• Nom scientifique : Sechium edule

    La chayotte

    Famille : Cucurbitacée .

    Autres nom : christophine , chuchu, chouchou , chouchoute ...

    Origine :  Costa Rica  et Mexique .

    Production : Antilles et Brésil tout au long de l'année , Sud de la France de septembre en janvier .

    Aspect de la plante : Plante grimpante aux feuilles palmées, ses fruits font penser à une grosse poire légèrement aplatie , de 10 à 20 cm de long . La peau est verte , lisse ou légèrement épineuse .

    Dégustation : Son goût doux et fin rappelle la courgette . On peut s'en régaler crue en salade , ou cuite . Même les jeunes pousses se consomment , comme des haricots verts .

    Comment la faire pousser chez soi ?

    Simplement enterrée dans un pot , en avril , en laissant à peine dépasser la tête , l'unique graine que contient la chayotte va rapidement germer . Un mois plus tard , vous pourrez la planter en pleine terre dans un endroit bien ensoleillé, en lui installant vite des tuteurs ou en la guidant sur des fils de fer . Fruits quasi assurés pour l'automne .

     


    3 commentaires
  • Nom scientifique : Arachis hypogaea

    La cachuète

    Famille : papilionacées

    Autres noms : Arachide , pistache de terre

    Origine : Brésil

    Production : Inde, Chine, Nigéria , Etats-Unis

    Aspect de la plante : Annuelle buissonnante de 30 à 40 cm  , aux feuilles ovoïdes à nervures saillantes , elle donne d'abord des grandes fleurs jaune orangé stériles, puis des petites fleurs insignifiantes qui donneront les gousses .

    Dégustation : Nature, salée , rôtie à sec ou à l'huile , la cacahuète se présente sous des formes aussi diverses que ses utilisations ; entière , grillée, moulue , en pâte, en sauce, en beurre, en huile .

    Valeur calorique pour 100 g

     
    Calories : 567

    Lipides : 49 g  
    Acides gras saturés :7 g  
    Acides gras polyinsaturés : 16 g  
    Acides gras insaturés : 24 g  
    Cholestérol : 0 mg  
    Sodium : 18 mg  
    Potassium : 705 mg  
    Glucides : 16 g  
    Fibres alimentaires : 9 g  
    Sucres : 4 g  
    Protéines : 26 g  
    Vitamine A : 0 IU Vitamine C : 0 mg
    Calcium : 92 mg Fer : 4,6 mg
    Vitamine D : 0 IU Vitamine B6 : 0,3 mg
    Vitamine B12 : 0 µg Magnésium : 168 mg

    Comment faire pousser la cacahuète chez soi ?

    On trouve souvent des arachides fraîches ( non grillée . . .)  chez les marchands de fruits secs . Semez les graines en pleine terre en poquets de 5 , dans une terre légère . Etonnant ; vous allez voir les fleurs allonger leur pédoncule pour s'enfoncer dans le sol et y développer leurs gousses .

    Les fruits mûrissent en été , la récolte e fait par arrachage , lorsque les feuilles commencent à jaunir .


    1 commentaire
  • Nom scientifique : Musa paradisiaca

    La banane

    Famille : Musacées

    Autres noms :  Figue ( aux Antilles ),et nombreux noms de variétés différentes (plantain, rose, frécinette . . .)

    Origine :  Sud est asiatique

    Production :  Antilles, Costa-Rica , Côte d'Ivoire

    Aspect de la plante : Plante géante herbacée ( ce n'est pas un arbre . . .) aux larges feuilles . Le bananier est une vivace , des rejets latéraux entraînant chaque année un nouveau cycle .

    Dégustation : Verte , elle s'apparente à la pomme de terre et est consommée en purée ou en galette frite ; Mûre , elle peut se consommer nature , flambée , ou en beignets .

    Comment faire pousser un bananier chez soi ?

    Les graines ou les plants que vous trouverez en jardinerie vous donneront en quelques mois une magnifique plante , mis pas de fruits , car ce sont des variétés d'ornement . . .et notre climat a ses limites .

    Trempées dans l'eau pendant une semaine , les graines se sèment à 5 cm dans un mélange de terreau et de terre de jardin , tenu bien au chaud et à la lumière , avec des arrosage fréquents .


    4 commentaires
  • Chine , Perse, Sicile, Floride . . . Elle en a parcouru des pays pour ravir nos palais de ses multiples trésors et elle nous donne la pêche !

    L'orange

    Ce fruit a besoin du soleil méditerranéen ou d'une lumière plus exotique pour devenir un concentré magique de plaisirs et de vitamines .

    Une histoire douce-amère

    Que l'orange soit douce ou amère n'a rien d'anodin . Il ne s'agit pas de deux variétés , mais bien de deux espèces . La première est un fruit de l'oranger (Citrus sinensis) , la seconde du bigaradier (Citrus aurantium) . Ces deux arbres , originaires du sud-est de l'Asie, existaient en Chine deux mille ans avant notre ère . Mais pour arriver jusqu'à nous, ils ont pris des temps et des chemins différents ! C'est le fruit amer qui, par la route de la soie , s'implante en Perse , se diffuse au Moyen-Orient , puis en Afrique du Nord , pour parvenir jusqu'à nous via la Sicile vers l'an mille .

    L'orange va rester longtemps amère sur le vieux continent ! Au XVe siècle , les portugais rapportent  de leurs comptoirs d'Asie la douce, qui se répand en Europe et autour de ma Méditerranée , puis traverse l'Atlantique et s'implante aux Amériques , notamment en Floride .

    Des blondes et des sanguines

    Même dans les contrées au climat peu propice , les plus riches cultivent ce fruit, par ailleurs tellement décoratif en pot , au sein d'orangeries(comme celles du château d'Amboise , pour Charles VII , ou de Versailles pour Louis XIV). Au début du XXe siècle , l'orange reste un produit d'exception quand on l'offre aux enfants à noël . Aujourd'hui , elle figure , avec la pomme et la banane , parmi les fruits les plus consommés .

    Après bien des sélections , il existe de oranges à jus et d'autres à chair , dont la navel (nombril, en anglais) , reine des oranges blondes , de couleur orange . Nommée ainsi à cause de son renflement à la base , elle est charnue, sucrée et sans pépins , et vient d'Espagne ou du Maroc . Les sanguines (de couleur rouge à violet) comme la maltaise , de Tunisie , ou la moro , de Sicile , sont délicieuses à croquer et très juteuses . Sur 50 million de tonnes produites par an dans le monde ( principalement au Brésil et en Floride , et, pour l'Europe , l'Espagne) , 550 tonnes ont mûri en Corse et sur la côte méditerranéenne  .

    Elle donne tout !

    Ses vitamines ( la C en tête), ses antioxydants , sa pulpe (détaillée en quartiers pelés à vif dénommés <<suprême>> ), son jus, sa peau (sous forme de zestes, pour parfumer gâteaux et vinaigrettes) . . . Tout est bon dans l'orange ! Elle se marie aux viandes blanches , poissons, légumes, épices, à l'huile d'olive . . . et au chocolat .

    Le bigaradier

    Même si son fruit, l'orange amère , n'a pas sa place à table , il est toujours cultivé dans le bassin méditerranéen pour ses atouts , et non des moindres. De ses fleurs , on extrait l'eau de fleur d'oranger, utilisée notamment en pâtisserie , et l'essence de néroli pour la parfumerie . Des zestes , on tire l'essence d'orange amère aromatisant vins d'orange , triple-sec ( Cointreau) , Grand Marnier et curaçao .

    Le petit plus

    Les agrumes produits sur la Côte d'Azur sont délicieux mais peu abondants . Aussi, pour décorer les chars de la fête du citron à Menton (voir affiche ci-dessous) , on fait venir oranges et citrons du sud de l'Espagne . Etonnant , non ?

    L'orange

     


    2 commentaires
  • Nom scientifique : Persea gratissima

    L' avocat

    Famille : Lauracées

    Autre nom : Aguacate , poire alligator

    Origine : Bahamas , Floride

    Production : Antilles , Floride, Côte d'ivoire , Israël

    Comment le déguster ? A point quand la chair peut se presser légèrement sous le doigt . Il se consomme nature , en vinaigrette ou encore en purée épicée , en velouté , en glace même . . .

    Comment le faire pousser chez soi ?

    Faites 3 petits trous dans le noyau à 2 cm au-dessus de la base et plantez-y des allumettes . Installez le noyau "le cul dans l'eau" .

    L' avocat

    Dans quelques semaines , votre avocatier va émettre sa première tige et sa première racine .

    Il sera temps de le planter dans un pot rempli de terre . Bien au chaud , il pourra atteindre 2 m de haut et vivre plusieurs années


    3 commentaires
  • Nom scientifique : Ananas comosus .

    L'ananas

    Famille : Broméliacées .

    Origine du nom : "Nana" , en langue indienne signifie "parfum" .

    Production : Quasiment toutes les régions tropicales et subtropicales du monde .

    Aspect de la plante : Herbacée aux tiges courtes , avec des rosettes basales de feuilles rigides , la plante produit en son cœur un " fruit " qui est en fait la soudure de multiples baies .

    Comment le déguster  ? Parfumé, sucré , plus ou moins acide selon les variétés , il est bon cru, en jus , cuit, en sauce, confit, givré , flambé . . . Il est à point quand on peut retirer la feuille centrale de son plumeau .

    Comment le faire pousser chez soi ?

    Découpez la rosette de feuilles d'un ananas bien vert en conservant un centimètre de chair .

    Après avoir laissé sécher la coupe , plantez-là dans un mélange de sable et de terreau jusqu'à la base des feuilles et placez-là au chaud dans une pièce à 18 ° C. , dans une pièce claire .

    Arrosez souvent et vaporisez de l'eau sur le feuillage .

    Pas de récolte à attendre , mais une belle plante d'intérieur . . .

    L'ananas

    Voir aussi l'article : le jardin tropical

    http://don-de-vie-62.eklablog.com/le-jardin-tropical-a119847088


    2 commentaires
  • C'est notre chouchou !

    Bien touffu , il se prête à de multiples recettes pour plaire à tous les palais .

    Le chou-fleur

    Ni son odeur de cuisson , ni son côté vieillot ne l'on ringardisé. Ses atouts nutritionnels en font même un grand séducteur .  

    Un mystère non élucidé

    Dans la famille des brassicacées , parmi des centaines de variétés de par le monde , il y a une jolie bande de choux cultivés chez nous ; le vert, Leblanc, le rouge, le romanesco, le <<fleur>> , celui de Bruxelles, le brocoli . . . Ils ont tous pour ancêtre une plante sauvage qui pousse encore sur les falaises du nord-ouest de l'Europe , de Normandie notamment .

    On trouve le chou-fleur en Europe dès l'Antiquité . Sa disparition , après le déclin de l'empire romain et pour plusieurs siècles , reste en revanche un mystère ! Au XVIe siècle , enfin , il fait son retour sur le vieux continent ; des marins génois le rapportent du Proche-Orient . Au siècle suivant, Jean-Baptiste de la Quintinie , jardinier de Louis XIV à Versailles , lance la culture du chou-fleur . Et , c'est au fort penchant du roi pour le légume et pour la dame que l'on doit la recette du chou-fleur à la Du Barry !

    En Bretagne , c'est le roi

    Le chou-fleur a trouvé sa terre d'élection sur le littoral des Côtes d' Armor et du Finistère , qui conjugue le climat tempéré , l'humidité constante et la richesse organique du sol . La Bretagne assure ainsi 80 % de la production nationale de chou-fleur ! La France , avec300 000 tonnes est au troisième rang européen , après l'Italie et l'Espagne ( la Chine étant championne du monde ) , apprécié de l'intérieur ( 2 kg par an et par ménage) , le chou-fleur breton s'exporte aussi bien !

    La région est également un laboratoire de recherches variétales , afin de récolter toute l'année de beaux légumes tout frais , le plus souvent blanc , parfois verts et même orange ou violets ! Mais soyons justes , c'est dans le marais audomarois ( Nord-Pas de Calais ) qu'est cultivé le fameux chou-fleur d'été de Saint-Omer .

    Cru ou cuit, on s'en régale toute l'année

    Peu calorique , riche en fibres et en vitamines B et C , il est un bon allié de la forme et de la minceur. Tiède , on s'en régale avec une vinaigrette et des échalotes ! Pour limiter les odeurs , on plonge simplement un croûton de pain dans l'eau de cuisson . Cuit , son parfum est délicieux et délicat en gratin , en flan , en beignets , en crème ou en soupe . Cru , il est bon à croquer détaillé en fleurettes ( ou sommités ou bouquets ) et trempé dans les sauces de votre choix , ou râpé en taboulé avec de l'hile d'olive et des herbes fraîches .

    Les choux fleurs nous en font voir de toutes les couleurs !

    Ils sont si beaux qu'on les croirait artificiellement colorés . Tout faux ! C'est en Bretagne , où on sait planter les choux , qu'ont été remises au goût du jour des variétés anciennes , dont les pigments sont naturellement synthétisés par la plante .   Il s'agit de la chlorophylle pour les verts , réapparus depuis une dizaines d'années . En quantité encore limitée , les oranges sont colorés au carotène et es violets aux piments d'anthocyanes, de très bons antioxydants .

    Le chou-fleur

    Les trois ont en commun un goût plus doux et plus sucré que le chou-fleur blanc . A déguster crus, à l'apéro , ils sont un vrai bonheur gustatif et visuel .

     


    1 commentaire
  • Les salades sont cultivées par l'homme depuis plus de 6 000 ans .

    Laitue,  frisée, feuille de chêne : ces plantes du potager sont assez variées pour nous séduire d'un bout à l'autre de l'année .

    Les salades (2)

    On ne raconte pas de salades , on les savoure !

    Des feuilles magiques

    Une ribambelle de feuilles sont consommées , et domestiquées pour en atténuer l'amertume , depuis plus de six mille ans . On relève les premières traces écrites en Asie Mineure et au Proche-Orient , notamment sur les tombes égyptiennes et dans les Saintes Ecritures  . Sur les pas d' Alexandre le Grand , elles vont conquérir tout le bassin méditerranéen , en commençant par les Grecs et les Romains . Ces derniers qui ont donné le nom de << laitue>> à certaines dont les tiges laissaient couler un suc blanchâtre ressemblant à du lait , appréciaient follement ces feuilles . . . capables de préparer les estomacs aux copieux festins !

    Plus tard, Rabelais , l'un de nos célèbres auteurs épicuriens , s'en fera aussi le promoteur . C'est à partir des XVIIe et XVIIIe siècles que les variétés se multiplient et , à partir des années 1960 que les salades connaissent un nouvel essor avec la culture sous serre.

    Le jeu des trois familles

    Vous faites la différence entre laitue et frisée , batavia et feuille de chêne ? C'est bien ? Mais vous n'avez encore qu'une idée très approximative des salades , un sujet plus complexe qu'il n'y parait ! Car il existe une infinité de variétés , classées en trois familles . La plus connue , cultivée dans le monde entier , est celle des laitues , au pluriel . On y trouve la laitue beurre, pommée, appelée couramment laitue , mais aussi la batavia, la romaine et la feuille de chêne ! Les chicorées constituent l'autre grande famille , avec la frisée ( et l'endive ! ) , ainsi que la scarole , la chioggia ( petites feuilles rouges ) , ou la cornet d'Anjou , cultivée en bord de Loire .

    A l'embouchure de laquelle s'étend , tout autour de Nantes , le royaume de la mâche , une famille à elle seule ! Avec 300 000 tonnes de salades par an , la France est le troisième producteur en Europe après l'Espagne et l'Italie .

    Selon , les variétés , elles poussent en toutes saisons , du Nord au Sud en passant par le Val de Loire << le jardin de la France >> .

    A toutes les sauces

    Plus de 7 kilos par an et par personne: on aime les salades! Et on peut créer toutes sortes de sauces avec la multitude d'huiles, vinaigres ou moutardes parfumés disponibles , mais aussi avec le citron , la sauce soja ou le fromage blanc , sans oublier, ail , échalote, oignon, ciboulette et autres herbes aromatiques . Et , avec des fromages ou des œufs , une belle salade est un plat complet , léger et délicieux.

    Et la roquette ?

    Elle n'appartient pas à la famille des laitues ,ni a celle des chicorées , des plantes astéracées . Cette brassicacée longtemps cultivée , entrait dans la recette provençale originale du mesclun ( pousses et feuilles de plusieurs variétés de salades ) avant de tomber dans l'oubli . Elle fait à présent un retour remarqué !

    Le petit plus

    Salade Love : C'est le titre d'un livre de David Bez qui va faire craquer tous les amateurs , avec ses  recettes de salades , soit de quoi se régaler chaque jour de la semaine  Elles sont complètent et diététiquement équilibrées , variées , selon les saisons et toutes faciles à préparer  Ce livre est vendu au prix de 24,90 € au édition Hachette

    Les salades (2)


    2 commentaires
  • Deux versions valent mieux qu'une !

    En boule ou en branche , il a le pouvoir de vous étonner et vous régaler .

    Le céleri

    Céleri-branche et céleri-rave possèdent leurs qualités et signes particuliers , mais on sent fort bien qu'ils sont cousins .

    Une plante vraiment au parfum !

    Quand on sait qu'il est de la famille de apiacées , comme le persil , l'aneth, l'anis vert , le cerfeuil, la coriandre ou le cumin , on comprend mieux le pouvoir odorant de ce légume pas comme les autres .L'ache des marais , son ancêtre sauvage , pousse dans les zones humides d'Asie et d'Europe . Dès l'Antiquité , Grecs et Romains l'apprécient pour ses vertus aromatiques , médicinales et aphrodisiaques ! Parmi de multiples mentions en attestant , celle relevée dans l'Odyssée d'Homère - la grotte de la nymphe Calypso cernée d'ache des marais - est l'une des plus glamour , à défaut d'être rigoureusement exacte ! Son parfum le cantonne pendant des siècles à la fonction de condiment , quand il éveille l'intérêt des botanistes à la Renaissance .

    Les sélections se multiplient jusqu'à l'obtention de variétés aux tiges plus longues et charnues , c'est le céleri-branche ou à tige tubérisée , gonflée à la base en forme de boule , c'est le céleri-rave . Consommés en légume à partir du XVIIe siècle en Italie, tous les deux finissent par s'imposer sur nos tables , oui, mais au XIXe siècle , c'est-à-dire hier !

    Un mal-aimé à découvrir

    Si l'on connaît le céleri rémoulade ou le sel de céleri pour relever son verre de jus de tomate , les idées recettes s'arrêtent souvent là ! A côté des pommes de terre , des carottes et même du chou , le céleri à une belle marge de progression !

    Sans terroir historique , ni label , céleri-branche et céleri-rave sont néanmoins cultivés en France , avec soin et savoir-faire . En Bretagne et dans le Sud pour le premier ; en Bretagne et dans le Nord pour le second . A nous d'avoir l'audace de sortir de notre train-train alimentaire pour apprécier son goût puissant , son parfum opulent et lui donner la place qu'il méritent dans nos menus !

    Cuisine légère

    Riche en vitamines , minéraux et antioxydants , il est si vertueux pour la ligne que certains affirment qu'on dépense plus de calories à le digérer qu'il n'en apporte ! Sauf en rémoulade , recette mythique et riche , mais qui peut se décliner en version allégée ( à base de yaourt ou de fromage blanc ) . Cuit , le céleri-rave s'accommode délicieusement en purée, potage , gratin et même en frites !

    En branche , il parfume soupes , sauces et courts-bouillons , et tient , une fois braisé, toute sa place aux côtés des viandes et poissons . Enfin , croquez-le cru accompagné de crème de roquefort ou d'une compotée de tomate .

    Le petit plus

    Des fêtes du céleri à Mussig , près de Sélestat , en Alsace , chaque année impaire . Rendez-vous donc en août 2017 .Pour cuisiner avec un chef et savourer le céleri sous toute ses formes . Avec bal champêtre , spectacles et défilé de chars musicaux ( tel :03 88 85 00 65) .

    A Achères dans les Yvelines tous les ans ( en octobre ) Ateliers cuisine et animations musicales sur la place du marché ( tel : 01 39 22 23 61 ) .

    Si l'on ne connaît pas l'origine du céleri rémoulade , on sait qui a transformé ce hors d'œuvre populaire en entrée ultrachic : C'est Eric Fréchon , le chef trois étoiles du Bristol à Paris  , en y ajoutant pommes de terre et miettes de crabe . Une recette simple, devenue déjà un grand classique .


    1 commentaire
  • La douceur brute sous sa bogue hérissée de piquants , ce fruit cache un cœur en or pour notre santé

    La chataigne

    Qu'on la consomme grillée, en purée , en crème ou sous forme de marron glacé , la châtaigne  est un pur délice .Mais qui a un coût : celui de son apport calorique ! Avec plus de 180 kcal aux 100 g , elle est très énergétique . C'est pourquoi elle est à consommer avec modération si vous surveillez votre ligne . Son avantage ; elle possède des qualités nutritionnelles uniques .

    Elle donne du peps

    Sportif ou abonné au <<coup de mou >>de l'hiver , vous trouverez en elle votre panacée. . . La châtaigne est très riches en glucides (38mg/100g , soit deux fois plus que la pomme de terre ) , dont les deux tiers sont constitués d'amidon , un sucre lent qui apporte de l'énergie longue durée .

    Ce fruit renferme également une belle quantité de vitamines B , en particulier de la B1 et de la B2 ( 100g de châtaignes couvrent environ 20 % de nos besoins), essentielles à la conversion des glucides en énergie au niveau cellulaire.

    Elle recharge en minéraux

    Son apport global dépasse 1,2 g aux 100 g , ce qui est exceptionnel . Elle apporte du fer (1,3g /100g ) et , surtout du magnésium , antifatigue . Une portion de 100 g permet ainsi de couvrir 15 % des apports quotidiens recommandés . De quoi faire le plein de ce minéral qui manque cruellement à notre alimentation .

    Sa richesse en minéraux ne s'arrête pas là . En plus du fer et du magnésium , ce fruit est un réservoir à potassium , indispensable à la bonne marche de notre organisme : il atteint le niveau record de 600 mg aux 100 g ! Il contient également du phosphore (107mg/100g) , l'aliment préféré de nos neurones , ainsi que du calcium (29mg/100g) , le chouchou des os solides .

    Elle fait baisser le cholestérol

    La châtaigne contient plus de 4 g de lipides aux 100 g (c'est beaucoup plus que dans la pomme de terre , par exemple , ou l'apport lipidique ne dépasse pas 0,4 g pour 100 g) . Mais attention , ce n'est que du bon gras , constitué pour les deux tiers d'acides gras insaturés . A raison de 25 g de châtaignes par jour , soit l'équivalent d'une poignée , ce fruit fait baisser de 9 à16 % notre taux de cholestérol .

    Autre qualité : ses modes habituels de préparation (grillée, cuite à l'eau ou à la vapeur ) ne nécessitent pas l'adjonction de matières grasses , un atout de plus dans la lutte contre le cholestérol . Enfin , ses bonnes graisses ne sont pas les seules à agir pour notre santé cardio-vasculaire ; ses fibres aussi , en favorisant l'élimination du mauvais gras par les selles .Or la châtaigne fait partie des fruits qui en sont le mieux pourvus, avec un apport de 5 g aux 100g .

    Elle aide à prévenir les cancers

    Une propriété qu'elle doit à sa richesse en vitamines C (40 mg/100 g, soit autant que le pamplemousse ) et E (58 mg/100 g , soit environ 5 cuillères à soupe d'huile de tournesol ) . Anti oxydantes , celles-ci aident à combattre les radicaux libres , accélérateurs du vieillissement de nos cellules , et protègent contre l'apparition des cancers du pancréas , de l'œsophage , du colo-rectum et de la prostate.

    Elle favorise la satiété

    Bien qu'elle vaille son pesant de calories , la châtaigne peut aussi être une alliée dans la lutte contre les kilos . En effet , il n'est pas nécessaire d'en manger de grandes quantités pour être rassasié: au bout de 3 ou 4 châtaignes avalées , la faim a disparu . Cela tient bien sûr à sa richesse en fibres , mais aussi en protéines ( 3 g/100 g ) qui procurent rapidement un effet de satiété .

    Quand à son apport en glucides lents , il permet d'éviter les petits creux à distance des repas .

    Voir aussi l'article : http://don-de-vie-62.eklablog.com/la-chataigne-a114542000


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique