• Les virus sont de sortie et, avec eux , les infections ORL qui nous mettent K-O . Apprenez à les traiter efficacement .

    On reconnaît les symptômes - nez qui coule, gorge irritée , tête dans un étau - mais on ne met pas forcément les bons mots sur notre mal . Dommage , car identifier permet souvent d'adopter le bon traitement .

    Les maux de l'hiver

    Rhinite ou rhino-pharyngite: une infection virale très contagieuse

    Ce qu'on appelle communément rhume et une infection virale déclenchée par un rhinovirus . Elle survient par épidémies , est très contagieuse et se manifeste d'abord par une rhinite ; on éternue, on a le nez qui coule , puis ce dernier peut se boucher . Mais , le plus souvent , le virus ne s'arrête pas à ce stade là , et touche progressivement l'ensemble des voie respiratoires . Quand les symptômes s'accompagnent d'un écoulement dans la gorge, qui irrite les muqueuses on parle de rhino-pharyngite .

    Sinusite , otite, bronchite :  une évolution normale du rhume

    L'infection virale et l'inflammation qui l'accompagne peuvent aussi s'étendre aux oreilles et/ou aux sinus , et aux bronches . Des sécrétions stagnent , entraînant soit une sensation d'oreilles bouchées , soit des douleurs au niveau des orbites ou du front, soit encore une toux grasse et profonde . Il ne s'agit pas d'une complication mais plutôt d'une évolution normale de la maladie . Généralement , elle passe en quinze jours avec des symptômes qui diminuent à partir du quatrième jours . Elle peut cependant durer plus longtemps chez les personnes au terrain ORL fragile (asthmatiques, fumeurs...). Même dans ces cas là , antibiotiques et corticoïdes restent inutiles car la pathologie est d'origine virale et non bactérienne .

    Comment diminuer les symptômes

    Il n'y a pas grand chose à faire contre le rhume , à part bien s'hydrater (eau, thé, bouillon ...), ce qui favorise l'élimination du virus .On peut en apaiser les symptômes grâce à un spray d'eau de mer pour dégager le nez , et avec du paracétamol ou de l'aspirine , en cas de fièvre . Les sprays et pastilles à base d'actifs naturels -thym, propolis, érysimum- apaisent la gorge . on évite ceux contenant un anesthésique local , qui assèche encore plus les muqueuses . Les médicaments <<spécial rhume>> 2 en 1 (associant paracétamol et vasoconstricteur) peuvent  être pris ponctuellement si l'on est gêné pour travailler ou dormir .En effet, ils présentent beaucoup d'effets secondaires . On ne les utilise pas plus de cinq jours et en prenant soin de respecter  la notice .

    La grippe , un cas à part

    La grippe n'et pas causée par la même famille de virus . Si certaines peuvent être confondues avec un gros rhume, d'autres entraînent des symptômes plus soudain et violents ; la fièvre est généralement importante , avec des frissons et des douleurs musculaires (comme des courbatures) qui peuvent nous clouer au lit . Le repos est lors conseillé durant plusieurs jours . Il faut également boire beaucoup et chaud pour ne pas se déshydrater , et prendre du paracétamol pour la fièvre et la douleur . En cas de forte montée de température , il est vivement conseillé de consulter un  médecin .

    Le petit plus

    Nez bouché ou qui coule ? rien de grave si l'on adopte les bons réflexes . Pour déboucher le nez , dégager les bronches et trouver enfin le sommeil , faites une inhalation d'huiles essentielles (pin sylvestre , thym...) ou appliquez sur la poitrine un baume à l'eucalyptus .

    L'avis de l'expert 

    Pr Pierre Bonfils , ORL à l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris

    Les maux de l'hiver

    << Un rhume passe tout seul >>

    Quels sont les bons réflexes en cas de rhume ?

    On a tendance à consulter son médecin vers le quatrième jour . On a alors l'impression que les symptômes diminuent grâce aux médicaments prescrits , alors qu'ils étaient déjà dans l phase descendante de l'évolution du rhume ! Cette attitude entraîne une surconsommation de médicaments , notamment d'antibiotiques . Sauf exception , un rhume passe tout seul et nécessite uniquement d'aller voir son pharmacien .

    Quand faut-il consulter ?

    Lorsqu'on a une fièvre importante (supérieure à 38,5° C ou des douleurs très intenses , car il peut s'agir d'un complication de sinusite .

    Quand parle-t-on de maladie chronique ?

    Il est normal de connaître deux ou trois épisodes viraux par an . Au delà , il ne s'agit plus d'un rhume à répétition , mais d'une maladie chronique sous-jacente , qui est différente puisqu'elle n'est pas d'origine virale . On peut être en présence d'une rhinite , 'une sinusite ou d'un bronchite chronique . Il est alors indispensable de consulter pour en déterminer la cause (bilan allergologique, examens supplémentaires ...). (Source :Télé-Loisirs. )


    3 commentaires
  • Comment en venir à bout ?

    Cette maladie de l'articulation , considérée comme rare , ne l'est pas tant que cela . Bonne nouvelle: même si en guérir est long et pénible , on finit par s'en débarrasser !

    s

    Au cours d'une randonnée , Christine , 56 ans s'est tordu le pied et fracturé la cheville

    Après un mois de plâtre , elle entame les séances de rééducation prescrites par le médecin chez le kinésithérapeute le plus proche de son domicile . 45 minutes de marche avec ses béquilles ! Dès le deuxième jour, celui-ci conseille de venir sans ses canes anglaises et Christine lui fait confiance .Résultat : le soir même , son pied est de nouveau rouge , enflé et atrocement douloureux . Le verdict tombe : neuroalgodystrophie , une hyperréactivité neurovasculaire qui survient plus de huit fois sur dix après un traumatisme , - une entorse bénigne peut suffire - ou une chirurgie . Et il n'est pas simple de s'en débarrasser , comme le révèle le nom que préfère lui donner le corps médical ; << syndrome douloureux régional complexe >>.

    Des profils plus vulnérables

    Sans que l'on sache pourquoi , l'algodystrophie touche deux fois plus souvent les membres inférieurs (cheville , pied, parfois le genou ou la hanche ), ainsi qu'une majorité de femmes et d'adultes. Mais elle n'épargne pas pour autant les enfants et les seniors .  Ni même , malheureusement , le poignet, la lésion risquant alors de dégénérer en un << syndrome épaule-main >> très handicapant . << Cette réaction se rencontre souvent chez les personnes à terrain spasmophile , c'est-à-dire qui présentent une hypersensibilité au stress se traduisant par des symptômes neuromusculaires tels que crampes, fourmillements, crispation de la mâchoires, spasmes digestifs ... constate le Dr Didier Feltesse , spécialiste de médecine manuelle et de réadaptation . La tabac pourrait également la favoriser ,bien qu'aucune étude ne l'ait fermement démontré.>>En tout cas , déclencher une algodystrophie à la suite d'une opération n'a rien à voir avec la qualité de la chirurgie .

    Une première phase "chaude "

    Les troubles évoluent en général en deux phases. La première dit<<chaude>>, survient de quelques jours à quelques semaines après le traumatisme ou le début de la rééducation , et dure de 3 à 6 mois . L'articulation devient rouge, chaude, gonflée et sujette à une hypersudation, signe d'une excitation anormale du système nerveux sympathique augmentant l'afflux sanguin. << A la différence d'un rhumatisme , cette inflammation reste localisée , mais touche toute l'articulation (tendons, capsule articulaire, membrane synoviale ) et s'accompagne d'une déminéralisation de l'os >>, précise le Dr Joëlle Barland-Laporte , rhumatologue aux thermes de Bourbon-l'Archambault (allier).

    Propriété aux sons contre la douleur

    A ce stade, un seul mot d'ordre : mettre le membre au repos . <<Débuter une rééducation reviendrait à verser du citron sur une huitre , alerte le Dr Feltesse .Au moindre mouvement , la capsule de l'articulation, autrement dit l'enveloppe de tissu fibreux qui l'entoure se rétracte .>>L'objectif numéro un est d'atténuer la douleur . Malheureusement , les antalgiques classiques (paracétamol, anti-inflammatoire, non stéroïdiens , cortisone) demeurent sans effet . Il faut recourir à des médicaments mêlant codéine et opiacés doux (sur ordonnance ) pour qui les supporte. L'apposition de froid associée au port d'une contention (pharmacie) peut aussi soulager . Autre solution , la plu efficace semble t-il , le <<bain écossais >>. Il consiste à immerger la zone douloureuse dans de l'eau chaude (43°C ) durant 10 minutes puis froide (18°C) pendant 10 à 15 minutes ,deux ou trois fois par jour ,en effectuant des mouvements extrêmement doux , s'ils ne sont pas douloureux . Christine a ainsi été guéri en deux mois . Pour l'épaule , la hanche ou le genou , c'est néanmoins plus facile en cure (voir besoin d'informations ) . Des injections quotidiennes de procaïne et de calcitonine peuvent aussi être essayées ( notamment pour l'épaule ) , si possible le soir , afin de limiter les effets secondaires : rougeur faciale, nausées, maux de tête ... 

    Deuxième étape , éviter le raidissement

    Peu à peu , le gonflement disparaît , la peau devient pâle , sèche et une fibrose s'installe . <<L'articulation s'ankylose et se bloque progressivement , à cause s'une réaction des tendons et des capsules articulaires >> , précise le Dr Barland-Laporte . Cette seconde phase , dite <<froide>> dure entre 3 et 18 mois en moyenne . Elle peut constituer (rarement et chez les plus jeunes ) le premier signe de la maladie . Le kinésithérapeute joue un rôle primordial . Grâce à des drainages lymphatiques à des massages très légers , à des étirements et à des mobilisations douces , il va lutter pour limiter la raideur et l'ankylose . ( Source : version Femina)

    Besoin d'informations

    Consulter le site de l'association Thera Wanka (association-thera-wanka.org ) ou contacter la permanence à Valence au 07 76 69 55 94 du mardi au jeudi, de 14 à 16 h

     


    3 commentaires
  • Un test rapide découvert à Lille pour mesurer les saignements du cœur

    Des chercheurs lillois du CHRU, de l’Inserm et de l’institut Pasteur viennent de découvrir un moyen rapide pour vérifier la réussite de l’implantation d’une valve chez les patients ne pouvant pas être opérés à cœur ouvert.

    Mesurer les saignements du coeur

    Tous les patients souffrant du cœur ne peuvent supporter une chirurgie lourde, que l’on qualifie dans l’imaginaire collectif de chirurgie à cœur ouvert. Pour ce faire, notamment pour le traitement du rétrécissement de l’aorte, la pose d’une valve aortique se fait alors par voie percutanée. C’est à dire en passant par les artères. Cette technique a de nombreux avantages. Elle permet donc d’opérer le cœur sans ouvrir la poitrine. Elle raccourcit la durée d’hospitalisation et elle améliore la durée et la qualité de vie des patients.

    Mais, comme toute médaille, cette technique utilisée depuis dix ans a un revers qui en relativise, enfin qui en relativisait l’expansion : la détection difficile des risques de complication. Comme l’explique Francis Juthié, chirurgie spécialiste de ces interventions appelées TAVI, « entre 10 et 15 % des cas d’implantation de valve une complication peut subvenir en raison d’un mauvais positionnement de la nouvelle valve ». L’identification durant l’opération demeurait à ce jour complexe et nécessitait que le patient soit endormi afin de mettre en place plusieurs techniques de contrôle dont une échographie par voie œsophagienne pour mesurer les fuites aortiques, autrement dit les saignements.

    Le problème vient donc d’être résolu. Réunie autour de plusieurs chercheurs et médecins, une équipe de professionnels du CHR, de son université, de l’Inserm et de l’institut Pasteur de Lille, vient de découvrir qu’une simple prise de sang permet de faciliter et d’accélérer le diagnostic sur la qualité du positionnement de la valve implantée par les chirurgiens. Les chercheurs ont, pour ce faire, mis au jour une protéine présente dans la circulation sanguine qui joue le rôle d’identificateur (1). « Le test est fiable à plus de 95 % , il prend dix minutes et coûte dix euros, note le professeur Sophie Susen, la biologiste qui a coordonné les recherches. Il est également fiable pour le suivi de l’efficacité du traitement post-opératoire. » Cette avancée médicale assure désormais une sécurité maximale pour les patients. La prochaine étape ? « Le test au bout du doigt, comme pour la glycémie, sourit la biologiste. Mais pour ça, il faut de l’argent. »

    1. Fruit d’une étroite collaboration, cette découverte a été publiée ce 28 juillet 2016 dans la revue scientifique internationale The New England Journal of medicine.( source : http://www.lavoixdunord.fr ; Article de FRÉDÉRICK LECLUYSE )

     


    1 commentaire
  • tout savoir sur le colon

     Ce gros boyau qui mesure environ 1,50 m chez l'adulte est divisé en trois parties ; ascendant, trnsverse , descendant . Il complète et finalise l'action de l'intestin grèle . Des 1500 ml qui lui parviennent chaque jour , il les concentre au point d'en éliminer environ 150 ml sous forme de selles . Le côlon tocke en effet les déchets , absorbe l'eau , les oligo-éléments , les vitamines restantes . Il joue en outre un rôle essentiel par son cloaque de bactéries parfaitement organisées qui décomposent les restes végétaux et protéiques en produisant respectivement une fermentation ou une putréfaction . Le côlon se termine par le rectum qui concentre les fèces avant d'expulser des selles en principe moulées . Cette phase colique est de loin la plus longue , elle dure autour de 48 heures . Quand vous prenezun laxatif oral , vous pouvez constater qu'il faut plus de 24 heures pour obtenir une selle .

    L'intestin possède également d'autres fonctions importantes .

    S'il constitue un des éléments majeurs du tube digestif , le rôle de l'intestin va bien au-delà de la digestion des aliments et l'expulsion des déchets :

     Il participe à l'immunité ; 

    Il produit 95 % de la fameuse sérotonine sur laquelle s'appuient les antidépresseurs les plus utilisés actuellement ;

    Il est probablement le point de départ de la plupart des maladies et pathologies locales et extra-digestives qui nous atteignent .

     Les recherches actuelles montrent que l'intestin grêle et surtout le côlon constituent deux des principaux acteurs de la santé ;

     de nombreuses pathologies et maladies , dont on pouvait raisonnablement penser que leur cause se situait à distance , trouvent en réalité leur origine dans le dysfonctionnement de ce que l'on considérait il n'y a pas longtemps comme un vulgaire conduit .

     Mais notre intestin est actuellement en voie de réhabilitation , de reconnaissnce , de renouveau .

    Intestin ou chef d'orchestre ?

    L'intestin est avant tout un des pivots centraux de la santé , chaque journée nous apportant des preuves de son extrême mportance dans certaines fonctions qui apparaîssent d'ailleurs bien cérébrales .

     Il est capable d'indépendance ; certains d'entre vous ont encore en mémoire de leurs expériences scolaires même lointaines , l'intestin isolé qui les étonnait en continuant à se contracter dans son liquide de conservation ;

     Il est surtout le cerveau des émotions , personnene s'en étonnera , tout le monde a déjà eu l'occasion de le vérifier à ses dépens ;

     Un stress intense ( accident, oral d'examens , audition, séparation ...) est capable de vous arracher dans la seconde, tripes et boyaux et vous envoyer précipitament vers un endroit isolé et très personnel !

     A l'inverse , vous avez tous pu constater comme il était difficile de faire ses besoins en dehors de son environnement habituel , d'où la constipation fréquemment observée en voyage, lors d'une hospitalisation et parfois même chez des proches ou des intimes .Certains sont même oblgés de rentrer chez eux pour accomplir cet acte élémentaire et naturel !

    Et l'intestin, organe beaucoup plus vital que nous l'imaginions encore il y a peu est comme le cerveau de certains , un trésor d'intelligence , formidablement doué pour le relationnel . il bénéficie pour cela d'une organisation très sophistiquée ; plus réseau neuronal de l'organisme juste derrière le cerveau - de milliards de bactéries , d'un de 200 millions de neurones - système immunitaire très développé, d'une surface d'échange très étendue ... , qui lui permettent de contrôler la digestion , les sécrétions , la motricité, l'absorption et l'assimilation des nutriments , l'évacuation des déchets ... , mais aussi de dialoguer et de communiquer avec tous les organes , en particulier le cerveau ... et même les diriger à la manière d'un chef d'orchestre.

    De multiples expériences montrent que l'intestin envoie , par l'intermédiaire du nerf vague , quatre fois plus de messages qu'il n'en reçoit . Nous pouvons donc provisoirement affirmer qu'il informe beaucoup plus le cerveau qu'il n'obéit aux ordres .Et que c'est donc peut-être ou probablement LUI qui commande .

    La savez-vous ?

    La longueur mais surtout la surface d'échange ! Notre intestin transforme en moyenne durant une vie plus de 3 tonnes de viandes et 3 tonnes de fruits et légumes tout au long de ses 8 mètres de log et 400 mètres de surface échangeable , l'équivalent de deux courts de tennis . (source <<Ben mon côlon!>> aux éditions Leduc .)

    << Ben mon côlon ! >> (2/2)

     


    1 commentaire
  • Tout savoir sur notre second cerveau

    Quelques indispensables notions d'anatomie et de physiologie du tube digestif .

    << Ben mon côlon ! >> (1/2)

    Savoir ce qu'on a vraiment dans le ventre ...

    Les aliments parcourent un long trajet pour aller de la bouche à l'anus . Mais ils sont loin de traverser un vulgaire boyau comme on l'a longtemps imaginé . Ils empruntent en réalité un trajet particulièrement sinueux et sophistiqué , ponctué d'étapes dont chacune est indispensable au résultat final . L'appareil digestif est avant tout responsable de la transformation de la nourriture ingérée .Il permet la dégradation des aliments en nutriments, petites molécules absorbables , et leur  assimilation au niveau de l'intestin afin de procurer à l'organisme l'énergie nécessaire à son fonctionnement . Il se compose de deux éléments, la bouche et le tube digestif proprement dit .

    La cavité buccale assume deux fonctions complémentaires ; l'une mécanique , l'autre chimique .

    Le découpage et le broyage mécanique des aliments jouent un rôle essentiel dans la digestion à condition que la mastication - phase d'apparence banale mais véritablement déterminante - soit effective et efficace .

    La production, elle aussi primordiale , d'environ un litre et demi de salive par jour ; celle-ci libère une substance protéique antibactérienne - mucine - , digère en partie les amidons et informe les papilles de l'arrivée imminente d'un aliment , ce qui déclenche la production des enzymes nécessaire à la digestion . La salive libère également une substance  proche chimiquement de la morphine , qui nous apaise et nous incite probablement à croquer quelque chose lorsque nous sommes angoissés .

    Le transport des aliments vers l'œsophage , puis leur progression jusqu'à l'estomac se fait sur un trajet d'environ 30 cm . Nous avons tous connu au moins une fois cette sensation fort déplaisante voire angoissante d'une gélule  ou d'un petit bout d'aliment qui reste coincé et ne descend pas . Certains patients présentent de façon chronique ces spasmes œsophagiens fort désagréables , souvent liés au stress er à une mauvaise hygiène de vie .

    Nous pouvons d'ores et déjà vous prodiguer deux conseils importants ;

    Vous ne devez jamais avaler un médicament sans eau , le simple mouvement de la tête vers l'arrière ne suffit pas ;

    Vous devez toujours mastiquer un aliment même s'il vous paraît mou .

    A quoi servent les enzymes digestives ?

    Comment résumer la phase de digestion des aliments ?

    Les enzymes digestives jouent un rôle capital dans la digestion ;

    l'amylase dans la bouche , la pepsine dans l'estomac, l'amylase du pancréas , la lactase dans le côlon . Elles permettent la dégradation et donc la transformation des aliments . En leur absence , les fruits et légumes fermentent , la viande putréfie , ce qui est susceptible d'entrainer des difficultés de digestion et surtout un déséquilibre de l'écosystème intestinal à l'origine de tout un processus pathologique sr lequel nous reviendrons longuement .

    La digestion sert à transformer par une action mécanique ( mastication, motricité intestinale ...) et chimique  enzymes, sécrétions diverses...) les aliments ingérés en macronutriments énergétiques (sucres, graisses, protéines ) et micronutriments métaboliques ( acides aminés, acides gras essentiels , oligo-éléments , vitamines ...)qui peuvent alors être assimilés et fournir à l'organisme l'énergie dont il a besoin pour fabriquer , fonctionner , renouveler ses cellules - ce que fait la muqueuse intestinale tous les deux jours .

    Votre repas , composé d'aliments plutôt durs que liquides , doit être pris dans le calme , en prenant votre temps , sans accomplir une autre tâche parasite ( pianoter sur votre ordinateur, ou votre téléphone portable , lire un journal , rédiger vos mails ...) en mastiquant longuement . Vous ne devez pas mettre votre langue dans votre poche mais au contraire la tourner quinze fois dans votre bouche avant d'avaler l'aliment soigneusement broyé . C'est le seul moyen de produire de la salive , antibactérienne et très alcaline - le contraire d'acide - donc protectrice de l'œsophage . Certaines intolérances aux légumes relèvent en réalité d'une mastication insuffisante ;les fibres les plus dures résistent à leur passage dans le haut du tube digestif ( bouche, œsophage, estomac , duodénum ) puis dans l'intestin grêle et arrivent inattaquées dans le côlon ; le bactéries tentent alors de les digérer avec pour conséquence fréquentes des gaz , des douleurs abdominales , des difficultés de digestion .

    Mastiquer et manger est un acte simple , essentiel et apparemment compliqué pour la plupart des actifs qui avalent sur le pouce , debout dans la rue , un sandwich, un kébab ou une pizza en quatre bouchées et moins de trois minutes .


    1 commentaire
  • Existe -t-il des recette miracles pour l'aider à faire ses nuits plus vite ?

    Même si la capacité des bébés à<<faire leurs nuits >>dépend au début du moins de facteurs biologiques , il existe des astuces pratiques et concrètes pour l'aider  à passer le cap plus vite .

     Rassurez-le encore et toujours ! Pour votre bébé la nuit est avant tout synonyme de séparation . C'est un apprentissage quotidien dans lequel vous avez un rôle important à jouer.

    Accordez-lui une attention pleine et entière la journée , au moment où vous êtes disponible pour lui , afin qu'il ne ressente pas le manque et la frustration le soir venu . L'idée est de l'aider à mieux gérer la séparation que représente la nuit de sommeil .

    Mettez en place un petit rituel du coucher dès l'âge de 2 ou 3 mois . Au début , ce rituel peut être tout simple ; on prend le bain , on met le pyjama , on chante une berceuse , on fait un gros câlin ... Et hop au dodo ! Pour les tout-petits , ce sont autant de repères qui rassurent et apaisent .

    Adoptez des rythmes fixes la journée aussi. Les bébés ont besoin d'avoir des repères , cela les rassure et les apaise , on appelle cela << les donneurs de temps >> . Il peut s'agir de l'heure des repas , des promenades, des jeux, du bain , etc... Cela leur permet d'apprendre aussi , petit à petit , à se repérer dans le temps . Essayez de respecter un emploi du temps à peu près identique chaque jour . 

    Aidez-le à faire la différence entre le jour et la nuit afin qu'il puisse tout doucement réguler son rythme biologique .

    Détendez-vous ; votre état de stress à des répercussions sur votre bébé . Plus vous serez serein , plus votre bébé le sera aussi et mieux il dormira .

    Les bébés français ; des modèles à suivre ?

    Selon une étude récente menée par Pampers les bébés français font leurs nuits avant l'âge de 5 mois .Ils ne seraient que 41 % au Royaume-Uni et 35 % en Allemagne .

    En France , l'âge moyen des bébés qui commencent à faire leurs nuits est de 5,3 mois contre 6,9 mois au Royaume-Uni et 8,3 mois en Allemagne . L'étude nous apprend aussi que l'un des principaux facteurs qui peuvent venir perturber les nuits d'un bébé est les poussées dentaires (23 % des mamans françaises interrogées) , suivi par une couche mouillée (15 <ù ) et la faim (14 %)  . Source : Quand va -t-il (enfin) faire ses nuits ? Editions Leduc au prix de 15 €

    Le sommeil chez bébé (2/2)

     

     


    1 commentaire
  • Une innovation majeure pour les malades

    Une technique pour reconditionner des poumons et les rendre disponibles à la greffe a été mise au point à l'hôpital Foch de Suresnes

    Greffe de poumon ...

    Une technique nouvelle, mise au point à l'hôpital Foch de Suresnes, permet de remettre en état des poumons pour les proposer à la transplantation.

    C'est une innovation extraordinaire grâce à laquelle on peut augmenter le nombre de greffes de poumon et réduire les délais d'attente pour les malades. Une méthode mise au point et testée à l'hôpital Foch de Suresnes, en banlieue parisienne, qui permet de remettre en état des poumons qui, jusqu'à présent, été refusés car ils étaient jugés de mauvaise qualité. Cette technique a fait l'objet d'une étude clinique et le résultat est très positif. 

    "Pour faire simple, on a un organe non-transplantable que l’on rend transplantable au moment du prélèvement, grâce à une machine de reconditionnement. On a réalisé 45 transplantations grâce à cette technique. Ce poumon reboosté, une fois implanté donne des résultats excellents. On est à plus de 90 % de survie aujourd’hui." — Le docteur Edouard Sage, chirurgien thoracique à l'hôpital Foch de Suresnes.

    Pour répondre aux besoins, il faudrait réaliser en France 400 transplantations de poumons par an. Or, on ne dispose chaque année que de 60 à 80 poumons répondant à tous les critères pour être greffées. En 2013, 29 patients qui avaient un besoin urgent de greffe sont décédés fautes de greffons disponibles. D'où l'intérêt de cette technique qui permet de greffer des poumons même s'ils ne sont pas en parfait état.

    Reste un problème : ce reconditionnement engendre des frais supplémentaires de l'ordre de 15.000 euros. Ils sont aujourd'hui pris en charge par les associations de patients. Des démarches sont en cours pour qu'ils soient remboursés. (Source : france info .par Bruno Rougier jeudi 12 mai 2016 22:16, mis à jour le vendredi 13 mai 2016 à 06h51


    2 commentaires
  • Une greffe de foie entre deux personnes séropositives réussie aux HUG

    Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont réalisé une première mondiale: une greffe de foie entre deux personnes atteintes du sida. Six mois après l’opération, le patient receveur se porte bien.

    Une greffe de foie entre ...

    L’expérience est présentée comme une première mondiale aux hôpitaux universitaires de Genève… Un foie transplanté d’un donneur porteur du VIH à un receveur également séropositif. Six mois plus tard, les HUG tiraient lundi un premier bilan de l’expérience.

    Dans le cas présenté ce matin, le donneur, était, comme le receveur, un malade séropositif de longue date. Il a fait don de ses organes à son décès, survenu après une hémorragie cérébrale. L’équipe médicale des HUG a disposé d’un minimum de temps pour agir, sans pouvoir se référer à une expérience antérieure ailleurs dans le monde. Le professeure Alexandra Calmy, responsable de l’unité VIH, parle d’un réel défi médical :

    Un succès rendu possible grâce au cadre légal qu’offre notre pays. La Suisse est en effet depuis 2007 est un des rares états au monde à autoriser la greffe d’organes entre deux personnes séropositives. Christian Van Delden, responsable du service des maladies infectieuses :

    Notez que 2 personnes meurent chaque semaine en Suisse faute de don d’organe. ( Source : one Fm article de Ghufran Bron )


    1 commentaire
  • ... Dans sa baignoire

    L'aromathérapie recommande l'usage des huiles essentielles dans le bain . A chacune ses vertus .

    L'aromathérapie ...

    Voici trois recettes pour 4 bains afin de prendre soin de soi.

    Pour un bain relaxant

    Ajoutez à 20 ml d'huile de monoï .

    5 gouttes d'huile essentielle de néroli

    5 gouttes d'huile essentielle d'Ylang-Ylang

    5 gouttes d'huile essentielle de fleurs d'oranger

    5 gouttes d'huile essentielle de lavandin .

    le petit + Eteignez la lumière , accompagnez de musique relaxante et agrémentez de quelques bougies . 20 mn suffisent .

    Pour un bain peau douce

    Ajoutez à 20 ml d'huile d'amande ou d'argan

    5 gouttes d'huile essentielle de sauge solarée

    15 gouttes d'huile essentielle de rose

    Le petit + Avant votre bain , éliminez les peaux mortes avec un gommage circulaire réalisé au savon noir naturel et un gant de Kessa .

    Pour un bain tonifiant

    Additionnez vos huiles essentielles à 250g de gros sel de mer riche en sodium et magnésium , à raison de :

    5 gouttes d'huile essentielles de citron  

    5 gouttes d'huile essentielles de pamplemousse

    10 gouttes d'huile essentielle de romarin

    Le petit + Préférez un bain tiède et finissez par un jet d'eau fraîche .

    Le conseil d'Anne Serre-Dumont , pharmacienne Evolupharm à Ablain Saint -Nazaire (2)

    Les huiles essentielles sont liposolubles , c'st-à-dire solubles dans les huiles ou les graisses , mais pas dans l'eau . On ne peut pas les employer pures dans le bain , il faudra les additionner à un excipient comme votre bain moussant . ( source :Mon pharmacien et moi janvier-février 2016)

     

     

     


    4 commentaires
  • Israël : invention d’un patch cardiaque révolutionnaire

     Patch cardiaque...

    Le Dr. Tal Dvir et son doctorant Ron Feiner du Département de microbiologie moléculaire et biotechnologie de l’Université de Tel-Aviv ont mis au point un patch organique contrôlable à distance pour réparer les tissus cardiaques endommagés. Le nouveau patch, qui combine électronique et tissus vivants est susceptible de révolutionner la recherche cardiaque et de constituer dans un avenir proche une alternative aux problématiques greffes du cœur. La recherche a été publiée le 14 mars 2016 dans la revue Nature Materials.

    Contrairement aux autres cellules du corps, les cellules cardiaques ne se reconstituent pas. Aussi la cicatrice qui se créé après un incident cardiaque persiste-t-elle, diminuant les capacités de fonctionnement du cœur. Aujourd’hui la seule solution est la transplantation, mais les listes d’attente sont longues, alors qu’on estime que la moitié des patients ayant subi une atteinte cardiaque sérieuse meurent dans les 5 années qui suivent.

    Le “patch cardiaque cyborg” de l’Université de Tel-Aviv pourra bientôt constituer une alternative. Combinant composants organiques et électroniques, il possède des capacités qui dépassent celles du tissu cardiaque humain: comme lui, il se contracte et se dilate, mais en plus, il se régule comme une machine.

    “Avec ce patch cardiaque, nous avons intégré l’électronique et les tissus vivants”, commente le Dr. Dvir. “Cela fait très science-fiction, mais c’est une réalité, et nous pensons que cela va faire avancer la recherche cardiaque d’un grand pas. Jusqu’à présent, on pouvait fabriquer des tissus cardiaques organiques, et les résultats obtenus étaient mitigés. A présent, nous avons produit un tissu bionique viable qui assure un fonctionnement correct du tissu cardiaque”.

    Le laboratoire d’ingénierie tissulaire et de médecine régénérative du Dr. Dvir à l’Université de Tel-Aviv est depuis ces cinq dernières années à l’avant-garde de la recherche en cardiologie, travaillant au développement de substituts fonctionnels des tissus endommagés de manière permanente par les crises et les maladies cardiaques à l’aide d’outils nano-technologiques sophistiqués. Le nouveau “patch cardiaque cyborg”  remplace non seulement le tissu organique, mais assure également son bon fonctionnement grâce à un système de surveillance à distance.

    “Nous avons d’abord veillé à ce que les cellules du patch soient capable de se contracter et de se dilater comme le tissu cardiaque, d’où la nécessité d’utiliser des matériaux organiques, explique le Dr. Dvir. “Mais il était tout aussi important de pouvoir vérifier ce qui se passe dans ce patch après sa pose, et de réguler son fonctionnement. Nous voulions également être en mesure de délivrer des médicaments directement au cœur à partir du patch pour améliorer son intégration dans le corps du patient”.

    Pour créer ce nouveau patch bionique, les chercheurs fabriquent une structure biologique qui contient à la fois des cellules souches prélevées sur le patient lui-même (afin que le patch soit bien accepté par l’organisme), des nano-molécules d’or qui améliorent la stimulation électrique, et des polymères électro actifs capables de délivrer des médicaments sur demande. Le patch est créé au moyen d’une imprimante 3D. L’une des innovations de la recherche est l’intégration de composants électroniques qui transforment le patch en “cyber-tissu” possédant des capacités améliorées. Après la greffe du patch par opération, le médecin peut suivre et contrôler son activité à distance au moyen d’impulsions électroniques. “Imaginez qu’un patient assis chez lui, ne se sente pas bien”, explique le Dr. Dvir. “Son médecin sera en mesure de se connecter à son ordinateur et au dossier de ce patient en temps réel; il pourra visualiser les données envoyées à distance à partir de capteurs implantés dans le tissu du patch, évaluer exactement ce qui se passe dans l’organisme du patient, et activer de loin les médicaments nécessaires”.

    “L’objectif à long terme est que le patch cardiaque puisse s’autoréguler. En d’autres termes, s’il détecte une inflammation, il délivrera un médicament anti-inflammatoire. S’il détecte un manque d’oxygène, il libérera des molécules qui améliorent la formation des vaisseaux sanguins etc.”.

    Le Dr. Dvir examine actuellement comment ce concept pourrait s’appliquer au cerveau et la moelle épinière pour traiter les affections neurologiques. “Il s’agit certainement d’une percée. Mais je ne conseillerais pas pour autant de se jeter sur des cheeseburgers ou d’abandonner tout sport. La mise en pratique de cette technologie peut prendre un certain temps. Entretemps, un mode de vie sain est toujours la meilleure façon de conserver son cœur en bonne santé”.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique