit en cuisine 

    Trois grandes familles de betteraves sont aujourd'hui cultivées ; la " fourragère ", destinée à l'alimentation animale ; la "sucrière " utilisée pour la fabrication de sucre , d'alcool ou de carburant; et enfin la "potagère " . Seule cette dernière est cuisinée . Si on l'imagine généralement ronde et charnue , de couleur rouge sombre , sa gamme variétale est en fait très étendue , tant au niveau des couleurs - qui vont du rose à l'orangé en passant par le blanc - que des tailles - allant de 10 à 20 cm de longueur  et de 7 à10 cm de diamètre - et des forment qui peuvent être longues, aplaties ou encore cylindriques .

    Couleurs variées 

    Parmi les variétés de type rond , "Détroit" , "Grenade"," reine noire sucrée ", "Boro", "Kestel" , "Red Ace" et " Rhonda" sont les plus courante , "Crapaudine , Ovale ou "Forono" , allongée sont recherchées pour leur saveur . Variété américaine ancienne " Burpees Golden "affiche une chair d'une rare couleur jaune et se distingue par sa saveur fine, rustique, ce légume se récolte bien ferme , en prenant soin de ne pas abimer la racine . Faites durer la saison même après les premières gelées en conservant les betteraves , ressuyées et débarrassées de leurs feuilles pour les stocker dans une cave ou en silo . En cuisine , elle peut s'utiliser crue . Zestée à l'économe , bien nettoyée sous un filet d'eau , puis râpée , taillée en bâtonnets ou en dès , savourez-la telle quelle , juste arrosée d'une goutte de citron ou de vinaigre balsamique . Dans des salades composées ou en carpaccio , quartiers de pommes , poires, noix, noisettes ou amandes exalteront son croquant et son goût légèrement acidulé . Ses fanes , un peu sucrées peuvent agrémenter les crudités 

    saveur douce 

    Cuite , elle se révèle plus tendre , plus douce , suave mais toujours de caractère . Il est possible de la faire cuire , lavée mais non épluchée , pochée à l'eau , à la vapeur ou en papillote , au four à 180 ° C (th6) . Comptez 1 h 30 environ . Ne la piquez pas pour juger de sa cuisson , cela risque de la décolorer . Elle se conserve 2 jours au réfrigérateur . Osez-la en bortsch , une soupe russe qui s'accompagne généralement de crème fraîche , de raifort, de cornichons et de pain noir . En julienne , la betterave entourera un filet de truite ou une anguille en gelée . En purée , elle sera délicieuse  avec une blanquette de saumon . Enfin , poêlée en rondelles avec des oignons ou en chutney , elle sera parfaite sur un rôti de porc, un ragoût d'agneau ou du gibier . (Source : Rustica )


    3 commentaires
  • Valeur nutritionnelle pour  100 g 

    Figue fraîche :  68,8 kcal          Eau : 81,8 g        Protéines : 1,3 g     

    Glucides :  13,4 g               Lipides : 0,3 g           Sucres : 12,3 g       

    Fibres : 2,3 g                  Calcium  : 38 mg           Magnésium :  15 mg     

    Potassium :  200 mg            Manganèse : 0,1 mg        Vitamines B6 :  0,08mg

    Un parfum d'éden 

    Juteuse et tendre , ronde  ou oblongue , elle est une véritable fête des sens . On s'en régale ,nature ou dans des recettes odorantes que Louis XIV aurait aimées, lui qui fit planter une figueraie de 700 arbres à Versailles .

    La figue

    Mythique comme la vigne 

    Le figuier (ficus carica ), fructifie sur les rameaux de l'année , les figues se forment au printemps et, selon la variété , elles peuvent donner deux récoltes . Les sujets unifères ne fructifient qu'à l'automne  , les bifères donnent une récolte supplémentaire en juillet . L'une des figues les plus renommées et la "Bourjassotte noire" , ou figue de Solliès - ville du Var surnommée "capitale de la figue " . On peut encore citer la rustique " Brown Turkey ", l'allongée " Grise de Saint-Jean ", la moelleuse "Dauphine ", ou "Noire de Caromb" , au goût très prononcé . Les figues dites " blanches ", qui sont en réalité crème , dorée ou vert pâle , on une chair rouge sucrée . Elles répondent entre autres , aux doux noms de "Blanquette" (petite taille) , "Dalmatie " (de plus gros calibre) ou "Goutte d'or " un peu musquée)  .

    La figue

    Fruit expressif 

    Cultivé depuis des millénaires , le figuier est un arbuste robuste , opulent , très ornemental grâce à son grand feuillage découpé , d'un vert brillant foncé . Il peut atteindre 3 à 5 m de hauteur et occuper une imposante surface au sol .Peu exigeant malgré ses besoins en eau réguliers , il peut produire très longtemps .On le croit uniquement méditerranéen ,mais il s'épanouit sur le littoral Atlantique , dans le Nord  le centre et l'Est de la France , à condition d'être abrité du froid . 

    Délice d'automne 

    Cueillez soigneusement les figues une par une ,à maturité , quand elles sont souples mais pas molles . Le pédoncule doit être intact et bien attaché .Une gouttelette blanche se formant à la base du fruit est un gage de fraîcheur . Attention , protégez vos bras et vos mains lors de la récolte ; car les feuilles du  figuier sont urticantes, et sa sève irritante . Les fruits ayant tendance à se dessécher , consommez-les le jour même , juste rincés sous un filet d'eau , sans épluchage , ils éclatent en bouche . Crus, en julienne, ils réveilleront caviar d'aubergines, terrines charcutières ou poêlée de girolles . Cuits 10 mn au four , ils fondront sur un feuilletée au brie ,un poulet au curry ou un magret de canard . Sans oublier , évidemment les clafoutis , tartes et confitures ! ( Source : Rustica )


    1 commentaire
  • Aussi facile que bons, nous on les aime 

    Avec eux s'ouvre tout un continent de saveurs inédites !

    Derrière l'expression de "" choux asiatiques " se dissimule une incroyable diversité de formes et de goûts 

    Choux chinois

    Des côtes épaisses et charnues 

    Introduits à la fin du XIXe siècle en France , les choux asiatiques suscitent rapidement l'enthousiasme des acclimateurs du Muséum national d'histoire naturelle , intrigués par ces variétés tellement différentes des choux européens . Un siècle plus tard , les choux pé tsai ( Brassica rapa ssp chinensis ), à la pomme oblongue , aux feuilles légèrement crépues , puis les Pak choi ( Brassica rapa ssp pekinensis ), aux côtes épaisses et charnues rappelant les bettes à cardes rencontrent enfin le succès . Ajoutons à ces deux principaux types essentiellement consommés bien cuits , qu'ils soient également délicieux crus , les très nombreuses autres formes ( Rosulaire, Mizuna , Mibuna , etc. ...), au cycle extrêmement rapide . Comme l'essentiel des Brassicacées , ces choux sont parfaits pour les récoltes d'intersaison, de printemps et d'automne mais , en été , les chaleurs et les inévitables altises rendent leur culture extrêmement compliquée .

    Montée interdite 

    Si la nature est relativement indifférente aux choux chinois , sa préparation est capitale . Se développant extrêmement rapidement , ils exigent une terre profonde, meuble et surtout riche , nourrie régulièrement de compost bien décomposé. L'écueil essentiel , à l'image des laitues pommées , reste la montée à graines prématurée ; un stress hydrique et/ou une période de chaleur prolongée la provoquent immanquablement . Cette floraison n'empêchera toutefois pas une récolte feuille à feuille pour composer, par exemple , un mesclun aux notes exotiques , que rehausseront  leurs savoureuses et lumineuses fleurs jaunes caractéristiques .

    Pomme compacte 

    Frais, croquants, tendres , savoureux sans être fort, aussi remarquables crus que cuits , capable de résister aux premières gelées , les pé tsai "Granaat" sont facilement identifiables à leur grosse pomme dense rappelant les chicorées (pain de sucre) probablement le chou asiatique qui remporte le plus de suffrages. ( source : Rustica)

    Choux chinois

     Voir aussi l'articlehttp://don-de-vie-62.eklablog.com/le-chou-chinois-a125201380

     


    votre commentaire
  • Entre sa couleur et son goût , tantôt piquante , tantôt sucrée , crue ou cuite , elle s'y entend pour affoler nos papilles et on lui court après .

    Amie des tables automnales , elle est très facile à accommoder.

    L'échalote

    Une passion française 

    Du même genre botanique (Allium) , que l'oignon et l'ail , cette plante à bulbe appartient à une espèce différente (allium cepa ) . Et cela se voit , se sent et se savoure , surtout en France où l'on fait la différence , contrairement à d'autre pays , qui confondent échalotes et oignons nouveaux . On admet le plus souvent que les premières échalotes ont poussé au Proche-Orient et qu'elles ont été rapportées en Occident par les croisés au XIIe siècle . Or , nous avons la preuve écrite de leur présence en France... dès l'époque de Charlemagne . C'est dire si , entre l'échalote et les français , c'est du sérieux ! Cultivée dans les potagers durant le Moyen-Age , elle a trouvé ses terres d'élection, à partir du XVIIe siècle dans les champs de Bretagne  comme du Val de Loire, où sont encore produites plus de 80 % des quelques 45 000 tonnes récoltées chaque année .

    Gare aux contrefaçons !

    Alors que l'échalote traditionnelle , la vraie est issu d'un bulbe à planter , des variétés hybrides , mise au point par un semencier hollandais , sont issues d'une graine qui se sème ... comme les oignons ! Ces concurrentes apparues dans les années 2000 , mettent à mal les producteurs d'échalote traditionnelle . Dans le Finistère et en Anjou , on les cultivent comme autrefois ; plantée à la main entre janvier et mars sur un sol << paillé >> . En juin sont prélevées  les premières échalotes nouvelles , les << échalotes en vert >> rares réservées aux restaurateurs . Puis c'est la grande récolte d'été , qui se déroule jusqu'en août . Arrachées à la main et laissées à sécher au soleil plusieurs jours , elles prennent alors leur belle couleur rose cuivrée et se préparent à une longue conservation pour nous régaler toute l'année , à partir d'octobre .

    Effet magique 

    Pour choisir les meilleures , il suffit de repérer leur étiquette d'appellation <<échalotes traditionnelles >> . Et conservez-les pas pus d'un mois ou deux dans un endroit sec et sans lumières . Crues , poêlées ou confites , elles enchantent tout ce qu'elles touchent , donnant du piquant aux salades et crudités , son goût puissant aux sauces (beurre blanc, béarnaise ) ou aux sucs de cuisson de légumes , viandes, poissons, coquillages et crustacées ... Car même si c'est très bon ,il n'y à pas que la bavette qui se marie bien à l'échalote ! 

    Le petit plus 

    L'échalote, qui inspire nos meilleurs chefs cuisiniers , sait aussi se faire célébrer 

    A Busnes , village du Pas de Calais Dans les Hauts de France , où l'espèce traditionnelle continue d'être cultivée à l'ancienne . Parmi ses admirateurs, et son plus fidèle soutien , Marc Meurin , le chef étoilé du château de Beaulieu , qui participe aussi à la foire à l'échalote , en septembre .  Infos : 03 21 54 16 32 .

    L'échalote

     

    A  Chemelier , dans le saumurois , on célèbre l'échalote d'Anjou, une autre merveille du terroir , cultivée depuis plus de quatre siècles et en passe d'obtenir un label IGP . La confrérie des amis de l'échalote d'Anjou fait , lors de la récolte en juillet , une fête joyeuse et gourmande .  Infos : 06 46 25 17 41. (Source : télé-Loisirs)

    L'échalote


    2 commentaires
  •   Mettez ce que vous voulez dedans !

    Du beurre , de la crème ou de l'huile , tout convient à ces plantes potagères pour les rendre savoureuses et nous faire un bien fou .

    Les épinards

    Cru ou cuit , ce végétal curieusement doux au palais , réveille nos forces grâce à ses vertus antioxydantes et à sa teneur en vitamines .

    Ils doivent tout à Popeye

    Comme légume vert, les épinard se posent là ! leurs feuilles tendres , lisses ou cloquées , sont d'un vert profond . Et sans épine, même si paradoxalement leur nom évoque les premières variétés , qui étaient sauvages et piquantes . Si on trouve leur origine dans la perse antique (aujourd'hui l'Iran ) , avant l'ère chrétienne , Grecs et Romains pourtant gourmets , les ont totalement zappés . Il faut donc attendre le Moyen-Âge et les invasions sarrasines en Andalousie et en Sicile pour que les épinards arrivent jusque chez nous . Sans déclencher l'enthousiasme . Ils ne sont que des << herbes de carême >> ! Jusqu'au XVIe siècle  quand la gourmande Catherine de Médicis , qui épouse Henri II , introduit ses légume préférés et ses cuisiniers ! Les plats composés d'épinards sont appelés << à la florentine >> en son honneur , car c'est grâce à elle que ce légume est apprécié et cultivé . Mais leur meilleur promoteur reste Popeye , héros de dessin animé , qui leur assure enfin au XXe siècle la popularité

    Les champions d'Europe c'est nous !

    Est-ce les biceps de Popeye qui nous ont fit fantasmer ? Toujours est-il que nous sommes le premier producteur d'épinards en Europe (loin derrière la Chine avec 90 % de la production mondiale .) Remarquables aussi sont les noms des variétés anciennes et rustiques , car ils reflètent bien la force qu'ils sont supposés donner ; géant d'hiver, monstrueux de Viroflay et, pourquoi pas , l'incroyable Hulk ! Sur près de 120 000 tonnes produites dans l'année - en Bretagne , Picardie et îles de France au printemps et en automne , et en PACA pendant l'hiver - nous n'en dégustons que 15 % frais . Le reste est destiné , pour 75 % au surgelé, et 25 % à la conserve et aux plats cuisinés .

    Bons pour tout

    Si leur réputation de pourvoyeurs en fer est surfaite , le cocktail de minéraux antioxydants, fibres et vitamines qu'ils nous offrent , peu calorique , est source de bienfaits et de bien-être . Cuits , à la crème fraîche, ils se marient avec les œufs ou les poissons . En gratin , avec une béchamel , en lasagne ou en cannelloni avec de la ricotta , ils sont à fondre , avec les fromages de chèvres , il forment les garnitures de tartes et feuilletés . Pour des salades vitaminées , mêlez les jeunes pousses crues aux pommes, poire et agrumes, et à de l'huile de noix ou d'olive .

    Le petit plus

    Parce que rien ne vaut les épinards frais , vous aurez peut-être envie de les cueillir ou même de les cultiver vous-même ? Voici des pistes à suivre près de chez vous pour vous encourager dans votre désir de faire pousser de belles graines potagères . Explorez le réseau des potagers d'exceptions , ouverts à la visite dans toutes les régions de France, et pas seulement le potager du roi , à Versailles .On y va pour le plaisir des yeux , mais aussi pour y découvrir des variétés rares , ou ordinaires de la culture et un savoir-faire toujours au top niveau . Ce sont aussi de lieux de recherche , d'échanges et de conseils pour les jardiniers amateurs ... ou futur .(Source: Télé-Loisirs . Photos du net )

    A visiter : Le charmant potager de la reine , à Versailles (photo ci dessous ).

    Les épinards

    Voir le site : http://www.potagers-de-france.com


    1 commentaire
  • Petit chou transalpin 

    Proche parent du chou-fleur , c'est sur une tige qu'il arbore sa tête fleurie et compacte , divisée en boutons floraux . Violets, verts, blancs , les bouquets cuisent rapidement et colorent nos plats de rentrée .

    Le brocoli

    Valeurs nutritionnelle pour 100 g

       Brocoli cuit : 28,7 kcal         Energie : 28,7 kcal             Eau :  91,9 g

        Protéine : 2,1 g                       Glucides :  2,82 g              Lipides :  0,51 g 

         Fibres :   2,23 g                      Bêtacarotène : 312 µg          Calcium :  55,8 g

       Potassium :  148 mg               Magnésium :   11,5 mg         Manganèse :  0,2 g

                            Vitamine C :    37,3 mg            Vitamine K : 101,6 mg 

    De la famille des brassicacées 

    Arrivé aux Etats-Unis dans les bagages des émigrants italiens au début du XXe siècle , le brocoli va connaître un renouveau grâce aux américains . En France , sa culture est mise en valeur dans les années 1980 par les Bretons du Léon ( nord ouest du Finistère ). Fidèles à ce légume , les italiens l'ont toujours apprécié . Il poussait à l'état sauvage sur le littoral méditerranéen , était connu des Grecs , puis fut popularisé et cultivé par les Romains . Plante potagère de la famille des brassicacées , le brocoli a traversé les siècles , entrainant dans son sillage des chroniques sur son origine ou ses bienfaits . A commencer par son nom ! On peut penser que celui-ci est emprunté depuis 1560 à l'italien broccoli , pluriel de broccolo (inflorescence ) . D'ailleurs , ce sont bien des bouquets de boutons de fleurs récoltés avant leur épanouissement que l'on mange  .

    Le brocoli

    Légume royal

    Introduit en France par Catherine de Médicis au début du XVIe siècle , ce chou plut à Jean-Baptiste de la Quintinie . Pour le Versaillais, le brocoli violet de Rome ou de Malte pouvait être utilisé de la même façon que l'asperge . Pour tous les jardiniers d'aujourd'hui , sa culture quasiment annuelle s'accompagne d'une terre drainée qui ne manque pas d'eau si l'on le veut tendre et vigoureux .De plus , comme il passe l'hiver en pleine terre , il est préférable de lui choisir une exposition abritée et de recouvrir  la surface plantée d'une couche de fumage organique . C'est le gage d'une récolte dès le printemps suivant .

    Plusieurs variétés 

    Parmi les variétés acclimatées sous nos latitudes , on peut noter " vert calabrais " , un brocoli annuel , produisant une grosse pomme avec des rejets plus petits à l'aisselle des feuilles , "violet du Cap " ( voir photo ci -dessous ), également annuel , mais de couleur violacée à maturité . Il existe aussi des brocolis à jets comme la variété italienne "Getti di  Napoli", qui ne présente pas une pomme mais de petits bouquets verts à l'aisselle des feuilles , portés par une longue tige que l'on peut consommer . Tige, petites feuilles et boutons , tout est bon dans ce chou . Si les Italiens en sont très friands , ils l'accommodent de bien des façons ; en mousse, en garniture de raviolis avec ou sans fromage , revenus à la poêle pour accompagner une viande ou un poisson et même en dessert avec une liqueur d'anis .Tout jeune , il est aussi délicieux cru escorté d'une sauce aux herbes fraîches et se congèle facilement .

    Le brocoli

    En somme , le légume idéal ! (Source : Rustica. Photos du net )

    Voir aussi l'article : http://don-de-vie-62.eklablog.com/le-brocoli-a130535428

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ce légume au cœur tendre est le champion des aliments protecteurs .

    L'artichaut

    Entretien avec le Dr Catherine Serfaty-Lacrosnière , nutritionniste et auteure des secrets de l'alimentation anti-inflammatoire (Ed. Albin Michel )

    L'artichaut

    L'allié des futures Mamans

    La vitamine B9 , ou acide folique , permet non seulement de diminuer les risques d'anomalies du tube neural chez le fœtus , mais aussi les naissances prématurées et les avortements spontanés. Autant dire qu'elle est primordiale dans les premières semaines de la grossesse , une période durant laquelle beaucoup de femmes ignorent encore qu'elles sont enceintes . D'où les recommandations visant à donner des suppléments en vitamine B9 avant la conception . Dans les faits , seules de 15 à 30% des femmes se supplémentent , or un artichaut couvre à lui seul un tiers des besoins quotidiens . En revanche , il inhibe la montée de lait . A éviter , donc , après l'accouchement si l'on souhaite nourrir son bébé au sein !

    Il préserve du vieillissement et de certains cancers

    L'artichaut arrive en tête , avec le persil et le chou de Bruxelles , des légumes  les plus riches en polyphénols . C'est également une mine de vitamine C . Or ces puissants antioxydants aident à lutter non seulement contre le vieillissement cellulaire , mais aussi contre certains cancers comme ceux du foie ou du côlon . Comment ? En neutralisant les fameux radicaux libres à l'origine du déclin de l'organisme et en provoquant la mort de cellules cancéreuse . Une action renforcée par la présence de fibres , notamment l'inuline , qui stimulerait la croissance des bonnes bactéries chargées de lutter contre le dérèglement de la flore intestinale, responsable en partie du développement de bactéries pathogènes .

    Il facilite la digestion

    Parce qu'il renferme de la cynarine , un tanin qui lui confère son goût légèrement amer , l'artichaut stimule la sécrétion de bile , un suc gastrique indispensable à une bonne digestion et à une meilleure élimination des déchets . D'où sa réputation de légume dépuratif et cholérétique . Seul bémol, la cynarine se trouve particulièrement concentrée dans les feuilles externes et la tige , que l'on ne consomme généralement pas . C'est pourquoi on recourt à des décoctions pour profiter pleinement de ses vertus . Autre solution à inscrire régulièrement à ses menus : conserver l'eau de cuisson pour préparer de soupes détox !

    Il affine la silhouette

    Grâce au potassium , dont il et très bien pourvu , l'artichaut est diurétique et lutte efficacement contre la rétention d'eau . Autre atout , il est source de protéines (3,48 g / 100 g ) qui , associées à ses fibres , augmentent sa densité nutritionnelle et lui confèrent un effet coupe-faim  Résultat , on est plus vite rassasié, on grignote moins et on peut perdre quelques kilos , d'autant qu'il ne contient que 40 calories pour 100 grammes . A une condition , bien sûr :ne pas le noyer sous une tonne de vinaigrette !

    Il aide à prévenir les maladies cardio-vasculaires

    L'artichaut doit cette propriété à se richesse en fibres et en polyphénols . En effet , les fibres limitent l'absorption intestinale du cholestérol alimentaire et les triglycérides seraient également réduits .Quant aux polyphénols , ils diminuent l'oxydation du cholestérol LDL  , responsable , entre autres , de la formation des plaques d'athérome , un des facteurs majeurs des maladies cardio-vasculaires . Par ailleurs , la lutéoline , un des polyphénols les plus importants de l'artichaut avec la cynarine , améliore le fonctionnement des vaisseaux sanguins , participant ainsi à la prévention d'accidents cardiaques tel l'infarctus .

    Il améliore le transit

    Excellente source de fibres (35 %) , ce légume apporte de 12 à 19% des besoins journaliers en fibres . Une façon agréable de compenser notre consommation d'aliments trop raffinés et de faciliter le transit en augmentant le bol alimentaire . Attention , chez certaines personnes aux intestins fragiles (  colopathies fonctionnelles ) , les fibres de l'artichaut peuvent provoquer des flatulences et des ballonnements  Dans ce cas , préférez-le cuit et mangez-le dans les 24 heures , car son oxydation le rend toxique . ( source : Version Femina )


    2 commentaires
  • Longtemps ignoré sur notre territoire , ce légume à la saveur douce et typée s'accommode facilement , se prépare de mille et une façons et procure de multiples bienfaits pour notre santé .

    Le brocoli

    Il venait d'Italie

    Le brocoli est apparu au temps des Romains , développé à partir des plus beaux spécimens de chou sauvage . Il s'agit en fait de l'étape intermédiaire avant la découverte du chou-fleur . Avec le déclin de l'empire , ce légume à malheureusement disparu , pour mieux réapparaître dans l'Italie de la renaissance , en passant par l'Est du bassin méditerranéen . Catherine de Médicis en raffolait et elle l'a popularisé dans la péninsule . Elle le surnommait << l'asperge italienne>> .S'il se répand dans le nord de l'Europe dès le XVIIe siècle, le légume n'a été introduit en France que très tardivement . C'est dans les années 1980 que le brocoli , terme issu du latin bracchium (branche ) , a commencé à être cultivé en Bretagne dont le climat doux et humide lui sied parfaitement .

    Facile à vivre

    Le brocoli arbore un beau vert franc dû à l'absence de feuilles pour le protéger du soleil . Il est récolté à la mai ,entre avril et novembre avant que les petits fleur jaunes n'éclosent et ne parsèment les bouquets . Sur nos étals , nous trouvons le calabrais à large pomme , qui a supplanté le brocoli à jets (photo ci-dessous ), dit le brocoli asperge , encore consommé au XIXe siècle . Pour le choisir , optez pour des têtes bien vertes , au boutons bien serrés avec une tige fraîche . Conservez-le 4 à 5 jours au maximum dans un sac en papier afin de ne pas abimer les petits bouquets , dans le bac du réfrigérateur . En soupe, risotto, flan, gratin ou beignet... ce délice vert est simplissime à accommoder . Mieux vaut limiter le temps de cuisson afin qu'il conserve son croquant ... et ses nutriments . Et pourquoi pas à la coque , avec ue petite sauce maison ?

    Un vrai champion

    Ce légume de la famille des crucifères est l'un des plus chargées en micronutriments. Il est gorgé de vitamines - notamment C, E, K et B9-, de substances soufrées qui lui donnent cette odeur si caractéristique à la cuisson et d'antioxydants . On lui prête par ailleurs des vertus anticancer . Composé à environ 90 % d'eau , le brocoli est riche en potassium , calcium, phosphore et magnésium .Il apporte en outre des oligo-éléments comme le fer, le zinc ou le cuivre . Enfin, grâce à sa teneur en fibres , il est le partenaire idéal de notre bien-être . Bon , sain et peu énergétique , voilà un aliment qui ne nous veut que du bien !

    Variétés et couleurs  

    Avec ses touches de couleurs , le brocoli crée la surprise !

    Le brocoli à jets , variété italienne résistante au froid , produit de nombreuses et  belles têtes vertes, blanches ou violettes . Ses longues tiges peuvent être consommées comme des asperges .

    Le brocoli

    Le violet du cap ,variété originale , fait partie des légumes oubliés . Grâce au travail des paysans , on peut parfois le trouver sur les étals . Ce brocoli aurait été développé au XVIIIe siècle en Afrique du Sud . Sa pomme a des grains fins violacés à maturité et sa couleur rouge se développe avec le froid . Mieux vaut le cuire à la vapeur afin qu'il conserve sa belle couleur . (Source: Télé-Loisirs .Photos du net )

    Le brocoli


    2 commentaires
  • Le retour d'un mal-aimé

    Il ressemble à une carotte ...mais il se cuisine comme une pomme de terre . Ce légume ancien , méprisé et oublié , vient faire sensation sur les tables raffinées ... A découvrir et à savourer.

    Le, panais

    La triste histoire d'un tubercule

    Comme le rutabaga , le crosne ou le topinambour , le panais est un de ces vieux légumes disparus depuis tellement longtemps qu'ils sont pour beaucoup de parfaits inconnus . Or , cette racine charnue qui ressemble à une carotte blanche - les deux , cousins au sein de la famille des opiacées , ont été longtemps confondus - pousse à l'état sauvage depuis des millénaires en Europe , jusqu'au Caucase et en Afrique du Nord . Et s'ils laissent indifférents Grecs et Romains , pourtant entreprenants en cultures diverses et gourmandes , on sait qu'au Moyen-Âge le légume sert à nourrir les paysans ... et les animaux .En France , on continue de le mépriser copieusement , comme tous le légumes poussant sous terre . Ce déclin perdure jusqu'au XVIIIe siècle où le succès insolent d'une autre racine , la pomme de terre , au lieu de le réhabiliter , le fait carrément tomber dans les oubliettes !

    Le chouchou des chefs

    La grande résistance du panais , qui lui vaut le surnom flatteur de << colosse du potager >> autorise sa culture un peu partout , sans engrais ni artifices . Mieux ; récolté à partir de l'automne , i peut aussi rester dans la terre et résister au froid le plus intense , et même gagner en saveur , après e bonne gelées ! Régal végétal au cœur de l'hiver , produit sain et de proximité , il a tout pour plaire aux locavores et autres amateurs de produits naturels . Voilà pourquoi ce sont des chefs étoilés , guidés par ces exigences et la curiosité de nouvelles sensations , qui ont remis au goût du jour depuis une quinzaine d'années le panais , à l'instar d'autre vieilles courges , ou racine démodées .Du coup, en plus d'enchanter nos papilles , leur retour en grâce est auréolé d'un chic absolu .

    Régalez-vous

    D'un aspect proche de la carotte et cuisiné comme la pomme de terre en purée , soupe, sauté ou encore bouilli ou frit , son atout majeur , c'est son goût . Inimitable . Doucement sucré mais pas doucereux , il enchante d'autant mieux nos palais en hiver ( y compris ans les plats traditionnels comme le pot-au-feu ) qu'il adore les épices et les accords sucrés-salés . Il accompagne viandes de canard ou d'agneau . Et les frites de panais , voire même le chips , sont ... incomparables !

    Le petit plus : Pour le chef Alain Passard

    Le, panais

    Amoureux des légumes , et militant de la saisonnalité ; <<une salade de tomates , c'est pour rafraichir le corps quand in fait 30 degrés l'été , en hiver , ce qu'il fut , c'est une bonne purée de panais .>> Dans son restaurant trois étoiles , l'Arpège , à Paris , on se régale de légumes , des plus communs aux plus rares, qu'il sait sublimer comme personne . Pour s'assurer les meilleurs , ses propres potagers , dans la Sarthe t dans l'Eure , produisent chaque année 30 tonne de légumes , livrés quotidiennement . Le surplus et proposé à la vente aux particuliers . Pour satisfaire la demande qui explose , le projet d'Alain Passard est d'agrandir ses jardins extraordinaire ... ( Source : Télé-loisirs. Photo du net)

     


    2 commentaires
  • Un trésor tropical

    Ce fruit charnu à la pulpe fondante délicieusement sucrée est une vraie bénédiction pour les desserts comme pour les plats de viande et de poisson. C'est un régal venu du sud , à déguster en toute saison et sous toutes les formes .

    La mangue (2)

    Un symbole national en Inde

    L'inde est le berceau de la mangue . D'ailleurs, on y trouve toujours des manguiers à l'état sauvage . Cet arbre est vénéré par les indous . Cultivé depuis plus de quatre mille ans, le manguier a été introduit en Afrique et en Amérique au XVIe siècle. De nos jours , les mangues sont produites dans tous les pays tropicaux . On en connaît des centaines d'espèces , mais seules quelques-unes sont commercialisées . Les manguiers ne poussent pas dans l'Hexagone , mais se plaisent dans les territoires d'Outre-Mer .Le terme mangue vient du portugais manga, lui même issu de man-gay en tamoul  .

    Une douceur irrésistible

    La mangue apparaît sur nos tables dans les années 1970 , d'abord en tant que produit de luxe . Ce gros fruit d'une quinzaine de centimètre environ possède une peau verte marbrée de rouge et de jaune , non comestible .Sa chair jaune orangé très juteuse , sucrée , à l'arrière goût acidulé , adhère à un gros noyau plat . Ne vous fiez pas à sa couleur pour la choisir . En effet , certaines variétés restent vertes à maturité . Testez sa souplesse d'une légère pression des doigts et vérifiez si elle est parfumée en la humant . Pour une salade ou en accompagnement , préférez un fruit un peu ferme . Une fois mûre , dégustez-là sans attendre , afin de profiter de ses qualités gustatives . Ne la conservez-pas au réfrigérateur car elle ne supporte pas les températures en dessous de 8° C. L'idéal est de la garder dans un endroit frais .Crue ou cuite , elle sublimera vos plats ; sautée avec u poulet ou du rôti de porc , tiède avec un filet de sole vapeur , crue et en dés dans les salades vertes ou de fruits , en coulis , en chutney ou nature . Rien ni personne ne lui résiste !

    Rien que du bon

    Ses avantages ? Une exceptionnelle concentration en vitamine C et en carotène , deux antioxydants qui préviennent certains cancers et les maladies cardio-vasculaires . La mangue est riche en fibres , en potassium , en calcium, en phosphore, en fer et en acides gras , bénéfiques pour la peau .Très nutritif ais peu calorique , ce trésor des tropiques , le plus consommé au monde après la banane , a tant de qualités qu'il ne peut que combler ! (Source: Télé-Loisirs. photo du net)

    Le petit plus coup de cœur

    La mangue (3)

    1) Confiture de mangues avec 59 % de fruits . Sa texture ferme et fondante évoque la mangue fraîche .Une qualité maison naturelle , sans conservateurs . Elle se déguste sur une tartine , avec du fromage blanc ou un foie gras mi- cuit .

    Où la trouver ?  à la chambre aux confitures 212 m , Cout : 8 € le pot. Ou sur : http://www.lachambreauxconfitures.com

    2) chutney de mangues de pommes et de poivre de Sichuan . Ce condiment au goût subtil agrémentera les currys, le viandes blanches , es œufs et le riz . Un délice avec toute la cuisine indienne .

    Où le trouver ?  sur le site: http://www.epicurien.com  Cout: A partir de 4 € les 125

    3) Sirop à la mangue au goût sucré avec une note d'acidité . Parfait avec de l'eau , mais aussi pour réaliser des cocktails ou des smoothies aux jus d'ananas et de citron . Fraîcheur garantie .

    Où le trouver ? En épicerie fine : Sirop de mangue , Monin . Cout: 7,95 € les 70 cl  Et sur : http://www.moninshopping.com

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique