• Facilement reconnaissable avec son joli chapeau en dentelle , ce champignon sauvage aux saveurs subtiles ne se déguste que jusqu'en juin .

    La morille

    Consommée juste après la cueillette , la morille gardes ses qualités gustatives et nutritionnelles .

    En mode camouflage

    les Romains la consommaient déjà dans l'Antiquité, comme condiment . Au Moyen-Age et à la Renaissance , la morille était très recherchée . Aujourd'hui , elle est le champignon le plus prisé des amateurs . Mais c'est une sauvage ! Sous les climats tempérés , pour la débusquer , il faut explorer les zones sablonneuses et boisées , à l'ombre des ormes ou des frênes , sur des terrains irréguliers . En France , on la trouve surtout dans l'Est , en Corrèze et dans le Périgord .

    Chouchoutez-la

    deux variétés de morilles sont plus savoureuses que les autres . Rondes , avec des alvéoles bien ouvertes, la morille blonde et creuse, son pied est court et sa chair fragile . La morille conique , pointue , a une teinte plus sombre , voire noire , et ses alvéole sont marquées . Les grands chefs la plébiscitent .

    Lorsque vous l'achetez , choisissez-la propre, sans trous qui pourraient signaler la présence de vers . Les bordures ne doivent être ni sèches ni mouillées .Mieux vaut consommer les morilles juste après la cueillette . Sinon , conservez-les au maximum deux jours dans un endroit frais et sec , mais pas au réfrigérateur . Passez-les rapidement sous l'eau froide afin d'éliminer le sable , puis épongez-les sur le champ avec du papier absorbant . Si vous désirez les déguster plus tard ,conservez-les dans un bocal d'huile d'olive ou faites-les sécher au four à basse température .

    Pleines de protéines et de vitamines

    Attention : la morille crue est toxique et le demeure si sa cuisson n'est pas assez longue .Elle doit mijoter au minimum 15 mn . Vous pouvez la faire suer à feu doux avant de la poêler , afin qu'elle libère son eau . Mais sautée à feu vif , elle reste délicieuse et conserve ses parfums . Elle se marie à merveille avec de la crème , qui développe ses arômes subtils . Un régal dont on aurait tort de se priver ; très peu calorique , riche en fibres douces , elle facilite le transit . Ses petites alvéoles regorgent de protéines , de potassium , de fer et de sélénium . Côté vitamines , elle n'est pas en reste ; vitamine B  , vitamine E antioxydante et  vitamines D, nécessaire pour le bon développement du squelette . Vous pouvez la consommer fraîche jusqu'en juin . Après il faudra la déguster sèche .

    Le petit plus

    Lorsque vous découvrez un beau gisement de morilles , veillez à ne pas trop le piétiner , car l'année suivante , la récolte pourrait nettement diminuer . Laissez également quelques morilles matures bien cachées pour assurer une belle reproduction . Enfin , veillez à ne pas confondre les morilles avec les gyromitres qui , bien que consommées peuvent parfois être mortelles . Les intoxications sont aléatoires et , de ce fait peuvent toucher n'importe qui . Si vous décidez d'en manger , surtout n'en donnez jamais à un enfant . faites-les cuire longuement et jetez impérativement l'eau de cuisson .

    Ces champignons sont parfois vendus sur les marchés sous l'appellation << morille ronde >> , mais cette dénomination est inte1991e en France depuis 1991 . La prudence s'impose !

    Pour savoir comment et où trouver des morilles :   http://www.mycologique.com


    votre commentaire
  • Nom scientifique : Colocasia esculenta .

    Le taro

    Famille : Aracées .

    Autres noms : Saonjo , dachine , chou de Caraïbe, macabo , coborée , madére , songe , arouille violette .

    Origine :  Extrême Orient .

    Production :  Un peu partout (il nourrit 400 millions de personne dans le monde !) .

    Aspect de la plante :  Rhizomateuse à tubercules , c'est une vivace des zones tropicales humides , aux grandes feuilles portées sur de longs pétioles . Le rhizome peut atteindre 70 cm par 60 cm de large .

    Dégustation :  il est cultivé pour son rhizome riche en amidon . Ses tubercules s'utilisent de la même façon que la pomme de terre , cuits, bouillis ou frits .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Le taro est cultivé traditionnellement en culture de "cases" ( des trous) . 0 la fin du printemps , on plante des boutures ( 3 par case) ou des petits tubercules secondaires ( 2 par case , enterrés à 5 -10cm de profondeur ), à trouver dans des épiceries exotiques . La récolte peut s'effectuer dès que les feuilles les plus âgées dépérissent , 5 à 7mois après la plantation .

     


    votre commentaire
  • Peu calorique, ce petit fruit charnu se déguste du printemps à l'automne .

    La  fraise

    Quand elles font leur apparition sur nos étals , c'est que le printemps est bel et bien là. 

    Ce plaisir en forme de cœur est un vrai délice et fait l'unanimité .

    Un régal depuis 3 millions d'années

    Déjà à la préhistoire , les hommes se délectaient de ces fruits issus de fraisiers sauvages . Les Romains les appréciaient beaucoup et en faisaient même des masques de beauté ! Les premières fraises mises en culture remontent au XIVe siècle ; elles étaient alors très parfumées mais de petit calibre . C'est vraisemblablement le navigateur Jacques Cartier qui introduisit en France le fraisier écarlate au XVIe siècle  Deux siècles plus tard , l'explorateur Amédée François Fraisier rapporta des plants de fraises blanches du Chili . Leur hybridation spontanée est à l'origine de nos variétés actuelles .

    Délicate et subtile

    Etonnant ! La partie rouge et charnue n'est en fait pas un fruit ; ce n'est que le réceptacle de la fleur . Les fruits sont les petite graines , les akènes , réparties sur toute la surface de la fraise . Choisissez-les de couleur uniforme , bien brillantes , avec une collerette et un pédoncule d'un vert franc . Conservez-les entières et non équeutées , deux jours au maximum dans le bac de votre réfrigérateur . Afin de savourer tous les arômes sortez-les vingt minutes avant de les consommer .

    Le parfait équilibre de la fraise entre saveurs sucrée et acidulée lui permet toutes les fantaisies .Tout simplement trempée dans un peu de sucre ou de crème fouettée , c'est un délice ! Dans une salade de fruits , le basilic , la menthe et pourquoi pas le poivre , exhalent ses parfums . Si vous la cuisez pour un coulis ou pour des confitures , optez pour une température douce .

    Les fraises s'accommodent aussi en plat salé , par exemple poêlées avec un trait d'huile d'olive , de vinaigre balsamique et assaisonnées de poivre et de basilic . Un vrai régal sur une salade !

    Gorgée de vitamines

    Composées à près de 90% d'eau , la fraise ne contient pratiquement pas de lipides , ni de protéines et très peu de glucides . Elle est donc un fruit peu calorique . Très riche en vitamine C , elle apporte également des vitamines A et B . Elle contient des flavonoïdes , antioxydants qui lui donnent sa couleur rouge . Même si sa teneur en minéraux est faible , elle apporte cependant du fer , du potassium , du cuivre et du zinc . Elle est , de plus riche en fibres . Un aliment bon pour la santé , dont on aurait bien tort de se priver !

    Le petit plus

    Les 500 producteurs de fraises réunis au sein de l'association d'organisations de producteurs nationale , assurent près de 40 % de la production française . plusieurs variétés goûteuses régalent les gourmets du printemps à l'automne .

    La gariguette , qui a 40 cette année , fine, savoureuse et fondante , arrive en mars et quitte nos étals mi-juin .

    La ciflorette , la plus sucrée et parfumée , est disponible de mars à juillet .

    La charlotte , à l'agréable parfum de fraise des bois , est présente de mars à octobre

    Les fraises rondes ( mara des bois, Cléry ...) , fondantes et très goûteuses , sont plus tardives et se dégustent de mi-mars jusqu'au début du mois de novembre .

    A noter :

    La  fraise


    2 commentaires
  • Nom scientifique : Physalis alkekengi

    Le physalis

    Famille : Solanacées .

    Autres noms : Amour en cage, cerise de terre , coqueret du Pérou , groseille du cap, lanterne chinoise .

    Origine : Pérou et Chili .

    Production : Colombie, Pérou, Chili, France .

    Aspect de la plante : Herbacée , elle porte le long de ses tiges érigées des fruits-baies emprisonnés de feuilles parcheminées rougissantes qui forment une lanterne .

    Dégustation : Son goût est relativement douceâtre , évoquant celui de la groseille à maquereau . Il peut être consommé cru ou cuit . On en fait des confitures ou des sauces avec des piments et de l'oignon .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Le physalis ne vous posera aucun problème particulier au départ . Le semis se fait en pleine terre dés la fin mars , dans un coin de mi- ombre ou de plein soleil , avec enfouissement léger des graines . Récolte assurée dès la fin août ... et problèmes qui commencent . Car cette plante vivace , comme la menthe , à la fâcheuse habitude de s'étendre outrageusement .

     

     


    1 commentaire
  • Nom scientifique :  Mangifera indica .

    La mangue

    Famille :  Anacardiacées .

    Autre nom :  Sein de la mère .

    Origine :  Inde .

    Production :  Un peu partout dans les pays tropicaux secs .

    Aspect de la plante :  Le manguier est un arbre des régions tropicales au feuillage persistant dense et vert foncé .Les fruits présentent une écorce allant du vert au rouge

    Dégustation : La chair, jaune foncé, est parfois filandreuse , avec un goût de pêche et de fleur . Excellente nature , dans les salades ou en coulis , elle peut aussi accompagner les viandes blanches .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Comme pour le litchi , vous aurez peu de chance de récolter des mangues chez vous ... Mais vous pouvez faire pousser une belle plante d'intérieur avec l'amande du noyau ; placée dans un pot à 2 ou 3 cm de profondeur , mise dans un endroit éclairé et près d'une source de chaleur , elle mettra tout de même plusieurs semaines à germer .


    1 commentaire
  • Nom scientifique : Ipomoea batatas

    La noix de coco

    Famille :  Convolvulacées .

    Autres noms :  Batate , truffe douce , artichaut des indes .

    Origine :  Amérique du Sud  .

    Production : Egypte, Israël , Espagne, Afrique du Sud .

    Aspect de la plante : De la même famille que le liseron , cette grimpante-rampante peut atteindre 3 m de long . Il existe deux variétés , l'une à peau brune et chair blanche , l'autre à peau rose et chair orangée .

    Dégustation :  Globalement , elle s'apprête comme la pomme de terre . Mais sa chair , douce et plus ou moins sucrée selon les variétés , se prête aussi très bien à la confection de gâteaux .

    Comment la cultiver chez soi ?

    Rustique et vigoureuse , elle se contente d'n vase à col étroit , rempli d'eau du robinet , pour développer de véritables lianes . Un tiers au moins de la patate doit baigner dans l'eau . Dès qu'elle aura mis des tiges , il faudra la nourrir une fois par mois avec de l'engrais liquide riche en azote .Placez-la ensuite en terre , avec des tuteurs .


    1 commentaire
  • Nom scientifique : Fortunella Margarita .

    Le kumquat

    Famille : Rutacées .

    Autres noms : Chin chu , Kunnkann .

    Origine :  Chine .

    Production :  Corse, Sicile, Afrique du nord , Israël , Brésil .

    Aspect de la plante :  Cet arbuste , aux fleurs blanches et aux feuilles aromatiques, poussant très bien en pot , porte des fruits miniatures , sortes d'oranges naines , rondes ou ovales selon les variétés .

    Dégustation :  L'écorce du fruit contrairement à celle des autres agrumes , se mange , elle est même plus sucrée que la chair . A   découvrir confit ou en accompagnement de volaille .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Compliqué à obtenir par semis , le kumquat s'entretient à l'inverse très facilement en pot et peut vivre de nombreuses années .Placé dans une terre un peu acide , il apprécie la lumière mais pas le soleil direct . Du printemps à l'automne , il sera au chaud , en étant nourri une fois par semaine . En hiver , il sera placé dans une pièce éclairée mais non chauffée .

     


    votre commentaire
  • Nom scientifique : Actinidia Sinensis

    Le kiwi

    Famille : Dillenacées .

    Autres noms :  Souris végétale , groseille de Chine , la plante qui le porte s'appelle l'actinidia .

    Origine :  Chine .

    Production :  Nouvelle-Zélande, Californie , sud de l'Europe .

    Aspect de la plante : Cette plante vivace est une liane . Elle est dioïque , il existe donc des pieds mâles et des pieds femelles . Ses fruits sont des baies , à la chair verte " camouflée" sous une peau brune et poilue .

    Dégustation :  Groseille ou raisin ? Son goût est en tout cas très fruité, surtout quand il est mûr à point , ni trop acide , ni éthéré . Il contient cinq fois plus de vitamine C que le citron .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Le semis étant assez difficile , vous planterez plutôt un pied ( voire deux , un mâle et une femelle, pour avoir une fécondation ) au début de l'automne ou au printemps . L'actinidia étant une liane , il faut l'attacher au fur et à mesure de sa pousse , sur une treille ou contre un mur exposé plein ouest . Résistant à nos climats , il déteste par contre les sols calcaires .

     


    votre commentaire
  • Nom scientifique : Diospyros Kaki .

    Le kaki

    Famille : Ebénacée .

    Autres noms : Plaquemine , persimmon , figue caque .

    Origine : Chine, Japon .

    Production : Israël , Italie, Espagne , Corse, (d'octobre à avril ) .

    Aspect de la plante :  Imaginez une grosse tomate à la peau lisse , un peu plus fine , dont la chair serait d'un orangé vif et brillant : Ce fruit pousse sur le plaqueminier qui peut atteindre 15 m de haut .

    Dégustation : Sa texture évoque une gelée parfumée à l'abricot , même s'il peut se croquer comme une pomme . On peut le consommer nature , en compote, en crème, en gâteau ou confit .

    Comment le cultiver chez soi ?

    Pas de problème pour avoir un plaqueminier chez vous , cet arbre se vend en pépinière et se plante selon les règles de l'art valables pour tout arbre . Si vous habitez au nord de la Loire , vous aurez par contre plus de difficultés pour avoir de bons kakis , les fruits mûrissant tard dans la saison et ayant besoin de soleil pour devenir décolorés , presque mous .

    Le kaki


    1 commentaire
  •  

      Il existe des centaines de variétés d’ignames, mais seulement quelques-unes d’entre elles sont comestibles .

    Les bienfaits de l'igname

    L’igname entière, telle que consommée, a fait l’objet de peu de recherches, malgré les quelques propriétés médicinales qui lui sont attribuées. De plus, la majorité des études ont été faites sur des animaux. Plus d’études devront être faites sur des humains pour savoir si les différents résultats peuvent s’appliquer à eux. 


    Lipides sanguins.

    Une étude réalisée chez des femmes a démontré que la consommation quotidienne de près de 400 g d’igname (environ 5 portions), pendant 30 jours, diminuait le cholestérol sanguin total, mais n’avait pas d’effet sur le cholestérol LDL et HDL. Les chercheurs croient que les fibres, les stérols ou l’action combinée de ces composés de l’igname diminueraient l’absorption des gras dans l’intestin.
     
     Chez des animaux, une étude a démontré qu’en remplaçant une partie de l’amidon alimentaire par de l’igname crue, on diminuait le cholestérol total et le cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol), mais également le cholestérol HDL ou « bon » cholestérol (ce dernier effet étant non souhaitable). Selon une autre étude, l’ajout d’un composé retrouvé dans l’igname, la diosgénine, à la diète des animaux, aurait des bienfaits sur les lipides sanguins (cholestérol et triglycérides15) et diminuerait aussi le stress oxydatif .


     Tension artérielle.

    Une protéine extraite de l’igname a démontré in vitro un potentiel de réduction de la tension. Chez des rats hypertendus, la consommation d’igname, tant sous forme liquide qu’en poudre, diminuerait aussi la tension artérielle .


     Troubles cognitifs.

    Chez l’animal, l’ingestion d’igname aurait des effets bénéfiques sur les troubles cognitifs. Grâce à ses propriétés anti oxydantes, l’igname agirait sur le cerveau des souris et améliorerait leurs habiletés reliées à l’apprentissage et à la mémoire .


     Diabète.

    Une étude menée chez des rats a démontré que la consommation de poudre d’igname durant le repas contribuait à un meilleur contrôle des concentrations de glucose et d’insuline. 


    Protection du foie et des reins.

    Une étude a démontré qu’un extrait d’igname crue, ajouté à la ration de rongeurs, permettait de protéger le foie et les reins contre les dommages causés par de fortes doses d’acétaminophène  ou d’alcool . Une autre étude a indiqué que la poudre d’igname, administrée à des rats, permettait de protéger le foie contre la fibrose hépatique  (une maladie caractérisée par la formation de plaques fibreuses au foie, pouvant mener à la cirrhose ou à l’insuffisance hépatique). Toutefois, d’autres études ont montré que des extraits d’igname pouvaient induire une fibrose rénale ou hépatique chez l’animal .


     Symptômes de la ménopause.

    Traditionnellement, l’igname est utilisée pour traiter certains symptômes de la ménopause. Malgré des essais fructueux chez l’animal, chez l’humain, la prise de suppléments d’igname n’a pas confirmé cet effet  . La consommation d’igname ne peut donc pas être recommandée pour diminuer les bouffées de chaleur, ni les autres symptômes de la ménopause.

    Que contient l’igname ?

    Bien qu’il soit considéré avant tout comme une source de glucides (sucres), ce légume contient plusieurs vitamines et minéraux importants, de même que des protéines.

    Antioxydants :  L’igname possède des propriétés antioxydantes que l’on attribue en partie aux composés phénoliques qu’elle contient. Ceux-ci seraient plus abondants dans l’igname crue que dans l’igname bouillie ou frite. La capacité antioxydante de l’igname diffère selon chaque variété. La dioscorine est l’une des protéines les plus abondantes dans l’igname et aussi la plus étudiée quant à son potentiel antioxydant. De plus, elle pourrait jouer un rôle important dans l’effet hypotenseur d’un extrait d’igname en inhibant un enzyme qui participe à la régulation de la tension artérielle.

    Diosgénine : À la lumière des données obtenues chez l’animal, l’effet hypocholestérolémiant de l’igname serait en partie dû à la présence de diosgénine. Ce composé participerait aussi à l'action oestrogénique constatée chez l’animal. Par contre, selon les chercheurs, les composés oestrogéniques de l’igname ne seraient pas suffisamment actifs dans l’organisme et seule une consommation de très grandes quantités d’igname crue pourrait amener une activité oestrogénique. De plus, il semble que l’activité oestrogénique de l’igname diffère d’une plante à l’autre et selon la variété.

    Vitamines et minéraux principaux

    L’igname est une source de:

               vitamine B1. (thiamine)        Vitamine B6 (pyridoxine)           Vitamine C

                       Cuivre            Manganèse        Phosphore        Potassium
     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique