• Notre organisme a-t-il besoin de compléments alimentaires ?

    Interview du Dr Stéphane Levebvre  , médecin des équipes de France de natation

    Pour garder la forme, certains n'hésitent pas à consommer des compléments alimentaires , mais les effets sont-ils réels ? et quels sont les risques ? 

    Compléments alimentaires

     

    Quels sont les apports et les bienfaits des compléments alimentaires sur notre organisme ?

    L'intérêt des compléments alimentaires est surtout d'apporter des éléments nutritifs essentiels dans les cas avérés ou les situations à risque  de carence . C'est donc important dans la population générale , mais également chez les sportifs de haut niveau , dont les besoins peuvent être plus spécifiques . Ces compléments permettent d'éviter les blessures dues à une situation de carence .

    Peuvent-ils être dangereux pour la santé ?

    Bien sûr ! La prise excessive de compléments alimentaires comporte de vrais risques .Leur usage sans conseils avisés de professionnels peut être vraiment dangereux . Attention donc à l'automédication , avec des compositions aléatoires , comporte également un risque avéré , et il faut totalement exclure les commandes par internet de produits qui ne répondront pas , selon leur origine , aux normes de qualité françaises ou européennes .

    Certains compléments sont-ils interdits par la réglementation antidopage ?

    Lorsque l'on parle de compléments alimentaires , on exclut naturellement tout usage de substance dopante . Mais il faut faire attention aux produits que l'on trouve sur internet . Certains vont être décrits comme très efficaces , pourvoyeurs de performance et contenir, par exemple , des substances anabolisantes cachées ,, avec tout d'abord de sérieux risque pour la santé du sportif mais aussi des risques de contrôle anti-dopage positif .

    Avez-vous des conseils pour les gens qui souhaitent en prendre ?

    Il est primordial d'être guidé par des professionnels de santé . Ce qu'il faut retenir avant tout , c'est qu'une alimentation équilibrée correspond à nos besoins est bien plus importante que l'arsenal de compléments alimentaires . Il vaut mieux se concentrer sur le contenu de son assiette et de son verre que de se focaliser sur l'étiquette des compléments , qui ne seront jamais aussi complets que des apports alimentaires recommandés . ( source : ligne d'eau automne - hiver 2014 .Photo du net )


    1 commentaire
  • L'ail   Contre les affections pulmonaires

    Depuis les études de Pasteur sur ses propriétés antibactériennes , cette plante potagère a été observée sous toutes les coutures . On sait maintenant que ses gousses sont antifongiques , antiseptiques, anticancer ,  qu'elles protègent de l'athérosclérose , dopent le système immunitaire et désinfectent la sphère pulmonaire . . . Cependant , on ne pense pas toujours à elles en cas de bronchite ou de bronchiolite ! Pourtant , son agent antibiotique , l'allicine , est un tueur de bactéries renommé . De plus , il vient aussi à bout des vers intestinaux , des salmonelles et de certains staphylocoques . Tout comme il stoppe la prolifération des bactéries Helicobacter pylori au niveau des muqueuses gastriques .

    Comment l'utiliser ?

    Avant tout , choisissez-le de bonne qualité , de préférence issu de l'agriculture biologique avec des têtes bien dures , signe de fraîcheur .Contre les bronchites , une recette de grand-mère a fait ses preuves ; le matin , portez à ébullition durant quelques minutes 1 litre de lait frais bio et 20 g d'ail . A boire tout au long de la journée en laissant l'ail dans le lait ( se conserve uniquement le jour même ).

    Contre la bronchiolite des enfants  Ecrasez 1/2 gousse par jour dans leur assiette dés que leur alimentation est diversifiée . A partir de 2 ans et demi , ils peuvent en ingérer 2 par jour . Les adultes pour leur part , pourront en consommer jusqu'à 6 par jour en cas d'infection . En prévention , 2 par jour suffiront .

    Le vinaigre de cidre  Contre les maux de gorge et les otites

    Il provient de la fermentation du cidre ; la réaction chimique à l'air libre - dues aux levures et aux bactéries - produit de l'acide lactique , une substance antibiotique très efficace contre les staphylocoques responsable notamment de certaines otites .

    Comment l'utiliser ?

    Choisissez du cidre bio et non pasteurisé. En prévention , pensez à lui pour assaisonner vos salades . Plus vous agirez sur le long terme , plus l'efficacité sera réelle . A éviter cependant en cas de reflux gastro-œsophagien car ces brûlures d'estomac produisent déjà du vinaigre .

    En cas d'angine et de maux de gorge . Mélangez 1 cuillerée à café de vinaigre de cidre dans 1 petit verre d'eau et faire 2 ou 3 gargarismes par jour avant d'avaler le mélange .

    Autre possibilité , efficace également en cas d'otite : Buvez pendant 10 jours , en dehors des repas , 1 verre d'eau chaude  à moitié rempli de vinaigre de cidre . Idéal pour nettoyer la sphère intestinale , renforcer l'organisme dans son combat contre les bactéries et favoriser la guérison .

    Quand les abeilles volent à notre secours

    On leur doit trois produits antibiotiques phares contre les maux intestinaux ( seule contre-indication ; l'allergie aux piqûres d'abeilles et aux produits de la ruche )

    Des antibiotiques naturels dans l'assiette (2/2)

    Le pollen  Ces petits grains récoltés sur les végétaux sont riches de 28 minéraux , de tous les acides aminés indispensables , de tous les enzymes connus et de quasiment toutes les vitamines dont la précieuse vitamine B1 , antivirale et antifatigue . Choisissez surtout le pollen de ciste et celui des milles fleurs pour faire des cures de 1 mois au cœur de l'hiver et en cas de fatigue ; 1 cuillerée à soupe tous les matins dans un peu d'eau . Fortifiant et antitoxique !

    La propolis Issue des matières résineuses et balsamiques des végétaux butinés , cette substance aux 300 constituants ( cires, huiles essentielles , flavonoïdes . . . ) accélère le processus de destruction des bactéries et agit contre de nombreux germes comme les staphylocoques , les streptocoques et les salmonelles . A utiliser aussi en cas de grippe et de rhume ; 3 g par jour en phase aiguë , en 2 fois et loin des repas . Même posologie en cas de mycose et d'infection urinaire .

    Les miels  Ils ont tous leur spécificité , comme le miel de sarriette contre les infections ORL , celui de mélilot ou d'acacia contre les maux de gorge , d'eucalyptus et de pin contre les infections respiratoires et la toux . Antibactérien très puissant , le miel sauvage de Manuka  ( originaire de Nouvelle-Zélande ) a prouvé son efficacité à travers de nombreuses études ; 1 cuillerée à café tous les matins . (source : Femina )

    Remerciement : à Carole Le Garrec , naturopathe et phytothérapeute à la thalasso Castel Clara de Belle-ile-en-mer et à Vannes .


    1 commentaire
  • Certains aliments ont des propriétés telles qu'ils peuvent protéger contre quantité d'infection .

    Au cœur de l'hiver , c'est le moment ou jamais de les inscrire à nos menus .

    Selon les principes de la naturopathie , qui place la nutrition au cœur de la santé , certains aliments possèdent des principes actifs capables non seulement de combattre la prolifération des microbes pathogènes , mais pour certains , de les détruire . Ces antibiotiques naturels sont principalement issus du monde végétal , exception faite des produits de la ruche , transformés par les abeilles . Pour une meilleure immunité , n'hésitez pas à en associer plusieurs au cours de la journée y compris lors d'un traitement allopathique ou homéopathique .

    Des antibiotiques naturels dans l'assiette (1/2)

    Le brocoli :    Contre les affections respiratoires et les ulcères

    Petit chou mal aimé des enfants ( mais pas seulement ! ) , le brocoli fait partie de la grande famille des crucifères , qui rassemble toutes les sortes de choux , baptisés << légumes aux mille vertus >> par Hippocrate ( 460-377 v J-C ) . Aujourd'hui, les études scientifiques n'en finissent pas de démontrer ses vertus . Son premier agent antibiotique est le sulforaphane , un composé soufré qui révèle son odeur quand on le cuit trop longtemps ( à éviter absolument pour ne pas détruire la précieuse molécule ) Anti cancer (que ce soit en prévention ou pour contrer le développement des cellules malignes ) , il possède également la faculté de détruire les bactéries , notamment Helicobacter pylori , responsable des ulcères gastriques . Un autre composé du brocoli , la cystéine ,est quant à elle , capable de lutter contre les bronchites , les sinusites et les rhinopharyngites , car c'est un fluidifiant des voies respiratoires .

    Comment l'utiliser ?

    Préparez un smoothie:  Avec des jeunes pousses que vous demanderez à votre maraicher . Mixez-les crues et assaisonnez d'origan , d'ail et d'un filet d'huile d'olive de première pression à froid .

    Sous forme de graines germées : Faites pousser des graines de brocoli bio en 4 jours et agrémentez-en vos soupes et vos salades

    En légume : Faites cuire les jeunes pousses de brocoli à la vapeur douce pendant 10 minutes dans un vitaliseur conçu pour préserver les nutriments , y compris la fragile vitamine C (  http://www.vitaliseurdemarion.fr  )

    L'origan .  Contre les angines et les bronchites

    Cette plante aromatique , très connue sur le pourtour du bassin méditerranéen ,est dotée d'un agent particulièrement puissant : Le carvacrol , un phénol à la fois antibactérien, antifongique et antimycosique . Angines , sinusites, bronchites, grippes ou rhumes avec fièvre et frissons , mais aussi  nausées et indigestions ; peu d'infections lui résistent !

    Comment l'utiliser ?

    En prévention : Ajoutez régulièrement l'herbe fraîche , séchée , congelée ou moulue dans vos plats , au dernier moment ( sans la faire cuire ) .

    En cas d'infection ORL déclarée : Mélangez 2 gouttes d'huile essentielle d'origan compact ( en vente en pharmacies ) dans 1 cuillerée à café de miel , 3 fois par jour .

    S'il s'agit d'une infection pulmonaire ( bronchite ) : Faites infuser 20 g de sommités fleuries d'origan pour 4 tasses , puis buvez-les dans la journée .

    Les champignons : Contre la toux et les états grippaux

    L'un de leurs agents antibiotiques st le bêta-glucane ; il stimule l'activité des macrophages destructeurs de bactéries , en faisant d'excellents stimulants du système immunitaire recommandés en cas de grippe , de convalescence ou encore de fatigue chronique . Le champignon le plus utilisé à des fins thérapeutiques est le shiitaké ; petite bombe nutritionnelle avec ses quinze acides aminés et ses polysaccharides ( sucres complexes ) ,il renforce notamment le système respiratoire , prévenant ainsi les rhumes , la toux et les bronchites . Le reishi possède pour sa part une centaine de triterpènes , qui  font de lui un excellent antiviral contre les rhinites et les bronchites chroniques . On peut enfin goûter au maïtaké ; outre sa richesse en oligoéléments , ce champignon contient des polysaccharides à même de combattre la prolifération de micro-organismes pathogènes en cas d'états grippaux et de rhume . Excellent adaptogène , il améliore , en prime , la résistance au stress .

    Comment les utiliser ?

    Ces champignons ( En vente frais ou séchés , dans les magasins bio et les boutiques asiatiques ) se consomment cuits , si possible à la vapeur douce ,et mélangés a vos plats . Le shiitaké peut s'utiliser régulièrement en prévention mais , pour un effet médicinal , il est conseillé d'en prendre 10 g par jour ( à éviter en cas de maladies dermatologiques comme l'eczéma ) .

    Le reishi Peut aussi se boire en infusion ; 2 g par jour dans 1 tasse d'eau bouillante , attendre une dizaine de minutes avant de filtrer .

    Quant au maïtaké  Délicieux dans l'assiette , on le trouve également sous forme de complément alimentaire ( en prendre jusqu'à 2 g , 2 fois par jour ) .

     


    3 commentaires
  • Entretien avec Raphaël Gruman , nutritionniste

    Site internet :    http://www.lamethodegruman.com

     

    Ils sont souvent chers . . . mais le valent bien car, au-delà de nous régaler , ils possèdent des propriétés que plus d'un médicament pourrait leur envier .

    Manger des fruits rouges

    Les cerises :   Pour stopper une crise de goutte

    En manger dès les premiers symptômes , c'est à dire quand le gros orteil enfle et que la douleur survient , permet , selon une étude parue en 2012 dans la revue américaine Atthritis & Rheumatism , d'abaisser de 35 % , le risque d'avoir une vraie crise qui, elle est très douloureuse . Les anthocyanes , ces flavonoïdes antioxydants auxquels les cerises doivent leur couleur vive , permettent en effet de diminuer le niveau d'acide urique dans le sang et limitent la formation de petits cristaux qui viennent se loger dans le gros orteil , provoquant son inflammation .

    En quelle quantité ?    150 g par jour , jusqu'à disparition des symptômes.

    Leurs  autres bénéfices ?     Il a été démontré que l'action anti-inflammatoire des anthocyanes permet de réduire de 30 à 60 % l'inflammation liée au cancer du côlon . Ces fruits contiennent aussi de la mélatonine et de la sérotonine , deux hormones qui gèrent les rythmes du sommeil .

    Les myrtilles : Pour fortifier le gencives

    Excellente source de flavonoïdes et de pro anthocyanes, les myrtilles réduisent l'inflammation des gencives et renforcent les micro vaisseaux sanguins  , limitant les risques de saignement . De plus, leurs tanins ont un effet astringent et vasoconstricteur qui entraîne une diminution des sécrétions de muqueuses . Résultat; on produit moins de salive , ce qui accélère la cicatrisation gingivale .

    En quelle quantité ?    50 g par jour .

    Leurs  autres bénéfices ?    En augmentant la résistance capillaire et en favorisant la régénération du pourpre rétinien , pigment rouge contenu dans les cellules des bâtonnets de la rétine , les myrtilles aident à l'œil à s'adapter correctement à l'obscurité , et à la clarté .Ce n'est pas tout ! Grâce à leur richesse en chrome , elles améliorent l'action des récepteurs à l'insuline . Idéales pour les diabétiques , qui après avis médical bien sûr , pourront diminuer les doses injectées . 

    Les mûres et les framboises :  Pour prendre soin de ses artères

    Ces deux fruits sont sources d'acide ellagique , mais aussi d'acide gallique , deux polyphénols antioxydants . Leur synergie empêche l'oxydation du mauvais cholestérol et la formation de plaques d'athérome sur les parois des artère .

    En quelle quantité ?    Environ 150 g par jour tout au long de l'année . Hors saison , vous pouvez les acheter surgelées , car ces nutriments salutaires sont peu altérés par la congélation .

    Leurs  autres bénéfices ?   Leur richesse en vitamines C et E prévient de l'oxydation des cellules de la peau et donc l'apparition de rides et autres taches de vieillesse .

    La grenade :   Pour doper les érections

    C'est ce que révèle une étude américaine qui a consisté à faire boire pendant quatre semaines un verre de jus de grenade à des hommes ayant des problèmes d'érection . Les deux semaines suivantes , le jus de grenade a été remplacé par une boisson lambda de même apparence . Au bout des quatre premières semaines , 47 % des hommes interrogés ont constaté une amélioration de leurs problèmes sexuels . Aux bout de six semaines , ils n'étaient plus que 32% . La preuve que les antioxydants de la grenade empêcheraient les radicaux libres d'endommager les vaisseaux sanguins impliqués dans le maintien de l'érection .

    En quel quantité ?   Un verre de jus ou un fruit entier quotidiennement .

    Ses autres bénéfice ?   La grenade est aussi appréciée pour ses propriétés préventives contre le maladies cardiovasculaires . Plusieurs études ont notamment mis en évidence que , en réduisant l'oxydation du mauvais cholestérol , elle diminuait les risques d'inflammation à l'origine de la fragilisation des parois des artères .

    Le raisin noir :  Pour combattre l'obésité

    même lorsqu'on surveille sa ligne , ce fruit n'est pas à bannir . Bien au contraire . Certes très sucré ( de 16 à 18 g /100 g contre 7 pour les fraises ) , le raisin est source de resvératrol qui augmente le métabolisme de base , y compris au repos . L'organisme dépense donc plus d'énergie et brûle plus de calories , sans fournir d'effort supplémentaire .

    En quelle quantité ?  20 grains de raisin par jour ou une poignée de raisins secs .

    Ses autres bénéfices ?    500 ml de jus de raisin chaque jour suffisent à améliorer les capacités motrices et les fonctions cognitives ( mémoire , concentration . . . ) . Un effet dû au resvératrol  qui neutralise les radicaux libres avant qu'ils n'attaquent la gaine entourant les cellules , notamment neuronales . Le raisin pourrait ainsi prévenir de la maladie d'Alzheimer .

    Le cassis :   Pour échapper aux tendinites

    Douloureuses et invalidantes , les inflammations du tendon ont souvent pour origine des muscles mal oxygénés du fait d'un déficit en fer . Or non seulement le cassis en regorge , mais il est source de vitamine C , une combinaison gagnante puisque cette vitamine facilite la fixation du fer . A l clé , une diminution des tendinites , moins de courbatures, de meilleures capacités à l'effort et un système immunitaire plus important .

    En quelle quantité ?    Environ 100 g par jour , notamment lors des période d'entrainements vraiment soutenu .

    Ses autres bénéfices ?    Outre leur capacité à contrer les oxydants , qui en fait des combattants musclés contre l'athérosclérose , les anthocyanes du cassis détendent les vaisseaux et diminuent le risque d'hypertension artérielle .

    Les fraises :   Pour prévenir les cancers digestifs

    Grâce à l'action combinée des anthocyanes et de l'acide ellagique , aux effets anticancéreux , les fraises inhibent jusqu'à 70 % la formation de nitrosamines , des composés cancérogènes qui se forment dans le tube digestif lorsqu'on ingère des nitrites , des nitrates et / ou des protéines - notamment de charcuteries -, tous réputés favoriser les cancers digestifs . Alors , si vous commencez vos repas par du saucisson et des rillettes, pensez à savourer , en dessert ,une bonne salade de fraises .

    En quelle  quantité ?   Environ 150 g , une ou deux fois par semaine .

    Leurs autres bénéfices ?  Selon les résultats d'expériences in vitro, les fraises possèdent des vertus antimicrobiennes et antivirales . Par ailleurs , elles réduisent les dommages infligés par les radicaux libres à l'ADN , grâce à leurs antioxydants .

    C 'est en cours . . . 

    Selon une étude menée sur 93 600 femmes âgées de 25 à 42 ans par le Dr Eric Rimm , professeur agrégé de nutrition et d'épidémiologie à la Harvard School of Public Health ,  la consommation de 450 gde fruits rouges par semaine permettrait de réduire de 33 % le risque de crise cardiaque . De fait , en favorisant la dilatation des artères , les anthocyanes luttent contre l'accumulation de plaques d'athérome et la formation de caillots . A suivre . . .

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Le pour et le contre

    Après avoir intégrée dans nos régimes protéinés , on la boude en l'accusant de divers maux . Avec raison ?

    Des médecins nous donnent leur avis . . . nuancé .

     

    La viande

    Pour

    Elle apporte les acides aminés essentiels

    Il en existe huit et ils sont indispensables à l'organisme qui ne sait pas les fabriquer . Il suffit qu'il en manque un pour que l'efficacité des autres soit stimulée.

    Oui, mais . . . on peut remplacer la viande par d'autres protéines animales ( poisson, œufs ) qui les contiennent également tous , ou encore par un cocktail céréales + légumineuses . Les céréales sont généralement pauvre en lysine et les légumineuses en méthionine . Donc si l'on associe les deux , on a son compte .

    Marions les lentilles , les pois chiches , les fèves , mais aussi le tofu qui leur est apparenté , avec le millet, le riz ou le maïs . En plus , cette association peut se réaliser dans la journée , alors qu'on a longtemps cru qu'elle devait avoir lieu au cours du même repas , nous apprend le Dr Jean-Michel Lecerf , chef du service nutrition à l'institut Pasteur de Lille .      

    Le fer de la viande rouge est le mieux absorbé

    La viande est indispensable aux futures mamans , note le Dr Thierry Harvey , gynécologue obstétricien , chef du service maternité à l'hôpital des diaconesses à Paris . << le fer dit " héminique " de la viande rouge , constituant d l'hémoglobine ,est mieux absorbé par l'organisme . Ainsi , 100 g de lentilles contiennent 8 mg de fer , mais on n'en récupérera que 0,4 mg . Tandis que 100 g de viande ne contiennent que 4 mg de fer , mais on en récupérera 0,8 mg , soit le double . Or la femme enceinte a besoin d'avoir un bon taux de fer pour éviter les risques    de prématurité ou de retard de croissance intra-utérin .Par ailleurs , le risque d'hémorragie grave est de 1,5 % et , en cas de réserve insuffisante d'hémoglobine , les conséquences peuvent être importantes .>> Précision ; en présence de la viande , le fer non héminique des autres aliments est trois fois mieux absorbé .

    Oui , mais . . . si le fer provenant des plantes est moins bien absorbé, on peut l'associer à de la vitamine C , ce qui améliore de 3 à 7 fois sa biodisponibilité , note le Pr Fernand Lamisse , président de la Maison du diabète et de la nutrition de Tours  .

    Contre     

    Elle contient trop de graisses saturées

    Le principal défaut de la viande, notamment rouge , c'est sa richesse en acides gras saturés , source de cholestérol et , à terme , de maladies cardio-vasculaires . L'une des études les plus probantes est celle dite<< de Lyon >> du Dr Serge Renaud , << menée sur deux groupes de trois cent patients cardiaques , elle montre que , en supprimant les corps gras saturés au profit de graisses insaturées , la mortalité cardiaque chute de 76 % ! >> note le Dr Dominique Lanzmann-Petithory nutritionniste  ( Auteur de la Diététique de la longévité ,Odile Jacob ) . D'autres enquêtes établissent un lien entre la consommation excessive de graisses saturées et le cancer du colon.

    Oui, mais . . . les graisses saturées sont également présentent dans les charcuteries , le lait , le beurre, les fromages et certaines graisses végétales comme l'huile de palme . << Si on veut limiter leur apport , il suffit de ne pas consommer au même repas plusieurs sources d'aliments riches en ces graisses >>, note le Dr Michel Lecerf. La nutritionniste Catherine Serfaty-Lacrosnière  suggère de contourner l'obstacle en préférant le steak haché à 5 % de matière grasse, le poulet fermier , riche en acides gras mono-insaturés qui protègent nos artères , et les volailles qui ont mangé de la graine de lin , pour avoir une bonne dose d'oméga 3 .

    Les morceaux choisis

    Les graisses sont stockées et non pas brulées comme la plus grande partie des glucides . Raison de plus pour modérer sa consommation et faire le bon choix chez Le boucher .

    Par personne comptez :

    Escalope de dinde :    4 g de graisse

    Foie de veau :   5 g

    Poulet sans la peau :   5 g

    Steak haché à 5 % :   7 g

    Entrecôte :   16 g

    Gigot d'agneau :   17 g

    2 côtelettes d'agneau :   20 g

    Andouillette :   30 g

    Magret de canard :   35 g

    Boudin noir :   38 g


    2 commentaires
  • Manger 5 fruits et légumes par jour : Pourquoi et comment ?

     3 questions au Dr Hassan Younes :

    Enseignant-chercheur en nutrition humaine .

    Directeur du département Sciences de la nutrition et santé à l'Institut Polytechnique Lasalle de Beauvais

    Cinq fruits et légumes par jour

    Quels sont leurs bénéfices sur la santé ?

    Tout le monde le sait , les fruits et légumes sont les aliments les plus sains et dont les effets sont les plus bénéfiques sur notre santé . Ils son en effet riches en vitamines , minéraux, caroténoïdes ... et bien sûr en fibres. Ces micronutriments n'apportent pas de calories et sont pourtant indispensables au on fonctionnement de notre corps .

    De nombreuses études épidémiologiques ont montré qu'une alimentation riche en fruits et légumes était associée à une meilleure prévention de certaines maladies gaves comme les cancers ou les maladies cardio-vasculaires . Ils sont également connus pour ralentir le vieillissement et prévenir l'ostéoporose liés à l'âge .

    Les fruits et légumes ont aussi l'avantage de couper la sensation de faim sans pour autant surcharger le corps de calories inutiles : 15 à 25 calories en moyenne pour 100 g de légumes et 40 à 50 calories pour 100 g de fruits . La comparaison entre une pomme et des biscuits est très parlante 200 g de pomme apportent autant de calories que 25 g de biscuits . Ce sont surtout les fibres qui rassasient . Plus le végétal en contient plus il est rassasiant .

     

    Pourquoi le chiffre 5 ?

    Le chiffre 5 est un repère qui indique qu'il faut consommer au moins 5 portions de fruits et légumes tous les jours . Sa détermination est basée sur le calcul par les scientifiques , des quantités de micronutriments requises pour remplir tous les rôles bénéfiques cités ci-dessus .

    Les résultats s'expriment en Apports Nutritionnels Conseillés ( ANC ) . Pour les fruits et légumes , la quantité recommandée pour satisfaire les ANC en vitamines , fibres et minéraux est d'environ 700 à 800 g par jour .Une portion de légume étant d'environ 150 à 200 g , les recommandations de consommation proposent légitimement de manger 5 fruits et légumes par jour , soit une pomme , une poignée de cerises, deux cuillères à soupe de purée de légumes ,1 bol de soupe ou 1 poignée d'haricots verts .

    Idéalement  , il faut alterner de manière équitable fruits et légumes , et diversifier au maximum les variétés pour compléter au mieux leurs bienfaits . Il faut noter que cette recommandation de 5 fruits et légumes par jour est une proposition minimale . Il est bien sûr possible e même conseillé d'en manger plus , pour assurer ses besoins en toutes circonstances .

    Comment faire en pratique ?

    cool Un jus d'orange frais le matin , une salade composée et une pomme le midi ,une banane au goûter et un gratin de chou-fleur le soir et le compte est bon .

    cool On privilégiera les produits de saison , ce qui permet d'assurer une grande variété des produits et contribue ainsi à varier les saveurs . Cette diversité de consommation présente l'avantage d'associer les qualités nutritionnelles de chaque fruit et légume potentialisant ainsi les effets bénéfiques sur la santé .

    cool Ne pas négliger  les herbes fraîches ( ail , échalote, persil ...) qui, non seulement sont riches en micronutriments , mais également le recours aux sauces tout en préservant le goût . Il faut insister sur la fraîcheur parce que , consommés crus , les fruits et légumes apporteront le maximum de bienfaits sur la santé . D'où l'intérêt des crudités qui doivent être intégrées dans les 5rations quotidiennes conseillées .

    cool Compter le nombre de fruits et légumes consommés par jour peut devenir pénible , parfois obsessionnel . Il existe une solution plus simple qui consiste à prévoir la moitié du repas sous forme de légumes et de fruits .

     


    1 commentaire
  • L'artichaut :

    Une question de diététique

    L'apport minéral de l'artichaut est élevé . Il contribue donc activement à la couverture de nos besoins , au niveau osseux ( calcium, magnésium , phosphore ), mais également pour la synthèse  des globules rouges , grâce à la présence de fer , cuivre , zinc . Il s'intègre donc parfaitement dans les régimes hypo énergétiques , souvent déficients en ces éléments .

    Le cassis

    Une question de diététique

    Le cassis arrive à point , en début d'été, pour recharger nos batteries en micronutriments et opérer un véritable nettoyage interne . Très bien pourvu en potassium , il stimule l'élimination de l'eau , par les reins , tandis que ses fibres favorisent le bon fonctionnement du transit intestinal . Sa richesse exceptionnelle en vitamines améliore le tonus et favorise la lutte contre les radicaux libres .

    Le concombre

    Une question de diététique

    Avec ou sans peau ? on a longtemps préparé le concombre en l'épluchant , en l'épépinant et en le faisant dégorger à l'aide de gros sel . Toutes ces manipulations entraînent des pertes nutritionnelles importantes ( minéraux, fibres , vitamines ) . Ce type de préparation permettait autrefois d'éliminer l'amertume des concombres . Aujourd'hui , les variétés sélectionnées présentent une saveur douce , une peau fine et très peu de graines .  Donc pas d'hésitation , consommer le concombre entier , simplement rincé sous l'eau fraîche et profitez de ses apports en micronutriments variés , sans aucune perte !

    Le haricot vert

    Une question de diététique

    Léger en calories . Grâce à son apport énergétique modéré , le haricot vert fris permet une bonne diversification des menus , sans aucun risque pour la ligne : une portion de 200 g n'apporte que 60 calories soit moins de 3 % des besoins énergétiques quotidiens .   Il est également bien pourvu en vitamines . Pour les préserver au mieux , ainsi que les minéraux , préférez la cuisson à la vapeur ou dans très peu d'eau durant le temps strictement nécessaire .

    La groseille

    Une question de diététique

    Un fruit désaltérant et peu énergétique . Grâce à sa saveur acidulée , sa teneur en sucres modérée et sa teneur en eau élevée , la groseille s'avère être particulièrement rafraîchissante , apéritive et désaltérante .  En raison de sa discrétion énergétique et de son apport appréciable en minéraux et oligo éléments très variés , elle constitue un fruit de diversification parfaitement adapté à une alimentation légère .


    1 commentaire
  • Un trésor de vertus

    Quoi que nutritives , ces graines d'or doivent être consommées avec prudence.

    Le pollen

    Nous consommons du pollen depuis longtemps sans le savoir . En effet , le miel brut contient toujours un peu de pollen . Ce dernier lui donne sa couleur et son goût caractéristiques . La consommation directe de pollen à l'état pur est , en revanche , assez récente . C'est un aliment à la fois riche et complet , constitué pour 12 à 40 %  de son poids sec de protéines comprenant l'ensemble des acides aminés essentiels .Il fait le plein de vitamines , dont tout le spectre est balayé, notamment B2, B3 et B5 , tandis que certaines , comme les B12 et D , ne sont présentes qu'en très faible quantité .

    Le pollen n'est donc pas un supplément vitaminique complet . Il en va de même pour les oligo-élément , dont on recense jusqu'à 25 sortes , certaines cependant à l'état de traces .

    La véritable originalité du pollen

    Elle réside dans sa richesse en caroténoïdes , flavonoïdes et phytostéroles . Manger une cuillère à café de pollen équivaut à une portion de légumes .Néanmoins , tout comme les autres produits de la ruche et le venin d'abeille , le pollen peut provoquer des réactions allergiques . Il est recommandé aux femmes enceintes , aux jeunes enfants ou aux personnes âgées .

    Enzymes et hormones

    Lorsqu'elle recueille du pollen , l'abeille le mélange à ses propres enzymes digestives . Le pollen frais contient aussi des hormones provenant des plantes , ce qui expliquerait en partie ses effets chez l'homme .

    Faire une vinaigrette à base de pollen

    pour réaliser cette vinaigrette il vous faut :

    De l'huile d'olive , du vinaigre de cidre , du jus de citron , de la moutarde en grains , une gousse d'ail écrasée et une cuillère à soupe de pollen .

    Mélanger et laissez reposer une heure pour que les grains de pollen se dissolvent .

    Le petit plus

    Le pollen

    Origine des pollens . les petites pelotes ne sont autres que des grains de pollen agglomérés - c'est-à-dire la semence mâle des plantes à fleurs - , recueillis par les abeilles , puis transportés sur leurs pattes jusqu'à la ruche .

    Récolte . Pour les collecter , l'apiculteur installe une grille à l'entrée de la ruche , forçant les ouvrières à se décharger de leur récolte .


    votre commentaire
  • Le lait de soja , l'autre voie lactée

    Le lait de soja

    Riche en protéines et pauvre en cholestérol, le lait de soja gagne des partisans

    Cultivé depuis des siècles en Asie , le soja n'a vraiment fait son apparition dans nos assiettes que dans les années 1990 . Le lait , ou plutôt le jus de soja a vite séduit . Il est peu calorique ( 44,3 kcal/100 g ) , un chiffre comparable à celui du lait de vache demi-écrémé ( 46 kcal/100 g) , la différence réside dans leur teneur en acide gras .

    Le soja apporte 2,9 g/100 g de lipides - mais il 'agit majoritairement de matières grasses insaturées - quand le lait contient 1,53 g /100 g de lipide ,surtout saturés . L'agence américaine de l'alimentation et des médicaments le recommande aux personnes qui ont des problèmes cardio-vasculaires ou un taux de cholestérol élevé . Les chercheurs s'intéressent aussi à la teneur en isoflavones du soja ( de 3,4 à 17,5 mg/100 g ) . Ils veulent confirmer que ces derniers jouent un rôle contre le développement de certains cancers ( sein et prostate ) et contre la perte osseuse .

    Côté cuisine 

     Les boissons au soja s'utilisent là encore comme le lait . Elles entrent dans la confection des soupes, quiches, sauces, flans, soufflés, crêpe et , bien sûr , des desserts . Vérifiez que les mentions "bio" et "sans OGM" figurent sur le paquet .

    L'alternative au lactose

    Comme les Européens , 10 % des Français sont intolérants au lactose . Les boissons au soja , surtout quand elles sont enrichies en calcium , peuvent se substituer au lait , y compris dans les crêpes .

    Comment faire son lait de soja ?

    Pour obtenir 2 l de lait de soja , prenez 250 g de graines de soja pelliculées.

    Faites-les tremper une journée en renouvelant l'eau plusieurs fois .

    Mixez-les avec 50 cl d'eau , puis faite cuire le mélange dans 1,50 l d'eau pendant 30 mn à 70° C.  et filtrez

    Le petit plus

    Le soja ( glycine max )

    Le lait de soja

    Culture . De la famille des fabacées , comme le haricot , le soja se sème ou se plante en mai .

    Arrosage . Outre de la chaleur ( entre 20 et 30° C .) La plante demande des apports d'eau constants

    Récolte . La cueillette des gousses intervient entre septembre et octobre .


    2 commentaires
  • Le mot brunch vient de l‘association de deux termes anglophones : « breakfast », qui signifie « petit-déjeuner » et « lunch », qui signifie « déjeuner ». Il correspond, comme son nom l’indique, à un mélange de deux repas, le petit-déjeuner et le déjeuner. Il se prend entre la fin de la matinée et le début de l’après-midi (entre 11h et 14h).

    Le brunch : un moment gourmand à partager

    Venu des Etats-Unis puis ensuite popularisé en Grande-Bretagne à la fin du 19ème siècle, le brunch arrive bien plus tard en France où la culture culinaire et le petit déjeuner sont sacrés ! Il commence à être connu dans les années 1980, et rencontre un vrai succès à partir des années 2000. En effet, après de longues semaines de travail routinières, la grasse matinée du dimanche s’instaure progressivement comme un véritable de mode vie  dans les foyers.


    Le brunch est de plus en plus proposé le week-end, à la carte des cafés, hôtels et restaurants, principalement dans les grandes villes. Mais, inutile de se rendre au restaurant pour profiter d’un moment gourmand et convivial puisque le brunch peut être préparé et dégusté à la maison !
     
    Le brunch est un repas « deux en un », il fait office de petit-déjeuner et de déjeuner. Cependant, tout en fournissant des éléments nutritionnels indispensables, il ne doit pas apporter autant d’énergie que ces deux repas rassemblés. Le brunch se présente généralement sous forme de « buffet », où chacun pioche en fonction de ses envies.
     
    Un brunch peut se composer de :

    • mets sucrés : thé, café, chocolat, jus de fruits (pour les boissons), ainsi que des toasts, tartines de pain, mini viennoiseries, tartes et gâteaux faits maison, crêpes, riz au lait, confitures, miel, lait, yaourt, compotes ou salades de fruits…
    • mets salés : œufs, brouillés, en omelette ou au plat, des filets de bacon, du fromage, des salades composées, des bâtonnets de crudités, des tartes salées, des cakes, des soupes froides…

     
    Le mieux est donc de faire de petites portions afin de pouvoir prendre un peu de chaque élément sans pour autant abuser des mets sucrés (tartes, pâtisseries, confitures) et/ou gras (viennoiseries, fromage, quiches…).
     
    Le brunch fait souvent suite à une grasse matinée dominicale, il est donc tout à fait possible de préparer quelques mets la veille afin de pouvoir s’attabler le lendemain pour gagner du temps.
     
    Par exemple, les tartes, les gâteaux, les compotes, les riz au lait peuvent tout à fait être confectionnés la veille ainsi que les mets salés (cakes et tartes) !
     
    Vous pouvez également dresser votre table la veille et disposer les tasses, mugs, bols, assiettes, couverts… 

    Auteur : Mélanie Mercier, diététicienne-nutritionniste
    Site internet

    Crédit photo : © karepa - Fotolia.com


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique