• Vive la faim des haricots !

    Il n'a rien d'un vulgaire fayot , ce beau haricot chic qui ne pusse que dans les Côtes d'Armor et que vous allez trouver jusqu'à la fin du mois d'octobre .

    Longtemps méprisés, malgrè des propriétés aphrodiiaques décelées dès le Moyen-Âge , les haricots font un retour triomphant . Leurs vertus diététiques sont enfin réhabilitées et leur qualités gustatives inspirent les cuisiniers les plus créatifs , qui ont fait de ce coco-là leur chouchou .

    Le coco de Paimpol

    C'est un petit nom charmant

    Et le reste est à l'avenant ; une jolie gousse jaune pâle marbré de violet , des grains bien ronds d'un blanc nacré appétissant , une peau fine , une texture fondante et un goût délicieux qui rappelle celui de la noisette ou de la châtaigne . On comprend que les habitants de Paimpol aient craqué pour lui ! Rapportées dans le sac d'un marin de la Royale qui revient d'Argentine en 1928 , les premières graines de coco sont plantées près des côtes autour de Paimpol . Le haricot se plaît ici , le sol limoneux de Bretagne , l'océan tout proche et la douceur du climat lui réussissent à merveille . Pendant la seconde guerre mondiale ,ses qualités nutritives se révélent précieuses . La réputation et l'avenir du coco sont assurés et , dès les années soixante , il s'exporte hors de Bretagne . Une star est née !

    Choyé et <<plumé >> à la main !

    Pour protéger ce qui fait le succès de leur petit coco chéri et consolider son berceau , les producteurs s'organisent pour réclamer une AOC qu'ils obtiennent en 1998 . Un vrai titre de gloire ; il est le premier légume frais à recevoir cette distinction . Et une fierté pour Hervé Guézou , l'un de ces producteurs très impliqués <<sur le territoire côtier du Trégor-Goëlo , 8 000 tonnes sont produites chaque année , dit-il . Le grand

     moment est celui de sa récolte , de juillet à fin octobre , quand les "2 000 plumeurs de coco" pasent à l'action , bien assis , pour trier et cueillir à la main les gousses en pleine maturité , souples et bien pleines C'est ce qui fait la saveur incomparable de ce haricot demi-sec , commercialisé dans la foulée et dans sa gousse . Vous le trouvez sur le marchés et en grande distribution , urtout dans le Grand-Ouest jusqu'à Toulouse , mais aussi en région parisienne et un peu partout , en sac de 1 ou encore 5 ou 10 kg .>>

    Un sacré coco aussi en cuisine

    Une fois écossé, il se conserve un an au congélateur ... de quoi faire durer le plaisir ! Et varier les recettes à l'infini . << chaud , froid ou tiède en salade , ce que c'est bon ! Mais je l'adore aussi en cassoulet l'hiver et avec tous les poissons et fruits de mer bretons ...>> confie le gourmand Hervé Guézou . ( Source : Télé-Loisir. Photos du net )

    Le petit plus

    Vous vous sentez devenir fan ? sachez que sa fête a lieu à Paimpol au plus fort de la saison , en août , tous les deux ans et que la bande de passionnés de la confrérie du coco de Paimpol en habit jaune et violet , les couleurs de son haricot y fait sensation .

    La prochaine fête du coco de Paimpol aura lieu en août 2018

    Le coco de Paimpol

    Pour tout savoir , consultez son site : http://www.cocodepaimpol.free.fr


    votre commentaire
  • Cette pépite de terroir force à réviser les clichés qui pèsent encore sur la réputation des légumes secs dans son genre . Son beau grain couleur ivoire est digeste et tendre si vous le faites tremper au moins douze heures et si vous ne salez pas l'eau de cuisson .

    Le haricot tarbais

    La faim des haricots

    La première trace des haricots date de 7 000ans avant J-C. , en Amérique du Sud . Ils arrivent en Europe au XVe siècle dans les bagages de Christophe Colomb , faciles à conserver , les haricots secs appréciés par les marins explorateurs , se sont ainsi répandus  en Afrique e en Asie , où ils constituent encore un aliment de base ..Dans nos pays riches , cette source de protéines bon marché , précieuse par temps de disette et de famine , fut délaissée à partir du milieu du XXe siècle , au profit de la viande et des protéines animales jugées tellement plus chic . Et leur digestion avec effet << ballonnement et flatulences >> ne plaide pas en sa faveur !Pourtant notre alimentation , plus diététique , qui revalorise ses vertus nutritionnelles , lui offre un nouvel âge d'or . 

    Le roi des fayots gascons

    Tandis que la Chine , l'Amérique du Sud et du Nord misent sur le rouge et le noir , l'Europe se réserve les haricots blancs . Parmi quelque 200 variétés cultivées en France , le haricot tarbais est l'un des deux fleurons reconnus par un label européen de qualité , l'autre étant le coco de Paimpol .Implanté au XVIIIe siècle dans la plaine de Tarbes ( Hautes-Pyrénées ) par Monseigneur de poudenx , l'évêque du diocèse , pour faire face aux disettes , il connaît un succès fulgurant . Associée au maïs qui lui sert de tuteur (selon la méthode traitinelle des amérindiens ), cette plante grimpante va tant et si bien s'adapter au terroir de Bigorre que ses grains se sont modifiés pour devenir un petit bijou à la chair bien plus fondante que farineuse e à la peau fine . Pourtant dans les année 1950 , face aux nouvelles cultures à haut rendement , le haricot tarbais , récolté à la main , ne fait plus le poids économiquement . Cantonné aux jardins familiaux , il en ressortira en 1986 sous l'impulsion d'uedouzaine d'agriculteurs qui le replantent dans son écrin d'origine , face au pic du Midi . Avec une production annuelle de 170 tonnes , un label rouge en 1997 et une IGP en 2000 , voilà un haricot rare et prècieux !

    Version sucrée

    S'il reste fidèle aux plats traditionnels du Sud-Ouest ,il n'y a que le cassoulet ou la garbure dans sa vie ! Ce produit d'exception inspire les cuisiniers et s'impose sur les grandes tables d'Europe, des Etats-Unis ou du Japon . Et ilfait merveille en associations plus légères , en alade ou avec les poissons , et en versions plus surprenantes -mousse, purée, velouté - y compris au dessert !

    Le petit plus

    Où acheter ce fameux haricot qui, par son grand succès et son petit volume deproduction , est une denrée rare ? Dans les épiceries fines , le rayon des produits régionnaux en grandes et moyennes surfaces , où à la coopérative du haricot tarbais (4 chemin de Bastillac , à Tarbes .) Tel : 05 62 34 76 76 et sur le site : http://www.haricot-tarbais.com

    Le haricot tarbais

     

     

    Où le déguster ? Au restaurant Py-R , dans le vieux Toulouse , où le jeune chef Pierre Lambinon -27 ans , brillant parcours par chez Alain Ducasse et Gérarld Passédat , et élu jeune chef de l'année par le guide Champérard 2014 - prépare un inoubliable carré d'agneau aux haricots tarbais ( à partir de 26 E pour entrée- plat-dessert ). 19 descente de la halle aux poissons . Tel : 05 61 25 51 52 . (Source : Télé-Loisirs. Photo du net )

     


    votre commentaire
  • Parce qu'il est gourmand, juteux et plein de bienfaits pour la santé, ce fruit nous réconcilie avec la fin de l'été , où sa saison bat son plein . Seul ou en association avec du salé , profitons-en sans retenue !

    La figue contre les pépins

    Des fibres stimulantes pour le transit

    Pour lutter contre les épisodes de constipation , inscrivez des figues deux ou trois fois par semaines à votre menu . Leur secret ? Elles contiennent environ 30% de fibres solubles et 70%defibres insolubles. Or , ces dernières ont la propriété d'augmenter le volume des selles en absorbant l'eau contenue dans le tube digestif . De plus, elles stimulent les contractions de l'intestin , accroissant la vitesse du transit .En quarante-huit heures à peine , votre paresse intestinale ne sera plus qu'un lointain souvenir !Seul bémol, elles peuvent également être irritantes et provoquer des douleurs et des ballonnements chez les personnes sensibles . La mastication permettant de les prédigérer , vous éviterez ces désagréments en veillant à mâcher les figues une vingtaine de fois avant de les avaler ou en les consommant cuites , en compote, en tartelette ou ajoutées en dès dans un gâteau au chocolat par exemple ; adoucies par la cuisson , les fibres seront moins agressives en restant toujours aussi efficaces .

    Un atout pour la ligne ... et les os

    Parce que 100 g (soit deux figues) totalisent un tout petit 66 kcal , ce fruit peut être consommé par les personnes qui surveillent leur ligne sans culpabiliser . C'est même une collation idéale en cas de fringale , ses fibres satiétogènes permettant de remplir les estomacs affamés et de se tenir ainsi à l'écart des biscuits et autres friandises . Par ailleurs , rien de tel que la figue pour aider les enfants à bien grandir et les personnes âgées à se préserver de l'ostéoporose . En effet , elle renferme une petite quantité de calcium (38 mg/100 g)ainsi que du phosphore (15 mg/100 g) , un oligoélément qui favorise l'assimilation du calcium pour les os . Un duo qui apporte sa pierre à l'édifice d'une ossature solide .

    Un coup de fouet antifatigue

    Vous n'avez pas arrêté une minute depuis votre lever ? Vite , croquez dans une figue fraîche ! Ce fruit charnu contient quasiment toutes les vitamines du groupe B , impliquées dans la production d'énergie , ainsi que de la vitamine C fortifiante . Côté minéraux , c'est aussi une manne ; elle apporte du magnésium (15 mg /100 g) , essentiel à notre forme physique et morale , du fer , dont la carence entraîne d'importants coups de mou , ainsi que du manganèse , un oligoélément indispensable au bon fonctionnement cérébral . Enfin, sa teneur en glucides (environ 13%, soit autant que le kaki, la mangue ou la grenade) procure un tonus salvateur . A consommer en salade au petit déjeuner ou au déjeuner avec, par exemple , du raisin, des oranges, de la banane et des noix . De quoi faire des étincelles le reste de la journée !

    Des antioxydants en veux-tu en voilà

    Riche en vitamine A, C et E , en flavonoïdes, en lycopène, en lutéine et en bêtacarotène , les figues fraîches constituent une arme redoutable contre les radicaux libres ! Ce cocktail d'antioxydants permettant en outre , de diminuer notre taux de mauvais cholestérol et contrecarrer l'artériosclérose , les figues aident à prévenir les maladies cardio-vasculaires et à lutter contre le développement de certains cancers , notamment ceux de la prostate , du sein et du poumon . Elles font également barrage à la cataracte et à la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) . A savoir ; le lycopène, la lutéine et le bêtacarotène sont mieux absorbés par l'organisme lorsqu'ils sont consommés avec du gras . Aussi pensez à accompagner votre fruit d'une petite poignée de noix, d'une part de fromage de chèvre ou d'une tranche de magret fumé .

    Star des remèdes de grand-mère

    Les médecines douces ont souvent recours à la figue fraîche pour traiter des petits pépins de santé quotidien .Utilisée en décoction , par exemple , elle adoucit la gorge et calme la toux . En bain de bouche , , elle vient à bout des aphtes , tandis que , réduite en pâte , elle soulage les gerçures et favorise la cicatrisation des plaies . Vous profiterez de tous ses bienfaits en la choisissant légèrement molle au toucher , un peu ridée , mais sans crevasses .     Merci à Marie-Laure André , diététicienne nutritionniste à Toulon . (Source : Version Femina)


    1 commentaire
  •  

    Un drôle de numéro !

    Né de l'union du pamplemousse et de l'orange , ce fruit hyper goûteux et un rayon de soleil dans nos assiettes. Ce bel agrume charnu et juteux se distingue à plus d'un titre.

    Le pomelo

    Un délicieux imposteur  

    Da la grande et belle famille des agrumes n s'il en est un dont l'histoire mérite d'être contée , c'est bien lui .Voilà des années que cet imposteur se présente  chez nos primeurs et se fait apprécier sous le nom de pamplemousse ... alors qu'il n'en et pas !Le vrai pamplemousse (citrus maxima) , plus volumineux , à la peau épaisse et à la chair juteuse et bourrée de pépins , n'a en fait jamais quitté le sud-est asiatique ¨Mais cette région , berceau millénaire du citron , de l'orange et autres agrumes , n'est pas du tout celui de notre mystérieux et jeune pomelo ! C'est en effet bien plu tard , à la fin du XVIIe siècle , que ce fruit est é de l'union spontanée de pépins de pamplemousse (semés par un capitaine anglais nommé Shaddock !) avec un oranger ...à la Barbade . Et c'est sans doute de la beauté idyllique de cette île des Petites Antilles qu'il tient son nom scientifique de ... citrus paradisi !

    Nouvelle star en Corse

     Ce fruit hybride à peau fine , chair plus sucré et sans pépins , passe par les Bahamas et arrive au XIXe siècle en Floride qui va devenir le premier producteur mondial .Il s'implante en Israël dans les années 1960puis au sud de l'Europe ( Espagne, Italie ) et , enfin , depuis une trentaine d'années , en Corse ! C'est un pomelo à peau jaune , chair rose foncé , juteuse et sucrée ((variété star ruby) qui a trouvé sur l'île de Beauté les conditions idéales pour s'épanouir . Une bande littorale (15 km de large ) entre la mer et les premières montagnes assure juste ce qu'il faut  de chaleur, de douceur marine et de pluie . Surtout au sud de Bastia , dans la plaine orientale , << le verger corse >> où s'exprime le talent des agrumiculteurs . Après le triomphe du cédrat au XIXe siècle , la consécration de la clémentine, saluons le pomelo de Corse , couronné à son tour , en octobre 2014 , d'une Indication Géographique Protégée ( IGP) . A la différence des autres agrumes insulaires , ce n'est pas un fruit d'hiver ; cueilli à pleine maturité dès le printemps , il peut même attendre sur l'arbre jusqu'au bout de l'été !

    On l'aime à vif

    Guettez l'arrivée des 4 000 tonnes de pomelos de Corse sur les étals dès la mi-mars . Ne vous laissez pas décontenancer par d'éventuelles petite imperfections de peau ; il faut goûter ce fruits <<stockés >> sur l'arbre , naturels et sans fard ! Supportant pal la cuisson (sauf en confiture ) , le pomelo a un talent fou cru et pelé à vif avec poissons et crustacés , viandes blanches et toutes sortes de salades sucrées ou salées.

     Le petit plus

    Oranges, clémentines, citrons, pomelos, cédrats, mais aussi bergamotes , combavas ou kumquats .

    C'est la plus belle collection d'agrumes et sans doute la plus complète du monde - 1200 variétés dans un verger conservatoire de 13 hectares - qui est installée depuis les années 1960 sur la côte nord-est de a Corse . Initiative de l'INRA ( institut national de recherche agronomique ) qui, avec son centre de recherche de San-Giuliano , soutient le travail des producteurs corses (corse.inra.fr ou 04 95 59 59 59 30) tout près , à Linguizzetta , Jean-André Cardosi , agrumiculteur historique et très engagé dans la qualité des fruits insulaires , et prêt à vous accueillir pour visiter ses propres vergers , entre montagnes et plage de rêve (06 88 50 71 52 ). ( Source Télé-Loisirs . Photo du net )

    Le pomelo

     


    votre commentaire
  •  

    L'alliée fraîcheur de l'été

    Avec ou sans pépins , à la pulpe rouge , rose, jaune ou blanche . Désaltérante et saine , la chair peu sucrée , gorgée d'eau et de vitamines de ce fruit fait notre bonheur tout l'été .

    Elle se coupe en quatre pour nous plaire .

    La pastèque

    L'Afrique est son berceau

    Originaire d'Afrique centrale , ce fruit , aussi appelé melon d'eau , est connu dans les contrée les plus ensoleillées depuis des millénaires . Il y a quelque cinq mille ans , es Egyptiens le cultivaient dans la vallée du Nil . Il était très apprécié lorsque l'eau e raréfiait ou était polluée. La culture de la pastèque a ensuite gagné le pourtour méditerranéen , puis toutes les régions chaudes du globe . Son nom viendrait de l'arabe , battica .C'est à partir du XVIe siècle que les botanistes décrivent des pastèque rondes ou oblongues , à chair rose , rouge , jaune ,orange ou blanche .

    Sous le soleil exactement

    Cette cucurbitacée aime la chaleur et l'eau . En France , elle s'épanouit notamment en Provence-Alpes- côte d'Azur , Guadeloupe et Guyane , même si notre pays fait partie des petits producteurs à l'échelle mondiale ( 10e rang ) ! De la famille des courges, la pastèque est une plante rampante . Sur chaque plant , seuls trois ou quatre fruits sont conservés , lesquels pèsent de 2 à 20 kg à maturité ! Une bonne pastèque doit être lourde , ferme , avoir une écorce lisse et brillante, et sonner creux . Si elle présente une tache jaune , c'est bon signe ; cela veut dire qu'elle a bien pris le soleil et est parfaitement mûre . Elle se conserve à l'air ambiant , mais pas plus d'une semaine . Une fois coupée, emballez-la dans un film alimentaire au réfrigérateur (six jours environ) . Dégustez-la en salade de fruits avec du melon et quelques feuilles de menthe , ou en soupe froide , relevée d'un filet d'huile d'olive . Vous pouvez aussi tenter de la cuire ; en confiture , en accompagnement de la viande, en beignets ou rapidement saisie au barbecue . Vous serez agréablement surpris !

    Tellement bon pour la santé

    Gorgée d'eau ( plus de 90 %) , très peu calorique , ce fruit et des plus désaltérants . Autres atouts ; a teneur en lycopène , un puissant antioxydant qui diminuerait le risque de maladies chroniques . La pastèque est aussi riche en vitamine C , une alliée du système immunitaire ; en vitamine B6 , bonne pour le cerveau ; en provitamine A, bénéfique pour les yeux . Si elle contient peu de minéraux ,ils ont cependant d'une grande diversité . Un cocktail santé à déguster jusqu'à fin août !

    Le petit plus

    Coté formes ...

    Pour les stocker sans perdre de place , les japonais ont inventé les pastèque carrées ! Des producteurs du sud de l'archipel les cultivent dans des boites (photo ci-dessous ) , dont elles épousent la forme en poussant . Il est ainsi bien plus facile de les empiler une fois récoltées . Et bien moins cher de les transporter .

    La pastèque

    ... Et coté couleurs

    La pastèque orangeglo , à la pulpe jaune orangé , et exceptionnellement sucrée . Sa chair savoureuse et légèrement croustillante .Ce fruit oblong pèse de 9 à 14 kg .

    La sugar baby est , elle ,une petite pastèque ronde , à la peau vert bouteille tigrée , pesant de 2 à 3 kg .Sa chair est rouge foncé est très sucrée et rafraîchissante .( source Télé-loisir . photos du net )


    1 commentaire
  • Voici La suite des  conseils des magasins Tonus pour  bien les choisir, les conserver et les déguster ?

    Les fruits exotiques (4)

    Bien le choisir : Le kaki doit être très mûr car c'est à ce moment qu'il abandonne son âcreté pour une saveur sucrée .

    Bien le conserver : Lorsqu'il est à point , le conserver quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur . S'il est encore ferme , le placer dans une corbeille avec des pommes à température ambiante , pour accélérer son mûrissement .

    Bien le déguster : Le kaki a la chair douce , juteuse et sucrée . Dégustez-le en le coupant en deux à la petite cuillère .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien le choisir : Le mangoustan doit être souple au toucher . Lorsqu'il est violet , la peau durcit rapidement .

    Bien le conserver : Il se conserve jusqu'à trois semaines à température ambiante sans accès direct au soleil .

    Bien le déguster : Le mangoustan se déguste frais , nature , en sorbet ou dans une salade de fruits . Il n'offre que sa chair à déguster , son écorce étant particulièrement dure .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien le choisir : L'okras ou gombo doit être ferme et tendre d'un beau vert vif .

    Bien le conserver : Il se conserve 2-3 jours au réfrigérateur .

    Bien le déguster : Ancré dans la gastronomie africaine et antillaise , l'okras peut se déguster ; cru, cuit , frit, pané, bouilli ou séché .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien la choisir : La papaye Formosa se choisit avec une chair tendre . Eviter les fruits présentant des tâches noires .

    Bien la conserver : Elle se conserve à température ambiante , si elle n'est pas tout à fait mûre .Dans le bac à fruits du réfrigérateur pendant deux à trois jours si vous l'avez achetée à point .

    Bien la déguster : La papaye se déguste nature ( coupée en deux et débarrassée de ses graines) , en compote , en confiture , en coulis ou dans une salade de fruits .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien la conserver : La poire nashi doit être ferme . Elle est aussi sensible au choc que la poire traditionnelle .

    Bien la conserver : Elle se conserve soit dans une cave aérée , soit au réfrigérateur .

    Bien la déguster : La poire nashi peut être utilisée dans des recettes salées ou sucrées comme les poires ou les pommes . Sa chair est très juteuse et parfumée .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien la choisir : De la taille d'un kiwi , la sapotille ressemble à une poire .Il faut la choisir bien mûre , souple au toucher , presque blette .

    Bien la conserver : Après mûrissage , la sapotille est très fragile et peut-être conservée encore 5 à8 jours . Au bas du réfrigérateur , les fruit mûrs et fermes peuvent être stockés pendant 15 jours .

    Bien la déguster : La sapotille se consomme crue ou cuite . Crue ; en coupant le fruit dans la longueur à la petite cuillère , après avoir ôté les graines . Cuite ; on en fait des confitures , des pâtes de fruits ou des sorbets .

    Les fruits exotiques (4)

    Bien le choisir : Le Sharon doit avoir la peau jaune voir orange et brillante .

    Bien le conserver : Il se conserve à température ambiante quelques jours s'il n'est pas assez mûr et deux à quatre jours au réfrigérateur

    Bien le déguster : Le Sharon se déguste cru à la cuillère , en salade de fruits , dans une crème avec du sucre ou encore en confiture , compote ou purée


    3 commentaires
  • Voici La suite des  conseils des magasins Tonus pour  bien les choisir, les conserver et les déguster ?

    Les fruits exotiques (3)

    Bien la choisir : l'anone doit être souple , voir légèrement mou sous les doigts . La peau verte de l'anone fonce à maturité . Ne pas la choisir trop foncé .

    Bien la conserver : fruit très fragile, il se conserve entre 24 et 48 h dans le bac à légumes du réfrigérateur .

    Bien la déguster : l'anone se déguste principalement crue . Sa chair délicate et parfumée est aussi délicieuse en sorbets ou en jus . Frit ou en beignet , l'anone accompagne également vos recettes salées .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien la choisir : La carambole doit être ferme à la peau lisse et brillante . Lorsqu'elle est bien mûre , la peau jaune devient légèrement dorée et les pointes commencent à brunir .

    Bien la conserver : Si le fruit est vert , le conserver à température ambiante jusqu'à ce que la peau soit jaune doré . Mûre la carambole se conserve plusieurs jours à température ambiante et jusqu'à deux semaines dans le réfrigérateur .

    Bien la déguster : La carambole peut se consommer crue, accompagnée de  sucre ou de miel . Le fruit est utilisé en jus, salade de fruit ou en décoration de plat .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien la choisir : La chayotte est à maturité lorsque sa couleur est crème à jaune pâle.

    Bien la conserver : Elle se conserve une semaine dans un endroit  sec et aéré ou placée dans le bac à légumes du réfrigérateur , enveloppée d'un film plastique .

    Bien la déguster : La chayotte se déguste crue ou cuite . Il est cependant préférable de la peler . Tout se mange dans cette plante ; le fruit, l'amande de la graine et les pousses consommées en bouillon .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien le choisir : Le coing doit posséder une peau jaune sans meurtrissure . Au toucher , il doit rester bien ferme et intact.

    Bien le conserver : Il se conserve à température ambiante , dans un espace frais et aéré pendant plusieurs semaines .

    Bien le déguster : Le coing se déguste uniquement cuit , d'autant plus que sa chair est très dure . Consommez le en confiture , en compote , en pâte , en gelée ou dans des gâteaux .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien la choisir : La figue de barbarie doit être souple . A maturité , elle prend le plus souvent une couleur orangée .

    Bien la conserver : Gardez-la dans le bac à légumes de votre réfrigérateur pendant deux à trois jours

    Bien la déguster : La figue de barbarie se consomme le p lus souvent nature afin de bien profiter de sa saveur unique . Avec un couteau d'office, coupez-la en deux et dégustez-la .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien le choisir : Le gingembre doit avoir une racine bien ferme , d'une couleur brun clair . Sa chair doit être jaune pâle , juteuse et très odorante .

    Bien le conserver : Le gingembre frais se conserve au réfrigérateur 2 ou 3 semaines . Ne le peler qu'au moment de l'utiliser.

    Bien le déguster : Il peut se consommer en poudre ou confit dans du sucre . Frais , on l'utilise râpé ou haché dans les soupes ou différents plats . En poudre , il s'apprête bien dans des pâtisseries .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien la choisir : La grenade doit être lourde , signe que sa pulpe sera juteuse . So écorce doit être lisse , brillante et non desséchée .

    Bien la conserver : Elle se conserve pendant au moins 10 jours à l'air libre .

    Bien la déguster : La grenade se consomme presque toujours crue . Après l'avoir épluchée en cinq minutes à peine , vous pourrez la déguster . Elle se consomme également en jus ou dans vos plats salées ou sucrées  .

    Les fruits exotiques (3)

    Bien le choisir : L'igname doit être ferme à la peau saine et sans zone molle .

    Bien le conserver : Comme la pomme de terre , l'igname se conserve dans un endroit sec .

    Bien le déguster : Il peut être dégusté ; cuit à la vapeur , braisé ou en frite .

     


    1 commentaire
  • Voici La suite des  conseils des magasins Tonus pour  bien les choisir, les conserver et les déguster ?

    Les fruits exotiques (2)

    Bien le choisir : Le litchi doit être dur et son écorce intacte. Lorsqu'il est à maturité le litchi présente une peau rose .

    Bien le conserver : Il se conserve au frais dans le bac à légumes du réfrigérateur pendant 15 jours .mais dès qu'il passe plus de deux jours à l'air ambiant , son écorce brunit . 

    Bien le déguster: Le litchi se déguste principalement cru. Cependant , il se cuisine et agrémente de nombreux plats .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien la choisir : La main de bouddha , et une variété de cédrat .Le fruit doit avoir une couleur bien jaune .Sa peau est épaisse .

    Bien la conserver : En raison d'une pulpe très réduite , voir inexistante , le fruit se conserve longtemps .

    Bien la déguster : La main de bouddha ne possède pas de pulpe ni de jus , on se sert que de son zeste très épais , peu acide , doux et très goûteux . Il est consommé cuit, en confiture , en gelée , confit ou en liqueur .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien la choisir : La mangue doit être souple au toucher. Ne pas se fier à sa couleur qui diffère selon les variétés .

    Bien la conserver : Mûre , la mangue doit être consommée rapidement pour lui conserver ses formidables qualités gustatives .

    Bien la déguster : La mangue se consomme crue ou cuite , seule ou associée à d'autres fruits et d'autres saveurs . La mangue se cuisine selon vos envies .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien le choisir : le physalis doit avoir la base parfaitement sèche et bien enveloppé dans sa gaine , non flétri .

    Bien le conserver : Il se conserve très bien entouré de son calice , à l'air ambiant pendant trois à quatre mois .

    Bien le déguster : Le physalis se prépare en moins de cinq minutes et se déguste souvent cru et nature. Vous pouvez l'accommoder facilement , en accompagnement de os plats ou en mignardises .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien la choisir : La pitaya doit avoir une belle couleur . Les écailles ne doivent pas être sèchent .

    Bien la conserver : Elle doit être conservée dan le bac à légumes du réfrigérateur . Lorsqu'elle n'est pas mûre, elle se conserve deux semaines .

    Bien la déguster : On peut la déguster crue , bien fraîche à la petite cuillère , en salade de fruits ou en infusion .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien le choisir : Le pomelos chinois doit être ferme , brillant et bien lourd . Ne vous fiez pas à la couleur de son écorce qui n'influe en rien sur sa maturité .

    Bien le conserver : 0 température ambiante , il se conserve au moins une semaine . Dans le bac à légumes du réfrigérateur , il se conserve davantage .

    Bien le déguster : Le pomelos de Chine offre de multiples utilisations : en entrée , en dessert ou en accompagnement . Le plus couramment , il est dégusté nature , frais coupé en deux .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien le choisir : Eviter de choisir un ramboutan au duvet noirci, signe de maturité importante .

    Bien le conserver : Il peut se conserver à température ambiante sans accès direct au soleil ou jusqu'à deux semaines dans le réfrigérateur.

    Bien le déguster : Le ramboutan se déguste frais ou séché . Son noyau est comestible et peut être consommé en même temps que la pulpe ou à part . Son goût s'apparente à celui du raisin .

    Les fruits exotiques (2)

    Bien le choisir : Le tamarillo doit être bien rouge , lisse et souple au toucher .

    Bien le conserver : Il se conserve à température ambiante jusqu'à être mûr . Il peut également être conservé au réfrigérateur une semaine .

    Bien le déguster : Le tamarillo se cuisine comme une tomate . Il peut se déguster aussi bien cru (à la petite cuillère ouvert en deux ) que cuit .

     

     


    votre commentaire
  • Voici quelques conseils des magasins Tonus pour  bien les choisir, les conserver et les déguster ?

    Les fruits exotiques

    Bien le choisir : Le Combava est un fruit rond et légèrement aplati aux pôles . Sa peau est grumeleuse , épaisse et d'une teinte verte profonde. Sa pulpe est très acide .

    Bien le conserver : il se conserve à température ambiante ou dans le bac à fruits du réfrigérateur .

    Bien le déguster : Très acide, la chair du Combava se consomme rarement .En revanche, son zeste est très utilisé en cuisine pour parfumer de nombreux plats sucrés ou salés ou encore pour des cocktails et sauces .

    Les fruits exotiques

    Bien le choisir : Le fruit de la passion peut être de couleur jaune, orangée ou brune selon les variétés . Plus sa peau est fripée et bosselée plus il est mûr, savoureux en jus.

    Bien le conserver : Il se conserve soit à l'air libre ou soit dans le bac à fruits du réfrigérateur.

    Bien le déguster : Le fruit de la passion se consomme toujours cru puisqu'il supporte mal la cuisson . Coupez-le en deux et déguster l'intérieur du fruit à l'aide d'une petite cuillère .

    Les fruits exotiques

    Bien la choisir : La goyave doit être bien lisse, tendre au toucher mais pas molle .Sa peau ne doit pas être meurtrie ni trop tachée .

    Bien la conserver : A température ambiante, si elle n'est pas mûre à point. La goyave est très fragile et ne doit jamais passer plus de deux jours dans le bac à fruits du réfrigérateur .

    Bien la déguster : Elle se déguste nature ( toujours pelée et épépinée ) en coulis , en mousse, en sorbets ou dans une salade de fruits .

    Les fruits exotiques

    Bien la choisir : La grenadille se choisit lourde . Comme le fruit de la passion, elle est mûre lorsque sa peau est légèrement fripée .

    Bien la conserver :  De préférence dans le casier à œufs du réfrigérateur . Sous son écorce , la grenadille se conserve longtemps .

    Bien la déguster : Coupez le fruit en deux et extraire sa chair juteuse à la cuillère . Elle se mange avec toutes les graines noires qu'elle renferme .

    Les fruits exotiques

    Bien le choisir : Le kiwano doit être vert marbré et panaché devenant jaune puis orange à maturité .

    Bien le conserver : Il peut se conserver jusqu'à 2 semaines à température ambiante . Ne pas le mettre au réfrigérateur car il craint le froid .

    Bien le déguster : Le kiwano se consomme cru à la façon d'un concombre dont il a la saveur . Il est aussi dégusté dans les salades de fruits , les smoothies ou les sorbets .

    Les fruits exotiques (1)

    Bien le choisir : Le kumquat se choisit ferme, bien brillant et sans taches .

    Bien le conserver : Il se conserve au réfrigérateur dans le bac à fruits mais pas trop longtemps . Plus le fruit est mûr moins il sera acide .

    Bien le déguster :  Le kumquat se déguste nature (avec ou sans la peau) , incorporé dans une salade composée ou dans une salade de fruits . En fruit confit, en pâte de fruit , en confiture ou en compote.

    Les fruits exotiques (1)

    Bien le choisir : Le limequat est un petit fruit rond et ovale de couleur vert puis jaune à maturité .

    Bien le conserver : Il se conserve comme un citron, à température ambiante dans la cuisine .

    Bien le déguster : Le limequat se déguste cru, confit à la façon des kumquats .,Sa peau est légèrement sucrée alors que sa pulpe est acide et juteuse . A utiliser et consommer comme un citron .


    1 commentaire
  • Peu connu des consommateurs , peut-être parce qu'il a la particularité de ne pas se consommer cru, le coing est un fruit délicieux fort intéressant sur le plan nutritionnel .

    Le coing

    Issu du cognassier , un petit arbre de 4 à 6 mètres de haut appartenant à la famille des rosacées , comme le prunier , le pommier ou le cerisier , le coing a une spécificité : contrairement aux autres fruits, il se consomme uniquement cuit . D'une part , pour attendrir ses fibres et donc sa chair , d'autre part , pour éliminer les tannins et l'acide malique responsable de son âpreté , de son astringence et de son acidité quand il est cru .

    Il est source d'antioxydants

    Selon une étude parue en 2009 dans la revue américaine Food and Chemical Toxicology , le coing est bien pourvu en composés phénoliques capable de neutraliser les radicaux libres responsables du vieillissement prématuré des cellules . Or ces phénols résistent bien à la chaleur , ce qui permet à ce fruit de conserver un grand intérêt antioxydants malgré sa nécessaire cuisson .

    Il diminue les taux de cholestérol et de glucose sanguin

    Sa richesse en pectines (fibres solubles) favorise la baisse du cholestérol , en ralentissant son absorption au niveau intestinal et en augmentant son élimination. Une étude parue en 2012 dans l'Européan Journal of Nutrition a confirmé qu'en consommant 6 g de pectines par jour (soit trois ou quatre coings) pendant trois semaines , on diminuait d'environ 6 à 7% le taux de cholestérol LDL . De plus , grâce au gel qu'elles formes dans l'intestin , les pectines freinent l'absorption du glucose dans le sang et évitent les pics d'insuline liés à la consommation de lucides. Ce faisant , le coing participe à la prévention des maladies cardio-vasculaires , du diabète et de l'obésité .

    il est l'allié des régimes minceurs

    Très peu calorique avec ses 57 kcal /100 g , le coing renferme également beaucoup d'eau (84 g / 100 g ) . Surtout ses fibres ( 6,4 g ) gonflent comme une éponge au niveau de l'estomac , apportant ainsi une sensation de satiété . Idéal quand on souhaite diminuer ses apports alimentaires sans pour autant se sentir affamé . Enfin, ce fruit est riche en potassium (200 mg/100g), qui permet de lutter conte la rétention d'eau , et en magnésium , qui participe à la relaxation et limiterait ainsi les excès de boulimie liés au stress .

    Il contribue à prévenir le cancer

    Son abondance en tanins (70 mg/100 g) et en fibres insolubles ( cellulose , lignine ) permettrait de réduire la concentration et la stagnation dans le tube digestif de substances  potentiellement cancérigènes comme certains additifs, l'alcool , les amines aromatiques hétérocycliques et/ou les hydrocarbures aromatiques polycycliques produits par la cuisson des viandes à haute température . Selon une étude portugaise parue en 2010 dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, les fibres limiteraient aussi la prolifération des cellules cancéreuses .  

    Il régule le transit

    C'est sans doute la propriété qu'on lui connaît le plus . En effet , le coing est riche en tanins , qui ralentissent le péristaltisme intestinal ( contractions de l'intestin nécessaire à la progression des matières fécales) , et en pectines , capables de retenir une grande quantité d'eau . Deux actions qui concourent à atténuer la diarrhée . De plus , en raison de leur effet astringent qui resserre les tissus , ses tanins jouent un rôle protecteur sur la muqueuse intestinale , limitant ainsi le risque d'infections par des virus ( rota virus, norovirus ...) ou des bactéries (salmonelles, campylobacter, Escherichia coli ... ) .

    Le petit plus

    Comment le choisir ? Lors de l'achat , optez pour un fruit charnu et ferme avec une peau partiellement jaune . S'il n'est pas totalement mûr , laissez-le quelques jours à température ambiante . Sa peau , recouverte d'un fin duvet , devient alors bien jaune et il dégage un parfum agréable. Mieux vaut éviter lors de le mettre au réfrigérateur , car cette odeur assez forte risquerait de gagner les autres aliments . Côté préparation , le coing se consomme chez nous surtout en gelée , en pâté ou en compote , alors qu'il est davantage cuisiné dans des plats mijotés en Europe de l'Est , au Proche Orient, et en Afrique du Nord . Attention , une fois pelée , pensez à l'arroser de jus de citron afin qu'il ne noircisse pas.( source : Femina : Merci à Virginie Grandjean-Ceccon , diététicienne)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique