• Ce légume vert a plus d'un bénéfice dans ses feuilles !

    Le chou chouchou de notre santé

    Voici 5 bonnes raisons de l'adopter .

    1 ) C'est l'ami de la ligne 

    Très léger, c'est l'un des légumes les moins énergétiques. Pauvre en glucides ( pas plus de 2 g/100 g) , soit bien moins que le poireau , déjà considéré comme un aliment minceur ).Ce légume n'apporte pas plus de 22 kcal/ 100 g. Il est en plus très rassasiant en raison de sa richesse en fibres qui gonflent l'estomac et calent les appétits les plus féroces ! Pour ne rien gâcher, il est délicieux tout simplement cuit à la vapeur,  à l'eau ou dans une soupe, autrement dit sans matières grasses (ou presque ).

    2 ) C'est le légume de la forme 

    La raison ? Il regorge de vitamines et de minéraux , et pas n'n'importe lesquels !Une simple portion de 200g couvre 50% des besoins quotidiens en vitamine C (choisissez les feuilles les plus colorées: plus elles sont vertes, plus elles sont riches en cette vitamine) et plus de 100% des apports journaliers recommandés (AJR) en provitamine A, également antioxydante. Il fournit une belle quantité de vitamine E (entre 5 et 7 mg/100 g, un taux record pour un légume), qui lutte aussi contre les radicaux libres. Enfin, le chou contient des vitamines du groupe B, en particulier de la B9, qui, absorbée avant et pendant la grossesse, prévient certaines malformations congénitales du nourrisson :une portion de 200 g satisfait plus du tiers des besoins de la femme enceinte . Concernant les minéraux , il regorge de calcium (60mg/100 g) ainsi que de potassium  (253 mg/100 g), un minéral qui aide à diminuer la tension artérielle , ce qui permet de réduire les risques d'accident vasculaire cérébral .

    3 ) Il protège le cœur 

    Différentes études ont mis en évidence les effets anticancéreux du chou. Une vertu qu'il doit à ses vitamines antioxydantes , à sa richesse en fibres , mais aussi à des substances appelées <<indoles>> qui ont une action anticancérigène démontrée. Leurs composés soufrés aident à neutraliser les radicaux libres avant qu'ils n'endommagent les cellules . Une consommation régulière de chou ( une ou deux fois par semaine) pourrait ainsi prévenir les cancers digestifs (estomac, côlon, rectum), mais aussi eus de la vessie et du poumon . 

    4 ) Il stimule le transit intestinal 

    Sa richesse en fibres (3,4 g/100 g), favorise le transit. Une portion de 200 g fournit à elle seule, plus de 20% de la quantité de fibres souhaitée chaque jour (environ 30 g ). Mais celles-ci sont un peu dures et peuvent entraîner des flatulences et des ballonnements chez les personnes sensibles . Pour éviter ces soucis, il est conseillé d'enlever les premières feuilles (ce sont elles qui sont les plus riches en fibres ) et de consommer ce légume de préférence cuit: il est ainsi bien plus facile à digérer .

    5 ) Il soulage des maux de l'hiver 

    Le chou contient une essence sulfurée aux propriétés anti-inflammatoire. Grâce à cela il aide à lutter contre les affections respiratoires (bronchite, enrouement, toux et rhume ). Dès les premiers signes de refroidissement , hachez des feuilles de chou cru, saupoudrez-les de sucre roux et laissez macérer quarante-huit heures . Vous fabriquerez ainsi une sorte de sirop à prendre à raison d'une cuillère à soupe toutes les quatre heures . Par le suite, grâce à sa richesse en vitamine C , ce végétal nous remet rapidement sur pied .

    Mal aimé injustement 

    Malgré tous ses atouts, le chou n'a pas la faveur de nos assiettes. La cause ? ses effluves, aussi bien quand il cuit que lorsqu'il faut le manger! Cela est dû à ses composés soufrés . Pour éviter ce parfum désagréable , voici une recette de grand-mère : mettez un épais morceau de pain rassis dans l'eau de cuisson . Celui-ci absorbe les composés soufrés qui s'échappent du légume et neutralise son arôme particulier ... Vous n'avez plus d'excuses pour ne pas profiter de ses bienfaits santé .( Merci à Marie-Laure André, nutritionniste-diététicienne , et au Dr Henry Puget, spécialiste des plantes).


    1 commentaire
  • Nos enfants mangent mal dès le plus jeune âge selon l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), en particulier ils consomment beaucoup trop de sucre . Les trois-quarts des 4-7 ans ont concernés .

    Ils mangent trop de sucre

    Revoyons notre copie 

    Une consommation excessive de sucre augmente les risques de surpoids et d'obésité , entraînant une prédisposition au diabète de type 2. <<<<<elle modifie l'humeur en rendant agité et nerveux, diminue la concentration et les capacités d'apprentissage , sans oublier que le sucre est addictif . Heureusement , avec quelquesajustements , on peut réusir à les désintoxiquer .

    On modifie la composition du goûter 

    On remplace les produits trasformés par des aliments bruts comme du pain et du chocolat, par exemple. On troque la compote pour un fruit frais , plus riche en fibres et en vitamines. Côté laitages , on  évite les yaourts à boire, aromatisés ou aux fruits , beaucoup plus sucrés , et on opte pour un yaourt nature auquel on ajoute un peu de miel ou de confiture .

    On ne compte pas le jus d'orange comme une portion de fruits

    En termes de quantité de sucre , le jus d'orange est comparable à un soda. S'il est fait maison, il est certes pus ualitatif mais fait monter le sucre dans le sang plus rapidement qu'un fruit , d'autant qu'il a souvent plus d'une orange dans un verre.

    On débusque les sucres industriels cachés 

    On choisit des produits dont la liste d'ingrédients est la plus courte possible et composée d'aliments connus ; on évite par exemple ceux contenant de la lécithine de soja , desémulsifiants , etc. On vérifie la mention<<glucides, dont sucres >>et on achète les produits dont le taux est le plus bas. On est particulièrement vigilant sur les céréales ; pour une porion (30 à 40 g ) , il ne faut plus de 5 g de sucre . C'est le cas des flocons d'avoine et de certains mueslis avec des oléagineux  ( amandes, noix , noisettes ).

    On n'assimile pas les sucreries à des récompenses

    L'alimentation est faite pour nous nourrir .Elle peut devenir conviviale et source de plaisir mais ne doit en aucun cas être une récompense. Quand on est conditionné depuis tout petit à être consolé ou récompensé par un bonbon ou un gâteau , on développe un rapport à la nourriture qui n'est pas sain . On ancre une addiction comportementale que l'on reproduira une fois adulte et dont il sera difficile de se détacher .

    Ils mangent trop de sucre

    On ne bannit pas le sucre radicalement 

    Limiter le sucre ne veut pas dire l'éradiquer t frustrer les enfants .On peut autoriserdes petits déjeuners ou des goûters plaisir de temps en temps en essayant de privilégier le fait-maison au maximum en réalisant des gâteaux soi-même avec des farines complètes , plus riches en nutriements et à l'index glycémique plus bas (texte extrait de mon pharmacien & moi . mars-avril 2020) 

     


    votre commentaire
  • Dans le collimateur des autorités de santé 

    Vous pensiez tout connaître de l'impact du sucre sur la santé ?                   Les conséquences d'une consommation excessive vont souvent bien au-delà de la simple prise de poids .

    Le sucre ; du bonheur et du plaisir à partager 

    Depuis des décennies l'industrie agroalimentaire nous serine le même refrain à grand renfort de marketing et de publicité . Pas une célébration sans qu'il soit de la fête . Pourtant, l'Organisation mondiale de la santé (OMS)  a encore revu à la baisse ses recommandations , nous invitant à réduire notre consommation de sucres libres pour qu'il ne représente plus que 5 % de nos apports caloriques journaliers contre 10 % auparavant. Derrière ce nouveau seuil, un nombre grandissant d'études scientifiques qui épinglent les effets délétères de l'excès de sucre sur notre santé .

    Le syndrome du foie gras 

    Si, aujourd'hui , les méfaits du sucre sur le poids , le diabète ou les maladies cardiovasculaires sont largement médiatisés, d'autres moins connus . A commencer par le syndrome du foie gras qui se caractérise par une accumulation de graisse dans les cellules hépatiques induite par un excès de fructose. Marqué par un index glycémique bas, le fructose, présent dans les fruits , est très utilisé dans les aliments et boissons industriels, notamment les sodas . Dans sa forme la plus grave, le syndrome du foie gras peut évoluer vers la cirrhose , puis le cancer hépatique . Le professeur Lawrence Serfati, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine , fait ainsi état de ces patients qui se voient diagnostiquer une cirrhose sans avoir bu d'alcool , mais avec pour seul facteur e risque la consommation quotidienne de plusieurs sodas .On estime que plus d'un tiers des adultes seraient ainsi touchés par ce syndrome aux Etats-Unis. Le danger c'est qu'il évolue de façon silencieuse.

    Le sucre

    Déclin cognitif 

    Autre méfait peu connu; l'impact de l'excès de sucre sur le cerveau et la mémoire . C'est ce qui ressort d'une étude conduite sur des rongeurs publiée dans la revue  médicale Hippocampus .Les chercheurs de l'université Southern California ont administré une boisson très sucrée (comparable aux sodas des ados) à des jeunes rongeurs, avant de les lâcher dans un labyrinthe conçu pour mesurer leur mémoire  spatiale . Il ressort que les souris ayant bu cette boisson sucrée ont eu plus de difficultés à se repérer que celles ayant consommé uniquement de l'eau." Cette contre-performance est possiblement due à la neuroinflammation de leur hippocampe " a expliqué le chercheur en neuroscience et coauteur de l'étude Scott Kanoski. "L'hippocampe joue un rôle important dan la mémoire et est fréquemment endommagé chez les gens qui souffrent de la maladie d'Alzheimer ou de démence ".

    Le sucre

    Un allié du cancer 

    Le cancer se caractérise par une multiplication incontrôlée de certaines cellules. Or l'insuline est une des hormones qui impacterait indirectement cet accroissement. C'est pourquoi de nombreux scientifiques suspectent que l'élévation constante du taux d'insuline , provoquée par la consommation de sucre , est de nature à favoriser l'apparition de la maladie. Plusieurs travaux ont d'ailleurs mis en évidence que les personnes consommant beaucou de sucre étaient davantage exposées au risque de développer un cancer .

    A noter 

    Il n'y a pas que les caries 

    La consommation de sucre est un facteur de risques pour :                                            1 )  Le surpoids et l'obésité                                                                                                            2 )   Le développement des maladies cardiovasculaires                                                          3 ) L'hypertension                                                                                                                          4 ) La hausse du taux de cholestérol                                                                                          5 ) L'insuffisance rénale chronique                                                                                            6 ) Le cancer                                                                                                                                    7 ) Les troubles de l'érection ( Source : mon pharmacien & Moi)


    1 commentaire
  • L'OMS nous invite à limiter notre consommation de sucre à 5 % de nos apports journaliers. Cela représente 25 grammes de sucre soit seulement cinq morceaux ou 100 calories pour un adulte et 75 pour un enfant . C'est peu au regard de nos habitudes alimentaires .

    Le fléau des sucres cachés

    Il faut bien sûr diminuer les sodas, bonbons et autres viennoiseries, mais ce sont avant tout les sucres "cachés" qui figurent dans le vieur de l'OMS, c'est-à-dire les suces présents dans les aliments qui ne sont habituellement pas regardés omme des sucreries. Une étude montre qu'aux Etats-Unis, 80 % des aliments vendus en supermarché contiennent des "sucres cachés" , explique le Dr Branca. Ed'autres mots, ce n'est pas le petit carré de chocolat avec le café qui pose problème, mais c'est l'utilisation massive du sucre par l'industrie agroalimentaire .Selon le Dr Richard Béliveau, biochimiste, auteur de nombreux ouvrages sur l'alimentation, nous étions en meilleure santé avant l'arrivée massive des produits industriels enrichis en sucre, sel et gras. le spécialiste en médecine moléculaire prend l'exemple de la Chine où le diabète de type 2 concerne aujourd'hui 10 % de la population, alors qu'il était inexistant avant l'introduction de l'alimentation industrielle. On limitera donc sa consommation de sucre en privilégiant les produits naturels non transformés et en étant plus vigilants dans la sélection des produits que l'on achète .

    Quelques aliments plus sucrés qu'on ne le pense 

    Il n'y a pas que le gâteaux ...  Les soupes , les sauces et les chipolatas aussi contiennent du sucre. Avantage de ce dernier , il est peu coûteux et rend aussi les aliments plus goûteux, voire addictifs . Zoom sur quelques produits a priori au-dessus de tout soupçon 

    La soupe toute prête 

    La soupe industrielle a détrôné le potage maison. Mais, bien souvent, la liste des ingrédients ne se limitent pas aux seuls légumes et aromates. On y retrouve notamment du sucre qui vient corriger l'acidité des légumes et équilibrer le sel, lui aussi présent en bonne quantité Un grand bol de soupe industrielle contient ainsi en moyenne l'équivalent de 3 voire 4 morceaux de sucre, soit plus de la moitié da quantité quotidienne recommandée. Mieux vaut préférer les soupes du rayon frais ou mixer vous-même vos légumes dans un  bouillon .

    Les céréales 

     Carburant du petit déjeuner, les céréales sont également trop sucrées , les plus énergétiques contenant plus de 50 % de sucre, soit environ 15 g par portion. C'est déjà plus de la moitié des apports quotidiens recommandés .

    Les smoothies 

    Ces cocktails très tendance regorge de fructose (le sucre des fruits) . Il y aurait autant de sucre dans un smoothie que dans un grand verre de soda ou dans six oranges. Pas une si bonne idée , sauf à conserver au maximum la pulpe et la peau, à associer les fruits et les légumes et à préférer le fait-maison qui ne contient ni sucre ajouté, ni conservateur .

    Les yaourts 

    Les produits laitiers sont souvent perçus comme des aliments sains Certains yaourts aux fruits ou aromatisés peuvent pourtant contenir jusqu'à cinq cuillères de sucre ...  Restez vigilants sur les étiquettes  

    Les sauces et condiments 

     Pratiques, elles sont souvent prisées des enfants notamment parce qu'elles sont sucrées. Parmi les plus populaires ; l'indétrônable ketchup est composé d'un quart de sucre , la sauce barbecue en contient un tiers, on en trouve plus de 45 % dans la sauce soja sucrée . A la mode aussi, le vinaigre balsamique contient 15 g de sucre pour 100 g . 

    La vérité en face 

    Le compte Instagram Dealer de sucre traduit nos aliments les plus populaires en morceaux de sucre; une comparaison visuelle plutôt saisissante. Il suffit de quatre biscuits Oréo pour atteindre notre quota de sucre quotidien. De quoi réfléchir à deux fois avant de consommer le paquet .

    Le fléau des sucres cachés


    1 commentaire
  • Le diabète est souvent associé au sucre ; pour équilibrer sa glycémie , on limite les aliments sucrés…     Pourtant, c'est aussi des graisses dont il faut se méfier lorsque l'on a du diabète.                                                                         Une alimentation trop riche en graisses favorise la prise de poids, ce qui peut déséquilibrer le diabète de façon durable.                                      Certains aliments gras contiennent également du mauvais cholestérol et si on en consomme trop régulièrement, le risque de complication cardiovasculaire augmente .                                                                               Savoir faire le tri parmi les graisses et adopter une alimentation équilibrée permet de limiter ces risques .

    Dois-je supprimer les aliments gras ? 

    Non ! Ce qui est important c'est de bien les choisir. Les graisses sont nécessaires à notre organisme car elles apportent de l'énergie, il faut les distinguer :

    Les << bonnes graisses>>: Surtout présentent dans les aliments d'origine végétale, comme l'huile d'olive, l'avocat et les noix. Elles sont riches en acides gras insaturés .                                                                                                                                          Les << mauvaises graisses >>: Que l'on retrouve dans les produits d'origine animale, comme la charcuterie, le beurre, la crème, etc. Elles contiennent des acides gras saturés .                                                                                                                    Attention , les <<bonnes graisses>> contiennent autant de calories que les <<mauvaises graisses>>! Par exemple, 100 g d'huile d'olive contiennent plus de calories que 100g de beurre doux .

    Les graisses dans l'alimentation

                                                                                                                            

    Au quotidien, je reste attentif . . . 

    Je fais attention aux matières grasses <<cachées>>,présentes par exemple dans les crèmes glacées, la viande persillée ou les plats cuisinés , en regardant bien l'étiquette du produit. Un plat comportant plus de 10 % de graisses (10 g de lipides pour 100 g ) est considéré comme gras .                                                                                                            Je me rappelle qu'un produit allégé en matières grasses ne l'est pas forcément en sucres . . .

    Les graisses dans l'alimentation

    . . . Et dans ma cuisine ? 

    Je prends l'habitude de <<doser>>les graisses que je consomme; une cuillère à soupe d'huile et de beurre par jour et par personne .                                                               J'utile des récipients antiadhésifs ; ils nécessitent peu ou pas de graisses .                      Je privilégie des modes de cuisson sans matières grasses; à l'étuvée, au grill, en papillotes .                                                                                                                                     Je teste de nouveaux assaisonnements à base de yaourt, d'épices, de citron plutôt que des sauces toutes prêtes.

    Les matières grasses ont des effets plus ou moins favorables sur la santé , en particulier sur le cholestérol sanguin et l'état des artères .

    Les graisses dans l'alimentation


    1 commentaire
  • L'apéritif est le moment convivial par excellence . On grignote, on sirote sans voir le temps passer … et sans toujours faire attention à ce que l'on consomme . Quelques conseils pour profiter de ces bons moments .

    A l'heure de l'apéro

     

    Faisons-nous plaisir !

    Pour commencer l'apéritif, un grand classique qui ne se démode pas; les légumes crus à croquer, accompagnés d'une sauce légère ! Radis, bâtonnets de carotte, de concombre ou de céleri, fleurettes de chou-fleur ou encore tranches de poivrons: Vous avez l'embarras du choix ! A tremper dans une sauce au fromage blanc allégé en matière grasse, du tzatziki ou de l'houmous . 

    A croquer, en verrines , en tartines… 

    Pour les plus gourmands, associez par exemple une bille de mozzarella à une tomate cerise sur une brochette, et le tour est joué! Les verrines sont également vos amies; gazpacho de tomate et concombre , mousse d'avocat et crevettes ...  Soyez imaginatif : mariez las saveurs ! Vous pouvez aussi tartiner ces préparations sur des petits toasts e pain complet ou de pain de seigle .

    L'alcool , parlons-en ! 

    l'alcool doit être consommé avec modération. De plus, il a des effets sur la glycémie . Dans la journée, il est recommandé de ne pas dépasser l'équivalent de 20 g d'alcool . C'est la quantité contenue dans deux verres de vin rouge , deux flutes de champagne, ou encore deux doses de whisky ou de gin .                                                                      Attention au sucre contenu dans ces boissons alcoolisées; la bière, le cidre et le vin blanc doux sont très sucrés. Afin de varier les plaisirs, pourquoi ne pas profiter d'un verre de jus de fruits frais ou d'une eau pétillante avec une rondelle de citron .

    Modération et plaisir 

    Voilà les deux maîtres mots pour profiter des apéros en famille ou entre amis.( Source : Sophia et vous )


    1 commentaire
  • Manque de lumière, surmenage et virus en tous genres mettent notre organisme à rude épreuve . Voici Les vitamines et minéraux à convier dans vos menus pour rester d'attaque .

    Mon assiette tonus

    La vitamine C : L'allié antifatigue 

    Pourquoi la privilégier ?  Elle est antioxydante et contribue à éliminer les radicaux responsables du vieillissement cellulaire. Elle participe à la prévention des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et renforce le système immunitaire . On la trouve dans : Les fruits et légumes. Poivron, kiwi, citron, litchi, brocoli et chou de Bruxelles font partie des produits les plus riches en vitamine C . Un seul fruit suffit à combler les besoins journaliers .

    La vitamine D: Un  booster d'immunité 

    Pourquoi la privilégier ? Pour assimiler le calcium et le fixer sur les os. Elle assure un bon fonctionnement musculaire et joue un rôle important dans la régulation du système immunitaire en favorisant la production d'anticorps .                                          On la trouve dans : le soleil ! Notre peau synthétise naturellement la vitamine D lorsqu'elle est exposée aux rayons solaires. On la trouve aussi dans les poissons gras (hareng, truite, saumon, sardine, etc. ) Les œufs et les laitages .

    La vitamine E: Le coup de pouce jeunesse 

    Pourquoi la privilégier ? Ses vertus antioxydantes et anti-inflammatoires ralentissent le vieillissement prématuré de la peau, protègent le système cardio-vasculaire et agissent contre certains cancers et maladie neuro-dégénératives comme la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson .                                                                                On la trouve dans : Les huiles végétales, à varier régulièrement, les oléagineux (noix, cacahuètes, amandes, noisettes, etc.) les graines et l'avocat.

    Le magnésium : L'atout antistress 

    Pourquoi le privilégier ? Pour réduire la fatigue et favoriser la relaxation. Il contribue à réguler l'équilibre musculaire, nerveux, psychique, émotionnel et la pression artérielle, prévenant ainsi les risques cardio-vasculaires associés .                   On le trouve dans : Les céréales, les légumineuses, les oléagineux, les épinards , les artichauds et le chocolat noir à 70 %. Se supplémenter peut être nécessaire en période de stress, voire en continu pour certaines personnes. Demandez conseil à votre pharmacien .

    Le zinc : Ami des jolis teints 

    Pourquoi le privilégier ? Pour simuler le système immunitaire et aider à combattre les infections. Grâce à son action cicatrisante et anti-inflammatoire, il maintient et améliore la beauté de la peau tout en prévenant son vieillissement .        On le trouve dans : les abats, les fruits de mer , la viande et les légumineuses.

    Mon assiette tonus

    Préserver les vitamines des fruits et légumes 

    Opter pour des produits bio

    Les consommer rapidement après l'achat

    Les laver en utilisant une petite brosse sans les faire tremper

    Garder leur peau autant que possible 

    Le coupe au dernier moment juste avant de les consommer 

    Privilégier la cuisson à la vapeur . (texte extrait de : Mon pharmacien et moi , janvier-février 2020)


    votre commentaire
  • … Dans l'assiette

    Jours raccourcis, manque de luminosité, froid, rhume … Il n'et pas rare de ressentir un manque de tonus au cœur de l'hiver. Un remède simple et à la disposition de tous ? Une alimentation saine, variée et équilibrée ! Elle est notre carburant et l'alliée indispensable pour retrouver la forme et la conserver. En raison des nutriments et des vitamines qu'ils contiennent , certains aliments donnent un coup de fouet à l'organisme .

    Le plein d'énergie...

    Le kiwi (1) : Rempart contre les virus 

    La vitamine C dont il regorge(92 g /100 g) enforce le système immunitaire . A poids égal, ce fruit est plus vitaminé qu'une orange et comble à lui seul les apports nutritionnels recommandés . Antiviral, antibactérien et antifongique , il éloigne la fatigue et limite le vieillissement . Riche en sucres mais pas trop, tonique et désaltérant , le kiwi est vivement conseillé aux personnes qui surveillent leur poids , car il rassasie sans être trop calorique .                                                                                      On le consomme : Nature ou dans une salade de fruits .

    La viande rouge (2) : L'atout fer 

    Avec ses protéines (26,1 g/ 100 g)  et sa vitamine B12 (qui agit sur le fonctionnement du cerveau et du système nerveux ) , elle prévient l'anémie . Parmi les viandes rouges plutôt que le mouton, l'agneau ou le cheval, la viande de bœuf est considérée comme la meilleure de cette catégorie, à condition de choisir les morceaux les plus maigres (bavette, araignée, filet … ) On peut manger 100g de bœuf par semaine .                          On la consomme : Cuite dans l'huile d'olive (jamais dans le beurre ) sur un feu pas trop vif, ou bouillie en pot-au-feu.

    Les lentilles (3): Petites mais complètes 

    Bon marché, rassasiantes, les lentilles (et les légumes secs en général) sont chargées en fer (2,2 g /100 g) et en magnésium (25 g/ 100 g) . Elles sont aussi une source de protéines (10,6 g/100 g) et de fibres (4,2 g / 100 ) . En outre , son index glycémique est bas ; en libérant plus lentement le sucre dans le sang , les lentilles évitent hyper et hypoglycémie .                                                                                                                               On les consomme : Chaudes (en plat ou en soupe) ou froides en salade .   

    la sardine (4) :  Du soleil en boite 

    Ce poisson gras est réputé pour ses oméga-3 , des graisses polyinsaturées que le corp ne sait pas fabriquer . Sa consommation est utile pour prévenir les douleurs et les infections dues à la fatigue c'est aussi le cas du saumon, du hareng, du maquereau…) La sardine apporte en outre des vitamines B12 (plus de 300%de l'apport nutritionnel conseillé par jour) et D (près de 10% de l'apport recommandé).                                         On la consomme : Nature, en boîte, une fois par semaine, avec des oignons rouges, cornichons et un filet de citron vert .

    Le yaourt (5) : Bon pour les muscles 

    Le calcium, dont le yaourt est riche, contribue à l'entretien des muscles, au bon fonctionnement des cellules et accroît les bénéfices des protéines , carburant de l'organisme. Utilisée pour élaborer ce dessert , la fermentation du lait permet de le rendre plus digeste. Le yaourt contient aussi des vitamines B2 , qui participent à la production d'énergie . Un yaourt nature apporte 220 mg de calcium sur les 900 à 1200 mg nécessaire au quotidien .                                                                                               On le consomme : Nature, avec du miel, de la confiture , des fruits , des céréales ...  (Merci à Anne-Laure Meunier , diététicienne- nutritionniste à Paris , cofondatrice de Smartdiet)


    1 commentaire
  • Comment le limiter ? 

    Il suscite beaucoup de polémiques , crée des addictions, fait grossir … Sans pour autant le bannir , il faut contrôler sa consommation .

    Le sucre est partout: dans les gâteaux et les fruits, bien sûr, mais aussi les plats préparés, les charcuteries, le ketchup … se cachant sous des noms parfois obscurs . Pour limiter sa consommation intelligemment, il convient de faire le tri entre les différents sucres .

    le sucre

    Privilégier les fruits plutôt que les gâteaux est meilleur pour la santé  

    Repérer le bon 

    Pour bien fonctionner, l'organisme a besoin de sucre. C'est une source d'énergie importante, une sorte de carburant, comme le sont les protéines et les lipides.          On distingue deux sortes de sucre , les simples (dits rapides) et les complexes (dits lents). On privilégiera ces derniers , présents dans les céréales, les légumes, les féculents et les légumineuses. ils ont un index glycémique bas, c'est-à-dire qu'ils libèrent le sucre dans le sang plus lentement , faisant moins augmenter la glycémie . Ils sont moins additifs et moins nocifs que les sucres simples . Attention aux produits à base de farine raffinée, comme le pain blanc et les pâtes, qui sont bien des sucres lents , mais dont l'indice glycémique est très élevé, contrairement à ceux à base de farine complète , à favoriser donc. Les sucres rapides ont une action apaisante (qui rend accro, car très éphémère) , car ils favorisent la production de sérotonine , l'hormone du bonheur. Mais ils sont aussi à l'origine du diabète de type 2 , de la maladie de Nash (ou <<maladie du foie gras>>) de l'obésité, de maladies cardio-vasculaires .

    Ou les trouver ? 

    Ils sont présents dans les bonbons , les sodas, les pâtes à tartiner, les pâtisseries industrielles ou non, l'alcool, etc. On le retrouve également dans les plats cuisinés industriels , où ils n'ont aucune valeur nutritionnelle , mais permettent d'allonger le délai de conservation des aliments . Ils confèrent aussi du moelleux aux produits allégés en graisse (tel le saucisson) ou ils en rehausse le goût . Ils se cachent sous des noms comme saccharose, glucose, maltodextrine, lactose… Bien lire les étiquettes ! Les sucres simples sont enfin présents dans les fruits, sous forme de fructose et de glucose. Les fruits apportent toutefois vitamines et fibres, essentielles à l'équilibre alimentaire et à l'organisme .

    Que pensez des substituts ? 

    Depuis quelques années, on met en avant de nouveaux substituts comme la stevia et l'agave , deux plantes distribuées sous forme de poudre pour la première et de sirop pour la seconde. La stevia a un pouvoir sucrant important (300 fois plus que le sucre)   n'apporte aucune calorie et ne fait pas grimper la glycémie . Si, en matière de calories, la différence entre sirop d'agave et sucre reste très faible, l'index glycémique de l'agave est moindre .Mais stevia et agave ne sont pas irréprochables :les deux activent la sensation de plaisir , ce qui renforce la dépendance au sucre, tout comme l'aspartame . Ce dernier présent dans les produits light , des confitures aux boissons en passant par les laitages, sous l'appellation E 951, a de nombreux effets secondaires et accroîtrait entre autres le risque de diabète de type 2 , selon une étude de l'Inserm de 2013 , il est donc à bannir.

    La meilleure solution 

    Pour continuer à consommer du sucre reste donc de manger des fruits et légumes en quantité raisonnable ,riches en fibres , qui limitent le stockage du glucose , de privilégier les légumes, les légumineuses, les noix et graines et les aliments complets , de cuisiner des aliments bruts, et de faire soi-même ses pâtisseries . 

    Bon à savoir 

    Il n'est pas facile de comprendre le langage des étiquettes . Ainsi la mention

    <<sans sucre>> signifie qu'il n'y a pas de saccharose, ni fructose , ni glucose ; 

    <<sans sucre ajouté>> que le produit comporte seulement les sucres naturellement présents dans le produit ;

    <<allégé en sucre >> que le produit contient 30 % de sucre en moins par rapport au produit de référence .

    Conclusion : Il y a donc quand même du sucre dans les produits allégés . (Texte extrait de Télé-Loisirs)

     


    1 commentaire
  • Rien que du bon grain 

    C'est la saison des vendanges… Les fruits sucrés de la vigne s'invitent sur les étals et on adore les croquer .

    Connaissez-vous leurs vertus santé ? 

    Le raisin

    Il donne la pêche 

    Vrai : Le raisin est particulièrement énergétique. C'est l'un des fruits les plus riches en glucides puisqu'il en contient de 15 à 20 mg/100g soit un peu moins que la banane (20,2 mg/100 g ).C'est pourquoi il donne rapidement un vrai coup de fouet, très appréciable chez les enfants , les ados, les sportifs qui ont des besoins énergétiques élevés . Ce fruit de l'automne est aussi très riche en vitamines du roupe B qui participent à l'assimilation des glucides et au bon fonctionnement du système nerveux et musculaire , ainsi qu'en vitamine C, tonifiante . Enfin, il est particulièrement reminéralisant , apportant à lui seul du phosphore, du calcium, du magnésium , du souffre , du sodium et du fer !

    Il est particulièrement diurétique 

    Vrai : Il contient 80 % d'eau, une quantité intéressante de potassium (250mg/100 g) et un taux de sodium très bas (2mg/100 g) . Grâce à cela, le raisin favorise l'élimination des déchets et est tout spécialement indiqué aux personnes qui font de la rétention d'eau.

    Il est gorgé de fibres 

    Faux :  Il en est même assez pauvre ; moins de 1g/100g, essentiellement localisé dans ses pépins et sa peau. mais manger du raisin peut tout de même aider à relancer le transit intestinal , grâce à sa richesse en fructose , un sucre aux propriétés légèrement laxatives .

    Il protège du cancer 

    Vrai :  Là encore , c'est à ses polyphénols , et surtout au resvératrol présent dans sa peau , qu'il doit cette propriété . Il aurait des effets protecteurs , notamment vis-à-vis du cancer du poumon et du sein .

    Il améliore la mémoire 

    Vrai : Une étude publiée en 2010 dans le British Journal of Nutrition a montré que l'ajout de 500 ml (environ 2 tasses) de jus de raisin à l'alimentation des gens en perte de mémoire (sans démence) améliorait leurs fonctions cognitives . De tels résultats confirment la théorie selon laquelle les aliments et les boissons riches en antioxydants peuvent aider à préserver la fonction cérébrale. Ils se révèlent intéressants dans un contexte de prévention de la maladie d'Alzheimer .

    En cas de régime, on peut en manger 

    Faux : Ce n'est pas l'ami des personnes qui surveillent leur ligne car il est très calorique : 100 g de raisin apporte 72 kcal , avec des pointes à 80, voire à 100kcal, selon sa maturité et donc sa teneur en sucre .

    Les diabétiques n'y ont pas droit 

    Faux : Ils doivent juste faire preuve de modération ! En effet, les glucides contenus dans le raisin sont principalement du glucose et du fructose, deux sucres qui peuvent faire monter la glycémie. Pour éviter ce pic, il est conseillé de consommer ce fruit à la fin du repas et de ne pas dépasser 100 g (soit une petite grappe ou 15 grains) deux fois par semaine .

    C'est l'ami du cœur 

    Vrai : Le raisina la propriété de prévenir les maladies cardio-vasculaires en limitant le formation de mauvais cholestérol (LDL), en réduisant la formation de plaques d'athéromes (qui a force, bouchent les artères) et en améliorant la résistance des vaisseaux sanguins . Des bienfaits qu'il doit aux polyphénols , des antioxydants dont il est très riche .Une grappe de 100 g en apporte 100 mg , tout comme un grand verre de jus de raisin (180 ml). Ces antioxydants se cachent principalement dans la peau et les pépins. Alors, ne les crachez plus quand vous mangez ce fruit !

    Cure sous surveillance 

    Les adeptes des médecines naturelles recommandent d'entreprendre une cure à l'entrée de l'automne . L'intérêt ? Se nourrir exclusivement de raisin durant 3 à 7 jours permettrait de purifier son organisme , d'éliminer ls toxines et de renforcer ses défenses immunitaires. De quoi entrer dans l'hiver en pleine forme ! Mais la plupart des nutritionnistes conseillent de conserver au minimum un repas complet par jour . En effet, pratiquée ainsi, cette cure peut entraîner une carence importante en protéines à l'origine d'une fonte musculaire. Elle est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes souffrant de diabète ou d'une maladie chronique (insuffisance rénale, cardiaque …). Avant de vous lancer, prenez conseil auprès de votre médecin . ( Texte extrait de Femina. Merci à Marie-Laure André , dététicienne-nutritionniste)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique