• Sur ordonnance , c'est pour quand ?

    Dans de nombreux pays , cette plante est utilisée pour soulager des patients en impasse thérapeutique . En France , son usage reste exceptionnel ... mais peut-être plus pour très longtemps .

    Le cannabis

    Dans Cannabis sur ordonnance (Albin Michel),

    Martine Schachtel raconte comment elle a adoucit les derniers jours de sa sœur .Atteinte d'un cancer du poumon, en lui confectionnant des sablés au cannabis . Une pratique illégale , mais dont les résultats sur la souffrance physique et psychique valaient la peine , estime cette ancienne infirmière . Marie Borrel, journaliste , témoigne également de l'effet <<presque magique >> de quelques bouffées pour calmer les nausées, les douleurs et l'insomnie accompagnant sa chimiothérapie (Médi cannabis , Guy Trédaniel )  . Elle avoue ; <<J'ai du mal à comprendre pourquoi ce remède bienfaiteur et sans danger continue d'être refusé aux malades .

    Une découverte  le système endocannabinoïde

    De tout temps ,les sociétés  traditionnelles ont utilisé cette plante pour soigner -les douleurs menstruelle, par exemple . Cependant , c'est plus récemment qu'on a commencé à répertorier les molécules la composant ; le tétrahydrocannabinol (THC), qui modifie les sensations et l'état de conscience , ainsi que le cannabidiol (CBD) et le cannabigérol (CBG) , d'autres principes actifs sans effets psychotrope .Dans les années 1980 , des chercheurs ont identifié dans le cerveau des récepteurs spécifiques destinés à recevoir le THC .Puis , lors de la décennie suivante , ils ont découvert des substances très proches de ce composant du cannabis , produites par l'organisme lui-même afin de stimuler ces récepteurs ! L'ensemble a été baptisé <<système endocannabinoïde>> . Il semble intervenir favorablement dans de très nombreuses réactions ;douleurs, inflammation, anxiété, spasmes musculaires , etc.

    Des bénéfices prouvés scientifiquement

    Des recherches ont été lancées pour confirmer ces potentialités . Elles ont démontré que le cannabis permet de combattre les nausées dues aux chimiothérapies anticancer ou au traitement du sida et redonne un peu d'appétit aux malades. Selon une étude parue dans la revue scientifique Plos One , certains composés cannabinoïdes pourraient également ralentir la progression du VIH dans l'organisme. D'autres travaux ont prouvé qu'il diminue les spasmes musculaires douloureux dans la sclérose en plaques et qu'il fait baisser la pression intraoculaire  dans le glaucome . Il semble  très intéressant pour lutter contre les douleurs neuropathiques , face auxquelles les médecins demeurent désarmés . On l'explore aussi pour diminuer certains troubles moteurs d'origine cérébrale (Parkinson , épilepsie) ou combattre l'inflammation (maladie de Crohn) . Ce n'est pas tout ; des études évoquent son action , en patch ou en cataplasme , sur les articulations douloureuses ; ou encore celle de son huile pour soulager les démangeaisons (eczéma, piqûres...) Il aurait même une réelle efficacité contre le cellules cancéreuses .

    Un feu vert ... et puis plus rien

    Chaque plant de cannabis ayant une composition différente -variété, ensoleillement, etc.- , l'industrie pharmaceutique s'efforce de standardiser ces principes actifs ainsi que les dosages nécessaires au patient . Deux médicaments ont ainsi vu le jour : Marinol , des capsules contenant une huile THC synthétique , et Sativex , un spray buccal diffusant THC et CBD , destiné à soulager les contractures musculaires douloureuses des patients atteints de sclérose en plaques . Le Marinol est autorisé en France depuis 2013 , mais ses gélules font l'objet d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) nominative .Ce qui signifie une délivrance exceptionnelle pour un malade précis , la demande devant être faite par un médecin hospitalier pour une durée renouvelable de 1 à 6 mois après avoir justifié , entre autres, que les traitements plus classiques n'ont pas été efficaces . Résultat : moins d'une centaine de personnes y ont eu accès pour lutter contre les douleurs neuropathiques , des vomissements post chimio ou l'anorexie liée au sida . Quant au Sativex , malgré une autorisation de mise sur le marché en janvier 2014 , trois ans plus tard , il n'est toujours pas à disposition des patients français . (Source : Version Femina)


    2 commentaires
  • Mon analyse de sang

    Le bilan lipidique

    C'est l'analyse des graisses qui circulent dans le sang .

    Je décrypte (3/3)

    Le cholestérol

    Il est associé à des protéines fabriquées par le foie , les Apolipoprotéines , pour former deux types de cholestérol . Le HDL (hight-density lipoprotein )est le bon cholestérol , transporté des tissus vers le foie , alors que le LDL (Low-density lipoprotein) , transporté du foie vers les tissus , se dépose sur les parois des artères et finit par les encombrer . C'est donc le rapport entre les deux qui est important . La norme :  Moins de 2g/l en moyenne pour le cholestérol total , plus de 0,5g/l pour le HDL et de 1 à 1,60 g/l pour le LDL en fonction de l'âge du patient et de ses antécédents familiaux cardio-vasculaires, ainsi que d'autres facteurs de risque connus ; diabète de type 2 , hypertension artérielle, tabagisme et taux de cholestérol inférieur à 0,4 g/l . Au-dessus : Qui dit LDL trop élevé dit éventualité de problèmes cardio-vasculaires .Le médecin contrôlera éventuellement le niveau de la plaque d'athérome (athérosclérose) par un doppler des artères. A surveiller aussi , le diabète. Au-dessous : Si le taux de HDL est bas , la protection vasculaire n'est pas optimale .

    Les triglycérides

    Ce sont les lipides que l'on stocke dans nos cellules graisseuses et que l'on élimine quand on fournit un effort . La norme : De 0,35 à 1,40 g/l . Au-dessus : Le risque de maladie cardio-vasculaire augmente , sachant que le taux varient selon l'âge , l'alimentation et l'activité physique . Au-dessous : résultat non significatif .

    L'exploration thyroïdienne

    La thyroïde , une glande qui ne mesure que 3 cm de longueur , joue pourtant un rôle capital dans l'organisme , entre autres sur la croissance osseuse ou la transformation des graisses et des sucres .

    Je décrypte (3/3)

    La TSH

    La thyroïd-stimulating hormone (là encore on utilise que le terme anglais) est produite par l'hypophyse pour stimuler le fonctionnement de la thyroïde. La norme : De 0,20 à 4,20 mUi/l ( milli unité internationale). Attention ; les mesures différent selon les laboratoires . Au-dessus : Un taux élevé signale que la glande fonctionne au ralenti , ce qui entraîne une hypothyroïdie . En général, l'examen est prescrit en présence de symptômes tels que frilosité, grande fatigue, douleurs musculaires. Au-dessous : La thyroïde fabrique trop d'hormones , d'où une hyperthyroïdie . Les symptômes ; palpitations, perte de poids .

    La T4L

    Le dosage de la fraction libre de cette hormone , sécrétée par la glande thyroïde à partir de l'iode alimentaire et sous contrôle de la TSH , peut être réclamé par le médecin pour confirmer l'hyperthyroïdie ou hypothyroïdie et en connaître l'importance . La norme : De 10 à 21 pmol/l (picomole).

    Selon les besoins , d'autres paramètres pourront être analysés

    Par exemple le dosage de la vitamine D, qui facilite l'absorption intestinale du calcium . Il n'est pas remboursé, mais des associations de médecins réclament qu'il le soit, car il a été démontré que , si l'on traitait des personnes carencées , leur risque de fracture diminuait de 20 % . (Source : version Femina, photo du net) 


    1 commentaire
  • Mon analyse de sang

    La biochimie sanguine

    Elle consiste à mesurer des éléments chimiques qui sont libérés dans le sang par les tissus du corps ou des produits lors de la décomposition (métabolisme) de certaines substances .

    Je décrypte (2/3)

    La glycémie

    C'est le taux de glucose , c'est à dire de sucre , présent en dehors des cellules . Cet examen vise surtout à dépister l'existence d'un diabète . La norme : De 0,8à 1,10 g/l. Toutefois , pour chaque chiffre , il existe une petite marge de sécurité . De plus , ne l'oublions pas , c'est au médecin d'analyser le résultat selon le contexte . Au-dessus:  A partir de 1,40 g/l de sang (1,26 g/l d'après l'OMS) , un diabète est évoqué , mais des analyses complémentaires sont nécessaires pour le confirmer . Par ailleurs , lors de la grossesse , le placenta produit des hormones qui peuvent empêcher l'action régulatrice de l'insuline , d'où l'apparition d'un diabète dit gestationnel , qui disparaîtra tout seul après l'accouchement .

    La créatinine

    Cette substance issue de la dégradation de la créatine , une molécule indispensable à la production d'énergie par les muscles , est filtrée par les reins , puis éliminée par les urines .La mesure de son taux donne des informations sur la fonction rénale . Son dosage est généralement associé à la clairance de la créatinine , qui mesure plus précisément la vitesse de filtration du liquide par le rein (supérieure à 60 ml/mn). La norme : De 5,1 à 9,5 mg/l. Au-dessus : Un taux de créatinine élevé peut-être en lien avec une insuffisance rénale , en fonction de l'âge , du sexe et du poids d'un individu , mais aussi de son alimentation riche en protéines . Chez les sportifs , il peut provenir du fait que leurs muscles , sollicités plus intensément , en produisent davantage . Au-dessous : Cela peut évoquer une atrophie musculaire ou un vieillissement accentué .

    L'urée

    Elle provient de la dégradation des protéines par le foie et permet d'identifier un éventuel dysfonctionnement des reins . La norme : De 0,17 à 0,50 g/l . Au-dessus : Cela signale une consommation excessive de protéines , en cas de régime hyper protéiné , par exemple . Au-dessous : Comme les protéines sont ensuite filtrées par les reins , un chiffre bas peut indiquer également un risque d'insuffisance rénale .

    L'acide urique

    Naturellement fabriqué par l'organisme à partir des purines présentes dans certains aliments comme la viande rouge , il est filtré par les reins . La norme : De 24 à 57 mg/l . Au-dessus : En excès, il peut se déposer dans les articulations et déclencher des crises de goutte. Au-dessous : résultat non significatif .

    La CRP

    La protéine C réactive est une molécule qui s'élève rapidement au cours d'une inflammation ou d'un infection . La norme : Inférieure à 6 mg/l . Au-dessus : Cela traduit l'éventualité d'une infection bactérienne ou d'une maladie inflammatoire comme l'arthrite , un rhumatisme articulaire . (Source : version Femina, photo du net) 


    votre commentaire
  •  

    Mon analyse de sang

    Nous avons tous effectué cet examen au moins une fois dans notre vie ... Mais nous ne savons pas toujours que la TSH concerne la thyroïde ou que les hématies sont les globules rouges . Décodage .

    A jeun ou non

    Oui dans le cas d'un bilan lipidique (12 heures avant)  ou d'un dosage de la glycémie (huit heures avant) . Pendant la digestion , les nutriments issus des aliments passent dans le sang , ce qui risque de fausser les résultats . Un seul café sucré peut ainsi élever le taux de glycémie .

    Non dans le cas d'un simple hémogramme : il est possible de prendre un petit déjeuner léger sans matière grasse .

    Le chiffre est impressionnant : 60 % des diagnostics sont confirmés grâce à un examen de sang !

    Bien sûr chaque cas est particulier et les moyennes doivent être interprétées par le médecin , en fonction du contexte clinique de chacun et des résultats d'autres examens complémentaires . Mais c'est dire si ce passage par la case laboratoire est important . Panorama des composantes les plus courantes analysées ...

     

    L'hématologie

    Elle consiste à compter les différentes cellules du sang parmi lesquelles figurent les hématies , les leucocytes et les plaquettes , généralement regroupées au sein d'un examen appelé hémogramme ou numération formule sanguine (NFS) .

    Je décrypte (1/3)

    Les hématies

    Ce sont les globules rouges qui transportent l'oxygène vers les cellules des organes . La norme :  Entre 4 et 5,6 millions par mm2  . Au-dessus : Ce peut être la conséquence d'un séjour en montagne , le nombre de globules rouges augmentant pour compenser la raréfaction de l'oxygène - si vous faites votre analyse juste après , vous serez surpris de la couleur rouge vif de votre sang - Au-dessous : Vos muscles et vos organes manques de carburant , vous êtes fatigué. Parmi les causes les plus fréquentes , une carence en fer par défaut d'apports alimentaires ou excès de pertes sanguines ( règles abondantes , hémorragie ...)

    Les leucocytes

    Ce sont les globules blancs . Ils forment une large famille composées de polynucléaires , de monocytes et de lymphocytes . Défenseurs de notre organisme , ils assurent notre immunité contre les microbes , virus ou autres agresseurs . La norme : De 4 000 à 10 500 / mm2Au-dessus : Vos défenses sont mobilisées , ce qui traduit l'éventualité d'une infection en cours . Leur taux augmente aussi avec la grossesse . Au-dessous : Attention , fragile ! l'organisme se défend moins bien contre les infections .

    Les plaquettes

    Ce sont les cellules sanguines qui s'agglutinent pour bloquer le saignement, y compris à l'intérieur du corps . Autant dire qu'elles jouent un rôle très important dans la coagulation . La norme : De 150 000 à 410 000 /mm2 . Au-dessus : Fréquent après une opération , cela indique un risque d'obstruction des veines ou des artères . Au-dessous : plus le taux est bas , plus le risque hémorragique est important - c'est pourquoi un dosage est réalisé avant toute opération .

    La vitesse de sédimentation

    Elle correspond à la vitesse nécessaire aux cellules sanguines pour sédimenter - en clair , se déposer au fond du tube à essai . Cette vitesse s'explique en hauteur de dépôt et elle se mesure après une heure , puis deux . La norme : Le dépôt doit être inférieur à 10 mm au bout d'une heure et à 30 mm au bout de deux . Au-dessus : une accélération de a vitesse de sédimentation peut se produire dans de nombreuses circonstances ; inflammation, rhumatismes, anémie . Elle peut aussi être simplement en lien avec la grossesse , la prise de certains médicaments .(Source : version Femina, photo du net) 


    1 commentaire
  • Ces troubles respiratoires ont un impact sur la qualité de vie , mais aussi sur la santé . Bonne nouvelles , les traitements, essentiels , se multiplient et se perfectionnent tous azimuts .

    Apnées du sommeil (3)

    Les apnées du sommeil sont des interruptions de la respiration de plus de dix secondes associées à des ronflements .

    Elles sont dues à une obstruction du passage de l'air au niveau de la gorge , à cause d'amygdales volumineuses , d'un voile du palais trop épais ou trop long , d'une grosse langue ou d'une mâchoire un peu reculée -phénomène de plus en plus courant , car on mastique de moins en moins . Fréquente , cette maladie touche de 2 à 4 % de la population . Les apnées sont dites modérées entre quinze et trente pauses respiratoires par heure , et sévères au-delà .

    Des conséquences importantes

    Lorsqu'elles surviennent , le taux d'oxygène dans le sang baisse et l'organisme déclenche par réaction un micro-éveil qui rétablit le flux d'air . Problème; empêché de passer en sommeil profond réparateur , on reste en sommeil superficiel . D'où une fatigue dès le lever, avec des accès de somnolence dans la journée , ce qui altère la qualité de vie , sans oublier le risque d'accident de la route ou du travail . Côté santé , le cœur et le cerveau souffre de ces baisses d'oxygène répétitives , d'où une augmentation des troubles de la mémoire et de risques cardio-vasculaires(hypertension, infarctus, AVC) .C'est dire si le diagnostic est primordial . A noter que se réveiller avec des maux de tête (à cause des poussées d'hypertension nocturnes) est un indice de la maladie. Aujourd'hui , un examen du sommeil est effectué à domicile (prêt d'un boitier avec des capteurs à brancher) . Si le résultat est concluant , il suffit . Dans le cas contraire - peu d'apnées, mais somnolence diurne - un examen avec électroencéphalogramme est réalisé en laboratoire du sommeil pour rechercher un autre trouble (syndrome des jambes sans repos par exemple) . Le diagnostic posé, un examen ORL est pratiqué pour repérer une zone d'obstruction . Après quoi on peut, surtout en cas d'apnées modérées , recourir à la chirurgie pour ôter de grosses amygdales ou celles se trouvant dans la base de la langue, ou retendre  le voile du palais . Un progrès ; avant d'opérer , on réalise désormais une endoscopie du sommeil . Le patient est endormi et une fibre optique introduite dans sa gorge permet de bien repérer la ou les zones coupables des apnées en <<situation dodo >> . Ainsi , le chirurgien est sûr d'intervenir au bon endroit !

    Un masque qui envoie de l'air

    En cas d'apnées sévères , le traitement de référence est la ventilation nocturne .Le médecin prescrit un appareil à pression positive continu (PPC), mis en service à domicile par un prestataire . Le principe ; on porte un masque sur le nez , plus rarement sur le nez et la bouche .Celui-ci est relié à une petite machine qui envoie de l'air sous pression afin de maintenir les voies respiratoires ouvertes et de supprimer les apnées . C'est très efficace et confortable une fois bien réglé . De nombreux appareils , toujours plus miniaturisés et silencieux , sont désormais proposés . Quand aux différents masques disponibles , c'est au médecin et au prestataire de trouver le mieux adapté , les appareils étant compatibles avec n'importe lequel . Autre progrès ; tant qu'on ne dort pas , la pression reste minimale , ce qui ne gêne pas l'endormissement . Vraie avancée aussi , la technologie P-Flex (dreamstation Expert de Philips), qui délivre la bonne pression d'air à l'inspiration et la diminue à l'expiration .<<Mes patients se disent soulagés par ce système . Cela évite trop de pression à l'expiration , ce qui peut gêner , voire causer des problèmes d'aérophagie et perturber le sommeil>>, précise le Dr Marc Pfindel , spécialiste des pathologies du sommeil . Restent les << fuites d'air>> sur le côté qui peuvent affecter le voisin de lit .<<elles sont inévitables ; l'air expiré par le patient doit être évacué , c'est pour cela qu'il y a des trous dans les masques , poursuit le spécialiste. A cet égard  , le modèle dreamwear  de Philips apporte un confort inédit ; c'est le seul conçu pour que l'expulsion de l'air se fasse au-dessus du crane , donc vers le haut , sans gêner. >> De plus , il se pose juste sous le nez sans les petits tuyaux introduits dans les narines . Autant de progrès qui vont faciliter l'adhésion au traitement .

    Autre option : Agir sur la mâchoire

    Pour les réfractaires aux appareils de ventilation, le port  d'orthèses dentaires sur mesure est une alternative . Ces gouttières posées sur les maxillaires supérieur et inférieur , agissent grâce à un système  qui avance la mâchoire du bas et la langue libérant de la place pour l'air en arrière . Cette solution exige une dentition en bon état; au moins de six à huit molaires en haut et en bas (pas de bridge, mais possible avec des implants) et impose une surveillance par le dentiste , les dents pouvant se déplacer . Autre option; notamment pour les jeunes ayant la mâchoire inférieure trop en arrière , mais praticable jusqu'à 50 -55 ans (sauf obésité morbide) : La chirurgie qui consiste à avancer la mandibule . Un acte lourd , qu'on peut associer à une chirurgie des tissus (ablation des amygdales , diminution du volume de la langue...) mais radical, avec 90%  de succès .

    Le petit plus

    Questions au Pr Frédéric Chabolle , chef du service ORL , à l'hôpital Foch à Suresnes (92)

    Apnées du sommeil (3)

    Une nouvelle solution , implantable arrive. De quoi s'agit-il ?

    Nommée Inspire II , elle est comparable à un pacemaker .On pose un petit stimulateur sous la peau , sous la clavicule . Deux électrodes y sont reliés ; l'une descend sur le thorax , détecte les pauses respiratoires et envoie l'information au stimulateur . L'autre passe sous la peau du cou et est fixée au niveau du nerf de la langue . Le système fonctionne à partir d'une télécommande ; le patient le met en marche au coucher et l'éteint au lever . Dès qu'une apnée est détectée , l'appareil envoie une légère stimulation au nerf de la langue pour qu'elle aille en avant et libère le passage pour l'air . Dès qu'il y a expiration , le système s'arrête . Le dormeur ne se rend compte de rien .

    Qui va pouvoir en bénéficier ?

    Les personnes ne répondant pas aux autres traitements ou n'adhérant pas à la ventilation par masque , mais avec certains critères .L'obstacle au passage de l'air doit être essentiellement en arrière de la langue . Les patients doivent avoir un index d'apnées de 20 à 60 par heure , ne pas faire plus d'une pause respiratoire par minute , ne pas souffrir d'obésité (IMC inférieur à 32) et avoir moins de 65 ans .

    Quels sont les résultats ?

    Une étude a été menée dans 22 centres de médecine du sommeil en Europe et aux Etats-Unis , sur trois ans de suivi , auprès de 120 patients atteints d'apnées sévères . Pour la totalité , les données montrent une réduction de 78 % des apnées , avec un retour aux seuils normaux pour la somnolence et le fonctionnement diurne . Mais ce nouveau dispositif à un coût ; 20 000 € avec la pose . Une demande de prise en charge a été déposée et le dossier est à l'étude pour qu'une dizaine de centres spécialisés se consacrent à l'implantation . Pour l'heure , le dispositif est proposé au CHU de Bordeaux , où un budget a été approuvé pour sa prise en charge , et à l'hôpital Foch , où il est jusqu'à nouvel ordre , à la charge du patient .( Source :Version Femina)

    Voir aussi les articles :

    http://don-de-vie-62.eklablog.com/apnees-du-sommeil-a117600716

    http://don-de-vie-62.eklablog.com/apnees-du-sommeil-2-a118657950


    1 commentaire
  •  Cinq idées reçues à combattre

    Clichés, stéréotypes, lieux communs ... L' UFSBD ( Union Française pour la Santé Buccodentaire) revient en chiffres sur quelques idées qui mettent à mal toute politique de prévention en matière de prévention de santé buccodentaire .

     1 ) Les soins dentaires coûtent chers

    Les soins dentaires comprennent les soins préventifs , conservateurs ( détartrage, scellement de sillons , dévitalisation , traitement des caries , radiologie )et certains soins chirurgicaux (extractions des dents) . Ils sont pris en charge à 100 % (70 % par l'assurance maladie obligatoire et à 30 % par les assurances maladies complémentaires . Sur une consultation à 23 € , la sécurité sociale rembourse 16,10 € et la complémentaire de santé 6,90 €.

    94,7 % des français sont couverts par une assurance maladie complémentaire (y compris la CMU-C pour 5,1 %). Seuls 4,2 % ne sont pas couverts par une assurance maladie complémentaire et 1,1 % sont dans une situation indéterminée .

    En ce qui concerne les prothèses , bridges et autres appareils , ces dispositifs sont très mal pris en charge par l'assurance maladie obligatoire . La solution passe par la prévention . En consultant une fois par an son dentiste , dès le premier anniversaire de l'enfant , et en adoptant une hygiène buccodentaire rigoureuse tout au long de sa vie , le besoin de prothèses et autres appareils devrait considérablement diminuer, voire ne plus exister .

    Dents en bonne santé

    2 ) Le dentiste fait mal

    Plus d'un français sur 4  (29%) déclare , encore aujourd'hui , ne pas aller voir un dentiste tous les an par peur . Pourtant en 2015 , le temps des << arracheurs de dents >> et des << barbiers-chirurgiens >> est bien loin derrière nous ...Maintenant la douleur est encadrée et prise en charge , pendant et après la visite au cabinet dentaire . Le dentiste dispose de techniques d'anesthésie qu'il peut mettre en œuvre avant tout acte potentiellement douloureux et , si cela semble nécessaire pour gérer la douleur hors du cabinet dentaire , des antalgiques seront prescrits .Ce n'est pas le soin qui fait mal mais la pathologie buccodentaire ; carie ou maladie parodontale .

    3 ) La carie dentaire est une fatalité

    La carie est actuellement cassée par l'OMS ( Organisation Mondiale de la Santé ) au troisième rang des fléaux mondiaux . Mais si la carie touche encore beaucoup trop  de monde , elle n'est , en aucun cas, une fatalité ! En effet , la carie, maladie bactérienne , multifactorielle qui parvient à détruire la substance la plus dure du corps humain , l'émail , est pourtant évitable . L'acquisition par tous , petits et grands , d'un comportement quotidien adapté permet de prévenir l'apparition des caries . Se brosser les dents deux fois par jour pendant deux minutes , avec un dentifrice fluoré , respecter une alimentation équilibrée et faire contrôler son état dentaire une fois par an chez le dentiste dès l'âge d'un an , permettent de diminuer le risque de carie. C'est ainsi que sur les vingt dernières années , et ce grâce à une politique de prévention accrue , la prévalence de caries chez les enfants en France a chuté de moitié .

    4 ) La santé de la bouche n'a aucun lien avec la santé  générale

    Les bactéries buccales peuvent migrer par la voie sanguine dans tout l'organisme ; le cœur, les sinus, les reins, les yeux , les articulations...

    La bouche fait partie intégrante du corps , que se soit en thermes esthétiques ou en thermes de santé . En effet , la cavité buccale joue un rôle essentiel dans la mastication , la digestion, la respiration, la phonation, l'expression faciale et la réception sensorielle . Elle constitue à la fois  un miroir de la santé générale et une des premières étapes de défense de l'organisme vis-à-vis des agressions extérieures ( comme certaines bactéries par exemple ) . Certaines maladies générales (maladies cardiovasculaires , diabète ...) favorisent l'apparition , la progression ou la gravité de maladies buccodentaires . Inversement , certaines maladies buccodentaires peuvent avoir des conséquences  et favoriser l'apparition , la progression ou la gravité de certaines maladies en libérant les bactéries accumulées dans la bouche par les vaisseaux sanguins jusqu'aux organes tels que le cœur, les reins, les poumons ... Attention aussi aux plus fragiles mais également aux femmes enceintes ! L'impact d'une mauvaise santé buccodentaire sur la santé globale est d'autant plus important s'il s'agit de personnes déjà fragilisées par des pathologies ou dépendantes .

    5 ) Inutile de soigner les dents de lait car elles vont tomber

    Le risque d'avoir des caries sur des dents permanentes est trois fois plus élevé quand on a des caries sur des dents de lait . Toutes les dents se soignent , car elles ont chacune une incidence et une utilité sur le développement de la sphère buccale de l'enfant et donc du futur adulte .                                                                                          Bien qu'elles aient une durée de vie limitée (entre 6 et 12 années , selon les dents) et qu'elles soient remplacées par des dents définitives , les dents de lait définissent le visage du tout petit , guident les dents définitives pour qu'elles poussent dans la bonne position et sont essentielles pour manger et parler .                                  Attention à la carie du biberon ; quand l'enfant s'endort avec son biberon , le lait , le jus de fruit ou la boisson sucrée qu'il vient de boire  demeure dans la bouche . La salive ne peut pas faire son travail de protection des dents , les caries se développent et les douleurs apparaissent . ( Source : équilibre bien vivre son diabète ; mars-avril 2015 N° 304)

    Dents en bonne santé

                                                

     


    1 commentaire
  • Les virus sont de sortie et, avec eux , les infections ORL qui nous mettent K-O . Apprenez à les traiter efficacement .

    On reconnaît les symptômes - nez qui coule, gorge irritée , tête dans un étau - mais on ne met pas forcément les bons mots sur notre mal . Dommage , car identifier permet souvent d'adopter le bon traitement .

    Les maux de l'hiver

    Rhinite ou rhino-pharyngite: une infection virale très contagieuse

    Ce qu'on appelle communément rhume et une infection virale déclenchée par un rhinovirus . Elle survient par épidémies , est très contagieuse et se manifeste d'abord par une rhinite ; on éternue, on a le nez qui coule , puis ce dernier peut se boucher . Mais , le plus souvent , le virus ne s'arrête pas à ce stade là , et touche progressivement l'ensemble des voie respiratoires . Quand les symptômes s'accompagnent d'un écoulement dans la gorge, qui irrite les muqueuses on parle de rhino-pharyngite .

    Sinusite , otite, bronchite :  une évolution normale du rhume

    L'infection virale et l'inflammation qui l'accompagne peuvent aussi s'étendre aux oreilles et/ou aux sinus , et aux bronches . Des sécrétions stagnent , entraînant soit une sensation d'oreilles bouchées , soit des douleurs au niveau des orbites ou du front, soit encore une toux grasse et profonde . Il ne s'agit pas d'une complication mais plutôt d'une évolution normale de la maladie . Généralement , elle passe en quinze jours avec des symptômes qui diminuent à partir du quatrième jours . Elle peut cependant durer plus longtemps chez les personnes au terrain ORL fragile (asthmatiques, fumeurs...). Même dans ces cas là , antibiotiques et corticoïdes restent inutiles car la pathologie est d'origine virale et non bactérienne .

    Comment diminuer les symptômes

    Il n'y a pas grand chose à faire contre le rhume , à part bien s'hydrater (eau, thé, bouillon ...), ce qui favorise l'élimination du virus .On peut en apaiser les symptômes grâce à un spray d'eau de mer pour dégager le nez , et avec du paracétamol ou de l'aspirine , en cas de fièvre . Les sprays et pastilles à base d'actifs naturels -thym, propolis, érysimum- apaisent la gorge . on évite ceux contenant un anesthésique local , qui assèche encore plus les muqueuses . Les médicaments <<spécial rhume>> 2 en 1 (associant paracétamol et vasoconstricteur) peuvent  être pris ponctuellement si l'on est gêné pour travailler ou dormir .En effet, ils présentent beaucoup d'effets secondaires . On ne les utilise pas plus de cinq jours et en prenant soin de respecter  la notice .

    La grippe , un cas à part

    La grippe n'et pas causée par la même famille de virus . Si certaines peuvent être confondues avec un gros rhume, d'autres entraînent des symptômes plus soudain et violents ; la fièvre est généralement importante , avec des frissons et des douleurs musculaires (comme des courbatures) qui peuvent nous clouer au lit . Le repos est lors conseillé durant plusieurs jours . Il faut également boire beaucoup et chaud pour ne pas se déshydrater , et prendre du paracétamol pour la fièvre et la douleur . En cas de forte montée de température , il est vivement conseillé de consulter un  médecin .

    Le petit plus

    Nez bouché ou qui coule ? rien de grave si l'on adopte les bons réflexes . Pour déboucher le nez , dégager les bronches et trouver enfin le sommeil , faites une inhalation d'huiles essentielles (pin sylvestre , thym...) ou appliquez sur la poitrine un baume à l'eucalyptus .

    L'avis de l'expert 

    Pr Pierre Bonfils , ORL à l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris

    Les maux de l'hiver

    << Un rhume passe tout seul >>

    Quels sont les bons réflexes en cas de rhume ?

    On a tendance à consulter son médecin vers le quatrième jour . On a alors l'impression que les symptômes diminuent grâce aux médicaments prescrits , alors qu'ils étaient déjà dans l phase descendante de l'évolution du rhume ! Cette attitude entraîne une surconsommation de médicaments , notamment d'antibiotiques . Sauf exception , un rhume passe tout seul et nécessite uniquement d'aller voir son pharmacien .

    Quand faut-il consulter ?

    Lorsqu'on a une fièvre importante (supérieure à 38,5° C ou des douleurs très intenses , car il peut s'agir d'un complication de sinusite .

    Quand parle-t-on de maladie chronique ?

    Il est normal de connaître deux ou trois épisodes viraux par an . Au delà , il ne s'agit plus d'un rhume à répétition , mais d'une maladie chronique sous-jacente , qui est différente puisqu'elle n'est pas d'origine virale . On peut être en présence d'une rhinite , 'une sinusite ou d'un bronchite chronique . Il est alors indispensable de consulter pour en déterminer la cause (bilan allergologique, examens supplémentaires ...). (Source :Télé-Loisirs. )


    3 commentaires
  • Comment en venir à bout ?

    Cette maladie de l'articulation , considérée comme rare , ne l'est pas tant que cela . Bonne nouvelle: même si en guérir est long et pénible , on finit par s'en débarrasser !

    s

    Au cours d'une randonnée , Christine , 56 ans s'est tordu le pied et fracturé la cheville

    Après un mois de plâtre , elle entame les séances de rééducation prescrites par le médecin chez le kinésithérapeute le plus proche de son domicile . 45 minutes de marche avec ses béquilles ! Dès le deuxième jour, celui-ci conseille de venir sans ses canes anglaises et Christine lui fait confiance .Résultat : le soir même , son pied est de nouveau rouge , enflé et atrocement douloureux . Le verdict tombe : neuroalgodystrophie , une hyperréactivité neurovasculaire qui survient plus de huit fois sur dix après un traumatisme , - une entorse bénigne peut suffire - ou une chirurgie . Et il n'est pas simple de s'en débarrasser , comme le révèle le nom que préfère lui donner le corps médical ; << syndrome douloureux régional complexe >>.

    Des profils plus vulnérables

    Sans que l'on sache pourquoi , l'algodystrophie touche deux fois plus souvent les membres inférieurs (cheville , pied, parfois le genou ou la hanche ), ainsi qu'une majorité de femmes et d'adultes. Mais elle n'épargne pas pour autant les enfants et les seniors .  Ni même , malheureusement , le poignet, la lésion risquant alors de dégénérer en un << syndrome épaule-main >> très handicapant . << Cette réaction se rencontre souvent chez les personnes à terrain spasmophile , c'est-à-dire qui présentent une hypersensibilité au stress se traduisant par des symptômes neuromusculaires tels que crampes, fourmillements, crispation de la mâchoires, spasmes digestifs ... constate le Dr Didier Feltesse , spécialiste de médecine manuelle et de réadaptation . La tabac pourrait également la favoriser ,bien qu'aucune étude ne l'ait fermement démontré.>>En tout cas , déclencher une algodystrophie à la suite d'une opération n'a rien à voir avec la qualité de la chirurgie .

    Une première phase "chaude "

    Les troubles évoluent en général en deux phases. La première dit<<chaude>>, survient de quelques jours à quelques semaines après le traumatisme ou le début de la rééducation , et dure de 3 à 6 mois . L'articulation devient rouge, chaude, gonflée et sujette à une hypersudation, signe d'une excitation anormale du système nerveux sympathique augmentant l'afflux sanguin. << A la différence d'un rhumatisme , cette inflammation reste localisée , mais touche toute l'articulation (tendons, capsule articulaire, membrane synoviale ) et s'accompagne d'une déminéralisation de l'os >>, précise le Dr Joëlle Barland-Laporte , rhumatologue aux thermes de Bourbon-l'Archambault (allier).

    Propriété aux sons contre la douleur

    A ce stade, un seul mot d'ordre : mettre le membre au repos . <<Débuter une rééducation reviendrait à verser du citron sur une huitre , alerte le Dr Feltesse .Au moindre mouvement , la capsule de l'articulation, autrement dit l'enveloppe de tissu fibreux qui l'entoure se rétracte .>>L'objectif numéro un est d'atténuer la douleur . Malheureusement , les antalgiques classiques (paracétamol, anti-inflammatoire, non stéroïdiens , cortisone) demeurent sans effet . Il faut recourir à des médicaments mêlant codéine et opiacés doux (sur ordonnance ) pour qui les supporte. L'apposition de froid associée au port d'une contention (pharmacie) peut aussi soulager . Autre solution , la plu efficace semble t-il , le <<bain écossais >>. Il consiste à immerger la zone douloureuse dans de l'eau chaude (43°C ) durant 10 minutes puis froide (18°C) pendant 10 à 15 minutes ,deux ou trois fois par jour ,en effectuant des mouvements extrêmement doux , s'ils ne sont pas douloureux . Christine a ainsi été guéri en deux mois . Pour l'épaule , la hanche ou le genou , c'est néanmoins plus facile en cure (voir besoin d'informations ) . Des injections quotidiennes de procaïne et de calcitonine peuvent aussi être essayées ( notamment pour l'épaule ) , si possible le soir , afin de limiter les effets secondaires : rougeur faciale, nausées, maux de tête ... 

    Deuxième étape , éviter le raidissement

    Peu à peu , le gonflement disparaît , la peau devient pâle , sèche et une fibrose s'installe . <<L'articulation s'ankylose et se bloque progressivement , à cause s'une réaction des tendons et des capsules articulaires >> , précise le Dr Barland-Laporte . Cette seconde phase , dite <<froide>> dure entre 3 et 18 mois en moyenne . Elle peut constituer (rarement et chez les plus jeunes ) le premier signe de la maladie . Le kinésithérapeute joue un rôle primordial . Grâce à des drainages lymphatiques à des massages très légers , à des étirements et à des mobilisations douces , il va lutter pour limiter la raideur et l'ankylose . ( Source : version Femina)

    Besoin d'informations

    Consulter le site de l'association Thera Wanka (association-thera-wanka.org ) ou contacter la permanence à Valence au 07 76 69 55 94 du mardi au jeudi, de 14 à 16 h

     


    3 commentaires
  • Un test rapide découvert à Lille pour mesurer les saignements du cœur

    Des chercheurs lillois du CHRU, de l’Inserm et de l’institut Pasteur viennent de découvrir un moyen rapide pour vérifier la réussite de l’implantation d’une valve chez les patients ne pouvant pas être opérés à cœur ouvert.

    Mesurer les saignements du coeur

    Tous les patients souffrant du cœur ne peuvent supporter une chirurgie lourde, que l’on qualifie dans l’imaginaire collectif de chirurgie à cœur ouvert. Pour ce faire, notamment pour le traitement du rétrécissement de l’aorte, la pose d’une valve aortique se fait alors par voie percutanée. C’est à dire en passant par les artères. Cette technique a de nombreux avantages. Elle permet donc d’opérer le cœur sans ouvrir la poitrine. Elle raccourcit la durée d’hospitalisation et elle améliore la durée et la qualité de vie des patients.

    Mais, comme toute médaille, cette technique utilisée depuis dix ans a un revers qui en relativise, enfin qui en relativisait l’expansion : la détection difficile des risques de complication. Comme l’explique Francis Juthié, chirurgie spécialiste de ces interventions appelées TAVI, « entre 10 et 15 % des cas d’implantation de valve une complication peut subvenir en raison d’un mauvais positionnement de la nouvelle valve ». L’identification durant l’opération demeurait à ce jour complexe et nécessitait que le patient soit endormi afin de mettre en place plusieurs techniques de contrôle dont une échographie par voie œsophagienne pour mesurer les fuites aortiques, autrement dit les saignements.

    Le problème vient donc d’être résolu. Réunie autour de plusieurs chercheurs et médecins, une équipe de professionnels du CHR, de son université, de l’Inserm et de l’institut Pasteur de Lille, vient de découvrir qu’une simple prise de sang permet de faciliter et d’accélérer le diagnostic sur la qualité du positionnement de la valve implantée par les chirurgiens. Les chercheurs ont, pour ce faire, mis au jour une protéine présente dans la circulation sanguine qui joue le rôle d’identificateur (1). « Le test est fiable à plus de 95 % , il prend dix minutes et coûte dix euros, note le professeur Sophie Susen, la biologiste qui a coordonné les recherches. Il est également fiable pour le suivi de l’efficacité du traitement post-opératoire. » Cette avancée médicale assure désormais une sécurité maximale pour les patients. La prochaine étape ? « Le test au bout du doigt, comme pour la glycémie, sourit la biologiste. Mais pour ça, il faut de l’argent. »

    1. Fruit d’une étroite collaboration, cette découverte a été publiée ce 28 juillet 2016 dans la revue scientifique internationale The New England Journal of medicine.( source : http://www.lavoixdunord.fr ; Article de FRÉDÉRICK LECLUYSE )

     


    1 commentaire
  • tout savoir sur le colon

     Ce gros boyau qui mesure environ 1,50 m chez l'adulte est divisé en trois parties ; ascendant, trnsverse , descendant . Il complète et finalise l'action de l'intestin grèle . Des 1500 ml qui lui parviennent chaque jour , il les concentre au point d'en éliminer environ 150 ml sous forme de selles . Le côlon tocke en effet les déchets , absorbe l'eau , les oligo-éléments , les vitamines restantes . Il joue en outre un rôle essentiel par son cloaque de bactéries parfaitement organisées qui décomposent les restes végétaux et protéiques en produisant respectivement une fermentation ou une putréfaction . Le côlon se termine par le rectum qui concentre les fèces avant d'expulser des selles en principe moulées . Cette phase colique est de loin la plus longue , elle dure autour de 48 heures . Quand vous prenezun laxatif oral , vous pouvez constater qu'il faut plus de 24 heures pour obtenir une selle .

    L'intestin possède également d'autres fonctions importantes .

    S'il constitue un des éléments majeurs du tube digestif , le rôle de l'intestin va bien au-delà de la digestion des aliments et l'expulsion des déchets :

     Il participe à l'immunité ; 

    Il produit 95 % de la fameuse sérotonine sur laquelle s'appuient les antidépresseurs les plus utilisés actuellement ;

    Il est probablement le point de départ de la plupart des maladies et pathologies locales et extra-digestives qui nous atteignent .

     Les recherches actuelles montrent que l'intestin grêle et surtout le côlon constituent deux des principaux acteurs de la santé ;

     de nombreuses pathologies et maladies , dont on pouvait raisonnablement penser que leur cause se situait à distance , trouvent en réalité leur origine dans le dysfonctionnement de ce que l'on considérait il n'y a pas longtemps comme un vulgaire conduit .

     Mais notre intestin est actuellement en voie de réhabilitation , de reconnaissnce , de renouveau .

    Intestin ou chef d'orchestre ?

    L'intestin est avant tout un des pivots centraux de la santé , chaque journée nous apportant des preuves de son extrême mportance dans certaines fonctions qui apparaîssent d'ailleurs bien cérébrales .

     Il est capable d'indépendance ; certains d'entre vous ont encore en mémoire de leurs expériences scolaires même lointaines , l'intestin isolé qui les étonnait en continuant à se contracter dans son liquide de conservation ;

     Il est surtout le cerveau des émotions , personnene s'en étonnera , tout le monde a déjà eu l'occasion de le vérifier à ses dépens ;

     Un stress intense ( accident, oral d'examens , audition, séparation ...) est capable de vous arracher dans la seconde, tripes et boyaux et vous envoyer précipitament vers un endroit isolé et très personnel !

     A l'inverse , vous avez tous pu constater comme il était difficile de faire ses besoins en dehors de son environnement habituel , d'où la constipation fréquemment observée en voyage, lors d'une hospitalisation et parfois même chez des proches ou des intimes .Certains sont même oblgés de rentrer chez eux pour accomplir cet acte élémentaire et naturel !

    Et l'intestin, organe beaucoup plus vital que nous l'imaginions encore il y a peu est comme le cerveau de certains , un trésor d'intelligence , formidablement doué pour le relationnel . il bénéficie pour cela d'une organisation très sophistiquée ; plus réseau neuronal de l'organisme juste derrière le cerveau - de milliards de bactéries , d'un de 200 millions de neurones - système immunitaire très développé, d'une surface d'échange très étendue ... , qui lui permettent de contrôler la digestion , les sécrétions , la motricité, l'absorption et l'assimilation des nutriments , l'évacuation des déchets ... , mais aussi de dialoguer et de communiquer avec tous les organes , en particulier le cerveau ... et même les diriger à la manière d'un chef d'orchestre.

    De multiples expériences montrent que l'intestin envoie , par l'intermédiaire du nerf vague , quatre fois plus de messages qu'il n'en reçoit . Nous pouvons donc provisoirement affirmer qu'il informe beaucoup plus le cerveau qu'il n'obéit aux ordres .Et que c'est donc peut-être ou probablement LUI qui commande .

    La savez-vous ?

    La longueur mais surtout la surface d'échange ! Notre intestin transforme en moyenne durant une vie plus de 3 tonnes de viandes et 3 tonnes de fruits et légumes tout au long de ses 8 mètres de log et 400 mètres de surface échangeable , l'équivalent de deux courts de tennis . (source <<Ben mon côlon!>> aux éditions Leduc .)

    << Ben mon côlon ! >> (2/2)

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique