• Contre les méningites et septicémies à méningocoque C , il existe un vaccin efficace .

    La méningite

    Qu'est-ce que les infections à méningocoque ?

    Les infections à méningocoques sont dues à des bactéries qui peuvent être présentes dans la gorge , sans pour autant rendre malade . Il existe plusieurs sortes de méningocoque ; A, B, C , W et Y . Ils se transmettent par la toux , les postillons, la salive . Dans certains cas , ces bactéries peuvent provoquer une infection grave t parfois mortelle ou laisser des séquelles si elle n'est pas soignée très vite .

    Les formes les plus graves des infections à méningocoque sont ;

    Les méningites : infections du liquide et des membranes (méninges) qui enveloppent le cerveau .

    Les septicémies : infections généralisées par le méningocoque ; des taches violacées peuvent apparaître sur la peau (un purpura) et l'état de santé s'aggrave très vite .

    Les infections graves   à méningocoques C surviennent le plus souvent chez les jeunes enfants , les adolescents et les jeunes adultes non vaccinés .

    Jusqu'à quel âge peut-on se faire vacciner ?

    En France , la vaccination contre les infections à méningocoques C  est recommandée dès l'âge de 1 an jusqu'à l'âge de 24 ans inclus .

    Les adolescents et adultes jusqu'à 24 ans inclus peuvent se faire vacciner contre le méningocoque C s'ils n'ont pas encore été vaccinés .

    Les adultes - sans limite d'âge - ayant été en contact étroit avec une personne présentant une méningite à méningocoque C  et en complément d'un traitement médical .

    Comment se faire vacciner ?

    Une injection suffit . Il n'y a pas de contre-indication , en dehors des allergies très rares , connues aux composants du vaccins . L'injections peut être réalisée le même jour qu'un autre vaccin .

    jusqu'à l'âge de 24 ans , une seule injection suffit pour être protégé contre le méningocoque C .

    Quels sont les effets secondaires ?

    Dans la majorité des cas , le vaccin est bien toléré après la vaccination contre le méningocoque C . Parmi les effets les plus fréquents , on peut observer une douleur ou une rougeur au point de piqûre , une fièvre passagère , des maux de tête .

    Le vaccin est-il remboursé ?

    L'assurance maladie rembourse à 65 % le vaccin contre les infections à méningocoque C , sur ordonnance du médecin jusqu'à l'âge de 24 ans inclus . Les mutuelles remboursent généralement la différence .

    Qui peut vacciner ?

    Comme tous les vaccins , les médecins , les sages-femmes (pour leurs patientes) , les infirmières sur prescriptions médicales peuvent vacciner .

    Où se faire vacciner ?

    Chez un médecin , à l'hôpital ou dans un centre de vaccination .

    Ce qu'il fut savoir  en résumé

    Un vaccin efficace

    La vaccination contre le méningocoque C protège contre les méningites et les septicémies à méningocoque C .

    Un vaccin nécessaire

    Chez l'adulte non vacciné jusqu'à 24 ans inclus .

    Un vaccin simple

    1 seule injection suffit . Il n'y a pas besoin de rappel .

    Un vaccin sans danger

    Les réactions sont peu fréquentes et non graves .

    Un vaccin remboursé

    L'assurance maladie rembourse le vaccin à65 % chez l'adulte jusqu'à 24 ans inclus .

    Une question , un conseil ? Parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

     

     


    votre commentaire
  • La coqueluche

    Qu'est-ce que la coqueluche ?

    la coqueluche est une infection respiratoire due à une bactérie . Elle est très contagieuse et se transmet par la toux des personnes infectées . Elle provoque des quintes de toux fréquentes qui peuvent se prolonger pendant plusieurs semaines .Les formes graves de coqueluche surviennent chez certaines personnes fragiles , surtout les nourrissons de moins de six mois , chez qui elles nécessitent souvent l'hospitalisation et peuvent entraîner le décès .

    Qui doit être vacciné ?

    Les nourrissons , les enfants de 6 à 11 ans et tous les enfants qui n'ont pas encore eu leur rappel en même temps que les autres vaccins recommandés .

    Les adultes à l'âge de 25 ans avec un rattrapage possible jusqu'à l'âge de 39 ans inclus .

    Les adultes quelques soient leur âge , pouvant être en contact étroit et prolongé avec un nourrisson .

    L'entourage des femmes enceintes et du nourrisson , conjoint, jeunes adultes vivant au foyer , grands-parents, frères et sœurs ( du nourrisson ), etc.  

    Les personnels soignants , y compris les étudiants des filières médicales et paramédicales , les professionnels de la petite enfance , les assistantes maternelles .

    Les rappels sont recommandés à l'âge de 25 , 45 et 65 ans

    Toutes les personnes en contact avec un cas de coqueluche .

    Contre la coqueluche il existe un vaccin efficace .

    L'efficacité du vaccin n'est pas définitive , c'est pourquoi les rappels de vaccins sont nécessaires .

    Le vaccin de la coqueluche est toujours associé à d'autres vaccins .

    Quels sont les effets secondaires ?

    Dans la majorité des cas , le vaccin est bien toléré.

    Après la vaccination contre la coqueluche , les effets les plus fréquents , sont une douleur , une rougeur au point de la piqûre ou une fièvre passagère .

    Le vaccin est-il remboursé ?

    L'assurance maladie rembourse à 65 % le vaccin contre la coqueluche , sur ordonnance du médecin (ou d'une sage-femme pour leurs patientes) . Les mutuelles remboursent généralement la différence . 

    Qui peut vacciner ?

    Les médecins , les sages-femmes ( pour leurs patientes) et les infirmières sur prescription médicale .

    Où se faire vacciner ?

    Chez un médecin , une sage-femme , à l'hôpital , dans un centre de vaccination , dans un lieu de soin infirmier.

    On appelle <<cocooning >>

    La vaccination de l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois , pour les protéger contre les maladies contagieuses , comme la coqueluche .

    Ce qu'il faut savoir en résumé

    Un vaccin efficace

    La vaccination protège contre la coqueluche et ses formes graves .

    Un vaccin nécessaire

    La vaccination des adultes protège les nourrissons de moins de 6 mois .

    Un vaccin simple

    Il est fait dans la même injection que les autres rappels recommandés (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite ) .

    Un vaccin sans danger

    Les réactions sont peu fréquentes et ne sont pas graves

    Un vaccin remboursé

    L'assurance maladie rembourse le vaccin à 65 % .

    Une question , un conseil ? Parlez-en à votre médecin , pharmacien ou sage-femme .

     


    2 commentaires
  • Le virus de l'hépatite B

    Le virus de l'hépatite B se transmet par le sang , les relations sexuelles non protégées , ou de la mère au bébé au moment de l'accouchement .

    Ce virus peut provoquer une maladie grave du foie . Un vaccin efficace et sans danger permet d'être protégé contre l'hépatite B

    Cette maladie est très fréquente en Afrique, en Asie, en Europe de l'Est et en Amérique du sud . En France , environ 1500 personnes meurent chaque année d'une cirrhose ou d'un cancer du foie causés par le virus de l'hépatite B . La vaccination contre l'hépatite B est recommandée pour tous les enfants et pour les adultes non vaccinés exposés au risque d'infection au virus de l'hépatite B .

    Quels sont les signes de l'hépatite B ?

    Il peut y avoir une jaunisse , des douleurs au ventre , de la fièvre et une grande fatigue qui peut durer plusieurs semaines . On peut aussi être infecté sans le savoir. La maladie peut guérir toute seule mais elle peut aussi devenir chronique . Dans ce cas-là , il n'y  a aucun signe pendant longtemps mais le virus reste dan le corps . La maladie chronique  peut donner des complications graves comme la cirrhose ou le cancer du foie .

    Qui doit être vacciné avant 16ans ?

    La vaccination est recommandée ;

    Chez tous les nourrissons  dès l'âge de 2 mois

    Chez les enfants et les adolescents qui ne sont pas encore vaccinés jusqu'à l'âge de 15 ans inclus

    Dès la naissance si la mère est porteuse du virus de l'hépatite B

    Qui doit être vacciné après 16 ans ?

    La vaccination est recommandée à toute les personnes qui sont exposées au risque d'infection par le virus de l'hépatite B par exemple .

    Les personnes qui sont nées , qui ont habité ou qui vont voyager dans un pays où la maladie est fréquente

    La famille (qui vit sous le même toit ) d'une personne qui a une hépatite B

    Le partenaire sexuel d'une personne qui a une hépatite B

    Les personnes qui s'injectent des drogues

    Les personnes qui ont des relations sexuelles non protégées

    Les personnes qui sont ou ont été en prison

    Les personnes qui ont certaines maladies chroniques

    La vaccination est obligatoire pour certains métiers . Renseignez-vous auprès de votre médecin . Si vous êtes dans une de ces situations , votre médecin vous fera faire un test de dépistage de l'hépatite B  ( une prise de sang ) avant de vous vacciner .

    Quels sont les effets secondaires ?

    Il fut faire 3 injections (piqûre) pour être vacciné et protégé . Il n'y a pas besoin de rappel .

    Il peut y avoir une douleur , une rougeur ou un petit gonflement à l'endroit de la piqûre .Parfois , il y a une fatigue , quelques maux de tête ou des douleurs dans les articulations qui partent rapidement .

    Suite à de nombreuses études , aucun lien n'a été montré entre la vaccination conte le virus de l'hépatite B et l'apparition d'une sclérose en plaques .

    Le vaccin est-il remboursé ?

    La Sécurité Sociale rembourse le vaccin contre l'hépatite b à 65 % avec une ordonnance . Certaines mutuelles remboursent complétement le vaccin . Il est gratuit dans les centres de vaccination public .

    Où se faire vacciner ?

    Vous pouvez vous faire vacciner par votre médecin généraliste ou par une infirmière avec une ordonnance du médecin . Les sages-femmes peuvent vacciner les jeunes filles et les femmes . On peut également se faire vacciner dans des centres de vaccination (le vaccin est alors gratuit ).

    Ce qu'il faut savoir en résumé

    Un vaccin efficace

    La vaccination est la meilleure protection contre l'hépatite B .

    Un vaccin nécessaire

    L'hépatite b peut devenir chronique avec des complications très graves .

    Un vaccin simple

    trois injections suffisent , il n'y a pas besoin de rappel .

    Un vaccin bien toléré

    Une légère réaction à l'endroit de la piqûre est possible .

    Un vaccin remboursé

    L'Assurance Maladie rembourse le vaccin à 65 % .


    1 commentaire
  •  

    Et si vous souffriez d'une NASH sans le savoir ?

    Quand on parle de cirrhose , on pense aux hépatites virales et à l'alcool . Pourtant , cette maladie peut aussi être due au surpoids et à l'alimentation , et résulter de ce qu'on appelle une Nash  . En voici l'explication.

    On appelle ça le foie gras . Dans l'assiette , c'est appétissant mais , à l'échographie , c'est certainement moins joli . La stéatose -son nom médical- correspond à une accumulation de triglycérides dans le foie . Un phénomène très fréquent puisqu'il concernerait entre 10 et 15 millions de Français! Si , dans 80 % des cas, c'est sans conséquence majeure , 20 % des stéatose s'accompagnent d'une inflammation du foie , autrement dit une hépatite. Non alcoolique ou non virale d'où son acronyme , NASH(non-alcoholic steatohepatitis ) , celle-ci a de nombreuses causes . La première est la résistance à l'insuline , associée au syndrome métabolique , une obésité abdominale qui s'accompagne de diabète ou de pré diabète  et de facteurs de risque cardio-vasculaires (hypertriglycéridémie , hypercholestérolémie  , hypertension artérielle ...) Responsable ; un excès de boissons , mais pas forcément alcoolisées ! La Nash est souvent corrélée à la consommation de sodas sucrés , ce qui explique qu'elle progresse de façon inquiétante chez les enfants ...

    La maladie de NASH

    On la découvre souvent par hasard

    Avoir une Nash n'induit aucun symptôme . Parfois , une fatigue ou des douleurs abdominales peuvent signaler que le foie est malade mais , bien souvent , aucun signe précurseur n'annonce cette hépatite et c'est à l'occasion d'un bilan sanguin de routine qu'une anomalie du fonctionnement hépatique est détectée . Une élévation des transaminases ou des gamma-GT , un taux de ferritine un peu trop haut ? C'est peu être un signal d'alerte . Comment savoir si on est une personne à risque ? <<Il n'existe aucun marqueur fiable de Nash, regrette le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue au CHU Saint- Antoine , à Paris . On fait une échographie , on voit un foie brillant , ce qui indique une stéatose . Mais seule la biopsie hépatique pourra le confirmer .

    Elle peut toucher tout le monde !

    Dans la majorité des cas , les personnes qui  en sont victimes sont en grand surpoids . Mais pas toujours .<<Les formes les plus sévères surviennent principalement chez des sujets qui ont de la graisse abdominale >>, explique le Pr Vlad Ratziu , hépatologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris . Il peut s'agir de personne apparemment en bonne santé , mais qui ont une alimentation pas toujours très saine ! On peut donc tout à fait avoir une Nash sans le savoir . Le plus souvent , la maladie est découverte fortuitement , comme le démontre cette enquête menée u Texas chez des militaires américains qui ne buvaient pas ou peu d'alcool et n'avaient pas d'hépatite virale . Ils ne présentaient pas de risque connu et pourtant ... un sur deux avait une stéatose à l'échographie . <<Ceux qui ont été dépistés ainsi ont alors subi une biopsie du foie . Laquelle a révélé que 13 % de ces sujets sains avaient une Nash , tandis que de 3 à 5 % présentaient déjà un fibrose plus sévère , voire une cirrhose , alors qu'ils se sentaient en parfaite santé ! >>, poursuit le praticien . Une autre étude conduite à la Pitié-Salpêtrière confirme ces données .<< Nous avons sélectionné 1131 patients diabétiques qui ne souffrent d'aucune maladie connue du foie , raconte le Pr Ratziu . La biopsie a montré que 63 d'entre eux avaient des fibroses très sévères , tandis que 4 développaient déjà un cancer du foie .

    Des conséquences parfois dramatiques

    La majorité des Nash ont bénignes . Toutefois , dans 10 à 20% des cas, elles peuvent évoluer vers une cirrhose ou , pis , un cancer du foie . Le phénomène est lent et progressif ... D'abord l'inflammation se développe , se chronicise . Peu à peu ,une fibrose s'installe . C'est elle qui fait le lit de la cirrhose et , éventuellement , du cancer hépatique . Car la Nash peut tuer . D'où la nécessité de ne surtout pas négliger les signes d'alerte et de consulter un hépatologue en cas d'anomalie d'un bilan sanguin ou de <<foie gras >> découvert au hasard d'un échographie abdominale , même si l'on se sent très bien . Hélas , les mentalités changent lentement et de nombreux médecins , y compris parmi les diabétologues et les endocrinologues , continuent de penser qu'une stéatose hépatique , ce n'est pas bien grave ... Ils ignorent que , sur 6 millions d'Américains concernés , 600 000 ont une cirrhose .

    En pratique que faire

    En cas de suspicion de Nash , me médecin dispose d'outils évaluant de façon indirecte le degré de fibrose . Il peut s'agir de tests  sanguins , comme le FibroTest ou le FibroMétre -non remboursés par la sécurité sociale - . Le praticien peut également -à partir d'une analyse de sang qui, elle est remboursée - effectuer un certain nombre de calculs (scores) qui lui permettrons de savoir si vous êtes à risque. Le FibroScan qui mesure l'élasticité du foie au moyen d'une sonde , est également performant ( plus le foie est <<dur>> , plus il est fibreux ), mais nécessite que le patient se rende dans un centre disposant de la machine . Ces outils ne permettent pas de poser un diagnostic , mais ce sont de bons indicateurs de l'état du foie (fibrose, cirrhose...) . Ils aident donc à sélectionner les patients justifiants qu'on fasse une biopsie hépatique .

    Bientôt des traitements

    Reste qu'il n'est pas facile d'identifier une maladie pour laquelle on ne dispose d'aucune solution thérapeutique . Et, pour le moment , c'est malheureusement pas le cas .Le médecin se trouve face à un patient qui s'estime en bonne santé . Il doit , pour confirmer son diagnostic , lui prescrire un examen ,la biopsie , que beaucoup redoutent ... et, en définitive , lui apprendre qu'il n'existe pas de médicament pour soigner sa maladie . Mais , même en l'absence de traitements contre la Nash , il y a des moyens d'agir ; modifier son hygiène de vie, par exemple . Des travaux préliminaires sur des personnes en surpoids et atteintes de la maladie ont montré une amélioration de la stéatose , ainsi qu'une diminution de l'inflammation de la fibrose proportionnelle à la perte de poids . En clair , il faut limiter les apports en sucre ( notamment le fructose) , en graisses saturées et ... se remettre au sport ! Autre espoir ; plusieurs approches pharmacologiques sont actuellement à l'étude . La prise de compléments alimentaires (vitamine E , antioxydants...) semblent améliorer l'état du foie . Et , surtout , deux molécules , toujours en développement , semblent très prometteuses . L'acide obéticholique , un acide biliaire , et l'élafibranor seraient efficaces sur les Nash les plus sévères .<<Ce sont des médicaments intelligents qui ciblent certains processus spécifiques liés à la maladie >>, indique le Pr Serfaty . Enfin , une surveillance rapprochée peut permettre de prévenir le pire , notamment si la Nash évolue en cirrhose . En effet , il est aujourd'hui prouvé que , en cas de cirrhose avérée , la réalisation tous les six mois d'une échographie abdominale associée à la mesure de marqueurs tumoraux permet de réduire la mortalité liée au cancer du foie de 40 % . Car lorsqu'elle est de petite taille et localisée , la tumeur hépatique est accessible à un traitement curatif qui permet d'obtenir une rémission complète er durable .

    Changer de flore , une piste à creuser

    Les scientifiques s'intéressent de plus en plus aux micro-organismes qui peuplent notre système digestif . Qu'il s'agisse de maladies métaboliques , mais aussi d dépression ou d'Alzheimer , ils étudient la possibilité d'un lien entre la flore intestinale et la pathologie . Pour la Nash , c'est une piste de recherche très stimulante; les bactéries transforment certains composés du sucre en toxiques ... On a montré par ailleurs que si on transplantait une nouvelle flore chez un animal , on changeait son profil métabolique !

     

     


    1 commentaire
  • Rhume , herpès, fièvres et douleurs légères , problèmes de transit ...

    Certains maux du quotidien peuvent se soigner sans passer par la case médecin .

    Le point sur les bons réflexes à adopter si vous pratiquez l'automédication .

    S'automédiquer en toute sécurité

    Je demande conseil à mon médecin

    En fonction de vos symptômes et de votre profil , il saura vous conseiller le traitement le mieux adapté .

    J'achète mes médicaments en officine

    Près de chez moi ou sur internet . Seuls les réseaux officiels vous assurent d'obtenir des médicaments de qualité .

    Je ne réutilise jamais un traitement prescrit pour quelqu'un d'autre

    Les médicaments , ça e se partage pas ! Même si vous croyez avoir la même grippe ou la même angine qu'un proche , seul le médecin pourra le confirmer et déterminer un traitement adapté . Ne réutilisez pas non plus les médicaments qu'on vous aurait prescrits par le passé .

    Je rapporte mes médicaments périmés à mon pharmacien

    Il les transmettra au réseau  Cyclamed , qui se chargera de les détruire en toute sécurité . Un médicament périmé risque d'être inefficace , voire dangereux . Pour être sûr de ne pas dépasser la date de péremption , inscrivez-la en gros sur l'emballage et faites régulièrement du tri .

    Je lis toujours la notice attentivement et je respecte la posologie

    Effets indésirables , contre-indications , posologie ...Assurez-vous de prendre votre traitement en parfaite connaissance de cause . Et au moindre effet indésirable , demandez conseil à votre pharmacien .

    Je consulte mon médecin si les symptômes s'aggravent ou persistent

    Au-delà de trois ou quatre jours , ou si vos symptôme augmentent , consultez un médecin pour qu'il trouve le traitement adapté .

    Je redouble de vigilance si je suis en situation de fragilité

    Femmes enceintes , personnes atteintes d'une maladie chronique , personnes âgées, enfants ... Votre organisme est fragilisé. Ne prenez pas de risque ; demandez toujours à votre pharmacien avant de prendre un quelconque traitement . 

    Je range mes médicaments en lieu sûr

    Votre armoire à pharmacie doit se trouver hors de portée des enfants , mais aussi à l'abri de la lumière et de la chaleur , qui peuvent dégrader les médicaments . ( Source et photo : Vocation Santé n°29 )

    Pour en savoir plus

    Retrouvez les règles d'or de l'automédication sur le site de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé : http://www.ansm.sante.fr


    2 commentaires
  •  

    Comment est fait le diagnostic ?

    En présence de symptômes d'asthme, le médecin examine le bébé et recherche dans son environnement d'éventuels facteurs déclenchant ou favorisant la maladie . Il prescrit aussi une radiographie des poumons afin d'éliminer  une autre pathologie . Enfin , il peut demander l'avis d'un pédiatre spécialisé en pneumopathie pour confirmer l'absence d'un autre problème de santé et procéder à des examens plus approfondis . Par ailleurs , pour les enfants de moins de trois ans , une enquête allergologique peut être nécessaire en cas d'asthme persistant ou sévère , ou si une origine allergique est suspectée . La prise en charge de la maladie atténue les symptômes  pour parvenir le plus souvent à la guérison de l'asthme avant l'âge de 3 ans .

    Comment le traiter ?

    Le traitement de la crise peut associer des bronchodilatateurs de courte durée d'action qui peut ouvrir les bronches, parfois des anti-inflammatoires par voie buccale pendant quelques jours si la crise est sévère , et de la kinésithérapie respiratoire .

    Un traitement de fond pourra également être instauré en fonction de la fréquence des crises et de leur sévérité . Il consiste à administrer des anti-inflammatoires . La durée de traitement recommandée est longue : plusieurs semaines voire plusieurs mos , afin de réduire durablement l'inflammation des bronches .

    Les médicaments délivrés par voie inhalée se déposent directement dans les poumons et passent très peu dans la circulation générale . Ils n'ont donc quasiment aucun effet secondaire si les doses sont bien respectées . Ils doivent toujours être administrés chez Le jeune enfant à l'aide d'une chambre d'inhalation ou par le biais d'un compresseur /nébuliseur .

    Diverses mesures contribuent aussi à éviter les crises et l'aggravation de la maladie

    Supprimer l'exposition du tabac .

    Réduire l'exposition aux allergènes identifiés et aux moisissures .

    Traiter un éventuel reflux gastro-œsophagien ( RGO) .

    Prévenir la contamination virale lors des épidémies . Cela passe par exemple la vaccination contre la grippe de l'entourage (si l'enfant a moins de 6 mois )ou du nourrisson lui-même (après l'âge de 6 mois ) .

    Bon à savoir

    Environ 15 % des enfants de 7 ans ont déjà eu de l'asthme .

    Asthme du nourrisson (2/2)

    La fréquence respiratoire diminue avec l'âge . Chez les nouveau-nés , on observe 30 à 60 respirations par minute et , à l'âge d'un an , 20 à 40. Puis, à l'âge de 2 ans , l'enfant respire 20 à 30 fois par minute .

    Si votre bébé est asthmatique , respectez bien les rendez-vous de suivi et le traitement prescrit . Vous pouvez contribuer aux soins en adoptant certaines mesures d'hygiènes et en limitant l'exposition de votre enfant aux allergènes.

    pour faciliter sa vie en collectivité , n'hésitez pas à demander un projet d'accueil personnalisé à la structure qui l'accueille .  ( source: vocation  santé n°29 . Photo du net )


    votre commentaire
  • Symptômes, diagnostics et traitements

    L'asthme du nourrisson est de plus en plus fréquent .

    Sa prise en charge est indispensable afin d'éviter les récidives respiratoires ou l'aggravation de la maladie

    Asthme du nourrisson (1/2)

    Qu'est-ce-que l'asthme du nourrisson ?

    l'asthme et une maladie respiratoire chronique due à une inflammation des bronches  . Elle se manifeste par des <<crises d'asthme>> entraînant une difficulté respiratoire . Déclenchées sous l'action de certains facteurs , ces crises sont la conséquence .

    D'une contraction des muscles entourant les bronches , causant un rétrécissement de leur diamètre ( l'air circule moins bien ) ;

    D'une irritation des muqueuses bronchiques , provoquant une augmentation des sécrétions qu'elles produisent ( mucus) et un encombrement.

    Chez un enfant de moins de trois mois , on parle d'asthme si le bébé a connu , depuis sa naissance , au moins trois épisodes de gêne respiratoire accompagnée de sifflements . En général , les épisodes aigus alternent avec des périodes pendant lesquelles l'enfant ne présente aucun symptôme .

    Quels sont les facteurs favorisants ?

    Chez le très jeune enfant , la maladie peut-être liés à certains événements ou pathologies :

    Des antécédents familiaux d'asthme ( chez les parents ou dans la fratrie .)

    Des antécédents personnels ou familiaux de rhinite allergique, d'eczéma atopique et/ou d'allergie alimentaire .

    Une prématurité ( naissance avant 37 semaines révolues d'aménorrhée ).

    La pratique d'une ventilation artificielle prolongée sur un enfant prématuré.

    Une malformation cardiaque congénitale .

    Quels sont les facteurs pouvant déclencher/aggraver la maladie ?

    On recense principalement :

    Les infections virales respiratoires dont la transmission est favorisée par les modes de garde collectifs ( ex: crèches ) ; 

    Les allergène respiratoires ( acariens , poils d'animaux.) et alimentaires (lait de vache, œufs, arachide) ;

    le fait de faire un effort ;

    Les émotions ( rire, pleurs, etc.) ;

    Les maladies ORL  (rhinopharyngite , otite) ;

    La pollution intérieure  ( ex: tabac) et extérieure ;

    Le reflux gastro-œsophagien du nourrisson ;

    Des conditions de vie difficiles (ex: logement insalubre abritant des moisissures  .

    Quels sont les symptômes ?

    La crise d'asthme survient fréquemment après un épisode de rhinopharyngite. Elle se caractérise par des difficultés survenant assez brutalement , généralement la nuit :

    Le nourrisson présente une toux sèche , une respiration rapide et sifflante , et ses narines ont des battements rapides. Il peut aussi lutter pour respirer ;

    Il est très pâle , ses lèvres comme ses doigts peuvent bleuir :

    Il mange et boit difficilement, il est fatigué ;

    Devant un ou plusieurs de ces symptômes , il faut consulter immédiatement son  médecin ou les services d'urgence .

    Chez le très jeune enfant , ces signes peuvent être similaires à ceux d'un bronchiolite . C'est la répétition de ces épisodes qui conduit au diagnostic d'asthme du nourrisson .

    Cependant l'asthme peut se manifester par des symptômes beaucoup moins évocateurs chez les tout-petit :

    Des sifflements sans toux , persistant en dehors des crises , sans retentissement sur l'état général ou l'activité de l'enfant .

    Une toux induite par l'exercice ( quand bébé marche ou s'agite ) , survenant la nuit ou perturbant après une bronchiolite .

    Une toux chronique ou des épisodes de toux récidivants .( Source : vocation santé n°29 .photo du net)

     

     


    1 commentaire
  • l'hypoglycémie peut être causée par certains traitements du diabète . Elle correspond à une glycémie ( taux de sucre dans le sang ) trop basse . Vertiges , sueur, tremblements ... Avec l'aide de votre médecin traitant , vous pouvez prévenir les hypoglycémies , les reconnaître et y remédier pour maintenir ces situations sous contrôle .

    Je préviens les risques d'hypoglycémie

    Le risque d'hypoglycémie concerne surtout les personnes dont le traitement comprend certains médicaments - sulfamides, glinides , insuline - qui peuvent faire baisser la glycémie de façon trop importante . Votre médecin traitant peut vous préciser si votre traitement comporte des risques d'hypoglycémie .

    Je repère les situations à risques

    On considère qu'une glycémie inférieure à 0,7 g/l indique une hypoglycémie . Cette baisse soudaine de la glycémie intervient lors d'une adaptation du traitement , ou généralement à l'occasion de changements dans vos habitudes ; un repas sauté, pris plus tard que d'habitude ou sans féculents ( pain, pâtes, riz...) , une activité physique non prévue ou plus intense , une consommation d'alcool à jeun ... Un bon moyen de limiter le risque d'hypoglycémie est de conserver autant que possible votre rythme de vie habituel .

    15

    C'est le nombre de minutes de repos (arrêt de toutes vos activités ) à observer en cas d'hypoglycémie .

    Je connais les signes  de l'hypoglycémie

    Pensez aussi à discuter avec votre médecin pour reconnaître les principaux signes de l'hypoglycémie ; pâleur , sueur , vertiges, tremblements , vision trouble , irritabilité ... Ils se manifestent différemment en fonction des personnes . Les reconnaître permet de les repérer  au plus tôt quand ils surviennent pour réagir au mieux. Vous pouvez également informer votre entourage du risque d'hypoglycémie et des principaux signes pour qu'il puisse vous aider si besoin . Si vous êtes nouvellement confronté à une hypoglycémie , ou trop fréquemment , parlez-en à votre médecin pour vous conseille et adapte éventuellement votre traitement .

    Hypoglycémie : j'adopte les bons reflexes

    Si je suis sujet aux hypoglycémies , j'ai toujours sur moi de quoi me resucrer . Ainsi , en cas d'hypoglycémie :

    J'arrête toute activité physique au moins 15 minutes et je me resucre  avec trois morceaux de sucre , ou un verre de jus de fruits , ou  une demi-canette de soda (non <<light>>) . Si je surveille ma glycémie au quotidien ( auto surveillance ) , je fais une première mesure pour confirmer l'hypoglycémie , puis une seconde 15 minutes plus tard . Si ma glycémie n'est pas remontée, je me resucre de nouveau .

    Si le prochain repas est proche , j'en avance l'heure .

    Si le prochain repas est prévu dans plus de deux heures , je prends une collation pour prévenir une éventuelle rechute ( un morceau de pain ou deux biscottes par exemple ).

    Les infirmiers-conseillers en santé du service Sophia sont à votre écoute au  0 809 400 040 * . Si vous êtes concerné par le risque d'hypoglycémie , n'hésitez pas à en discuter avec eux .

    *0 809 109 974  depuis La Réunion et 0 809 100 097 depuis La Guadeloupe , La Martinique et La Guyane ( service gratuit +prix d'appel ) ( source Sophia N° 31 été 2016)

     

     


    1 commentaire
  •  

    Le froid et l'humidité favorisent les maux de gorge .

    Voici quelques fameux remèdes de grand- mère que nous livre le Dr Puget . Médecin généraliste, qui exerce à Paris depuis plus de vingt ans. Il pratique une médecine associant les techniques de pointe aux thérapies naturelles.

    Apprenez à adoucir votre gorge

    On entend par inflammation de la gorge toute affection inflammatoire de la région du pharynx ( entre la bouche et l'œsophage ; amygdales , voûte du palais , pilier du voile du palais ... ) . L'affection peut être aiguë ou chronique . Il existe des facteurs prédisposants ( froid , humidités , insuffisance salivaire  rendant la muqueuse plus fragile , etc. ) et des facteurs déterminants ( streptocoques , staphylocoques , pneumocoques ...) .

    De bons gargarismes

     Mettez 50 g de feuilles de ronce dans 1 litre d'eau froide . Couvrez . Portez à ébullition et laissez bouillir à feu doux pendant un quart d'heure . Filtrez et faites des gargarismes le plus souvent possible , toutes les heures si nécessaire , jusqu'à disparition des douleurs .

    Vous pouvez également écraser suffisamment de mûres pour obtenir 50cl de jus. Laissez reposer au frais pendant 24 heures . Exprimez le jus et ajoutez 800 g de sucre en poudre . Chauffez le liquide jusqu'à ébullition , et filtrez-le dès qu'il commence à bouillir , après l'avoir écumé . Mettez en bouteille quand il est froid .Faites des gargarismes plusieurs fois par jour .

    On peut aussi prendre , avant le coucher , un jus de citron chaud  additionné de miel de lavande , ou encore sucer de bonbons au miel .

    Un cou bien protégé

    En me mettant au lit , ma grand-mère me nouait autour du cou la chaussette de line que j'avais portée toute la journée , en me promettant que mon mal aurait disparu le lendemain. Et c'était vrai...

    Astuce ! A défaut de chaussette de laine , on peut opter pour un foulard de soie.  Une autre méthode consiste à faire chauffer du gros sel dans une poêle sèche .Lorsqu'il est chaud , glissez-le dans le foulard et appliquez celui-ci sur la gorge douloureuse. Gardez-le toute la journée .

    Les plantes qu'il vous faut

    Les mûres , ou fruits de la ronce ( rubus fruticossus ) , plante de la famille des rosacées , constituaient déjà une nourriture pour les civilisations de la préhistoire , comme le prouvent les nombreuses graines de mûres  sur certains sites néolithiques . Au IVe siècle avant J.-C. Théophraste leur attribue les propriétés de resserrer et de contracter les tissus et les vaisseaux capillaires et de diminuer les sécrétions muqueuses . La mûre est commune en Europe , en Asie et en Afrique du Nord . La feuille et les fruits de la ronce sont riches en tanins , qui ont un effet bénéfique sur les vaisseaux , luttent contre les bactéries et empêchent les mycoses .

    Le miel  est reconnu depuis plusieurs siècles comme étant sédatif et capable de détruire certaines bactéries nocives .

    Le citron ( citrus limonum ) contient des <<loges>> remplies d'un suc contenant un acide organique ( l'acide citrique) , qui possède des propriétés anti-inflammatoires . Riches en vitamines C , le citron a aussi la propriété d'empêcher la progression des infections . 

    Attention !

    Il est strictement interdit de prendre une angine à la légère ,  même si elle semble d'apparence banale . En effet , mal soignée , cette inflammation peut entraîner diverses complications sur les articulations , les poumons, le cœur ou encore les reins .

    Encyclopédie des remèdes de grand-mère .

    Pour se soigner u naturel !  du Dr Henry Puget et Régine Teyssot , Editions de La Martinière .

    Inflammation , irritation...

     

     

     


    2 commentaires
  • Le mot mélatonine vous dit certainement quelque chose ... 

    mais que savez-vous vraiment des particularités et du fonctionnement de cette hormone ?

    La mélatonine

     

    La mélatonine est l’hormone des rythmes chrono biologiques. Elle est sécrétée par l’épiphyse (ou glande pinéale) en cas d’absence de lumière.

     Cette hormone, appelée aussi hormone du sommeil, a un rôle certes sur le sommeil, mais également sur la glycémie ou encore sur l’appétit. 

    Si le manque de lumière, donc l’excès de mélatonine, peut provoquer des états dépressifs ; à l’inverse, le manque d’obscurité et la réduction progressive ou non de la lumière, réduit la production de l’hormone, ce qui a des conséquences directes sur la qualité et la quantité du sommeil.

    Jouer à des jeux vidéo peut dérégler la production de mélatonine ?

    Vrai : Les écrans de consoles de jeux , d'ordinateurs ou de smartphones diffusent une lumière et , si on les utilisent tard dans la soirée , notre horloge biologique va continuer à fonctionner en mode jour . La production de mélatonine sera moindre et l'on aura des difficultés à s'endormir .

    Est-il aussi possible de produire trop de mélatonine ?

    Vrai : Un excès de mélatonine peut entraîner de nombreux symptômes , comme des pertes d'équilibre , des problèmes de concentration, des pertes de vigilance , de la somnolence...

    La sécrétion de mélatonine augmente t-elle avec l'âge ?

    Faux : En vieillissant , elle a plutôt tendance à diminuer et peut entrainer , par exemple , des difficultés d'endormissement , une moins bonne qualité de sommeil et des somnolences dans la journée .

    La mélatonine est-elle l'hormone du bonheur ?

    Faux : C'est la sérotonine qui est surnommée l'hormone du bonheur . Ce neurotransmetteur stimule l'humeur. Lorsqu'il est en concentration élevée , on ressent une sensation de bien-être , tandis qu'un manque de sérotonine peut faire éprouver du stress et de l'anxiété .

    Libère t-on de la mélatonine pendant la journée ?

    Vrai : la libération de mélatonine atteint son pic entre 2 et 4 heures du matin , puis diminue progressivement jusqu'à devenir inexistante durant la journée en raison de l'exposition à la lumière .

    Certains aliments contiennent-ils de la mélatonine ?

    Vrai et faux : On peut en trouver dans des compléments alimentaires , mais dans les aliments le processus est plus compliqué . La mélatonine est synthétisée à partir de la sérotonine , elle-même produite à l'arrivée dans le cerveau du tryptophane , un acide aminé présent en faible quantité dans certains aliments comme le chou-fleur, la carotte , la banane , les noix ...

    La mélatonine aurait-elle des effets antioxydants ?

    Vrai : En améliorant le sommeil , non seulement elle serait bénéfique aux fonctions cognitives , mais elle limiterait le développement des radicaux libres et, en outre, stimulerait le système immunitaire .

     La mélatonine est-elle appelée <<hormone du sommeil >> ?  

    Vrai : Elle doit son surnom au fait qu'elle est stimulée par la baisse ou l'absence de luminosité et secrétée à la tombée de la nuit par la glande pinéale , située à l'arrière du cerveau .

    La mélatonine aide t-elle à nous endormir ?

    Vrai : Elle sert à réguler les rythmes biologiques circadiens , c'est-à dire une période de 24 heures synchronisée par l'alternance jour et nuit , et elle aide à trouver le sommeil .

    La mélatonine se vend t-elle en comprimés dans les pharmacies ?

    Vrai : On peut en prendre , notamment pour pallier les insomnies chroniques ou les effets du décalage horaire . Néanmoins , cela doit se faire sur avis médical , car la mélatonine n'et pas anodine . Le ministère de la santé l'a classée sur la liste 11 des substances vénéneuses , car elle peut provoquer de graves effets indésirables . Elle crée , par exemple , des interactions avec des médicaments et peut augmenter l'action de certains anticoagulants , antidépresseurs ou antibiotiques.  ( photo du net)

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique