• L'asthme sévère est une maladie respiratoire qui doit être pris en charge par un spécialiste . Ses symptômes sont nombreux et variés . Ils représentent un poids dans la vie quotidienne de ces malades.       Ouvrons les yeux sur cette maladie méconnue.

    L'asthme sévère

    A chacun ses signes 

    Cet adolescent ne peut plus jouer au basket sans s'essouffler.                          Cet homme ressent des difficultés à porter une valise .                                        Cette femme se sent épuisée après avoir monté quelques marches.               On estime qu'en France 60 000 personnes souffrent d'asthme sévère . Un asthme est dit sévère lorsqu'il résiste à un traitement maimal bien suivi et que tous les facteurs déclenchant ont été éliminés . Les symptômes sont aussi nombreux que différents . Ceux qui en souffrent ne savent pas toujours reconnaître les signes, anticiper leurs crises.  A ces troubles, d'autres maladies peuvent s'ajouter ; rhinite allergique, polypose nasale, dermatite atopique. Mais l'asthme sévère n'est pas une fatalité. Au terme 'une évaluation rigoureuse de 6 à 12 mois, avec un traitement bien posé par un pneumologue, le retour à une vie presque normale est possible << j'ai retrouvé quasiment toutes mes habitudes, je marche et fais du vélo>>  explique Guy, un patient asthmatique sévère .

    Se faire accompagner 

    Les asthmatiques sévères et leurs proches se sentent souvent seuls , isolés face à cette maladie. C'est la raison pour laquelle l'Association des Asthmatiques Sévères (ADAS) a été créée par des patients pour informer et accompagner les malades dans leurs parcours de soins . Les adolescents asthmatiques sévères sont une des raisons d'être de l'Associatio Grégory patiente Foundation (GPFD) qui rappelle que toutes les 3 à 4 semaines un adolescent meurt d'asthme en France. La GPFDse consacre aux jeunes asthmatiques et intervient en prévention dans les milieux scolaires et sportifs .

    Contrôler son asthme sévère 

    L'asthme sévère

    Si 73% des asthmatiques sévères pensent être bien contrôlés.Ils ne sont que 15% à l'être en éalité , d'après une étude française incluant 169 sthmatiques sévères . devant ce constat Sanofi Genzyme  a crééle site http://www.asthme-severe.fr. Il permet aux patients et à leur entourage d'en connaître davantage sur cette pathologie .Ils sont informés sur ses symptômes et bénéficient de conseils pour un bon suivi au quotidien Ce site se renforce sur les réseaux sociaux d'un hashtag   #AsthmeSevere.

    Sensibiliser pour soigner 

    Parce que cette forme de maladie est encore mal conue et u'il n'est pas simple pour un asthmatique sévère d'identifier sesymptômes, Sanofi-Genzyme a construit la campagne l'asthme sévère est un réel fardeau sur la base de témoignages de patients . Elle présente des situations quotidiennes au travers de 6 visuels. Son but est de sensibiliser le public à la maladie, de sortir les patients de leur isolement et de les inciter à consulter un spécialiste (texte extrait de Télé-Loisirs. Images de Sanofi-Genzyme) 

    L'asthme sévère


    2 commentaires
  • Cette maladie inflammatoire des bronches se manifeste en présence 'un élément extérieur déclenchant , appelé <<allergène >>.

    l'asthme allergique

    Qu'est-ce que c'est ? 

    l'asthme est une maladie chronique des bronches. Quand la crise est déclenchée par un allergène respiratoire (acariens, poils de chat et de chien, graminées, pollens, moisisures ...) ou, dans des cas plus rares, alimentaire (fruits exotiques, à coques...), on parle d'asthme allergique . Il survient chez les sujets atopiques , prédisposés à développer des maladies comme l'asthme, la rhinite ou l'eczéma .Le lien entre asthme et allergie est plus fort chez l'enfant en raison de plusieurs facteurs : un système immunitaire très actif et une exposition précoce à des allergènes , les allergies seraient en effet responsables de 80% des cas d'asthme chez les enfants et de 50% chez les adultes (Sondage Ifop pour l'Association Asthme & Allergie.)

    Quels sont les symptômes ? 

    Une réponse inappropriée de l'organisme en présence d'allergènes entraîne une inflammation des bronches , à l'origine de la crise d'asthme . Cette dernière provoque brutalement une gêne respiratoire , sifflante dans la poitrine, accompagnée d'une toux, pendant plusieurs minutes . Elle peut survenir la nuit, le jour ou durant l'effort. Souvent , l'asthme a tendance à s'aggraver avec le temps s'il n'est pas repéré (symptômes trop léger ou trop espacés) et traité .

    Comment gérer la crise d'asthme ? 

    Il faut un bronchodilatateur , qui, comme son nom l'indique, dilate les bronches et permet le passage de l'air . Ce spray à vaporiser dans la bouche tout en aspirant contient de la ventoline, et tout asthmatique doit le garder à portée de main . Au moment où la crise survient, il est conseillé de s'asseoir dans un endroit bien ventillé , de rester calme et d'utiliser son bronchodilatateur à effet rapide . Une à deux bouffées suffisent généralement pour retrouver son souffle, mais, dans certains cas , il faut répéter les prises. Si la crise persiste au-delà d'une heure, il s'agit d'une urgence qui nécessite de consulter un médecin rapidement, voire une intervention du Samu en cas de gêne respiratoire asphyxiante. Un traitement d'attaque est alors administré , composé de nébulisation , de ventoline , mais aussi de cortisone (en comprimé ou sous forme injectable), qui réduira l'inflammation des bronches .

    Que faire quand les crises se répétent ? 

    Si les sifflements et les quintes de toux sont quotidiens ou hebdomadaires , il faut envisager un traitement de fond , comme la corticothérapie inhalée en spray  ou en poudre (action sur l'inflammation) , associé à un bronchodilatateur de longue durée d'action . Enfin , la désensibilisation est le seul traitement spécifique de l'asthme allergique , mais elle ne peut s'envisager que pour certains allergènes (graminées et acariens notamment) et qu'en cas d'allergie à un , voire deux allergènes .

    Quels sont les gestes préventifs ? 

    Quand on est atteint d'asthme allergique , il est essentiel de prendre assidûment son traitement de fond (y compris lorsque les symptômes disparaissent) . Il est aussi important d'éviter la mise en contact avec l'allergène en aérant tous les jours son lieu de vie , en éliminant les vieilles literies , en restant éloigné des animaux de compagnie et en se tenant à distance des irritants (tabac, spays ménagers et désodorisants, huiles essentielles ...).

    Bon à savoir 

    Malgré les risques d'apparition de crise d'asthme liée à un effort , il est possible de pratiquer une activité physique, à condition de respecter son rythme , de proscrire les sports d'endurance (jogging par exemple), de prendre le temps de s'échauffer et de pratiquer régulièrement plutôt qu'occasionnellement . On évite de faire du sport lors des pics de pollution, mais aussi par temps froid et sec . ( Texte extrait de Télé-Loisirs. Remerciement pour son éclairage au D Marie-José Labalme , pneumologue au centre hospitalier Saint-Joseph  Saint-Luc à Lyon )


    1 commentaire
  • Bien respirer , ça s'apprend !

    Notre rythme de vie, toujours plus effréné , affecte souvent notre respiration.

    Et si nous reprenions notre souffle pour retrouver un peu de sérénité ? 

    L'air , c'est la vie 

    La respiration est la plus vitale de nos fonctions. Du premier cri poussé à la naissance jusqu'au dernier souffle , elle marque le début et la fin de notre existence . le plus souvent , nous oublions que nous respirons , l'action étant automatique , comme les battements du cœur ou la digestion. mais c'est la seule sur laquelle nous pouvons intervenir , en prenant conscience de ce souffle , afin de le ralentir ou le dynamiser. Eva Ruchpaul, l'une des pionnières du yoga en France , le dit très joliment : <<Optimiser sa respiration pour mieux s'entendre vivre >>.

    Un mécanisme en deux temps 

    Nous respirons en moyenne 50 000 fois par jour . Nous le devons aux poumons , aux articulations intercostales qui assurent la mobilité de la cage thoracique et surtout au muscle le plus étendu de tous , le diaphragme (voir photo). Logé sous la cage thoracique , en dessous du cœur et des poumonss auxquels il est relié, le diaphragme ressemble à un parachute . A l'inspiration , il se rétracte permettant à l'oxygène de pénétrer dans les poumons , qui se gonflent. La contraction des fibres entraîne vers le bas le sommet de ce parachute , qui va alors appuyer sur la masse viscérale . C'est pourquoi l'abdomen gonfle . A l'expiration, le diaphragme reprend sa place , tel un élastique qui aurait été tendu . Les poumons se vident , relâchant l'air chargé de toxine (CO2).

    La respiration

    Le rôle des émotions 

    La façon dont on respire est en lien direct avec notre état psychologique. La colère  entraîne une accélération du mouvement du diaphragme , avec un souffle court et superficiel , tandis que l'angoisse ou le stress vont jusqu'à bloquer le muscle . A l'inverse, lorsqu'on est plongé dans la rêverie ou simplement détendu, l'imagerie mentale s'arrête et la respiration devient lente et profonde. Comment l'expliquer ? Le nerf vague, le plus important du système nerveux parasympathique (qui intervient en cas de <<surchauffe>>), est stimulé , donnant alors l'ordre au cerveau de calmer le jeu . Le stress étant la cause d'hypertension , de problèmes digestifs, circulatoire et de migraines , il est bon d'apprendre à le contrôler par la respiration , yoga, marche ou méditation ont autant de chemin pour y parvenir.

    Un exercice pour améliorer la respiration abdominale 

    Il permet de renforcer le diaphragme en allongeant sa course et de détendre les organes internes , notamment digestifs. Allongez-vous au sol sur le dos , les jambes fléchies, la tête dans le prolongement de la nuque, le bout des doigts posé sur le ventre (pour être davantage relié à votre souffle), puis écoutez-vous respirer , sans intervenir . Lorsque la respiration est apaisée, inspirez par le nez, narines bien ouvertes .  Concentrez-vous sur le ventre qui se soulève er redescend tranquillement . Pour l'expiration, toujours par le nez, laissez filer l'air des poumons , comme un ballon qui se dégonfle ... Plus longue est l'expiration , meilleure sera la détente . A recommencerautant de fois que vous le désirez !

    Bon à savoir 

    Explorer les bienfaits de la respiration, tel est l'objet du livre de James Nestor , journaliste scientifique américain . Il livre des outils, le fruit de son expérience et les résultats de recherches pointues . Facile à comprendre, l'ouvrage donne des clés  intéressantes pour retrouver une respiration apaisée et une meilleure santé .                  (Respirer de James Nestor , éd Solar,368 p, 19,90€ , parutionle 22 avril)(Texte extrait de Télé-Loisirs)

    La respiration

     


    1 commentaire
  • On n'utilise pas toujours les bons termes pour en parler. Voici les critères à connaître  pour distnguer les différents symptômes et les traiter correctement .

    Mal de tête

    Bien le reconnaître pour bien le soigner 

    Avant tout , il faut savoir que les spécialistes distinguent les céphalées (mot scientifique désignant les maux de tête ) primaires et secondaires. La céphalée est primaire quand il n'y a pas de cause ou de lésion identifiée qui puisse expliquer la douleur ; elle est dite secondaire quand le mal de tête est causé par une autre pathologie 

    Migraine : des pulsations d'un côté du crane

    La reconnaître. C'est la céphalée primaire la plus courante. Elle est reconnaissable à son côté pulsatile (on a l'impression de seentir le sang battre dans les tempes), unilatéral ( on a mal d'un côté de la tête seulement) et à sa durée (généralement de 4 heures à 72 heures si on ne fait rien). Ele est parfois associée à des gênes en présence de bruit et/ou de lumière ainsi qu'à des nausées et vomissements. Dans 20% des cas , il peut y avoir une <<aura>>, c'est-à-dire des troubles de la vision , de la parole ou de la sensibilité qui précèdent la crise. La douleur est agravée par l'effort physique .La migraine est un problème neurologique : même si le cerveau ne présente pas d'anomalie à l'imagerie , une <hyperrexcitabilité>> déclenche des douleurs dans certaines circonstances ; stress, fatigue, facteur hormonal, émotion forte ...                   Le traitement. Il comprend deux volets : le traitement de la crise pour soulager la douleur (le plus souvent avec des anti-inflammatoires ou des triptans , des antidouleurs spécifiques de la migraine), et le traitement de fond pour reduire la fréquence et l'intensité des crises (via des antidépresseurs , des antiépileptiques , des antihypertenseurs ...).

    Céphalée de tension: le crane dans un étau 

    La reconnaître. Cette autre céphalée primaire courante provoque une douleur différente ; plutôt diffuse dans toute la tête (avec l'impression d'avoir le crane serré dans un casque ou un étau), non pulsatile et sans autres symptômes . Elle survient n'importe quand et peut durer du matin au soir .                                                                 Le traitement. Il consiste surtout à prendre un antalgique , du type paracétamol ou ibuprofène. Administré tôt après l'apparition de la douleur , il est plus efficace, mais il ne faut pas en abuser. Comme pour la migraine, les solutions non médicmenteuses , telles la sophrologie, la relaation ou l'acuponcture , sont intéressantes , notamment pour diminuer la consommation d'antalgiques.

    Quand le mal de tête est lié à autre chose 

    Le reconnaître. S'il ne s'agit ni d'une migraine ni d'une céphalée de tension, un mal de tête peut être lié à une autre pathologie : hypertension , problème ORL (type sinusite), problème oculaire (glaucome, trouble de l'accommodation...), ou même bucco-dentaire. Beaucoup plus rarement, il peut s'agir d'une tumeur. Dans tout les cas. il faut chercher l'origine de ces maux de tête et éviter l'automédication !                 Le traitement. Prendre des antidouleurs ne traitera pas un mal de tête lié à une hypertension, par exemple , il faut donc traiter la cause si elle existe . Un examen par un médecin généraliste s'impose: C'est lui qui pourra vous faire commencer le bon traitement et, si besoin , vous orienter vers un spécialiste (ORL, ophtlmologue, neurologue ...).

    Bon à savoir 

    Les biothérapies, nouveaux traitements de la migraine déjà disponibles dans d'autres pays , sont en cours d'enregistrement en France . Ces traitements par injections mensuelles ou trimestrielles ont pour fonction de bloquer de petites protéines véhiculant le message de la douleur. Elles pourraient remplacer les traitements de fond existants, pas toujours efficaces . (Texte extrait de Télé-Loisirs . Remerciement au Dr Pierric Giraud, neurologue, coauteur du livre La migraine : mieux la comprendre, mieux la vivre , éd Mango.)


    1 commentaire
  • Tout savoir sur les vaccins 

    La campagne de vaccination est désormais lancée . Délai entre les deux injections , effets secondaires , immunité ... Les questions sont nombreuses .

    La covid 19

    Y a-t-il des différences entre les vaccins Pfizer et Moderna , les deux formules disponibles en France ? 

    Au niveau de l'efficacité et de la tolérance, ces deux vaccins sont identiques , ils sont fabriqués selon la même technologie et sont administrés en deux doses. En revanche, leur utilisation diffère: le Pfizer-BioNTech, stocké à -80°C , doit être rapidement injecté après décongélation (cinq jours maximum ), tandis que le Moderna , conservé à -20°C peut rester un mois dans un réfrigérateur avant usage, par ailleurs, le Pfizer est indiqué dès 16 ans, le Moderna 18 ans . Enfin, le pfizer doit être reconstitué avant admnistration car il se présente sous forme de poudre à diluer dans un excipient (un flacon contient cinq à six doses) alors que le Moderna , prêt à l'emploi , est disponible en facon de dix doses .

     La vaccination s'adresse-t-elle aussi à une personne qui a déjà eu la Covid

    Le risque de recontamination dans les trois mois qui suivent l'infection est faible . En revanche, on ne sait pas combien de temps dure cette immunité . Ceux qui ont eu la Covid pourront donc se faire vacciner mais ils ne sont pas prioritaires .Il faut savoir que la vaccination contre la Covid n'immunise pas définitivement . C'est comme pour la grippe , contre laquelle il est nécessaire de se refaire vacciner chaque hiver.

    Peut-on choisir son vaccin ? 

    Pour l'instant non, et il est peu probable que cela change, en raison des conditions d'arrivage, qui sont fluctuantes  et de stockage. Choisir son vaccin impliquerait qu'un nombre suffisant de doses des deux vaccins soit disponibles en même temps au même endroit .

    Quel est le délai d'attente à respecter entre l'administration des deux doses ? 

    Pour Pfizer, il faut attendre un mnimum de trois semaines et un maximum de six semaines entre les deux injections . Pour Moderna, le délai est de quatre semaines minimum . Administrée trop tôt, la seconde dose est contre-productrive.

    Cette vaccination nous conduira-t-elle vers une immunité collective ? 

    A terme, certainement. Mais pour l'obtenir, il faut qu'une large majorité de la population soit vaccinée . De plus, les données manquent encore concernant l'efficacité de ces vaccins (concus pour enrayer les formes graves de la Covid ) sur la transmission du virus . C'est pourquoi il est nécessaire que les gestes barrières continuent d'être respectés, y compris par ceux qui ont été vaccinés .

    Les vaccins disponibles sont-ils efficaces contre les nouveaux variants anglais et sud-africain , par exemple ? 

    D'après les études réalisées à ce jour , les deux vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna semblent l'être . Toutefois, les données méritent d'être confirmées.

    Quelle est l'efficacité de la première dose ? 

    Les anticorps apparaissent en général dix jours après la première piqûre. Les études montrent  qu'à partir du 12e jour , l'immunité est de près de 70% , la seconde injection complète cette couverture initiale jusqu'à une immunité optimale de 95% .

    Quels sont les risques d'effets secondaires ?

    Le patient peut ressentir des douleurs dans la zone du point d'injection et avoir mal à la tête ou un peu de fièvre. Mais cela se produit de façon habituelle avec tout vaccin. Il peut y avoir des effets plus graves , mais très rares, comme une réaction allergique au polyéthylène glycol (présent dans l'excipient) , allant jusqu'à provoquer une réaction anaphylactique (œdème du visage ou des voies respiratoires ). C'est pourquoi on demande aux personnes de rester auprès de médecins quinze minutes après l'injection 

    Bon à savoir 

    Le site de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ansm.santé.fr) donne la composition exacte des vaccins . Cela peut permettre de vérifier si l'on est allergique à l'un des composants et ainsi le signaler au soignant qui procède à la vaccination. Il est aussi recommandé de consulter son médecin traitant au préalable , pour lui poser des questions , lui demander conseil ou simplement être rassuré. Un avis médical peut être important , puisqu'il s'agit de vaccins nouveaux dont on ne sait pas encore tout . (Texte extrait de Télé-Loisirs avec la collaboration du professeur Elisabeth Bouvet, infectiologue et présidente de la commission technique des vaccinations au sein de la Haute Autorité de santé )


    1 commentaire
  • Des techniques récentes permettent de retrouver , quel que soit son âge , un joli sourire en toute discrétion .

    L'orthodontie

    Au tour des adultes !

    Le sourire peut avoir une incidence importante sur la vie professionnelle , sociale ou sentimentale ... Heureusement , des méthodes de plus en plus discrètes permettent de faire réaligner sa dentition ... et de dire adieu à ses éventuels complexes !             Les nouvelles méthodes dites <<esthétiques>>séduisent de plus en plus les adultes.

    Des traitements plus esthétiques 

    L'apparition de deux techniques moins visibles a permis à l'orthodontie pour adultes de s'imposer .Les bagues collées sur la face interne des dents et les goutières transparentes ( tel Invisalign, mais des concurents font leurs apparitions), fabriquées sur mesure , sont quasi indétectables.Elles séduisent nombre de personnes qui ne souhaitent pas (re)vivre le choc de l'appareil dentaire en métal du lycée ...

    Peser les avantages et les inconvénients de chaque technique 

    Côté résultats , toutes les méthodes se valent et demandent le même temps de traitement. Chacun doit donc choisir en fonction de son mode de vie et de sa motivation : si les gouttières sont amovibles (on les enléve pour manger, se brosser les dents ou pour une occasion  importante), il faut être très rigoureux pour les porter au moins vingt heures sur vingt-quatre . Avec les bagues internes , le temps d'adaptation (notamment au niveau de l'élocution) est un petit peu plus long , il faut faire attention à ce que l'on mange (éviter pommes, sandwichs , chewing-gums...) et redoubler de vigilance concernant l'hygiène .

    Un seul frein : le coût 

    Le prix dépend évidemment de la méthode retenue (les bagues internes sont un peu plus chères) et e la durée du traitement ( de quelques mois à deux ans et demi, selon la complexité) . Mais il faut compter entre 4000 et 6000€ en moyenne , non remboursés . Seules certaines mutuelles proposent des forfaits .

    L'avis de l'expert 

    L'orthodontie

    L'orthodontie pour adulte est-elle en train de se démocratiser ? 

    Oui. Il y a encore quelques années les gens se disaient qu'une fois passée l'adolescence, il était trop tard pour intervenir . Aujourd'hui, les adultes représentent environ 10 % des patients , voire plus. Ils sautent le pas grâce aux nouvelles méthodes ditent <<esthétiques>>.

    Ce sont les techniques privilégiées ? 

    Oui , à plus de 95 % . En France , peu d'adultes assument de porter des bagues externes , notamment au travail . Les bagues internes et les gouttières , en revanche , fonctionnent aussi bien et ne gènent pas leur vie sociale .

    Peut-on tout corriger avec l'orthodontie chez les adultes ? 

    Oui, et quel que soit l'âge . Seules condition : il faut qu'il y ait suffisament d'os et des racines en bon état pour supporter la pression des appareils (un bilan radio permet de vérifier ce point) , et que la bouche soit parfaitement saine ( on procède à tous les soins orodentaires auparamment si nécessaire). Pour les traitements les plus complexes , on privilégie plutôt les bagues internes que les goutières , car elles sont un peu plus précises . (Texte extrait de Télè-loisirs)


    1 commentaire
  • Comment s'en protéger ? 

    Nous y sommes de plus en plus exposées, or elle entraîne à la longue des troubles de la vision irréversibles .

    La lumière bleue

    La lumière est transparente , mais recèle toutes les couleurs , comme les couleurs de l'arc-en-ciel .

    La lumière bleue figure donc dans chaque éclairage , y compris celui du soleil . Alors pourquoi s'en inquiéter ? Parce que, parmi les sources lumineuses artificielles, les LED contiennent une part très importante de lumière bleue. Or, ces diodes électroluminescentes , faibles consommatrices d'énergie pour une forte intensité d'éclairage , sont désormais partout: dans les lampadaires des rues, les lampes des maisons et des bureaux, les phares des voitures , les flashs des appareils photos... Et surtout , dans les écrans des téléviseurs, ordinateurs et autres smart-phones sur lesquels nos yeux restent fixés de plus en plus longtemps .

    Un bleu peut en cacher un autre 

    L'ensemble de la lumière bleue se situe à des longueurs d'onde comprise entre 420 et 500 nm ( nanomètres) . Plus celles-ci sont élevées, plus la lumière bleue est utile : tirant sur le bleu turquoise , elle régule notamment l'horloge biologique interne, garante d'un bon sommeil, et favorise la mémoire et la bonne humeur. C'est ainsi que la nouvelle lampe de luminothérapie Philips Energy Up bleu intense utilise un longueur d'onde de 475-480 nm pour lutter contre la déprime hivernale , le manque d'énergie, le décalage horaire , les troubles du système circadien... En revanche, plus les longueurs d'onde sont basses (inférueures à 460 nm) , ce qui correspond à la lumière bleu-violet , plus elles sont nocives pour l'oeil . Ce sont elles qui sont fortement représentées ans les LED. <<Dans le spectre de la lumière , juste après le bleu-violet, arrivent les ultraviolets, dont on connait les dangers depuis longtemps ( kératite, cataracte, dégénérescence maculaire  liée à l'âge), ainsi que la nécessité de s'en protéger par des lunettes de soleil >> rappelle le Dr Petra Kunze  ophtalmologue (auteure de vos yeux sont précieux , Médicis). Une protection encore plus indispensable en raison de l'amincissement de la couche d'ozone. Autre situation à risque : quand l'astre se réfléchit sur le sable ou la neige .

    Un déclin prématuré des yeux 

    Plus elle possède une longueur d'onde courte, plus la lumière bleue nous envoie d'énergie. C'est pourquoi elle cause plus de dégats. Vision trouble, picotements, yeux secs et irrités , maux de tête... qui n'a jamais ressenti l'un de ces inconvénients après des heures passées devant l'odinateur ? Et ses désagréments ne s'arrêtent pas là.<< La vibration due à l'énergie émise peut abîmer toutes les strutures de l'œil, confirme le Dr Kunze . Son agression sur le vitré, la masse gélatineuse transparente qui remplit la cavité oculaire , risque d'entraîner la présence de corps flottants. En modifiant les protéines du cristallin , elle va altérer sa transparence , comme celledu blanc d'œuf quand on le cuit , aboutissant à une cataracte .Enfin, elle va provoquer des lésions des pigments qui protégent les cellules de la rétine, favorisant la destructionprogressive de celles-ci et entraînant à terme, la cécité . C'est la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) .>>

    Un risque avéré pour la macula 

    Aujourd'hui , ces menaces sont confirmées par de nombreux travaux. Ainsi, l'équipe du Pr Sahel , à l'institut de la vision , à Paris, a mis en évidence qu'une partie de la lumière bleue est effectivement responsable de réactions chimiques sources de dommages au niveau de la rétine et que la longueur d'onde la plus toxique pour ces cellules se situe bien entre 415 et 455 nm (Plos One, août 2013) . Plusieurs études épidémiologiques ont aussi confirmé que la lumière bleue était un facteur à risque de la DMLA (Archives of Ophtalmology, octobre 2001) et qu'elle accélérait le développement de cette maladie. De récents travaux de l'Inserm (Free Radical Biology and Medecine, avril 2015) menés sur des rats albinos , ont montré que dix-huit heures d'exposition aux LED font autant de dégats que sept jours d'expositions aux néons. S'il en va de même pour no yeux, il y a urgence à réagir !

    Des solutions pour lui échapper

    Les fabricants travaillent à consevoir un filtre pour les ampoules LED . Il faudrait également faire pression sur les fabricants d'écrans pour que ceux-ci en soient munis systématiquement . En attendant , il existe des filtres que l'on peut ajouter soi-même sur l'écran d'ordinateur . On peut aussi télécharger gratuitement l'application F.lux, qui diminue la part de bleu en fin de journée afin de ne pas contrarier le sommeil . Le plus efficace consiste cependant à faire l'acquisition de lunettes spéciales anti-lumière bleue, vendues sans ordonnance , dont les modèles se multiplient. On en trouve à partir de 30 €, mais les premiers prix correspondent à des articles en plastiques, donc fragiles. Pour ceux qui privilégient la qualité , il convient de vérifier que les lunettes affichent un label européen ou de se fournir chez un opticien.  Pour les personnes portant déjà des verres correcteurs , il est possible de clipper des filtres anti-lumière bleue à la monture. Une solution provisoire , en attendant de renouveler ses lunettes de vue et d'opter alors pour les verres Essilor Crizal Preventia , conçus avec l'équipe du PSahel , qui filtrent sélectivement la lumière bleu-violet et les UV . << tout sujet exposé plus de trente minutes par jour devrait s'en munir >>, précise le Dr Kunze.

    Autre rempart , la micronutrition

    <<On peut aussi se protéger de l'intérieur, ajoute la spécialiste, en consommant beaucoup d'aliments frais et colorés , riche en pigments et en polyphénols  réparateurs.>> Au rang de ces bienfaiteurs, les vitamines E, C et les bêtacarotènes , précurseurs de la vitamine A. On y ajoutera des oméga 3 (poissons gras) et du zinc (viande rouge, volailles, huitres, céréales, noix), ainsi que des antioxydants présents dans l'œil: de la lutéine (légumes à feuilles vertes, poivrons jaunes, myrtilles, mangues) et de la zéaxantine (poivrons rouges, choux verts, brocolis, maïs, salade verte, agrumes, œufs) . L'étude Areds 2 (Jama Ophtlmology, mai 2013) a démontré l'effet bénfique de ces nutriments, qui existent sous forme de compléments alimentaires comme Rétine Op , du laboratoire Phytonops , ou Visiotonic , du laboratoire Lescuyer. A partir de 30 ans, les ophtalmologues conseillent aux personnes travaillant sur ordinateur d'en faire une cure d'un mois par trimestre . Et, au-delà de 70 ans , de les prendre en continu du lundi au vendredi , avec juste deux jours de pause le week-end.  En revanche, le Dr Kunze met en garde ; contrairement à une idée reçue , la vitamine A et ses précurseurs ne doivent pas être pris sous forme de complément, car ils sont vite toxiques et diminuent les taux de lutéine et de zéaxantine . A piocher uniquement dans l'assiette donc, grâce aux patates douces , aux carottes et aux courges .

    Les enfants en première ligne 

    <<Ils sont particulièrement sensibles aux risques pour la rétine, car leur critalin, plus fin et très transparent , ne peut asurer son rôle efficace de filtre>>, s'inquiétait l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation , de l'environnement et du travail ) en 2010. Une mise en garde qui a échappé à une majorité de parents . Le Dr Kunze émet un vœu pieux : <<L'idéal consisterait à interdire les écrans avant 7 ans et à les limiter ensuite à deux heures par jour jusque'a 14 ans>>. Si cela semble mission impossible, il ne reste plus qu'à les équiper au plus vite de lunettes filtrantes qui protégeront leurs yeux et leurs cyces de sommeil .


    1 commentaire
  • Novembre : Arrêter de fumer

    << Il faut se sentir prêt pour réussir à arrêter de fumer >>

    <<J'ai commencé à fumer à l'âge de 15-16 ans ...et j'ai continué pendant une cinquantaine d'années >> calcule Colette , presque 70 ans aujourd'hui .<<J'ai fumé jusqu'à deux paquets et demi par jour >> poursuit-elle , << et finalement je me suis arrêté d'un coup , le 1er Novembre 2016, à l'occasion de la première année de l'opération Moi(s) sans tabac' .>>

    Deux paquets et demi par jour

    Comme beaucoup de fumeurs , Colette avait déjà arrêté plusieurs fois : <<J'ai essayé , les patchs, les chewing-gum ... mais ça marchait jamais , j'avais l'impression que ça ne servait à rien. Je pense que je n'étais pas prête.>> Puis, en 2016 , vient l'opération Moi(s) sans tabac, organisée par Santé Publique France et l'Assurance Maladie , qui propose aux fumeurs d'arrêter collectivement à partir du 1er Novembre pour un mois , voire plus ...

    Les deux dernières cigarettes 

    Ce principe convenait tout à fait à Colette <<le 1er novembre , il ne me restait plus que deux cigarettes . Je me suis dit: 'je fume ces deux cigarettes et je n'en achète plus'.>> Moi(s) sans tabac  propose notamment un kit d'aide à l'arrêt , avec un accompagnement suivi, un calendrier, le calcul de économisé, des petits mots personnalisés ...  << On me disait 'c'est bien Colette, continue comme ça ! 'c'est sympa et ça motive >> raconte-t-elle

    La e-cigarette à 0%  de nicotine 

    Son médecin l'incitait aussi depuis un moment à arrêter << Je faisais bronchite sur bronchite>> raconte-t-elle, << mais j'ai arrêté toute seule comme une grande >> dit-elle avec fierté . << mon seul manque , c'était de faire le geste de fumer . Donc j'ai pris une cigarette électronique. Elle est à 0% de nicotine depuis plusieurs mois maintenant , >> 

    Les nombreux bénéfices 

    Par la suite, Colette a pu constater de nombreux bénéfices à l'arrêt du tabac : <<la toux , c'est fini! Et j'ai très vite retrouvé le goût des aliments , les odeurs des plantes ... c'est fabuleux ! On ne s'imagine pas tout ce que la cigarette nous empêche de ressentir .>> Et le diabète dans tout ça ? Diagnostiqué il y a quatre ans , il est stable << Mais j'ai pris quelques kilos depuis l'arrêt . Je commence un suivi avec une diététicienne pur rééquilibrer tout ça .>> 

    " Trouver son déclic "

    << je n'en reviens toujours pas!>> s'exclame Colette quand elle mesure le chemin parcouru. <<Je n'avais jamais pensé que ce serait aussi facile. L'important c'est de se sentir prêt, de trouver son déclic, pur moi ça été cette date du 1er novembre , et de se lancer . >> L'opération Moi(s) sans tabac redémarre dans quelques semaines . A bon entendeur . . .  

    Arrêter de fumer


    2 commentaires
  • Préparer le retour de la grippe : Les bons gestes et la vaccination 

    Avec l'automne, la grippe saisonnière fait son grand retour. Savez-vous que les effets de la grippe risquent d'être plus importants avec un diabète ? Ce virus peut déséquilibrer le diabète et contribuer ainsi au développement de certaines de ses complications. Mais les complications de la grippe en elles-mêmes peuvent être plus importantes , voire graves en particulier si vous avez plus de 65 ans .                             Pour éviter que la grippe ne vous gâche l'hiver , deux réflexes : Les bons gestes et la vaccination chaque année .

    La grippe

    Tous les ans : un vaccin gratuit sûr et efficace 

    La vaccination est prise en charge par l'Assurance Maladie à partir de 65 ans et/ ou avec une affection de longue durée (ALD) comme le diabète. Comme le virus évolue, le vaccin est à renouveler d'une année sur l'autre . La vaccination est le premier geste pour vous protéger de la grippe .

    Les bons gestes quand je suis malade 

    La grippe

    J'adopte le reflexe vaccination 

    Si je n'ai jamais été vacciné , je reçois un bon de prise en charge à présenter à mon médecin.  Si j'ai déjà été vacciner l'année précédente , je reçois un bon pour obtenir le vaccin en pharmacie. Mon médecin , un infirmier ou, dans certaines régions, un pharmacien peuvent réaliser l'injection .

    La grippe

    > en savoir plus : ameli.fr(>santé>L'Assurance Maladie vous accompagne>campagne de vaccination>vaccination contre la grippe saisonnière)


    1 commentaire
  • Un diabète déséquilibré peut entraîner des complications au niveau des reins . Comme la plupart des complications du diabète , celles-ci se développent souvent sans signe apparent pendant plusieurs années . l'équilibre du diabète et un bilan rénal annuel sont essentiels pour conserver des reins en bonne santé.

    L'équilibre de votre diabète 

    Il est le meilleur moyen de limiter les risques d'apparition des complications rénales . On le mesure par le taux d'hémoglobine glyquée ou HbA1c. Cet équilibre passe par le bon suivi du traitement , une activité physique régulière adaptée à votre situation , et une alimentation variée , équilibrée et limitée en sel pour éviter une hausse tensionnelle . En effet, votre tension artérielle est également à surveiller avec votre médecin traitant . Ne pas oublier que le tabac représente aussi un facteur aggravant le risque de complications rénales 

    Dépister la complication au plus tôt 

    Les reins sont chargés d'éliminer dans les urines les déches dont le corps n'a pas besoin. Quand une glycémie (taux de sucre dans le sang) durablement élevée détériore l'activité des reins , une néphropathie diabétique se développe , souvent silencieusement. Cette complication peut être épistée et traitée tôt, pour éviter qu'elle ne s'aggrave en insuffisance rénale , ce qui peut conduire à la dialyse .

    1 fois par an un bilan rénal (prise de sang et analyse d'urine) est recommandé chaque année 

    En parler avec son médecin 

    C'est pourquoi un bilan rénal est recommandé chaque année aux personnes diabétiques . Pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie avec un diabète en affection de longue durée (ALD) , il se compose de deux examens à réaliser en laboratoire d'analyse : une prise de sang et une analyse d'urine. C'est votre médecin traitant qui vous prescrit ces deux examens, donc pensez à lui en parler à l'occasion d'une prochaine consultation .   

    >En savoir plus : ameli.fr(>santé>diabète>symptômes, diagnostic et évolution>Complications au niveau des reins)

    Je veille sur :


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique