• . . . A son fils 

    Si un jour tu me vois vieux, si je me salis quand je mange et que je ne réussis pas à m’habiller, sois compréhensif, souviens toi du temps que j’ai passé pour t’apprendre.

    Si quand je parle avec toi je répète toujours les mêmes choses, ne m’interromps pas, écoute moi, quand tu étais petit je devais te raconter chaque soir la même histoire avant que tu ne t’endormes.

    Quand je ne veux pas me laver ne me fais pas honte, souviens toi quand je devais te courir après en inventant milles excuses pour que tu ailles au bain.

    Quand tu vois mon ignorance pour les nouvelles technologies, donne moi le temps nécessaire et ne me regarde pas avec se sourire ironique, j’ai eu tant de patience pour t’apprendre l’alphabet.

    Quand par moment je n’arrive pas à me souvenir ou que je perds le fil de la conversation, donne moi le temps nécessaire à retrouver la mémoire et si je n’y arrive pas ne t’énerve pas, la chose la plus importante n’est pas ce que je dis mais le besoin d’être avec toi et de t’avoir là a m’écouter.

    Quand mes jambes fatiguées n’arrivent plus à tenir la cadence de tes pas, ne me considère pas comme un boulet, viens vers moi et offre moi la force de tes bras comme je l’ai fait lorsque tu as fait tes premiers pas.

    Quand je dis que j’aimerais être mort, ne te fâche pas, un jour tu comprendras se qui me pousse à le dire. Essaie de comprendre qu’à mon âge on ne vit pas on survit.

    Un jour tu découvriras que malgré mes erreurs je n’ai toujours voulu que le meilleur pour toi, que j’ai tenté de te préparer la route.

    Donne moi un peu de ton temps, donne moi un peu de ta patience, donne moi une épaule sur laquelle poser ma tête de la même façon que je l’ai fait pour toi.

    Aide moi à avancer, aide moi à finir mes jours avec amour et compréhension, en échange je n’aurais que mon sourire et l’immense amour que j’ai toujours eu pour toi.

    Je t’aime mon fils……..Steph.

    Lettre d’un vieux père ...

    Ce texte provient  de la page Facebook de Lilypops Pétiaux


    1 commentaire
  • Système nerveux : J'y prends garde

    Un diabète déséquilibré peut endommager les nerfs et perturber leurs fonctionnements . C'est la neuropathie diabétique . Ses effets sont davantage perceptibles avec le temps et prennent des formes diverses selon les nerfs touchés . L'atteinte des nerfs survient quand un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie) endommage directement les fibres nerveuses ou la paroi des petits vaisseaux qui les irriguent . l'équilibre du diabète , basé sur une alimentation équilibrée , une activité physique régulière et le suivi du traitement est donc essentiel pour limiter les risques de neuropathie .

    Les complications du

    Un examen médical des pieds 

    Différentes parties du corps peuvent être concernées . Quand les nerfs des jambes et des pieds sont touchés -c'est le plus courant- , une perte de sensibilité au niveau des pieds , des fourmillements persistants , un engourdissement ou encor une faiblesse ou une douleur sans cause réelle peuvent être des signes de neuropathie . La perte de sensibilité au niveau des pieds peut favoriser l'apparition de plaies sans que vous ne vous en aperceviez . Pour cette raison , votre médecin traitant réalise chaque année un examen des pieds et vous oriente  si nécessaire vers un pédicure-podologue ( voir consultation ) . Plus rarement , un nerf isolé de la cuisse , du visage ou de l'œil peut aussi être atteint , entraînant alors soudainement une douleur parfois intense ou des difficultés pour bouger la partie du corps concernée.

    une grande variété de symptômes 

    La neuropathie peut aussi affecter les nerfs qui commandent certaines fonctions automatiques du corps , c'est-à-dire des fonctions sur lesquelles il n'est pas possible d'intervenir volontairement ; battement de cœur , pression  artérielle, digestion, transpiration … Elle perturbe alors leur fonctionnement normal avec des symptômes comme une accélération du rythme cardiaque , une augmentation soudaine de la tension , des troubles digestifs, une transpiration déréglée, des troubles sexuels … Face à la neuropathie , dont les symptômes sont divers et parfois difficilement perceptibles, le dialogue avec le médecin traitant est capital . Parlez-en avec lui dès que vous ressentez l'un de ses symptômes car, plus la neuropathie est diagnostiquée tôt , plus le traitement est efficace .

    > En savoir plus : ameli.fr (>Santé>diabète>symptômes, diagnostic et évolution >Complications au niveau des nerfs )

    Consultation chez un pédicure-podologue ; quelle prise en charge ? 

    Le médecin traitant peut vous orienter vers un pédicure-podologue à l'issue de l'examen médical de vos pieds qui lui permet d'identifier le niveau de risque sur une échelle allant du grade 0 (absence de lésions) au grade 3 (lésions très importantes ) . Avec un diabète en affection longue durée (ALD), L'Assurance Maladie prend en charge à 100% quatre séances de podologie par an pour les lésions de grade 2 et six séances par an pour celles de grade 3 . Ces soins peuvent être réalisés à domicile  , sur prescription médicale.

    Pour trouver un pédicure-podologue près de chez vous , rendez-vous sur :  http://www.annuairesante.ameli.fr


    1 commentaire
  • Cette recette apporte 8 g de glucides par verrine . 

    Ingrédients pour 6 personnes

    Verrines fraîcheurs

    Préparation 

    les filets de dorage sont à congeler puis à décongeler la veille de la préparation  

    6 heures avant de servir 

    Avec un couteau bien aiguisé , coupez le filet de dorade en petits cubes réguliers 

    Déposez-les dans un saladier 

    Coupez la chair d'avocat en cubes de la même taille 

    Ajoutez-les à la dorade , ainsi que le jus de citron 

    Salez légèrement , poivrez et remuez doucement 

    Taillez la mangue en petits bâtonnets 

    Ajoutez-la à la préparation 

    Mêlez soigneusement ,puis couvrez le saladier

    Réservez au réfrigérateur .

    Au moment de servir 

    Ciselez l'oignon très finement 

    Ciselez les pousses d'épinards 

    Ajoutez le tout au tartare avec l'huile 

    Mélangez avec précaution

    Dressez le tartare dans des verrines transparentes

    Décorez avec des zestes de citron et quelques brins d'aneth

    Servez aussitôt .  

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Seringues, aiguilles, lancettes … Savoir les trier .

    Connaissez-vous les DASRI ? Ce sont les <<déchets d'activités de sons à risque infectieux >>; les déchets piquants, coupants ou perforants produits lors de la prise de certains traitement pour le diabète . Ceux-ci doivent être triés à part des déchets ménagers en utilisant la boite jaune à couvercle vert de l'éco-organisme DASTRI . Le point avec Laurence Bouret , sa déléguée générale.

    Qu'est-ce que l'éco-organisme DASTRI ? 

    DASTRI est une association à but non-lucratif financée par les industries de la santé . Elle répond à une obligation légale imposée aux industriels qui produisent certains dispositifs médicaux de prendre en charge la collecte et le traitement des déchets de soins produits après leur utilisation . DASTRI vient de voir renouveler son agrément par l'Etat . Nous sommes l'opérateur unique de la collecte et du traitement des DASRI

    Pourquoi certains déchets de soins doivent-il faire l'objet d'un traitement spécifique ? 

    Parce que ce sont les déchets de soins potentiellement dangereux . Il peut y avoir un risque de se piquer ou se couper avec une seringue usagée … ainsi qu'un risque infectieux quand le déchet de soin est issu du traitement d'un patient souffrant d'une maladie transmissible . C'est pour cela qu'il faut un circuit sécurisé . 

    De quels déchets parle-t-on dans le cas du diabète ? 

    Les diabétiques qui surveillent leur glycémie et ceux qui ont un traitement par insuline sont concernés pour les déchets de lancettes, de seringues ou d'aiguilles à stylo à insuline , ainsi que pour la partie perforante du cathéter de la pompe à insuline . Nous travaillons par ailleurs avec les autorités de santé, les pharmaciens , les prestataires et la Fédération Française des Diabétiques à trouver des solutions durables pour l'élimination des DASRI complexes (pompes, patch, capteurs de glycémie …) . Ces dispositifs composés d'une carte électronique et de piles représentent un vrai casse-tête à éliminer d'un point de vue réglementaire .

    Concrètement , en quoi consiste le circuit sécurisé de collecte et de traitement ? 

    C'est celui mis en place autour des boites DASTRI, les boîtes jaunes à couvercle vert disponibles  gratuitement dans toutes les pharmacies sur présentation d'une ordonnance (voir schéma ci-dessous )  .                                                                                     Il faut savoir que pendant longtemps , les gens ont mis leurs seringues usagées dans des bouteilles en plastiques ou des bouteilles de lait et les jetaient avec les déchets ménagers . Certains continuent de le faire et les jettent dans le tri sélectif des déchets recyclables. Or , en bout de chaine , il y a toujours es travailleurs qui trient manuellement les déchets recyclables et peuvent alors se blesser, avec les risques évoqués plus haut . Il est donc essentiel d'utiliser la boîte DASTRI. Quand elle est pleine , il faut la ramener dans un point de collecte . Il y en a 17 000 partout en France , dont 16  000 dans les pharmacies. Notre site permet de trouver le point de collecte le plus proche   http://www.dastri.fr/nous-collectons/.

    Vers quel interlocuteur se tourner pour en savoir plus ? 

    Je conseille aux personnes concernées d'aller en parler à leur pharmacien ou à leur association locale de diabétiques . Ceux-ci peuvent tout expliquer et cela peut être l'occasion de parler du diabète de façon plus générale également .

    Où rapporter ma boîte DASTRI ?

    Les déchets de soins


    3 commentaires
  • Quand modération rime avec célébration .

    Pendant les soirées de fêtes  ou d'anniversaires, c'est l'occasion de célébrations en famille ou entre amis . Dans ces conditions , l'alcool est souvent de la partie. Si vous envisagez d'en consommer un peu, voici quelques conseils .  

                                    Avec modération                                               

    L'alcool n'est pas interdit à condition de faire preuve de modération. Pour commencer , essayez d'en consommer au cours du repas ou accompagné à l'apéritif de quelques toasts par exemple , plutôt qu'à jeun ou à distance des repas . Que l'on ait ou non un diabète , il est recommandé de ne pas dépasser 20 g d'alcool par jour . Cela correspond par exemple à deux verres de vin ou deux demis de bière .

    Alcools forts ou riches en sucre 

    Selon  les alcools consommés , les effets sur l'organisme peuvent être différents. Certains, peu sucrés mais très forts en alcool comme le cognac ;le whisky ou la vodka peuvent avoir un effet hypoglycémiant rapide ou qui survient plusieurs heures après ; le foie travaille alors à éliminer l'alcool au lieu de produire le sucre nécessaire pour éviter l'hypoglycémie . Apprendre à reconnaitre les signes d'hypoglycémie (sueur, vertiges, maux de tête, vision trouble…) vous aide à les anticiper. Ayez toujours sur vous , notamment pendant les soirées de fêtes, de quoi vous resucrer si une hypoglycémie survient . Si vous êtes sujet aux hypoglycémies, pensez à en parler avec votre médecin . D'autres alcools , très riches en sucre comme le vin blanc doux , le porto ou la bière, contribuent au contraire à faire monter la glycémie . Adopter une consommation modérée d'alcool permet  ainsi d'en maitriser les effets quels qu'ils soient .

    Verre à moitié plein 

    Avant de faire la fête , votre médecin peut vous aider à connaître vos limites en matière de consommation d'alcool. Dans l'euphorie des festivités , pour éviter de trop boire , dites simplement <<non merci >>quand votre verre est vide et que l'on vous propose systématiquement de vous resservir . De la même manière , prenez tout votre temps pour savourer votre verre . A noter enfin que l'alcool peut être avantageusement remplacé par des boissons sans alcool, notamment des cocktails comme le Virgin mojito (un mojito sans sucre et sans rhum) qui permettent de profiter de la fête voire de la prolonger en toute confiance .

    L'alcool pendant les fêtes


    2 commentaires
  • Mon parcours de greffé par Pierre-Paul Bellemène

    (ici sur la photo avec son petit-fils)

    Pierre-paul , greffé du foie


    Je ne suis plus tout à fait sur de la  date exacte mais je pense que tout a commencé au cours de l’année 88. Lors d'une  visite médicale le médecin du travail palpe mon foie et constate  une anomalie . Il  comprend tout de suite que j’ai un problème au foie . Il me questionne pour savoir si j’avais l’habitude de boire . Je lui réponds que ça m’arrivait deux ou trois fois dans l’année lors d’un grand repas, mais pas plus. Là il me fait comprendre qu’il y a certainement un problème et il me fait une lettre pour mon médecin traitant. Celui-ci me prescrit des analyses et dès que les résultats arrivent il m’annonce que j’ai probablement un début de cirrhose. Et là il me dit d’arrêter l’alcool et m’explique les conséquences de la cirrhose.

     Sur le moment j’avais envie de rigoler, je ne prenais pas conscience de la gravité de de ma maladie et surtout je ne connaissais pas vraiment ce qu’était une  cirrhose.  Comme je ne buvais pas, et surtout je ne me sentais pas malade  je pensais que c’était comme une maladie qui passe et que dans quelque temps tout allait rentrer dans l’ordre. Suite à ça il y a eu un contrôle régulier Avec des périodes ou la cirrhose stagnait et d’autres fois ou elle progressait et il me disait toujours il  faut  arrêter de boire .

    J’avais beau dire que je ne buvais pas mais vu les résultats des analyses, il en doutait. Finalement il a fini par me croire et on a essayé de chercher l’origine de cette cirrhose qu’on a jamais trouvé . Par la suite j’ai  fait des biopsies pour confirmer la cirrhose  Et là il m’explique  qu‘il faudra  passer par la greffe. Ça devenait de plus en plus angoissant pour moi, je ne ressentais aucune douleur, mais moralement c’était difficile pour moi d’accepter ça .

    Durant les dernière années on m’a mis sur la liste d’attente pour la greffe, et j’ai dû  faire deux séjours  à l’hôpital Henri Mondor pour les bilans pré-greffe.  Comme j’habite l’ile de  la Réunion  il fallait venir en France. Et là c’est le parcours du combattant. Il y a tellement de démarche à faire, parfois il faut  aller de l’autre côté de l’ile pour faire des papiers et puis quand tout parait bon, il manque encore quelque chose. Il y a de quoi se décourager, heureusement que j’avais des gens pour m’aider parce que en plusieurs fois j’ai failli renoncer  .

    Après chaque bilan je rentrais chez moi et quand je suis arrivé en deuxième position sur la liste d’attente on m’ a demander de  me rapprocher de l’hôpital  . Je suis donc revenu en France avec beaucoup d’espoir et en même temps , je faisais mes adieux à mes enfants je me disais que peut-être c’était la dernière fois que je les voyais .
     Ma dernière fille avait à peine trois mois et comme ma femme m’accompagnait on avait dû la laisser chez une tante . Les derniers moments avant le départ était déchirant, mais il fallait y aller. En métropole on a eu de la chance de trouver des amis qui nous ont hébergés pas loin de l’hôpital. Ça a duré deux mois environ et puis un jour quand on faisait nos courses le bip a sonné et on a pris contact avec l’hôpital, il fallait venir immédiatement il y avait un greffon pour moi. Arrivé à l’hôpital on m’a préparé pour la greffe . Dans la soirée on est venu me dire que le foie ne me correspondait pas et que ce sera pour une autre fois. Ce soir-là, Je suis renté un peu soulagé comme c’était la première fois qu’on m’appelait, j’étais pris au dépourvu et je n’avais pas eu le temps de faire mes adieux à la famille et aux amis.

    Puis arrive ce jour que je n’oublierais pas, c’était la fête d’halloween on m’a appelé en début de soirée en arrivant à l’hôpital il y avait des infirmières déguisées en sorcière il y avait un côté festif, et ça m’a amusé je n’ai pas eu la crainte que j’avais la première fois. On m’a préparé pour la greffe. Ça s’est passé très vite et la dernière chose que je me souviens avant de m’endormir c’est les anesthésistes qui parlait entre eux de cueillette de champignons et puis le grand sommeil   je ne sais pas combien de temps ça a duré .

    Quand j’ai commencé à reprendre conscience  j’avais l’impression d’être dans une pièce ou il y avait de l’eau qui coulait du plafond  Au fond de moi j’avais compris que ça s’était bien passé qu’une nouvelle vie allait commencer. Par contre un ou 2 jours après j’ai eu une infection aux yeux et comme je ne pouvais pas parler à cause des appareils impossible de me faire comprendre. Finalement en faisant des gestes de la main j’ai réussi à demander de quoi  écrire et après de longs efforts  j’ai fini par écrire œil.  Là ils ont compris ou j’avais mal et ils m’ont soigné efficacement. Pour la suite tout s’est bien passé. Entre temps mes enfants sont venu en France et j’ai pu les voir pour noël après l’opération je suis resté environ 6 mois en métropole avant de pouvoir rentrer définitivement. Par la suite je devais  être suivi par l’équipe médicale qui m’a opéré.et il fallait revenir chaque fois en métropole.  Je suis donc revenu 2 fois pour des contrôles, mais  vu les contraintes d'un voyage fatiguant et des démarches compliquées, j’ai refusé de revenir . Je pense que les médecins de la Réunion sont aussi compétant que ceux de métropole.  D'ailleurs les résultats de tous mes examens sont transmis à l’équipe qui a fait ma greffe. 

    Maintenant ça fait 19 ans que j’ai été greffé et d’après mon médecin le foie est impeccable. Par contre depuis les antis rejets ont abimés mes reins. Au départ j’avais la ciclosporine puis le prograff et maintenant le cellcept .  Avec le prograff mon diabète était très élevé et depuis qu’on m’a mis au cellcept,  c’est redevenu normal.

    Mais maintenant mes reins sont très abimé et je risque d’être dialysé bientôt Je suis aussi sur la liste d’attente pour une greffe de reins.    

    Maintenant que j’ai vécu l’expérience de la greffe  je pense que s’il fallait refaire je serais plus serein et mieux organisé.


    3 commentaires
  • Je vous propose une semaine de menus printemps -été à imprimer

    Menus printemps-été

    Menus printemps-été


    1 commentaire
  •  Belle bette et bien bonne 

    Quelle douceur dans ses feuilles et ses côtes ! Cantonnée autrefois aux spécialités régionales , la bette (appelée aussi blette , carde ou poirée) connaît aujourd'hui un regain de popularité grâce à sa légèreté et à sa texture unique .

    la bette

    Valeur nutritionnelle pour 100 g 

    Bette cuite :  20,6 kcal           Eau :  92,6 g                 Protéines :  1,88 g 

    Glucides : 2,03 g                     Lipides :  0,08 g          Fibres :  2,1 g  

    Fer :  2,26 mg                        Magnésium :   22,9 mg        Potassium :  549 mg

    Manganèse :  0,33 mg                 Zinc :   0,32 mg            Bêtacarotène : 3650 µg

    Vitamine B6 :   0,08 mg                Vitamine C : 18 mg 

    Cousine de l'épinard et de la betterave 

    La bette est cultivée tant pour se feuilles que pour ses côtes (ou cardes) , toutes deux  délicieuses et faciles à accommoder . On en connaît 36 variétés . De feuilles lisses ou ondulées , drues et d'un vert soutenu , de côtes larges et plates , de blanc à rouge violacée; elles répondent aux jolis noms de "bette épinard" , "blonde à carde blanche", "verte à carde blanche ". 

    Prodigue au potager 

    De culture facile - la bette parvient à maturité 10 semaines après les semis sous serre , en godets ou en plein champ -, elle procure une récolte abondante . Au fur et à mesure de ses besoins , le jardinier coupe la plante en conservant le cœur : elle donnera ainsi de nouvelles feuilles . Si elle est protégée du froid en hiver  , les prélèvements peuvent reprendre au printemps , jusqu'à la montée à graines . Cueillez les feuilles entières , sans flétrissures ni taches et des côtes fermes. Vous les dégusterez tout de suite ou bien les conserverez enveloppées simplement dans du papier ou dans un torchon , dans le bas du réfrigérateur jusqu'à 3 jours . Les côtes , coupées en gros tronçons , se prêtent à la mise en bocaux  .

    Avant toute préparation , rincez les légumes sous un filet d'eau fraîche pis, essorez-les soigneusement . Les côtes sont parfois recouvertes d'une fine pellicule transparente , de texture fibreuse pas très agréable . Séparez d'abord les feuilles et côtes . Réservez-les feuilles et brisez le côtes en deux , à la main ou au couteau . Et, avec un couteau éplucheur , tirez dans le sens des fibres , comme pour la rhubarbe .

    Douce de la feuille 

    Les jeunes feuilles peuvent se déguster crues, en salade, façon pousses d'épinards , agrémentée d'huile de noix . Cependant , c'est cuites que les blettes toutes entières , exaltent leur pleine saveur . Si elles peuvent surprendre par une attaque en bouche un peu terreuse , elles s'avèrent d'une vraie finesse gustative (qui plus est, elles cuisent très vite ; 10 mn environ à la vapeur , en autocuiseur , ou poêlées) . partie intégrante du patrimoine culinaire niçois , elles s'y déclinent en boulettes , tians, farcis, gnocchis et torta de bléa (tourte sucrée de lettes aux pignons, raisins secs , pommes, poudre d'amandes, œuf et cassonade) . Vous aimerez également les bettes en soupe onctueuse , dans une jardinière de légumes , en gratin, aux côtés d'un agneau au four , ou en pistou . En purée , en gelée , mêlée aux herbes et aux airelles , vous revisiterez les classiques de la cuisine scandinave  sur des anguilles , des harengs et des saumons marinés cru ou de la viande fumée . (Extrait de Femina )

     


    votre commentaire
  • Les douleurs articulaires sont souvent un frein à nos activités. Alors pour rester mobile , mieux vaut en prendre soin et miser sur la prévention .

    Protéger ses articulations

    Voici 7 règles d'or pour  protéger ses articulations . 

    1 ) Bouger régulièrement 

    Les articulations ont besoin de mouvements et d'impacts réguliers pour bien fonctionner et ne pas se raidir . Une étude américaine Arthritis Care & Research a démontré que le fait de marcher 6 000 pas par jour retardait , par exemple , le développement de l'arthrose . En revanche , mieux vaut limiter les activités traumatisantes pour les articulations , comme la course à pied, le tennis, le ski… Et tenter d'alterner avec des sports plus doux ,tels le vélo, la natation ou la gym douce.

    2 ) Conserver son poids de forme

    Un lien direct est prouvé entre le surpoids (ou obésité) et les douleurs arthrosiques , souvent situées au niveau des hanches ou des genoux , mais aussi aux doigts . Alléger de 10 % son poids si on a quelques kilos en trop permet de diminuer la pression exercée sur les articulations .

    3 ) Limiter les gestes répétitifs 

    La dégradation du cartilage augmente avec l'âge , mais elle est surtout causée par des contraintes répétées qui s'exercent sur l'articulation . Si l'on pratique le jardinage ou la couture , il faut utiliser les bons outils , avoir la bonne posture et surtout factionner le temps consacré à l'activité .

    4 ) Arrêter de fumer 

    Le tabac limite l'oxygénation du sang et contribue à a désagrégation du cartilage . Une étude présentée en 2017 prouve que le fait de fumer favorise l'irruption de maladies rhumatologiques , comme la polyarthrite rhumatoïde ou encore la spondylarthrite ankylosante .

    5 ) Faire le plein d'antioxydants 

    Le stress oxydatif accélère le vieillissement , y compris au niveau des articulations .Et si l'on souffre de douleurs telles que l'arthrose , l'érosion du cartilage augmente d'autant l'oxydation de l'organisme… Un cercle vicieux ! Il faut donc compenser en consommant de la vitamine C et des polyphénols ; pour cela , mangez des fruits et des légumes colorés, des épices et buvez du thé vert. 

    6 ) Rééquilibrer son assiette 

    Une alimentation riche en viande rouge , en sel et en produits transformés , acidifiante pour l'organisme , a tendance à accentuer la déminéralisation des os . Elle favorise de ce fait les douleurs articulaires et les tendinites . Pour compenser , il faut consommer des végétaux , des céréales complètes et des eaux minérales  alcalinisantes (type St-Yorre, Vichy Célestins, Badoit …).

    7 ) Se mettre aux gymnastiques douces 

    Yoga, qi gong ou tai-chi ont un effet bénéfique prouvé sur la mobilité et les douleurs articulaires .  Ces pratiques renforcent aussi les chaines musculaires et augmentent la souplesse des tissus situés autour des articulations , ce qui protège ces dernières des chocs .

    Bon à savoir 

    Notre alimentation, qui présente un déséquilibre entre l'apport d'oméga 6 et d'oméga 3 , favorise les inflammations responsables des douleurs articulaires. Pour inverser la tendance, il est recommandé d'augmenter sa consommation d'aliments riches en oméga 3; poissons gras deux ou trois fois par semaine , huile de colza ou de noix , ainsi que les produits labellisés <<bleu-blanc-cœur >>( charte garantissant la bonne alimentation des animaux d'élevage ) . ( Texte extrait de Télé-Loisirs )


    1 commentaire
  • Voici 3 recettes de desserts sucrés pour 4 personnes et la valeur calorique de chaque  portion 

    Plats de desserts

    Plats de desserts


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires