• Ingrédients pour :  24 pièces 

    Madeleines salées

    Préparation : 15 mn         Réfrigération : 3 h         Cuisson : 15 mn 

    Placez dans la cuve d'un robot muni d'une lame à pétrin la farine , les œufs, la boisson végétale , le beurre et la levure 

    Salez et poivrez puis mixez jusqu'à l'obtention d'une pâte 

    Placez 3 h au réfrigérateur , afin que se forme la bosse de la madeleine durant le choc thermique 

    Coupez le tofu fumé en petits cubes de 5 mm de côté

    Emincez les tomates confites 

    Mélangez le tout

    Incorporez ce mélange à la pâte sortie du réfrigérateur 

    Préchauffez le four à 220°C (th 7-8)

    Remplissez les moules à madeleine 

    Enfournez 5 mn puis baissez le four à 180°C (th6)

    Laissez cuire 10 mn jusqu'à ce que les madeleines soient dorées .


    1 commentaire
  • Elle est très redoutée en période de chaleur. mas connaissez-vous exactement son origine et ce qu'il faut faire pour s'en remettre au plus vite ? 

    Des symptômes proches de la gastro 

    Passagère, souvent fulgurante, l'intoxication alimentaire se manifeste par des vomissements, de diarrhées plus ou moins intenses, des douleurs abdominales et, parfois des suées et de la fièvre. A ne pas confondre avec une gastro-entérite (provoquée , le plus souvent , par un virus et donc contagieuse) cette intoxication intestinale survient après la consommation d'un aliment contenant une bactérie ou des toxines , produites par la bactérie en question (Escherichia coli ou E.coli, salmonelles...).

    Des aliments mal conservés souvent à l'origine du mal 

    Il est essentiel de respecter la chaine du froid, en ne congelant jamais deux fois le même aliment par exemple , et en ne laissant pas traîner à l'extérieur des produits qui nécessitent une conservation au frais (mayonnaise, beurre, viande, crème, glace, charcuterie ...) . Des aliments mal préparés (comme des conserves de légumes faites maison), avec une cuisson interrompue , peuvent aussi favoriser la prolifération de bactéries et de toxines (avec risque de botulisme) .Redoublez de vigilance en été, car la chaleur favorise la prolifération de germes !

    Adopter la bonne alimentation 

    En mangeant léger, vous permettez à votre organisme de se concentrer sur l'élimination des toxines et des bactéries . Le temps de l'intoxication , consommez par exemple , des biscottes, des bretzels (intéressant pour leur apport en sel) , des bananes , du riz blanc (ou sans eau) ...Vous pouvez aussi prendre un sachet d'argile ( du Smecta, notamment ) qui tapissera l'intestin et limitera l'agression.

    Se reposer et s'hydrater 

    Pour vous rétablir d'une intoxication alimentaire , mettez-vous au repos , et surtout pensez à beaucoup boire , car le corps a été déshydraté par l'action mécanique des vomissements et des diarrhées. Buvez , par petites gorgées, de l'eau sucrée (pour lutter contre l'hypoglycémie ) ou avec un peu de sel . Les antidiarrhéiques ( Tiorfan, Immodium..) sont à utiliser uniquement en cas de diarrhée sévère, car cela risque de ralentir l'élimination des toxines. Enfin, un antinauséeux peut être administré, sous forme de suppositoire pour une meilleure efficacité .

    L'intoxication alimentaire

    Des probiotiques pour éviter la récidive

    Bactéries amies de notre organisme , les probiotiques renforcent l'intestin et l'aident à lutter contre le bactéries ennemies et les récidives d'intoxication ans les semaines qui suivent . A prendre deux fois par jour durant 15 jours , sous forme de gélules ou de sachets à diluer dans de l'eau.

    Au-delà de 48 heures , s'adresser à un médecin 

    Si les symptômes ne passent pas au bout de deux jours, il est préférable de consulter un médecin afin de vérifier l'absence de complications ou de germes nécessitant une prise en charge spécifique. Il est aussi conseillé de consulter votre généraliste si vous prenez déjà un traitement médical en continu , car la succession de vomissements  et de diarrhées peut le rendre inefficace le temps que dure l'intoxication .

    Bon à savoir 

    Pour des repas sans souci , outre le respect de la chaine du froid pour conserver vos aliments , lavez-vous les mains , surtout avant de passer à table . Et mangez en faisant confiance à votre instinct ; si un aliment sent mauvais, s'il n'est pas agréable à la vue ou au goût, ne le consommez pas et jetez-le sans attendre .(Merci au Docteur Sarah Merran , médecin micro nutritionniste pour ses conseils .Texte extrait de Télé-Loisirs)


    votre commentaire
  • A chaque piqûre d'insecte sa solution 

    Elles comptent parmi les fréquents bobos de l'été. Suivez ces conseils pour ne pas laisser un bouton gâcher vos vacances .

    Piqûres d'insectes

    Moustique et taon : La lavande fine pour apaiser 

    Si la piqûre de ces insectes gratte, c'est à cause de leur salive. Désinfecter avec une lotion antiseptique, ou de l'eau et du savon, puis appliquez plusieurs fois par jour une crème antiprurigineuse contenant un anesthésique local (Eurax, Quotane ...). Une goutte d'huile essentielle de lavande fine ou aspic sur le bouton aide aussi à désinfecter et cicatriser. Si le bouton enfle et démange beaucoup, utilisez une crème ou un gel contenant un antihistaminique et/ou de la cortisone ( Cortapaisyl Onctose hydrocortisone, Dermofenac ...).

    Aoûtat :  Eliminer les larves avant tout 

    Les larves de ce mini-acarien présent dans l'herbe (faites attention lors des pique-niques) entraînent des lésions cutanées rouges et des irritations au niveau des plis de la peau , des élastiques du soutien-gorge, de la ceinture , des chaussettes... Quelques heures plus tard , ça démange fortement ! L'idéal est d'appliquer la lotion antiparasitaire Ascabiol ( en pharmacie) avec un coton , pour tuer les larves , puis une crème locale apaisante contenant un antihistaminique , voire de prendre un antihistaminique par voie orale si les démangeaisons sont importantes (zyrtecset et génériques de la cétirizine , en vente libre ).

    Abeilles, guêpes, frelons : Surveiller gonflements et urticaire .

    Si c'est une abeille qui vous a piqué, elle aura laissé son dard, qu'il faut enlever; n'utilisez pas de pince à épiler pour ne pas percer la poche de venin , mais une carte rigide (carte de crédit) pour le faire glisser doucement vers le point de sortie. Quel que soit l'insecte qui vous a attaqué, si ça vous lance, essayez de neutraliser le venin avec la chaleur , en approchant le bout d'une cigarette allumée, un allume-cigare ou un sèche-cheveux quelques minutes (attention à ne pas vous brûler), puis désinfectez En cas de démangeaisons , appliquez une crème à base d'antihistaminique et/ou de d'hydrocortisone , ou 1 à 2 gouttes d'huile essentielle de lavande aspic , légèrement anesthésiante. Si vous avez été piqué à la gorge ou dans la bouche, ou si vous gonflez ou vous couvre d'urticaire, appelez vite le 15 (SAMU) , car il y a un risque d'œdème de Quincke et de choc anaphylactique. Pensez aussi à enlever bagues et bracelets si vous êtes piqué à la main.

    Tique : Inspection générale !

    La morsure de cet acarien rencontré en forêt (dés la lisière des bois) ou dans certains jardins peut transmettre des maladies, notamment celle de Lyme , via une bactérie .Après une balade dans la nature , inspectez minutieusement tout votre corps , en particulier le plis de la peau (demandez à quelqu'un de regarder dans le cou et le dos) Si vous repérez une tique, retirez-là avec un tire-tique ; glissez-le sous la bête et tournez délicatement (à défaut, utilisez une pince à épiler en tirant vers le haut) Pui désinfectez avec un antiseptique . Surveillez le point de morsure durant un mois et consultez si jamais un érythème (plaque rouge et ronde) se forme autour, ou en cas de fièvre , de fatigue ...

    Bon à savoir 

    Si vous vous réveillez avec des piqûres rouges regroupées ou alignées , cela peut être dû à des punaises de lit , fréquentes dans les lieux de passages (hôtels, appartements de location, camping...). Des petites tâches noires ou des trainées de sang sur les draps sont aussi un indice. Désinfectez bien . Et veillez à ne pas en rapporter dans vos valises, en lavant votre linge et vos vêtements à 60°C au moins. (Merci à Christine Cieur , docteure en pharmacie , auteure de Ma pharmacie naturelle idéale  "éd. Terre vivante ") Texte extrait de Télé-Loisirs)


    votre commentaire
  • Gourmands, colorés, frais, les légumes de printemps envahissent les étals de nos marchés . Riche en fibres et en nutriments , il sont parfaits pour se refaire une santé.

    L'artichaut  :   L'ami du transit 

    Le top des légumes

    Grâce à sa bonne teneur en potassium et en inuline , une fibre douce aux propriétés diurétiques et dépuratives, l'artichaut stimule les systèmes digestifs paresseux . De pus , l'action prébiotique de l'inuline contribue à améliorer et réguler le microbiote intestinal, favorisent ainsi l'assimilation de certain minéraux comme le magnésium et le calcium.

    Les petits pois :  Alliés coupe-faim

    Le top des légumes de printemps

    De la famille des légumineuses , les petits pois ont une teneur en protéines trois fois supérieure à la plupart des légumes , soit environ 5,8 g pour 100 g , les rendant ainsi plus rassasiants . De plus , les fibres qu'ils contiennent diminuent la sécrétion de ghréline , une hormone produite par l'estomac qui stimule l'appétit. 

    L'asperge :  Alliée des femmes enceintes 

    Le top des légumes de printemps

    Blanche, verte ou violette, l'asperge et une bonne source de vitamine B9. Appelée aussi acide folique , cette vitamine est indispensable à la production de nouvelles cellules . Elle est indispensable notamment au développement du fœtus durant la grossesse et participe au bon fonctionnement du système nerveux du bébé.

    Les pousses d'épinards :  Protectrices 

    Le top des légumes de printemps

    Elles sont très riches en iode, indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes , une portion de 100 g couvre environ 40% des besoins journaliers . Elles sont aussi source de vitamine A  (60% AJR pour 100 g) qui participe au fonctionnement normal de la vision , des muqueuses, de la peau et du système immunitaire . Elles apportent de la vitamine K , qui assure la coagulation sanguine et prévient les troubles cardiovasculaires . 100 g suffisent à ouvrir 100% des besoins quotidiens .

    Le radis rose : tonifiant 

    Le top des légumes de printemps

    Ce légume crucifère représente une excellente source de vitamine C - environ 12 mg pour 100 g soit 15% des apports journaliers recommandés . Intervenant dans de nombreuses fonctions de l'organisme, la vitamine C renforce le système immunitaire, aide à la cicatrisation, à l'assimilation du fer et contribue à la synthèse du collagène.

    Pourquoi acheter des légumes de saison ? 

    C'est plus économique et écologique 

    Les cultures hors saison sont souvent moins écologiques en l'absence de conditions climatiques favorables . Les produits importés de pays ensoleillés ont un goût de transport et une empreinte carbone significativement plus élevés.

    C'est mieux pour la santé 

    La nature est bien faite : les légumes d'hiver sont bourrés de nutriments pour mieux supporter le froid, tandis que ceux de l'été sont riches en eau pour maintenir l'hydratation du corps . Cueillis à  maturité, les fruits et légumes de saison sont aussi mieux pourvus en vitamines et minéraux .

    C'est meilleur pour nos papilles

    L'absence de soleil ou encore une récolte prématurée maturation des fruits et légumes , les rendant moins goûteux . 

    Avec la collaboration de Valérie Binet , diététicienne -nutritionniste à Jacou (34)

    Le top des légumes de printemps


    votre commentaire
  • Que cachent les étiquettes ? 

    Indices, filtres, ingrédients nocifs: pour un choix éclairé, le point sur ces produits efficaces ... et parfois toxiques.

    Les crèmes solaires

    Les protections contre les UVA et UVB

    Il faut distinguer les ultraviolets B, responsable des coups de soleil et de cancers de la peau, des ultraviolets A, qui provoquent un vieillissement cutané prématuré mais aussi des cancers.                                                                                                                          Pour se protéger des premiers, l'étiquette de toute crème solaire doit indiquer le facteur de protection solaire (FPS ou SFP). Il est suivi d'un nombre ; plus il est élevé, plus il protège. Il va de 6 à 50+. Les mentions <<écran total>> ou <<protection totale>> ne peuvent plus être utilisées depuis une directive européenne de 2006 car aucun produit n'offre une protection totale contre les ultraviolets. Pour les UVA, le logo européen UVA est une garantie; il n'est pas obligatoire mais recommandé et est de plus en plus utilisé. Cette même réglementation impose également que les crèmes protègent contre les deux types d' UV , avec un rapport de 1 à 3 ; une crème qui affiche un FPS de 30 doit garantir une protection contre les UVA d'indice 10 .

    Distinguer les filtres solaires minéraux des filtres chimiques 

    Ils sont utilisés pour faire barrière aux ultraviolets. Les filtres chimiques ou organiques sont composés de molécules qui pénètrent l'épiderme et absorbent les UV à la place de la peau. Sur l'étiquette , il peut s'agir de: oxybenzone ou benzophénone-3 ou BZ-3; 4 méthylbenzylidène camphre ou 4-MBC; 3-benzylidène camphre ou 3-BC; octyl-méthoxycinnamate ou OMC; octocrylène ou OC; ethylhexyl methoxycinamate . Tous sont montrés du doigt car ils agiraient comme des perturbateurs endocriniens (impact sur la puberté et le développement des organes reproducteurs), polluent les océans et détruisent les coraux. Les filtres minéraux, eux, ne pénètrent pas l'épiderme ; ils se déposent sur la peau et réfléchissent les rayons UV, comme un miroir . Ce sont principalement le dioxyde de titane et l'oxyde de zinc. Attention, ces deux composants sont interdits dans les sprays car il peuvent être inhalés et passer dans le sang via les alvéoles pulmonaires .

    La mention nano

    Les filtres solaires chimiques ou minéraux peuvent être présents sous forme de particules nanométriques , c'est-à-dire  infiniment petites. Si c'est le cas, l'étiquette doit porter la mention <<nano>> accolée au nom de la substance concernée dans la liste des ingrédients .

    Les composants à éviter

    L'oxybenzone et l'octinoxate: ils ont des effets néfastes sur l'homme, l'environnement et l'écosystème marin ; mort des coraux, infertilité animale et humaine, allergies pour les humains. ils sont interdits à Hawaii et dans certaines zones du Costa-Rica, des Galápagos .                                                                                     L'octocrylène :  ce filtre solaire  est suspecté d'être allergisant. Plus grave selon une étude publiée en mars 2021 ( Chemical Research in Toxicology , revue spécialisée de la Société américaine de chimie) , une fois le tube ouvert, il produit de la benzophénone, perturbateur endocrinien possiblement cancérigène . Il est donc très important d'utiliser son tube rapidement , de bien vérifier la date de péremption et de jeter les produits solaires de l'été précédent. Il est aussi dévastateur pour les fonds marins .                                                 L'alcool : il assèche la peau et s'avère toxique pour les cellules. 

    Bon à savoir 

    Si le cahier des charges Cosmos, qui concerne la majorité des cosmétiques bio vendus en France (ceux labellisés Ecocert, Cosmebio et BDIH) , autorise l'utilisation de nanoparticules pour les filtres solaires, il encadre leur teneur. Cependant, UFC Que Choisir a montré que l'obligation de les mentionner sur les étiquettes n'étaient pas toujours respectée par les fabricants. (texte extrait de Télé-Loisirs)


    1 commentaire
  • Préparation : 15 mn    Cuisson : 12 à 15 mn   Repos : 10 mn 

    Ingrédients pour : 2 personnes 

    Buddha bowl au saumon

    Coupez le saumon en lamelles

    Faites-le mariner dans la moitié du jus de citron pendant 10 mn

    Lavez et coupez n lamelles le concombre, les radis, les oignons nouveau et leur tige

    Pelez et dénoyautez l'avocat puis coupez-le en lamelles

    Pelez et tranchez le kiwi 

    Préparez la sauce en mélangeant le vinaigre, la sauce soja, le jus de citron restant et du poivre 

    faites cuire le riz dans une casserole d'eau bouillante salée pendant 12 à 15 mn

    Mettez le riz dans le fond d'un grand bol 

    Ajoutez harmonieusement les lamelles de saumon, les légumes, l'avocat, le kiwi

    Arrosez avec la sauce.

    Buddha bowl au saumon


    1 commentaire
  • Se réconcilier avec son corps grâce à l'activité physique adaptée ( APA).

    Nicolas Tabard est enseignant en activité physique adaptée et forme d'autres professionnels du sport afin de sensibiliser aux difficultés que peuvent rencontrer des personnes atteintes de maladies chroniques , APA.

    L'activité physique adaptée

    En quoi consiste l'activité physique adaptée ? 

    Il s'agit, entre autres, de permettre à des personnes souffrant de maladies ou de handicaps de pratiquer une activité adaptée à leurs problèmes de santé, leurs capacités, goûts et intérêts et de les accompagner dans ce parcours de façon régulière, progressive et en toute sécurité.                                                                                     

    Conseiller aux patients de bouger davantage ne suffit pas quand ils ne l'ont pas fait depuis longtemps, qu'ils ne sont pas suffisamment  motivés ou qu'ils ont des réticences. Un accompagnement peut être nécessaire pour qu'ils reprennent confiance en eux et cheminent vers une pratique sportive plus autonome. Un enseignant spécialisé en activité physique adaptée saura trouver les activités idéales en créant une dynamique grâce à se compétences, son écoute, son empathie , ... permettant au patient de donner un sens à sa pratique .

    Aujourd'hui il est possible de trouver des structures qui s'inscrivent dans une démarche de <<sport/santé>>. Cela peut être un club de tennis, des cours d'aquagym une association locale de marcheur , ou toute structure agréée ( http://www.solidarités-santé.gouv.fr). L'éducateur élabore un programme détaillé sur environ 10 mois avec une mise en route par des séances encadrées pendant plusieurs mois selon les situations . 

    Quels sont les bénéfices d'une telle activité ? 

    L'APA a d'abord des bienfaits médicaux; elle permet à une personne diabétique de mieux réguler ses glycémies , de stabiliser son poids, d'améliorer son système cardio-respiratoire ... Elle peut aider dans d'autres pathologies parfois associées, en faisant baisser l'hypertension artérielle, diminuer le mauvais cholestérol (LDL) et augmenter le bon (HDL) . Elle favorise aussi une meilleure forme générale en renforçant les muscles, les articulations... Elle peut représenter un intérêt social à sortir de chez soi, en rencontrant de nouvelles personnes pour partager une activité collective . Les bénéfices sont également psychologique quand, par exemple, une personne complexée par son corps reprend confiance en elle et ose se mettre en maillot de bain pour aller à la piscine . Les patients retrouvent petit à petit le plaisir de prendre soin d'eux .

    J'ai réalisé une enquête il y a quelques années sur ce sujet, et les bénéfices mentionnés par les patients étaient très variés. Certains disaient avoir gagné en combativité, être plus acteurs de leur santé, et rapportaient une expérience sensorielle agréable avec leur corps. D'autres se sentaient à nouveau capables de partir en vacances à la montagne ou se réjouissaient de pouvoir ramasser une chaussette sous un lit sans difficulté, de monter trois étages sans être essoufflés . Enfin, les plus autonomes peuvent même s'inscrire durablement dans l'activité physique que ce soit en randonnée  par exemple au sein de l'association Randonnée et Diabète (http://www.randonneediabete.fr) ou dans une autre activité .

    Pour en savoir plus sur l'offre d'activité physique près de chez soi, contacter les associations locales de la Fédération Française des Diabétiques.

    Comment faire si on est intéressé par l'activité physique adaptée ? 

    Le patient peut d'abord en parler à son médecin traitant. Si celui-ci connaît le <<sport sur ordonnance>>, il pourra directement réaliser un premier bilan et délivrer un certificat médical où seront mentionnées des indications et des précautions à prendre , destinées à l'éducateur.

    Si le soignant n'est pas familiarisé avec la prescription d'activités physiques adaptées, le patient peut se rapprocher du réseau sport santé de sa région ou du comité régional olympique et sport qui sauront le guider.

    L'activité physique adaptée

    Armé de ces documents qui constituent un <<carnet de liaison>>avec le médecin, l'éducateur pourra ensuite établir un programme avec le patient : type d'activité, rythme, etc. Le rôle de l'éducateur est aussi de l'aider à trouver des leviers à ses freins à l'activité physique tels que la peur de faire une hypoglycémie , de e pas se sentir capable , ou d'avoir une expérience négative (comme le souvenir des mauvaises notes à l'école). Il est bon de rappeler que dans le cadre de l'activité physique adaptée, nous ne sommes pas dans une idée de performance mais de plaisir, seule condition pour arriver à pérenniser un mode de vie plus actif .

    Bien sûr, les accompagnants du programme sophia sont également là pour aider les patients dans ces démarches .

    A noter 

    Certaines mutuelles et assurances santé peuvent rembourser une partie des frais d'adhésion à un club sportif par exemple(se renseigner sur les conditions de prie en charge avant le début de l'activité).


    1 commentaire
  • Les repas hospitaliers n'ont pas la réputation d'être très appétissants ! Mais après un séjour dans une structure spécialisée dans les traitements de l'obésité, Gilles Marsoni,  également diabétique a redécouvert des aliments plaisir et une nouvelle façon de manger .

    Rapport à l'alimentation

    Quel est votre << rapport >> avec votre diabète ? 

    Juste après ma retraite et mon retour en métropole après dx ans passés aux Antilles , une analyse de sang a révélée que j'avais 1,20 g de glycémie à jeun . Mon médecin m'a dit << il va falloir s'occuper de ce diabète >> mais je n'ai d'abord pas voulu en tenir compte , je n'ai pas voulu prendre de médicaments . J'ai quand même changé un peu mes habitudes alimentaires. Au bout de trois mois, les chiffres étaient meilleurs  mais j'ai "rechuté" et six mois plus tard , j'ai dû me résoudre à un traitement médical. j'ai rencontré un diabétologue et suis parvenu à maintenir un taux de glycémie <<intéressant>>. j'ai néanmoins pris beaucoup de poids depuis ma retraite pour monter jusqu'à 117 kilos pour 1,83m . Aussi l'an dernier , pendant le deuxième confinement , j'ai commencé à me lasser de la redondance de mes menus , moi qui aime cuisiner . j'avais aussi moins d'allant , je ressentais une petite déprime. J'ai donc demandé à mon médecin traitant si je pouvais faire un séjour dans une structure spécialisée pour bénéficier d'un programme de diététique et d'activité physique. Je comptais aussi sur <<l'effet du groupe>> pour échanger, partager nos expériences.

    Quand et comment s'est passé ce séjour ? 

    Je suis rentré dans cet établissement situé en Haute-Garonne le 27 janvier et j'ai suivi un programme de trois semaines , jusqu'au 17 février. Avec le Covid, il y avait beaucoup de restrictions. Je n'avais pas le droit  à des visites et certaines activités normalement prévues comme les ateliers culinaires ne pouvaient avoir lieu, ce qui nous privait en partie de l'effet d'entrainement du groupe . Mais nous nous retrouvions avec les autres personnes hospitalisées en même temps , pour des marches dans le parc où nous pouvions échanger . Nous avions aussi un programme individuel avec des cours, des visites médicales, un coach qui s'occupait de nous en fonction de nos capacités physiques et nous proposait des activités de vélo d'appartement, de rameur ... et des exercices sur un appareil pour apprendre à mieux contrôler son équilibre. C'était intéressant pour quelqu'un de mon âge -j'ai 69 ans -et qui a déjà fait des chutes . . .

    Qu'est-ce que ce séjour vous a apporté ? 

    Depuis le crise du Covid , chez moi, j'allais sans cesse du frigo à la télé et de la télé au frigo. j'avais le sentiment de manger beaucoup en quantité , mais je mangeais surtout souvent et trop de chocolat, trop de pain ... Ce séjour m'a appris beaucoup de choses . D'abord que les féculents ne font pas grossir mais qu'ils permettent de tenir , sans faim, entre deux repas . Sur place, je n'avais pas la possibilité de grignoter mais je n'ai pas ressenti de frustration. Par contre , les repas sont devenus des moments un peu <<sacrés>> où j'ai retrouvé la sensation de saliver avant de passer à table. J'ai aussi beaucoup appris sur les méfaits des additifs présents dans les aliments industriels et transformés. J'ai redécouvert certaines recettes comme la purée de pois ou d'autres légumes comme les blettes ou les cardes que je cuisine désormais souvent et qui me font plaisir .

    J'ai perdu du poids pendant le séjour et j'ai continué à en perdre depuis . je suis passé de 34 unités d'insuline à 10 et j'ai une tension de jeune homme !

    Quelles sont pour vous les suites de ce séjour ? 

    Je pensais qu'en rentrant chez moi, j'allais lâcher mes bonnes habitudes mais quelque chose s'est ancré en moi au niveau conscient . Désormais, je veux que ce que je mets dans ma bouche soit quelque chose de bon pour la santé J'ai changé de boulangerie pour acheter du pain fait avec des farines anciennes, de châtaigne,  ... pour éviter ce que l'on appelle les <<calories vides >>des pains blancs et industriels. Au niveau de l'activité physique, je dois avouer que ce n'est pas terrible !J'ai un tapis de marche mais n'ai pas poursuivi mes efforts . J'ai fait de l'activité physique adaptée ( voir prochain article) lorsque j'étais hospitalisé et j'ai vu que ça me permettait d'aller un peu plus loin , un peu plus vite, un peu plus longtemps. C'est avec plaisir que je reprendrai . J'ai d'ailleurs pris rendez-vous à nouveau pour y faire un bilan . J'ai réappris à m'occuper de moi et c'est une bonne chose ! Mon prochain projet est de me mettre à la méditation ...


    1 commentaire
  • Sur lit de légumes  

    Valeur nutritionnelle pour une personnes 

    Lipides :  11 g     Glucides :  27,5 g   Protéines :   28,5 g 

    Apport calorique :    278 kcal

    Ingrédients pour : 4 personnes 

    Dorade au four

    Préparation :  30 mn        Cuisson :  environ 40 mn au four à 210°C + 15 mn

    Faites vider et écailler la dorade par votre poissonnier 

    Passez la sous l'eau et essuyez la 

    préchauffez votre four à 210°C 

    graissez un grand plat en terre 

    Dans une coupelle, mélangez le jus de citron, l'huile d'olive, le paprika, le persil finement haché et l'ail écrasé

    Coupez les oignons et les tomate en fines rondelles

    Déposez les au fond du plat

    Saupoudrez du thym et déposez la dorade dessus 

    Farcir l'intérieur de la dorade avec une partie de la préparation puis versez le reste sur le poisson

    Recouvrez de papier aluminium et mettez au four pendant environ 30 mn 

    Epluchez les carottes et les pommes de terre et faites des rayures sur la courgette

    Les couper en fines rondelles 

    Coupez le poivron en fine lanières

    Dans une sauteuse, faites bouillir 1 litre d'eau avec le laurier et y ajouter les légumes coupés .

    Laissez cuire pendant 15 mn à feu doux en couvrant 

    Versez ensuite les légumes sur le poisson et remettez au four 10 mn environ

    Servez le poisson avec les légumes et arrosez du jus de citron .


    1 commentaire
  • Ma peau, je la surveille toute l'année !

    Les personnes qui ont un diabète peuvent , comme tout le monde , rencontrer des problèmes de peau ; sécheresse, irritation, cicatrisation difficile à la suite de plaies . Il est possible de s'en protéger et surtout de les prévenir dans la vie de tous les jours.

    C'est l'été !

    En cette saison, le soleil joue un rôle important dans notre vie. Il participe à notre bien-être physique et moral. A tous, il peut apporter ses bienfaits en aidant le corps à se maintenir en bonne santé . Une vingtaine de minutes de soleil par jour sont suffisantes pour la synthèse de la vitamine D , essentielle pour les os .                    Quelques bons réflexes peuvent permettre de profiter du soleil sans dommage comme de réduire l'exposition solaire entre midi et 16 heures , de porter un vêtement à longues manches , des lunettes de soleil et de couvrir la tête                                            En complément, penser à appliquer de la crème solaire à indice adapté à son type de peau , de façon répétée et en quantité suffisante. Pour la baignade, choisir une crème à l'eau . Ne pas oublier de s'en remettre en sortant de l'eau et comme toujours prendre soin de ses pieds , en évitant de marcher pieds nus .                                          Ne l'oublions pas, notre peau mérite toute notre attention. Quand on a un diabète ; la peau ne court pas plus de risque que celles des autres personnes .Toutefois , si un problème apparaît (infection toujours à surveiller, ouverture cutanée) ,les complications peuvent être plus sévères, avec une durée d'évolution plus longue .     Du mieux possible, il convient d'être vigilant à l'égard des conséquences des petites agressions comme les allergies, les asséchements , les irritations, les brûlures, les coupures qui ont du mal à cicatriser ou les piqûres d'insectes . Ces dernières doivent être toujours désinfectées .

    Que penser de l'usage des antiseptiques ? 

    Leur utilisation sur peau lésée ne repose sur aucune étude scientifique. Ils n'ont qu'un effet transitoire sur le développement bactérien et le simple nettoyage d'une plaie au savon doit être privilégié.

    Toute l'année ! 

    Au quotidien, préférée l'eau de température modérée pour la toilette. L'eau chaude participe à l'asséchement cutané et peut provoquer des brûlures , en particulier si la sensibilité des jambes et des pieds est altérée. Se sécher sans frotter avec une serviette douce est important. Penser aussi à examiner régulièrement certains endroits délicats, pour éviter les effets d'une possible macération ; entre les orteils, sous les bras, entre les cuisses et dans les zones où la peau fait des plis .   Autre incontournable : l'hydratation ! Avec un diabète, la peau est parfois plus sèche risquant de favoriser la formation de corne voire de fissures . Pour l'éviter, il est important d'appliquer une fine couche de crème hydratante , à répéter une à deux fois par jour, afin de protéger et de nourrir sa peau avec efficacité. Et enfin, s'assurer également d'un apport suffisant en eau. (source sophia et vous n°50)

    Je surveille ma peau


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires