•  

    Asthme (2/2)

    Bien gérer son asthme , un apprentissage

    <<  Il est vrai que dans une vie d'asthmatique , avant de parvenir à une bonne gestion de la maladie , on passe souvent par plusieurs phases . A l'instar d'Angélique , aujourd'hui âgée de 38 ans , cette poly-allergique a appris à vivre en bonne intelligence avec celui qu'elle considère un peu comme un compagnon .<<on se forme , on s'informe . Dès que je sens que je vais moins bien , à cause de la pollution ou d'un pic pollinique que je n'arrive plus à gérer , je vais voir mon spécialiste ...>> Mais cela n'a pas toujours été ainsi : il y a eu des périodes où la jeune femme reconnaît avoir été <<insouciante >> . << Parfois , on va très bien et on n'a pas envie de prendre son traitement de fond >>, avoue-t-elle . A d'autres périodes , elle s'est sentie un peu dépassée par la maladie , qui prenait le pas sur sa vie (dominée) peu à peu néanmoins . Angélique a admis que << quand on ne suit pas correctement son traitement de fond , on est pas bien . Les crises sont des rappels à l'ordre >> . Désormais , elle ne prend pratiquement plus jamais de traitements d'attaque , sauf à titre préventif juste avant de faire du sport . Ce cheminement , c'et celui de Marie-Pierre , qui a connu le refus (réfractaire) et les moments de désespérance (dominé) avant de parvenir à une gestion maîtrisée de sa maladie . Mais, comme elle le raconte : <<Les six premiers mois ont été d'autant plus difficiles qu'un diabète s'était déclenché parallèlement à l'asthme . Or les traitement de celui-ci (corticoïdes) déséquilibraient le diabète . Un vrai dilemme ! >> Les premières années , les crises sévères se multiplient . Marie-Pierre se retrouve entre deux et quatre fois par an aux urgences avec, à chaque fois , de huit à dix jours d'hospitalisation . Jusqu'au moment où des stages d'éducation thérapeutique* lui permettent de mieux comprendre les pathologies dont elle souffre. << Je me suis rendu compte que si je soignais bien mon asthme , cela déstabilisait un tout petit peu mon diabète . Au contraire , si je trainais et laissais l'asthme s'aggraver , j'en prenais pour un mois corticoïdes . Et pour le coup, c'était très nocif côté diabète !>> Aujourd'hui , les crises graves ne sont plus qu'un mauvais souvenir . Tout comme la période où elle se sentait diminuée par la maladie.

    * Asthme et allergies infos service: 0 800 19 20 21 ou http://www.asthme-allergies.org

    Trouver les leviers pour agir 

    << Chaque patient a un profil particulier >>, explique le Dr Jebrak . Comme Angélique et Marie-Pierre , on peut être , suivant les périodes de sa vie , plus ou moins insouciant , plus ou moins réfractaire ou dominé . Mais en tout les cas , l'information est cruciale . <<Pour redonner de l'espoir aux dominés , il importe de leur dire qu'on dispose aujourd'hui de médicaments très efficaces et que la quasi-totalité des accidents graves ou des décès sont évitables si le traitement st bien pris >> , poursuit le praticien . D'autant que , paradoxalement , ces patients ne sont pas ceux qui développent les asthmes les plus graves . <<Leur faire pratiquer la relaxation pour qu'ils apprennent à mettre de la distance entre eux et leur symptômes est souvent efficace .>> Aux insouciants , c'est le discours contraire qu'il faudra tenir . Souvent , c'est la flemme de se traiter qui les bloque . Le levier ; simplifier le traitement pour qu'il soit facile à prendre . << Les réfractaires sont plus difficiles à prendre en charge . Ils sont plus revendicatifs , plus révoltés et en opposition vis-à-vis des informations ou des traitements . On les voit peu dans nos consultations , sauf lors des crises graves.  Il ne faut pas, alors, hésiter à aller jusqu'à la confrontation pour leur montrer qu'ils se trompent et pour les responsabiliser >>, conclut le Dr Gilles Jebrak .

    Paroles d'asthmatiques 

    Lola , l'insouciante : 24 ans

    << Cela fait plus de quatre ans que je vis avec un truc que je ne comprend pas .Souvent , quand je suis dans un lieu poussiéreux , quand il fait froid ou quand je fais un effort , je n'arrive pas à respirer , au point de perdre connaissance ... Ca ne doit pas être un asthme puisqu'il n'y a pas d'asthmatique dans ma famille . Mais quand je prend un bronchodilatateur , ça me soulage immédiatement .>>

    Mathieu , le dominé : 39 ans

    << Malgré tout un tas de médicaments que je prend tous les matins -Xyzali, Singular , Nasonex et   Symbicort 400 - , je continue à avoir des bronchites et à tousser . La ventoline m'aide , mais j'ai l'impression d'en avoir de plu en plus besoin . Qu'est-ce que je peux faire pour éviter que ces allergies et cet asthme me pourrissent la vie . >>

    Alexis , le maitrisé : 45 ans 

    << Grâce à "l'école de l'asthme ", qui existe dans les grandes villes de France , ma dernière crise remonte à six ans . Je vois un kiné respiratoire deux fois par semaine et, évidemment , je prends un traitement de fond contre l'asthme et le allergies 365 jours par an !Enfin , j'ai le bronchodilatateur de secours toujours sur moi et près de mon lit ; c'est utile et rassurant ! >> 

    Justine , la réfractaire : 28 ans 

    << j'ai pris mes médicaments , refusé de me séparer de mes chats , et la vie a continué. Ma pompe orange (corticoïde pour inhalation utilisé pour prévenir les crises d'asthmes)  fini par se vider . Aucun renouvellement ... donc deux-trois mois sans médicaments . Je me sens bien . Pour moi la crise d'asthme , c'est ce que j'ai vécu le matin où je me suis rendue aux urgences . Depuis , ce n'est pas revenu . Donc pas besoin de médicaments de toute façon ! >> (source : Version Femina )

     


    votre commentaire
  •  

    Quel asthmatique êtes-vous vraiment ? 

    Le regard que l'on porte sur sa maladie impacte de façon majeure la manière dont on se traite et dont l'asthme est contrôlé . D'où l'intérêt de savoir quel est son profil; réfractaire, insouciant, dominé ou maîtrisé ? 

    Asthme (1/2) 

    << Faire des crises d'asthme >> ou <<être asthmatique >>

    Le fait d'utiliser telle ou telle expression pour parler de cette pathologie en dit long sur le regard que l'on porte sur celle-ci . Celui qui se dit asthmatique sait qu'il souffre d'une maladie chronique avec laquelle il doit vivre au quotidien . Celui qui se plaint de << Crise d'asthme >> se focalise sur l'événement aigu , qu'il soigne , de façon plus ou moins anarchique , à coup de bronchodilatateurs telle la ventoline . C'est ce qui ressort d'une enquête Ipsos conduite pour l'association asthme & allergies avec le soutien de plusieurs industriels .

    La maîtrise , c'est ça l'objectif 

    L'asthme est une inflammation plus ou moins grave des voies respiratoires , en particulier des bronches et des bronchioles , qui se traduit par une difficulté à respirer, un essoufflement ou une sensation d'oppression dans la poitrine . Il se manifeste en général par des crises entrecoupées de périodes où la respiration et normale .Ce qui fait le plus peur , bien sûr , ce sont ces crises , la respiration sifflante . L'impression d'étouffer qui nécessite parfois le recours aux services d'urgence .  Il peut s'ensuivre une brutale détresse respiratoire qui met en danger la vie de la personne concernée . C'est ainsi que , malgré les progrès de la réanimation , un millier de décès sont à déplorer chaque année . L'objectif , pour tout patient asthmatique , est donc la maîtrise de son asthme . Parce que - on le sait - ce mal ne se guérit pas. En revanche , il peut être contrôlé , même s'il est sévère, à condition  de bien connaître sa maladie et les facteurs  déclenchants , de savoir anticiper les crises et, surtout , de prendre , lorsqu'il s'impose , le traitement de fond qui permet de vivre normalement au quotidien . Selon l'enquête Ipsos 87 %  des asthmatiques  affirment maîtriser leur asthme . Mais lorsqu'on interroge les médecins, la réponse est tout autre. Ils estiment que moins d'un patient sur cinq a une bonne gestion de sa maladie , à l'image de l'alpiniste de l'extrême Catherine Destivelle et d'autres sportifs de haut niveau qui parviennent à mener une carrière sportive malgré leur asthme . Pour ce qui est des autres , soit ils sont totalement << dépassés>> (cela ne concerne heureusement qu'une minorité ), soit ils vivent avec un asthme << partiellement >> équilibré . C''est le cas de deux malades sur trois parmi ceux qui estiment maîtriser leurs symptômes.

    Savoir quel asthmatique on est

    << Pour pouvoir aider son patient à modifier ses  comportements , il faut bien le connaître , explique le Dr Gilles Jebrak , pneumologue à l'hôpital Bichat , car seule cette bonne connaissance permet d'identifier des << leviers >> d'actions efficaces .>> d'où l'intérêt de l'enquête Ipsos qui, après analyse de près de 50 000 avis trouvés sur le net , suivie d'entretiens personnalisés avec plus de 500 malades , fait émerger quatre catégories de patients ; les dominés, les insouciants, les réfractaires et les maitrisés . Pour les premiers , qui représentes un asthmatique sur dix , la maladie est envahissante , presque obsessionnelle . Elle empêche de vivre , 82 % des dominés déclarent faire attention au quotidien à ne pas déclencher de crise et 65 % redoute d'être seuls si celle-ci survient . Mais cette angoisse obsessionnelle et les précautions prises ne suffisent pas à équilibrer leur asthme , puisque 23 % font de six à dix crises par an . Plus jeunes , inconscients des risques encourus , les insouciants représentent plus d'un tiers de la population interrogée . Leur connaissance de la maladie est lacunaire , ils ne veulent pas de contraintes et souhaitent un traitement facile à prendre . Enfin , un asthmatique sur quatre fait partie des réfractaires : comme leur nom l'indique , ces derniers refusent l'idée même d'être malades , ce qui sous-entend qu'ils répugnent à modifier leur hygiène de vie et , à plus forte raison , à suivre un traitement de fond . Quant aux maîtrisés , on l'a vu, il sont encore rares .

     


    1 commentaire
  •  

    Vivre longtemps et en bonne santé

    Il est écrit que le diabète est un facteur de risque cardiovasculaire . Mais savez-vous ce que cela veut dire concrètement ? Comme l'hypertension artérielle , l'excès de cholestérol ou le tabac , un diabète déséquilibré peut entraîner des complications au niveau du cœur et/ou des vaisseaux . << La bonne nouvelle , c'et qu'il est possible d'agir ! >> Précise le Dr Ramine Monachipour , cardiologue à Paris (photo)

    Face au risque cardiovasculaire

     << Je le dis souvent : si tous mes patients arrêtent de fumer et se mettent à pratiquer quotidiennement de l'activité physique , il faudra que je songe à me reconvertir ! >> Le Docteur  Monachipour manie l'humour aussi facilement que la pédagogie , à l'image de sa description des mécanismes cardiovasculaire : << Les artères sont des tuyaux qui conduisent le sang dans l'organisme , avec le temps , elles vieillissent naturellement en se rétrécissant et en se bouchant peu à peu . Les facteurs de risque cardiovasculaire peuvent accélérer prématurément le vieillissement des artères et entraîner des complications graves .>>

    Limiter l'apparition des complications ...

    Des complications se développent souvent sans signes avant-coureurs . Pour autant , << Il ne faut pas oublier que l'infarctus du myocarde ou l'accident vasculaire cérébral (voir encadré ) peuvent causer la mort ou entraîner des handicaps sérieux >> rappelle-t-il . Pour se situer vis à vis du risque cardiovasculaire , << on distingue d'abord les facteurs sur lesquels on ne peut pas agir : l'âge , le sexe et les antécédents familiaux >>  énumère le docteur Monachipour . << Non-correctibles , ils sont néanmoins utiles car ils permettent d'identifier les patients à suivre de plus près s'agissant des complications ou des facteurs de risque correctibles .>>

    Face au risque cardiovasculaire

    ... En agissant au quotidien .

    Car il existe aussi des facteurs sur lesquels il est possible d'agir . << ET c'est là que le patient doit agir en lien avec son médecin >> insiste le Dr Monachipour , << en commençant par arrêter de fumer car le tabac est le risque majeur .>> Le diabète , qui fragilise les artères quand il est déséquilibré , l'hypertension artérielle et un taux de cholestérol trop élevé sont les trois facteurs de risques correctibles . Pour les contrôler, la démarche est similaire : vous discutez avec votre médecin pour fixer des objectifs de tension artérielle , de taux de cholestérol et, pour le diabète , de taux d'HbA1c . <<L'intérêt aussi >> poursuit-il , << c'est que les recommandations pour équilibrer le diabète sont aussi efficaces pour le cholestérol et la tension : une activité physique régulière , une alimentation équilibrée et le bon suivi de votre traitement avec votre médecin .>>

    Dès lors , l'intervention du cardiologue est généralement sollicitée par << le médecin qui connaît le mieux le patient , par exemple son généraliste ou son diabétologue >> . En cas de complications cardiovasculaires détectées , le docteur Monachipour se veut rassurant : <<de nombreux traitements existent pour limiter les symptômes ou réparer les artères afin de permettre à chacun de vivre mieux et en bonne santé .>>

     En savoir plus :

    ameli-sophia.fr(>le diabète> Mieux connaître le diabète>Prévention des risques cardiovasculaires )


    1 commentaire
  •  Comment le reconnaître ?

    Lorsque la pression et la fatigue s'accumulent au travail , on n'est pas loin de craquer nerveusement . Pourtant , ce syndrome d'épuisement professionnel va au-delà de ses symptômes .

    Vous avez du travail par-dessus la tête et des horaires à rallonge ? Vos supérieurs vous mettent la pression ? A l'impossible, nul n'est tenu .Pour ne pas vous laisser envahir par le stress , apprenez à dire non . Pour vous protéger du burn-out , mieux vaux connaître ses manifestations .

    Des signes qui ne trompent pas

    Vous traversez une période difficile au bureau , mais si vous arrivez à couper et à retrouver le sourire une fois rentré à la maison , pas d'inquiétude . En effet en cas de burn-out , l'impression de fatigue ne concerne pas seulement le travail . La simple idée de sortir, d'aller faire les courses ou de passer un moment en famille paraît épuisante. Vous n'avez plus le courage de faire quoi que ce soit , même en dehors du travail , c'et un signe qui doit alerter .D'autres symptômes associés peuvent également faire penser à un burn-out ; vous n'arrivez pas à récupérer après une bonne nuit de sommeil ou quinze jours de vacances , vous souffrez de troubles digestifs , du sommeil ou de douleurs musculaires , votre confiance en vous est en chute libre et vous avez l'impression de n'être plus bon à rien au travail . Le dernier signal est une sorte << d'anesthésie émotionnelle >> ; plus rien ne vous touche , et vous restez indifférent , par exemple , face à des nouvelles tristes aux infos ou à un événement heureux dans votre entourage .

    Plusieurs causes

    Bien sûr , la charge de travail et l'accumulation du stress sont les premiers facteurs du burn-out .Mais tous ceux qui les subissent ne sont heureusement pas touchés . Il semble que d'autres facteurs combinés à ce stress forment le cocktail explosif qui peut mener à l'épuisement . Parmi eux ; la monotonie du travail , le manque d'autonomie , l'absence de reconnaissance ou une ambiance tendue . Si tous ces éléments sont réunis , il faut être très vigilant .

    Des prédispositions

    Nous ne sommes pas tous égaux devant ce danger . Les personnes naturellement exigeantes envers elles-mêmes et perfectionnistes , qui s'investissent beaucoup dans leur carrière professionnelle , seraient ainsi plus vulnérables face à ce syndrome .D'ailleurs , on note souvent chez les victimes du burn-out une tendance à recourir à diverses substances du type alcool, tabac, drogue , pour rester performant .

    Ne pas hésiter à consulter

    Le burn-out ne frappe pas du jour au lendemain , c'est un état qui s'installe progressivement , sans que l'on s'en rende compte ... D'où l'importance d'être pris en charge le plus tôt possible , car il s'agit d'une pathologie sérieuse dont on e peut se sortir seul . Si vous reconnaissez un ou plusieurs de ces symptômes , n'hésitez pas à en parler à votre généraliste ou au médecin du travail , qui pourra confirmer le diagnostic et décider d'un éventuel arrêt de travail et/ou vous orienter vers un psychologue .

    Un mal difficile à chiffrer

    Obtenir des statistiques sur cette pathologie est extrêmement compliqué car elle n'et pas encore reconnue comme maladie professionnelle .Cependant , 17% des salariés français se disent potentiellement concernés par le burn-out . (source : Etude Think/Great Place to Work de janvier 2015)

    Attention , professions à risque !

    Ce phénomène d'usure professionnelle ne concerne pas tous les travailleurs de la même façon . Si les études manques , il semble que certains secteurs ou professions soient plus <<à risque >> que d'autres . C'est notamment le cas des métiers au contact de personnes en souffrance ( personnels soignants, travailleurs sociaux , etc. ). Le fait d'occuper un poste à responsabilité (cadre, dirigeant , chef d'entreprise ...) ou d'avoir une activité indépendante (artisan, free-lance, commerçant , agriculteur...) représente également un facteur de risque supplémentaire .

    L'avis de l'expert  

    Dr Patrick Légeron psychiatre à l'hôpital Saint-Anne , à Paris , fondateur du cabinet stimulus et auteur du livre "Le stress au travail , un enjeu de santé " éd Odile Jacob .

    Le burn-out

    Quels sont les bons réflexes pour se protéger du burn-out ?

    Garder du lien social .Parler avec ses collègues et son entourage quand on sent que ça ne va pas . Puis essayer de prendre de la distance , accepter que l'on peut échouer ; les méthodes du type relaxation ou méditation peuvent aider . Enfin , ne pas surinvestir la sphère professionnelle , se consacrer à d'autres activités et adopter un mode de vie sain .

    Quels changements faut-il envisager au travail ?

    Il faut apprendre à déléguer et à dire non pour diminuer la charge de travail et les sources de stress .Mais aussi éviter la monotonie en demandant de nouvelles responsabilités , une réorganisation du service pour travailler plus en autonomie ou exprimer sa créativité . Le besoin de reconnaissance est également important .

    En cas de burn-out avéré , quelle est la prise en charge ?

    Cela passe par un arrêt de travail prolongé . En parallèle ,un suivi psychologique est indispensable pour travailler sur sa gestion du stress et des émotions , son rapport au travail ... Ils s'accompagnent le plus souvent d'un traitement à base d'antidépresseurs .( Source : télé-loisirs )

     


    votre commentaire
  • J'y prête attention !

    La tension artérielle

    A chaque consultation , votre médecin mesure votre tension artérielle . Mais savez-vous à quoi sert cette mesure dans le cadre de suivi du diabète ? Quand elle est trop élevée (hypertension), des complications au niveau du cœur et des vaisseaux ont plus de risque de survenir . Avec une hypertension associée à un diabète , ce risque cardiovasculaire augmente . C'est pourquoi il est important de connaître sa tension artérielle et d'agir pour la maintenir sous contrôle .

    Pour diagnostiquer une hypertension artérielle, , c'est-à-dire une pression trop élevée exercée par le sang sur la paroi des artères , une seule mesure ne suffit pas . Généralement , votre médecin constate qu'une tension est trop élevée quand celle-ci est durablement supérieure à 140/90 mm Hg après plusieurs mesures sur un certain temps (voir aussi l'encadré).

    Je veille sur ma tension ...

    Mesurer régulièrement la tension est nécessaire car l'hypertension artérielle fragilise peu à peu les artères de façon silencieuse , sans signe apparent . Les artères du cœur , des membres inférieurs et du cerveau sont les plus touchées , augmentant le risque de complications graves ; respectivement l'infarctus du myocarde , l'artérite de membres inférieurs et l'accident vasculaire cérébral (AVC) . De même l'hypertension altère les petits vaisseaux sanguins au niveau des reins ou des yeux et peut entraîner une insuffisance rénale ou un atteinte de la rétine .

    ... Pour la garder sous contrôle .

    Le suivi de la tension artérielle avec votre médecin est essentiel pour la garder sous contrôle . Ensemble , vous définissez vos objectifs . Il peut également vous conseiller pour démarrer ou reprendre une activité physique , bénéfique pour la tension .Côté alimentation , il est recommandé de limiter le sel et de privilégier une alimentation variée et équilibrée . Le tabac est aussi très nocif .Contre l'hypertension , un traitement peut être envisagé si besoin .Principal interlocuteur pour votre diabète , votre médecin traitant l'est aussi pour votre tension artérielle .

    La tension artérielle

     


    2 commentaires
  • Dans le patois des mines on parlait d'une <<atteinte>> ou d'une <<congestion cérébrale >> . Ceux qui en étaient victimes , jadis , restaient hémiplégiques et muets toute leur vie .Aujourd'hui , les accidents vasculaires cérébraux (AVC)peuvent ne laisser aucune séquelle . Encore faut-il les reconnaître vite et agir encore plus vite en appelant le 15 . Le docteur Patrick Le Coz , chef de service de neurologie du centre hospitalier d'Arras explique que <<toute minute perdue , c'est 2 millions de neurones détruits ...>>

    AVC : 4 h 30 chrono !

    Un AVC est une zone du cerveau qui souffre brutalement .

    Pour le détecter le test << fast >> (qui veut dire rapide ) a été inventé . C'est un acronyme anglais . F pour face (le visage) : un côté du visage s'effondre ; A pour arm (le bras) : un membre ne bouge plus ; S pour speach (le langage) : difficulté à parler ou a trouver ses mots ; T pour time : le temps qui compte . D'autres troubles peuvent apparaître , la perte de l'équilibre , une vision double, des vertiges ... << tout , en tout cas , s'installe en quelques minutes >> explique le Dr Le Coz. Reste que les personnes âgées isolées , inconscientes, démentes, endormies ... ne peuvent agir . Reste aussi que l'absence de douleurs , de perte de connaissance, de confusion peut rassurer. Dans tous les cas , il faut composer le 15 sur le téléphone . Même si le troubles ne font que passer .Il est impératif de noter minute par minute ce qui se passe .Pas d'à peu-près , pas d'approximation . Et surtout pour reprendre les mots du Dr Le Coz ne jamais oublier << la course contre la montre >>après les premiers symptômes , l'accident doit être traité en moins de 4 h 30.

    La grande disparité

    Année après année , les campagnes d'information sur l'AVC se succèdent pourtant , sa fréquence ne diminue pas . Le pourcentage d'accidents vasculaires dans le Nord-Pas-de-Calais est le plus élevé de France . Dans l'Artois et le ternois 750 personnes en sont victimes chaque année . Les AVC sont plus nombreux dans l'arrageois et le bassin minier que sur le littoral . Il y a deux nouveaux AVC par jour dans la région d'Arras . En cause , les problèmes cardiaques, certaines pathologies artérielles, le diabète , l'hypertension , l'obésité, le cholestérol les prédisposition familiales et les comportements à risque , l'alcool , le tabac ... Autant de conséquences peut être de la pauvreté de certains secteurs , de la sédentarité ,des habitants et de leur difficulté à accéder aux soins .<< Il y a un gros travail à faire , dès l'enfance , dans les écoles, pour sensibiliser au problème , d'autant que les personnes victimes d'AVC sont de plus en plus jeunes. >> Gros travail également pour éviter les récidives des accidents . Le chiffre atteint 30 à 40 % (à 5 ans) malgré les mesures préventives .

    Les grands progrès

    Dans huit cas sur dix , les AVC sont des AVC ischémiques .Il s'agit de l'interruption de la circulation du sang du à un caillot (sang coagulé) . Il bouche une artère qui se dirige vers le cerveau . Sans l'oxygène et les nutriments provenant du sang , les tissus meurent rapidement . Selon l'étendue des dégâts , les conséquence sont réversibles ou pas . Depuis 37 ans que le Dr Le Coz s'investit dans la lutte contre l'AVC et ses conséquences , << il y a eu des progrès extraordinaires >> . L'avènement du scanner et de l'IRM d'abord , qui permet au plis vite un diagnostic et de comprendre de quel type d'accident il s'agit * . Le produit qui dissout le caillot ensuite . En urgence , pour déboucher l'artère , on injecte un thrombolytique quand il n'y a pas de contre-indication . Plus ce traitement est mis en place rapidement , moins les séquelles de l'accident vasculaire ischémique seront importantes .Depuis deux ans l'efficacité des traitements explosent . A Lille , on peut désormais directement retirer le caillot ... Si la région est la plus touchée par les AVC , c'est elle aussi qui détient le plus d'unités neurovasculaires ou d'établissements connectés à la télémédecine . A l'autre bout de la télé ,il y a un neurologue de permanence . Le Dr Le Coz rêve d'aider encore plus vite les patients et explique qu'aux USA et en Allemagne , des unités mobiles AVC ont été inventés . Ce sont des ambulances équipées d'un scanner , d'un laboratoire embarqué et d'une connexion de télémédecine .On peut y faire des thrombolyses intraveineuses  . Voilà qui permettrait de réduire considérablement les risques de complications neurologiques et d'améliorer les chances de survie (Source: Echo du Pas-de-Calais N°170. mai 2017)

    *AVC hémorragique méningé ( urgence absolu .Sanction neurochirurgicale ).

    AVC hémorragique cérébelleux (rupture de petite artère, à surveiller , parfois à opérer).

    AVC ischémique constitué (les signes cliniques durent).

    AVC ischémique transitoire (les symptômes disparaissent dans les suites immédiates mais les risques précoces d'AVC constitués sont augmentés).

     


    1 commentaire
  • Comment prendre soin de vos pieds ?

    Soyez bons avec vos pieds , ils vous le rendront !

    Mes pieds

    Soumis à de nombreuses contraintes , malmenés, ils requièrent de l'attention . Voici quelques conseils de base .

    Mycoses , cors, durillons,  ongles incarnés, crevasses, hallux valgus  ... Les pieds souffrent de multiples affections, gênantes . Et pourtant , n'oublions pas que, grâce à eux , nous faisons jusqu'à 10 000 pas par jour . Alors , autant qu'ils soient en forme !

    La mycose

    Ce champignon se loge principalement sous l'ongle du gros orteil , qui prend peu à peu une coloration jaunâtre , ou entre les doigts de pied , où la peau est irritée et pèle . Une mauvaise hygiène , un excès de transpiration , des chocs répétés sur l'ongle peuvent être à l'origine de ce trouble . L'application quotidienne pendant plusieurs mois , d'un vernis , d'une pommade ou d'huiles essentielles aux vertus antifongiques , cicatrisantes et régénératrices devraient en venir à bout .

    Le cor et le durillon

    Il s'agit d'un amas de peaux mortes , causé par le frottement dans la chaussure . Il apparaît au niveau des faces dorsales et latérale des orteils pour le cor et sous l'avant-pied pour le durillon . Le mieux et d'aller voir un podologue , qui va retirer soigneusement l'excès de peau et appliquer ensuite un pansement cicatrisant , tout simplement .

    La verrue plantaire

    Provoquée par le papillornavirus , très répandu dans les saunas , piscines et salles de sport, elle peut être traitée par un produit virucide délivré sans ordonnance ou par cryothérapie chez le dermatologue (il brule la verrue par le froid en une ou plusieurs séances) .

    L'ongle incarné

    Une mauvaise coupe, des chaussures trop étroites , et l'ongle rentre dans la chair . Pour soigner ça , faites un bain de pieds avec une lotion antibactériennes , puis insérez un petit bout de coton entre l'ongle et la chair pour favoriser une repousse correcte . Si ça ne suffit pas , consultez le podologue . En cas d'infection , des antibiotiques s'imposent .

    La crevasse

    Généralement située sous le talon, elle est due à un manque d'hydratation extrême et , parfois à une surcharge pondérale ou à de mauvaises chaussures . Si l'on ne fait rien , une fissure très douloureuse peut s'installer . Le podologue retire l'excès de corne , puis applique un pansement cicatrisant à laisser durant quelques jours . Il conviendra ensuite d'hydrater régulièrement ses pieds avec une crème très pénétrante .

    L'hallux valgus

    Cette déformation du gros orteil fait en général souffrir les femmes . Contrairement à ce que l'on croit, l'intervention chirurgicale n'est pas forcément nécessaire . Une orthèse sur mesure pour protéger l'articulation du frottement de la chaussure ou une contention nocturne pour soulager les ligaments peuvent atténuer la douleur et favoriser un retour à une marche normale rapidement .

    L'avis de l'expert

    Dr Djamel Bouhabib , podologue à Chambéry et président de l'union française pour la santé des pieds

    << Il est bon de rendre visite une fois par an à son podologue >>

    Pourquoi est-il important de prendre soin de ses pieds ?

    Le pied est notre moyen de locomotion . Il n'a pas pour but d'être juste joli . Tout comme nous faisons réviser notre voiture une fois par an , il est bon de rendre visite à son podologue , afin de vérifier que tout va bien ou, dans le cas contraire , de rectifier et de soulager le pied . (Le 8 juin , les podologues organisent la journée nationale de prévention et de dépistage des infections du pied . http://www.sante-du-pied.org.ndlr

    Des conseils pour éviter ces désagréments ?

    L'été , évitez de porter trop longtemps des sandales ou des tongs . Vous risquez de vous blesser et d'avoir des tendinites plus fréquemment , mais aussi de transporter constamment des microbes sur vos pieds . On relève plus de 18 000 bactéries sur une tong !

    Les diabétiques doivent être plus particulièrement vigilants avec leurs pieds ?

    Oui , car ils peuvent ne pas sentir la douleur . Si un cor ou une callosité se fixe au niveau du pied ou si le diabétique marche sur un objet coupant (punaise, verre brisé) , il peut ne pas réagir et donc ne pas se soigner . Et une infection peut insi aller jusqu'à l'amputation .

     

     

     


    1 commentaire
  • Alors que les beaux jours reviennent , une visite chez le dermatologue s'impose . Voici cinq bonnes raisons de poussez sa porte

    Je suis une personne à risque

    Les peaux claires avec des tâches de rousseurs , sujettes aux coups de soleil et présentant beaucoup de grains de beauté (plus de 50) , sont les premières concernées . Idem pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancers cutanés . Le dermatologue inspectera alors les lésions suspectes (rougeurs, croûtes persistantes , bouton qui saigne) . Il pourra les détruire à l'azote ou envisager un retrait chirurgical et analyser le prélèvement . Il déterminera ensuite le nombre de consultations nécessaires . En principe une à deux par an .

    Mon grain de beauté a changé d'aspect

    Le médecin inspectera la pigmentation du grain de beauté et optera soit pour une étroite surveillance , afin de suivre son évolution , soit pour l'ablation , s'il y a suspicion de lésion cancéreuse . Primordial également , l'auto-examen à la maison, en suivant la règles des signes d'alerte <<ABCDE >> Asymétrique, Bordures irrégulières, Couleur hétérogène , Diamètre supérieur à six millimètres, Extension anormale .

    Ma peau me démange

    Les causes des démangeaisons sont multiples ; sécheresse cutanée causée par le froid , intolérance à certains cosmétiques , présence de parasites ou de champignons , eczéma , ou encore prise de certains médicaments ... Il est conseillé de consulter si le phénomène dure depuis plus d'une semaine . L'examen de la peau , mais aussi une prise de sang à la recherche d'une allergie , d'une infection ou d'une cause interne peuvent en déterminer la nature . Le spécialiste prescrira ensuite le remède adéquat , antihistaminique , soin hydratant , crème corticoïde ...

    Ma cicatrice me gêne

    Aussi petite soit-elle, une cicatrice peut générer une gène physique ou psychologique . Des solutions existent pour la rendre la plus invisible possible . Si la cicatrice est une simple tâche colorée , un peeling superficiel peut être pratiqué . Si elle est creuse ou que ses bords s'écartent , une à trois séances de laser l'atténueront . Il est également possible de la reprendre à l'aide d'une petite intervention chirurgicale .

    J'envisage une épilation définitive

    Grâce à quelques séances de laser , l'expert peut éliminer les poils indésirables . Le procédé consiste à émettre une lumière invisible qui traverse la peau , sans l'abimer , et endommage la racine du poil . Une première consultation permet d'évaluer le degré de réussite de l'opération , plus efficace sur l peaux blanches à poils foncés . Les peaux noires peuvent aussi y avoir recours grâce à des appareils spécifiques .

    Le petit plus

    Profiter des premiers rayons de soleil de la saison pour s'exposer 15 mn par jour les avant-bras et le visage aide l'organisme à synthétiser la vitamine D ,  un nutriment indispensable à la formation de nos os , mais aussi au renforcement de notre système immunitaire . Sa synthèse contribuerait aussi à réduire le risque de certains cancers , notamment le cancer colorectal .

    L'avis de l'expert

    Dr Nina Ross , dermatologue, auteure d'une peau en pleine forme (éd. Solar)

    Ne risquez pas votre peau

    << IL faut consulter une fois par an >>

    Comment savoir si l'on a choisi le bon dermatologue ?

    Un dermatologue compétent va prendre le temps de vous ausculter , mais aussi de vous écouter pour répondre à vos questions . Si votre rendez-vous est expédié en cinq minutes , vous pouvez changer de cabinet ! Un bon spécialiste est aussi celui qui ne va pas émettre de jugement sur la cause de votre consultation .

    Quel est le principal motif de consultation ?

    Essentiellement des questions esthétiques , mais aussi les problèmes d'acné qui touchent quasiment une femme sur deux . Celles-ci viennent de plus en plus consulter pour avoir des conseils en cosmétiques. Elles sont parfois un peu perdues dans la gamme de produits proposés sur le marché et ne savent pas quels soins choisir .

    A quel rythme doit-on consulter ?

    L'idéal est de prendre rendez-vous au moins une fois par an . Pour ne pas oublier vous pouvez choisir une date qui a du sens pour vous comme un changement de sison ou un anniversaire . ( Source : Télé-loisirs)

     

     


    2 commentaires
  • La salicaire calme la gastro

    Les plantes médicinales (2/2)

    Que vos désordres intestinaux dus à une vraie gastro ou à un aliment qui ne passa pas , peu importe ;tout rentrera dans l'ordre grâce à cette plante herbacée très répandue dans nos campagne .

    Je la reconnais  Inratable , elle se repère à ses longues tiges qui se terminent en épis , recouverts de petites fleurs d'un rose violacé . Elle pousse près des cours d'eau et au bord des fossés. Je récolte ses fleurs . Elles sont riches en tanins aux propriétés astringentes , efficaces pour traiter les diarrhées . Elles possèdent également des effets antispasmodiques et antiseptiques . Je me concocte une infusion . Versez de l'eau frémissante sur 1 pincée de fleurs de salicaire séchées . Laissez infuser 5 mn avant d'en boire 2ou 3 tasses par jour . Le goût étant neutre , n'hésitez pas à agrémenter votre infusion de feuilles de menthe qui vous feront bénéficier en plus de leurs propriétés antalgiques . Un coup double bienvenu !

    Le souci vient à bout des irritations cutanées

    Eczéma , brûlures , érythème , piqures d'insectes ou de végétaux ...votre épiderme a été malmené durant l'été ? Pour calmer ces irritations , rien de tel que le souci , dont les propriétés régénérantes ont été validées par l'organisme mondiale de la santé (OMS) .

    Je le reconnais  Appelée aussi calendula , cette plante herbacée de 50 cm de haut  s'habille de fleurs jaunes ou orange vif . Le souci croît volontiers dans les jardins ou dans les friches, en plein soleil . Je récolte ses fleurs . Elles contiennent des substances adoucissantes et émollientes qui apaisent l'épiderme et accélèrent la cicatrisation . Je me concocte un cataplasme . Ecrasez 2 cuillères à soupe de fleurs séchées dans un mortier à l'aide d'un pilon , ajoutez 1 cuillère à soupe de fromage blanc et appliquez la préparation sur la zone lésée . laissez ainsi pendant 20 mn avant de rincer à l'eau .

    La mélisse sauvage aide à dormir comme un bébé

     Selon l'institut national du sommeil et de la vigilance , 40 % des français présentent un trouble du sommeil et 10 % sont touchés par une insomnie sévère , c'est-à-dire ont au moins quatre nuits perturbées par semaine . Au matin , on se sent à plat et cette fatigue perdure toute la journée , souvent associée à une irritabilité , une altération de nos performances physiques et intellectuelles ainsi que de troubles de la vigilance . Pour retrouver un repos de qualité , rien de tel que cette plante appelée aussi mélitte à feuille de mélisse .

    Je la reconnais Cette vivace pousse essentiellement le long des chemins forestiers , dans les haies et les buissons situés à l'ombre , car elle apprécie la fraîcheur . Ses tiges peuvent atteindre 80 cm de haut et portent des petites feuilles vert tendre au toucher velouté et à l'arôme citronné quand on la froisse . Je récolte ses feuilles , car elles possèdent des propriétés apaisantes et sédatives prouvées par une étude publiée en 2004 dans le journal Psychosomatic medicine. Je me concocte une infusion. Versez 1cuillerée à soupe de feuilles séchées (ou 5 ou 6 fraîches) dans une tasse d'eau chaude . Laissez infuser 5 mn avant de filtrer et de boire la tasse , environ 1  heure avant d'aller se coucher . Avis aux gourmets ; fraîches , les feuilles de mélisse sauvage se marient très bien à une salade de fruits .

    Le romarin soulage les courbatures

    A nouvelle rentrée, nouvelles résolutions ; cette année , on se met enfin au sport . Et pour calmer les crampes et les courbatures qui vont immanquablement suivre nos premières séances , on accorde sa confiance à cette plante aromatique .

    Je le reconnais  Ses feuilles , semblable à des aiguilles , et le parfum qu'elles exhalent , si appréciables dans les plats mijotés , sont caractéristiques. On peut aussi l'identifier à son port dressé , l'arbuste atteignant jusqu'à 2 mètre de haut dans la nature . Je récolte ses feuilles , car celles-ci possèdent des propriétés antalgiques qui viennent à bout des douleurs musculaires . Elles font aussi merveille pour traiter les troubles articulaires et soulager les contusions.Rien de tel pour se remettre d'aplomb! Je me concocte un macérat huileux  . Remplissez de feuilles séchées , sans tasser , un petit bocal qui supporte la chaleur et  recouvrez d'huile végétale de type olive ou tournesol . Faites chauffer couvert au bain-marie à 60 °C. pendant 2h , avant de filtrer Laissez bien refroidir la préparation , puis transvasez-la dans un flacon teinté , à conserver dans un endroit frais et sec , à l'abri de la lumière . Vous utiliserez en massage sur vos muscles endoloris .

    Cueillette , mode d'emploi

    Equipez vous d'un sécateur pour ne pas abimer la plante .

    Partez en expédition lors d'une journée ensoleillée pour cueillir des végétaux secs.

    Ne  récoltez pas dans une réserve naturelle , ni un espèce localement protégée

    Evitez de cueillir près de cultures (pesticides), de décharges , sur des remblais , au bord des routes (pollution) . Coupez les sommités des plantes plutôt que les feuilles basses (des déjections animales propagent des maladies) et ne récoltez pas  tout pour préserver la plante .

    Un doute ? Rendez-vous chez un herboriste ou un pharmacien spécialisé pour faire vérifier votre récolte .

    De retour chez vous , étalez , sas superposer ,fleurs et feuilles , si possible sur des clayettes en bois , à l'ombre . Elles sécheront en une semaine .

    Rangez-les par espèce dans un sac en papier kraft ou un bocal en verre . Etiquetez et fermez bien . Stockées à l'abri de l'air et de la lumière , elles se gardent un an .

    Remerciement à Joëlle Décaudin  pharmacienne , phytothérapeute et enseignante à l'école des plantes de Bailleul (59) (Source ,Version Femina)


    1 commentaire
  • A la fin de l'été , la campagne , les forêts et même les jardins débordent de plantes efficaces pour traiter vite et bien nos petits ennuis de santé . En route pour une cueillette champêtre , avec conseils et astuces

    La lavande lutte contre les infections ORL

    Adieu rhume , bronchite , angine ... car la lavande,  grâce à ses vertus bactéricides , est la bête noire de tous les virus et bactéries à l'origine de ces troubles .

    Les plantes médicinales

    Je la reconnais. Cette plante pousse dans le bassin méditerranéen, dans les champs et les prairies. Ses longues tiges se terminent en épis de petites fleurs bleu-violet . Quant à son parfum , il est inimitable ! Je récolte ses fleurs ( photo). Elles renferment une huile essentielle aux priorités anti-inflammatoire et désinfectantes qui aident à venir à bout de ces maladies .  Je me concocte une fumigation . Dès les premiers symptômes , mettez 1 petite poignée de fleurs fraîches ou sèches dans 1 litre d'eau bouillante et respirez en les vapeurs pendant 15 mn .Après filtration, vous pouvez aussi utiliser cette infusion en bain de bouche contre les aphtes et les gingivites .

    L'argousier met la fatigue K.O

    Rien que de penser à la rentrée , vous vous sentez à plat ? Votre meilleur allié pour retrouver l'énergie , c'est l'argousier .

    Je le reconnais Cet arbrisseau , qui peut atteindre 3 mètres de haut , s'accommode de tous les sols , des terrains sablonneux  des dunes de la manche et de la mer du Nord à ceux des Alpes du Sud . Ses tiges sont couvertes d'épines et de multiples baies jaune orangé . Je récolte ses baies .Elles renferment des vitamines A. C et E , des caroténoïdes et des flavonoïdes , des omégas 3 et 6 ainsi que des oligoéléments tels que le fer , le magnésium, la manganèse, le phosphore, le potassium et le calcium . Un cocktail qui permet de se requinquer efficacement , mais aussi de stimuler nos défenses immunitaires . Je me concocte un jus . Rincez rapidement les baies sous l'eau claire avant de les mixer dans une centrifugeuse et de boire ce nectar . Procédez idéalement le matin , pour profiter de son effet coup de fouet toute la journée .

    Le pavot de Californie rend zen

    Vous êtes facilement émotif ? La moindre contrariété vous met les nerfs en pelote ? Pour faire baisser votre nervosité d'un cran , essayer cette plante réputée favoriser la détente nerveuse .

    Je le reconnais Difficile de ne pas remarquer les belles couleurs de l'eschscholtzia- son nom botanique  . Les fleurs de cette plante qui pousse plus volontiers en plaine , sur les talus près de nos jardins , varient d'un jaune à un orange très vif et ses feuilles finement découpées sont vert-bleuté . Je récolte ses fleurs, et ses feuilles . Elles contiennent un hypnotique naturel de la famille des alcaloïdes , la californidine , qui apaise sans provoquer d'accoutumance . Je me concocte une infusion . Jetez une cuillère à café de feuilles et de fleurs séchées dans une tasse d'eau frémissante. Laissez infuser 5 mn avant de filtrer et d'en boire jusqu'à 3 tasses par jour . Son goût étant un peu amer , vous l'améliorerez en l'associant à 1 cuillère à café de feuilles de mélisse ou de fleurs de lavande .

    La verveine citronnelle apaise les troubles digestifs

    C'était la part du gâteau de trop ? pour calmer les ballonnements , les aigreurs et les nausées , rien de tel que la verveine citronnelle .

    Je la reconnais Cette plante pousse plus volontiers dans les jardins du sud de la France . Elle forme un buisson aux feuilles allongées vert tendre , qui dégagent une délicieuse odeur citronnée lorsqu'on les froisse entre les doigts . Je récolte ses feuilles . Elles contiennent une huile essentielle riche en citral , un actif qui stimule la production biliaire , favorisant l'élimination du bol intestinal . En prime , elle apaise les spasmes digestifs . Je me concocte une infusion . Mettez 4 ou 5 feuilles fraîches ou 2 cuillerées à café de feuilles séchées dans 250 ml d'eau frémissante et laissez  infuser pendant 10 mn , avant de filtrer . Vous pouvez en boire jusqu'à 3 tasses par jour  . Son léger goût citronné la rend très agréable . 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique