• Comment s'en prémunir ?

    Bientôt les beaux jours et , avec eux , le retour des pollens .

    Si vous êtes sujet au fameux rhume des foins , adoptez les bons réflexes pour limiter les symptômes .

    63% des personnes qui souffrent d'allergies respiratoires notent une détérioration de leur qualité de vie , avec notamment davantage de fatigue (67%) et une baisse de productivité au travail (27%) . Pourtant , seules 34% d'entre elles consultent un allergologue . ( source : Enquête ifop/staller-gênes, septembre2015)

    Yeux rouges, éternuements intempestifs ... Les symptômes liés aux allergies printanières sont multiples et le plus souvent handicapants pour tous ceux qui en souffrent . Des gestes préventifs jusqu'à la désensibilisation , un seul mot d'ordre : chassez les pollens !

    Faire barrière aux pollens

    Le premier geste utile en termes de prévention , c'est une bonne hygiène nasale . Il suffit de se laver le nez avec un spray d'eau de mer isotonique le soir avant de se coucher , et de bien se moucher pour éliminer au maximum la présence des pollens . En effet , leur accumulation sur la muqueuse nasale est responsable de tous les symptômes : éternuements , yeux rouges et larmoyants , toussotement , gorge irritée ... Il existe également des sprays qui déposent un film protecteur dans le nez pour éviter la fixation des pollens , à utiliser avant chaque sortie à l'air libre .

     Surveiller le taux de pollens dans l'air

    Pour savoir quand les substances auxquelles on est allergique sont présentes dans l'air , il suffit de consulter la météo des pollens fournies pour chaque région par le réseau national de surveillance aérobiologique ( www.pollens.fr  ou l'appli Alertes Pollens sur smartphone ) . En cas de pic annoncé , mieux vaut limiter le temps passé à l'extérieur ( pas plus de deux heures dans l'idéal ) et annuler éventuellement les balades à la campagne . Evitez aussi les activités physiques en extérieur qui entraînent une hyperventilation ( jogging, vélo ...) car on inhale alors encore plus d'air , donc plus de pollens .

    Se protéger aussi à l'intérieur

    À la maison , il faut aérer chaque jour durant cinq à dix minutes  pour renouveler l'air , de préférence le matin ou en fin de journée , lorsque la concentration de pollens dans l'atmosphère est moins importante . En outre, être dans une voiture ne signifie pas pour autant être à l'abri . Il faut éviter de rouler les fenêtres ouvertes en plein pic pollinique , et penser à nettoyer le filtre à pollens de l'habitacle, une fois par mois si possible , ou a le changer tous les ans s'il est encrassé . Sinon , il risque de rejeter les pollens à l'intérieur de la voiture lorsqu'on actionne la ventilation .

    Prendre un antihistaminique

    C'est le traitement de base pour calmer les symptômes  ( il doit soulager en quarante-huit heures , sinon il vaut mieux changer de molécule), mais aussi les éviter . A titre préventif , on peut prendre un comprimé le soir pendant les pics polliniques ou si l'on prévoit une sortie dans un parc ou à la campagne .Il faut parfois tester plusieurs traitements avant de trouver le bon , car l'efficacité et l'effet de somnolence varient d'une personne à l'autre . Certains sont en vente libre en boite de sept comprimés , cela dépasse en cas de réaction allergique ponctuelle .Mais si l'on est gêné plus d'une semaine , on a tout intérêt à se faire prescrire un antihistaminique sur une plus longue période (en boîte de 30 , remboursée par l'assurance maladie) .

    Rhume ou allergie ?

    Nez qui coule et se bouche , éternuements , toux sèches... La rhinite allergique peut se confondre avec une rhinite classique liée à des virus susceptibles de frapper aussi au printemps .Pour distinguer les deux et choisir le bon traitement ,certains signent ne trompent pas . En cas de fièvre ou d'écoulement qui s'épaissit et/ou se colore , il s'agit plutôt d'un rhume . En cas d'éternuements par salves (surtout le matin au lever) , d'yeux rouges qui piquent ou pleurent , avec un nez qui continue à couler clair comme de l'eau , c'est plutôt une allergie . Dans le premier cas , on peut soulager les symptômes avec un spray à base d'eau de mer et d'huiles essentielles pour déboucher le nez et, éventuellement , du paracétamol .Dans le second cas , il faut recourir aux antihistaminique par voie orale et aux collyres antihistaminique pour les yeux .

    L'avis de l'expert

    Dr Éric Thomas , allergologue , membre expert de l'Arcaa (Association de recherche clinique en allergologie et asthmatologie).

    Allergies printanières

    La meilleure prévention reste-elle la désensibilisation ?

    Oui . A l'heure actuelle , c'est le seul traitement qui permet de se débarrasser définitivement de l'allergie et de ne pus avoir besoin de prendre de médicaments . Elle est indiquée lorsque l'on est gêné plus d'un mois par an ou que les effets des antihistaminiques s'amenuisent après quelques années .

    Comment se déroule-t-elle aujourd'hui ?

    Dans 80% des cas , elle se fait par voie orale , sous forme de gouttes à déposer sous la langue , ou des comprimés , plus pratiques mais disponibles seulement pour les pollens de graminées . Les injections ne représentent plus que 10 à 20% des prescriptions . La désensibilisation doit durer au minimum trois ans pour espérer une guérison complète et sans aucune rechute .

    A quelle période faut-il y penser ?

    A n'importe quel moment .Mais comme la désensibilisation par voie sublinguale commence à être efficace au bout d'une semaine de traitement , il faut l'attaquer au minimum deux semaines avant le début de la saison pollinique (février pour les pollens d'arbres , mai pour les graminées et les herbacées) . Sinon , le bénéfice se fera surtout ressentir l'année suivante . En cas de traitement par piqûre , il faut commencer trois mois avant .

     


    1 commentaire
  • Interdiction des sacs plastique à usage unique en caisse à partir de juillet 2016

    Publié le 31 mars 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

    Interdiction des sacs plastiques

    Initialement prévue pour le 1er janvier 2016, l'entrée en vigueur du décret sur l'interdiction des sacs de caisse en plastique à usage unique, qu'ils soient gratuits ou payants, a finalement lieu le 1er juillet 2016 : les sacs de caisse à usage unique en plastique d'une épaisseur inférieure à 50 µm sont tous interdits à partir de juillet 2016 (y compris les sacs biodégradables).

    À cette date, seuls pourront être distribués pour emballer les marchandises dans les points de vente :

    • les sacs plastique réutilisables de plus de 50 µm d'épaisseur (vendus ou non en caisse),
    • les sacs pour emballage alimentaire de fruits et légumes en vrac (distribués en rayon),
    • les sacs constitués d'une autre matière que le plastique (papier, carton, tissu, etc.),
    • les sacs compostables constitués de matières biosourcées, c’est-à-dire à base de matière végétale (amidon par exemple), à condition d'avoir une épaisseur supérieure à 50 µm s'ils sont distribués en caisse.

    Tous les commerces sont concernés, aussi bien les supermarchés que les marchés en plein air ou les commerces de proximité : boulangerie, épicerie, pharmacie, station-service...

    Les commerçants sont autorisés à distribuer les sacs plastique qui vont être interdits, pour écouler leur stock, jusqu'au 1er juillet 2016.

    Les sacs de moins de 50 µm d'épaisseur, autorisés pour être distribués ailleurs qu'aux caisses, doivent comporter un marquage informant le consommateur de façon visible et compréhensible quant à sa teneur en matière biosourcée (valeur chiffrée et norme de référence).

    Sur tous les autres sacs, une mention doit indiquer qu'ils peuvent être réutilisés et ne doivent pas être abandonnés dans la nature.

    Par ailleurs, sont dorénavant interdites la production, la distribution, la vente, la mise à disposition et l’utilisation d’emballages ou de sacs fabriqués à partir de plastique oxo-fragmentable, matière dégradable, mais ni assimilable par les micro-organismes, ni compostable.

    À partir du 1er janvier 2017, l’interdiction est étendue :

    • aux sacs en matières plastiques à usage unique (de moins de 50 µm d'épaisseur) non compostables, destinés à l’emballage de marchandises au point de vente autres que les sacs de caisse, notamment les sacs pour emballage de fruits et légumes en vrac,
    • aux emballages plastique non biodégradables et non compostables, pour l’envoi de la presse et de la publicité (mise sous blister).

    La teneur en matière biosourcée des sacs plastique compostables autorisés doit augmenter de façon progressive :

    • 30 % en janvier 2017,
    • 40 % en janvier 2018,
    • 50 % en janvier 2020,
    • 60 % en janvier 2025.

    En 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes jetables) d’être interdits, sauf ceux compostables en compostage domestique et constitués de matières biosourcées.


    2 commentaires
  • Un infarctus féminin ne débute pas de la même façon que pour un homme.

     D'abord, les premiers symptômes ne sont pas aussi dramatiques. La douleur intense tel un coup de couteau à la poitrine; les sueurs froides, l'impression de serrement puis la chute au sol sont habituellement absents. 

    Infarctus féminin
       Voici l'histoire vécue.   

     Vers 22h30 , sans aucun avertissement préalable, sans activité exténuante ou stressante, j'ai subi un infarctus du myocarde.
     J'étais assise bien confortablement avec mon chat lors d'une soirée froide d'hiver. Une bonne lecture m'occupait et me faisait penser : ça, c'est la vie... les pieds surélevés bien assise dans ma chaise.

     Quelques instants plus tard, j'ai eu l'impression d'une mauvaise indigestion. Je me sentais comme si j'avais avalé en toute hâte un sandwich puis un verre d'eau pour faire descendre le tout.. J'avais la sensation d'avoir avalé une balle de golf et qu'elle parcourait lentement mon œsophage en me laissant une grande sensation d'inconfort.
     J'ai donc eu comme réflexe d'aller boire un verre d'eau pour faire descendre le tout mais je n'avais rien mangé depuis au moins 5 heures. Ces premiers symptômes se sont dissipés puis j'ai senti une drôle de sensation de serrement et de mouvement tout le long de ma colonne vertébrale ce que j'ai attribué plus tard à un spasme de l'aorte.
       Puis cette sensation s'est transmise au niveau du sternum puis est montée jusqu'à mon cou puis s'est logée aux deux mâchoires.

     C'est alors que j'ai réalisé que je subissais sans doute un infarctus car j'avais en mémoire les informations quant aux raisons des douleurs des mâchoires. Mon premier réflexe fut de repousser le chat et de me lever mais mes jambes ne me supportèrent pas.

     Je me retrouvai donc au sol et réalisai alors que je ne devais pas me déplacer mais puisque j'étais seule, je devais me rendre au téléphone dans la pièce voisine avant de perdre tous mes moyens. Je me suis donc relevée en m'appuyant sur une chaise et j'ai marché lentement vers le téléphone pour appeler à l'aide. La préposée m'envoya immédiatement les secouristes suite à l'écoute de mes symptômes. Elle me conseilla de déverrouiller la porte d'entrée puis de m'étendre tout près afin que les ambulanciers me trouvent rapidement. Je me suis alors étendue sur le sol puis je suis devenue inconsciente.

     Je n'ai aucun souvenir de leur intervention ni de mon voyage en ambulance. Arrivée aux  urgences, je me rappelle à peine le cardiologue dans ses vêtements bleus de salle d'opération qui tentait de m'interroger mais sans succès. Je repris conscience un peu plus tard alors que les médecins avaient inséré le minuscule ballon sonde dans l'artère fémorale pour se rendre jusqu'à l'aorte. On dut installer deux appareils pour maintenir l'aorte coronarienne dégagée.

    En réalité, toute cette démarche s'est faite très rapidement, l'espace de quelques minutes car les services d'urgence se trouvent assez près de mon domicile. J'ai subi un arrêt cardiaque lors du déplacement mais la vigilance de tous m'a sauvé la vie.

       Voici donc quelques conseils  :

     1) Soyez consciente que quelque chose de très inhabituel se passe en vous, rien qui ne ressemble à quoique ce soit que vous avez déjà senti. La douleur très caractéristique au niveau du sternum puis des mâchoires m'a convaincue de l'infarctus. Plus de femmes que d'hommes succombent à leur première attaque car elles n'évaluent pas la gravité des symptômes. Leur premier réflexe étant de prendre un médicament pour une indigestion tel du Maalox ou un antiacide, elles se couchent ensuite et se disent que demain elles iront mieux mais pour elles, ce lendemain n'arrive pas...
        Vos symptômes ne seront peut-être pas identiques mais un appel, même s'il s'avère une fausse alarme vaut plus que de risquer votre vie.

     2) Ne perdez pas de précieuses minutes en conjoncture de toutes sortes. Ne pensez pas conduire ou même de vous faire conduire par un être aimé. Les ambulanciers sont équipés pour vous donner rapidement les soins essentiels à votre survie.   Ne tentez pas de rejoindre votre médecin, il ne peut rien pour vous, le temps est trop précieux. Les ambulanciers vous donneront le précieux oxygène dont votre corps ne peut se passer

     .3) Même si votre taux de cholestérol est normal, cet accident cardio-vasculaire est possible. Des recherches ont indiqué que l'infarctus n'arrive que si un taux exagérément élevé de cholestérol est aussi accompagné d'une tension artérielle très élevée.   
    Le cholestérol seul ne cause habituellement pas l'infarctus. Ce sont surtout le stress à long terme et des dérangements causés par un cocktail hormonal qui intoxiquent notre système. La douleur aux mâchoires peut être tellement intense qu'elle peut nous éveiller.  Donc soyez vigilantes. Une femme bien informée peut avoir la vie sauve.

     Un cardiologue croit que si dix femmes reçoivent cette information et la font suivre à dix autres femmes, au moins une vie pourra être sauvée...
     Alors faites passer.

     


    139 commentaires
  • Fréquente mais méconnue

    Caractérisée par de grave troubles cognitifs , la maladie de corps de Lewy est pourtant la pathologie dégénérative la plus fréquente après la maladie d'Alzheimer .

    La maladie à corps de Lwy

    Entretien avec le Dr Florence Lebert , praticien hospitalier au centre de la mémoire des Monts de Flandre de Bailleul , psychiatre et gériatre .

    Qu'est-ce que la maladie à corps de Lewy (MCL) ?

    C'et une maladie dégénérative avec l'apparition de microscopique inclusions , les corps de Lewy, comme c'est le cas dans la maladie de Parkinson , pouvant toucher  différente régions du cerveau , profondes ou même le cortex . Elles entraînent la survenue progressive d'anomalie chez les patients , la maladie pouvant être d'évolution variable de 5 à 20 ans  en fonction de l'âge .

    Quels sont les symptômes ?

    Les symptômes sont très divers d'une personne à l'autre , directement liés à l'aire du cerveau où sont localisées les lésions . La maladie peut se manifester par des troubles de l'attention, de la mémoire , de la vigilance allant jusqu'à la somnolence , des cauchemars répétés causant une intense fatigue au réveil.

    Certains patients vont devenir frileux ou avoir des difficultés à supporter la lumière . D'autres sont victimes d'hallucinations , ils voient des animaux ou des personnes apparaître ou ont la sensation d'être suivis ce qui est très anxiogène . La maladie peut aussi se caractériser par la survenue d'un tremblement ou une réduction de la marche des chutes régulières, des symptômes plus proches de la maladie de Parkinson . La difficulté , c'est qu'il s'agit d'une maladie très insidieuse, dont on peut vite banaliser certains symptômes comme les cauchemars, la fatigue ou les chutes .

    Comment poser un diagnostic ?

    Le diagnostic de la maladie exige du temps et de l'expérience , mais aussi un lien de confiance pour que le patient accepte d'évoquer  certains symptômes comme les hallucinations . Résultat , la MCL. n'est pas toujours décelée et il y a souvent plusieurs années d'errance diagnostique. Il arrive fréquemment que les personnes soient diagnostiquées comme dépressives par leur médecin traitant ce qui est d'autant plus délétère que certains traitements indiqués dans la dépression vont aggraver le pronostic de la MCL. Le malade peut aussi être pris à tort pour un simulateur . En cause ? Les fluctuations d'aptitudes qui accompagnent la MCL, un malade peut être dans l'impossibilité d'accomplir une tâche dont il s'est acquitté une heure auparavant . Les proches y voient souvent une forme de manipulation , des conjoints vont jusqu'à remettre en cause leur couple simplement par ignorance .

    Qui consulter ?

    Si vous avez des doutes , un gériatre ou un neurologue en libéral ou attaché a un centre de mémoire sera généralement le mieux à même de poser un diagnostic sur la base notamment d'examens de radiographie fonctionnelle du cerveau avec un marqueur spécifique , en plus du bilan neuropsychologique .

    Existe-t-il un traitement pour les patients ?

    Oui, et c'est la bonne nouvelle , les médicaments qui sont prescrits dans la maladie d'Alzheimer se révèlent beaucoup plus efficaces dans la prise en charge de la maladie à corps de Lewy . Les inhibiteurs de la cholinestérase permettent de réduire les difficultés de neurotransmission impliquées dans la dégradation de la mémorisation et de l'attention . ils peuvent aussi favoriser une réduction des hallucinations et de l'anxiété . Les traitements prescrits dans le cadre de la maladie de parkinson vont aider à corriger les raideurs , les troubles de la marche , d'autres traitements complémentaires peuvent aussi lutter contre les baisses de tensions caractéristiques de la MCL et réduire les chutes  Cela vaut vraiment la peine de se battre carde réelles améliorations sont possibles .  ( source : mon pharmacien et moi ; janvier , février 2016)


    2 commentaires
  • J'ai les dents sensibles

    Vous n'êtes pas un cas isolé , près d'un adulte sur trois en France souffre d'hypersensibilité dentaire , en cause le plus souvent une érosion progressive de l'émail ou un recul de la gencive .

    Hygiène bucco-dentaire

    Les conseils pour éviter les complications .

    Je brosse en douceur

    Seule une hygiène quotidienne permet de prévenir durablement l'érosion de l'émail et la formation de tartre à l'origine des dents sensibles .

    En revanche , attention au brossage trop rigoureux qui peut blesser les gencives et endommager l'émail à la longue .On y va en douceur avec une brosse souple de préférence à petite tête conçue pour dents sensibles . Traiter méthodiquement les zones de la bouche l'une après l'autre permet d'éviter le brossage exagéré de certaines régions.

    Le bon conseil :   Mieux vaut éviter de se brosser les dents une demi-heure après avoir consommé des aliments ou boissons acides , ceux-ci agressent l'émail, le rendant très sensible à l'action mécanique du brossage qui peut l'éroder .

    Je limite les aliments acides

    Consommés en quantité , ils finissent par déséquilibrer le pH de la salive . La couche protectrice de l'émail dentaire ramollit et finit par s'éroder , exposant progressivement la dentine jaune . Sont concernés les jus de tomates, pommes , pamplemousses, oranges, les sodas, le sucre, les vinaigrettes , le vin blanc et rouge et aussi le café . Les gens qui souffrent de reflux gastriques avec des remontées acides sont aussi vulnérables .

    Le bon conseil :  Boire un verre d'eau pour rincer la bouche juste après avoir consommé des aliments acides .

    Je choisis un dentifrice désensibilisant

    Il existe en pharmacie des dentifrice à action désensibilisante . A compléter avec un rince-bouche ou un gel fluorés délivrés sur ordonnance et formulés exprès pour les dents sensibles .

    Le bon conseil :  Attention en revanche aux dentifrices antitaches , notamment à base de bicarbonate de soude , ils sont souvent abrasifs pour l'émail . Vous pouvez aussi  utiliser de temps en temps un bain de bouche .

    Je me fais poser un vernis

    Le dentiste peut vous proposer un nettoyage professionnel en présence de plaques de tartre qui endommagent la gencive . Il existe aussi des vernis spéciaux qui peuvent combler les micro-trous de l'émail .Si l'érosion de la substance dentaire est trop significative , le dentiste pourra proposer un composite pour couvrir la dent .

    Le bon conseil :  Consulter régulièrement permet d'éviter l'accumulation de tartre .

    J' évite les blanchiments

    Très répandus , les blanchiments font appel à des produits puissants comme le peroxyde d'hydrogène . Une exposition prolongée peut endommager l'émail des dents mais aussi les gencives . Il est préférable de consulter un spécialiste et d'éviter les kits de blanchiment à appliquer chez sou si on est sujet à l'hypersensibilité .

    Le conseil du pharmacien .

    Bernard Donnefort pharmacien Evolupharm  à Agen (47)

    Certains médicaments ont pour effet de freiner la production de salive . C'est le cas des traitements pour l'asthme , les neuroleptiques ou encore les tranquillisants . La salive jouant un rôle important pour contrer la déminéralisation , vous pouvez mastiquer des chewing-gums sans sucre pour stimuler sa production .( source :Mon pharmacien et moi janvier-février 2016)

     


    2 commentaires
  •  A qui s'adresse le test de dépistage ?

    Publié le 22 mars 2016 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

    Cancer colorectal

    Le ministère des Affaires sociales et de la Santé rappelle aux personnes âgées de 50 à 74 ans qu'elles sont invitées à réaliser une fois tous les deux ans le test de dépistage du cancer colorectal.

    Le nouveau test de dépistage du cancer colorectal est en place depuis 2015.

    Le kit de dépistage remis par le médecin traitant comprend trois éléments :

    • les indications pour bien réaliser le test ;
    • la fiche d’identification à remplir et le papier de recueil des selles ;
    • le tube de prélèvement, le sachet de protection du tube et l’enveloppe T de retour du test.

    Ce test est plus simple d’utilisation puisqu’il ne nécessite qu’un seul prélèvement de selles contre six auparavant. Il est également plus performant puisqu’il permet de repérer des lésions précancéreuses.

    Attention à consulter votre médecin traitant et à ne pas faire le test si :

    • vous avez des antécédents personnels ou familiaux de polype, de cancer ou de maladie du côlon ;
    • vous avez des douleurs abdominales ou des troubles digestifs inhabituels et persistants ou en cas de présence de sang dans les selles.

    Il est conseillé de poster le test en semaine et de le réaliser dans les 24 heures qui précèdent l'envoi. Les résultats vous sont adressés sous 15 jours par courrier postal (ou par courriel si vous êtes inscrit sur le site :  www.resultat-depistage.fr ).

    À noter :

    avant d'envoyer le test, notez votre numéro d'invitation remis par l'Assurance maladie et votre numéro de tube, ils vous seront demandés lors de votre inscription sur le site.


    votre commentaire
  • Qu'est-ce que c'est ?

    La grippe est une maladie causée par un virus qui s'attaque au système respiratoire . Elle se répercute sur tout l'organisme . Elle dure normalement de 3 à 7 jours .

    Ce type de virus change de forme constamment . C'est pourquoi on peut attraper une nouvelle grippe chaque année . Les vaccins doivent être renouvelés pour s'adapter aux nouvelles variantes du virus .

    Les symptômes

    Les symptômes peuvent durer de 24 h à 1 semaine o plus , mais généralement , il se manifestent pendant 3 à 7 jour . La fatigue et la toux peuvent persister jusqu'à 2 semaines , et parfois plus .

    D'abord ; une apparition soudaine de frissons , de douleurs musculaires , généralisées , de fatigue , de maux de tête , de maux de gorge , d'éternuements et une fièvre qui peut atteindre 40°C ( chez les moins de 5 ans et les plus de 65 ans , il est possible que la fièvre ne soit pas très importante ).

    Ensuite ; une toux sèche, des écoulements nasaux et des douleurs à la poitrine .

    Autres manifestations possibles ; une sensation de brûlure dans les yeux , des sueurs nocturnes, une gastroentérite virale ( on parle alors de grippe intestinale , fréquente chez les enfants) , une somnolence marquée , une perte d'appétit et des douleurs articulaires .

    La grippe... Le pic est là !

    Comment l'éviter ?

    Se laver les mains régulièrement

    Il faut se laver les mains très fréquemment en sortant des toilettes , avant de passer à table ou en rentrant chez soi avec du savon ou un gel antibactérien prévu à cet effet . En effet, chacun se passe la main sur la bouche en moyenne deux fois par heure . Les virus circulent très facilement de cette façon .

    Utiliser des mouchoirs jetables

    Autre recommandation ; utiliser des mouchoirs jetables , à usage unique .<< Dans le cas des mouchoirs non jetables , les germes se multiplient et circulent lorsqu'on se mouche >>.

    Eviter les poignées de main

    Si vous pensez être contaminé , évitez les poignées de main . Eviter de serrer les mains est l'un des moyens les plus sûrs d'éviter la contamination .

    Réduire les postillons

    Les postillons sont aussi des transmetteurs de virus , ils se projettent à 150km/h sur toutes sortes d'objets , or un virus peut rester en vie 24 heures sur un bouton d'ascenseur par exemple

    Aérer les pièces

    Ne restez pas dans un espace calfeutré et non aéré . Ainsi chez vous quand vous vous levez et/ou avant de vous coucher , pensez à ouvrir en grand les fenêtres de la pièce à vivre et des chambres .Un logement correctement aéré est pour beaucoup plus sain que les autres .

     


    2 commentaires
  •  

    Ce qu'il faut savoir sur le virus Zika

    Le moustique Aedes aegypti propage le virus Zika , la dengue et la fièvre jaune .

    Virus Zika (2)

    L'épidémie progresse . Bénigne la plupart du temps , l'infection peut entraîner de graves complications .

    Le point sur la question

    Le seuil épidémique a été franchi fin janvier en Martinique et en Guyane . Le virus se propage fortement dans une grande partie de l'Amérique latine , au point que l'organisation mondiale de la santé vient de déclarer l'épidémie <<urgence de santé publique de protée mondiale >> . Explication sur ce qu'il faut savoir sur le virus et comment s'en protéger .

    Un virus transmis par les moustiques

    Pour être touché par Zika, il faut avoir été piqué par un moustique porteur du virus .En l'état actuel des choses , celui-ci n'est pas considéré comme contagieux . La transmission directe à un proche reste encore un phénomène rare ; un seul cas de contagion par voie sexuelle est suspecté aux Etats-Unis . Mais si l'insecte pique une personne malade , il risque ensuite d'infecter quelqu'un d'autre . Pour l'instant, les zones de contamination sont l'Amérique latine et les Caraïbes .les moustiques en cause ( du genre Aedes, notamment , les Aedes albopictus et Aedes aegypti ) sont également présent en France métropolitaine , mais leur période d'activité ne commençant pas avant mai , la zone n'est pas encore classé à risque .

    Les symptômes d'une grippe sévère

    La plupart du temps , la maladie est bénigne ; dans 70 à 80% des cas, le porteur du virus ne s'en rend pas compte , les symptômes se limitant , dans les trois à douze jours suivant la piqûre , à l'apparition de boutons , fièvre, maux de tête et douleurs articulaires , soulagés par du  paracétamol . Cependant , il peut y avoir de rares complications , du type syndrome de Guillain-Barré ( trouble neurologique comme dans d'autres infections virales ) , pouvant entraîner la mort ( on recense , à ce jour , trois décès en Colombie ). Enfin , chez la femme enceinte , on suspecte un lien avec des anomalies du développement cérébral intra-utérin ( voir avis de l'expert)

    Les mesures de protection

    Il n'existe pas de vaccin préventif . Les recommandations consistent à éviter de se faire piquer, pour ne pas attraper le virus et ne pas favoriser sa propagation , mis aussi à porter des vêtements amples , de couleur claire et couvrant bien les bras et les jambes . Vaporiser aussi un répulsif sur les zones non couvertes , y compris dans la journée , car les moustiques concernés piquent davantage le matin et en fin de journée que le soir . A l'intérieur , utiliser la climatisation et des moustiquaires en bon état , imprégnées de produit répulsif .

    Assainir son environnement

    En parallèle , il est indispensable de supprimer , dans et aux abords des lieux d'habitation , toutes les sources d'eaux stagnantes , qui sont de véritables nids à moustiques ( c'est leur lieux de ponte préféré ). Il faut aussi vider régulièrement les récipients qui peuvent contenir de l'eau ( coupelles des pots de fleurs, arrosoirs, pneus, vases...) et si possible les maintenir retournés .

    L'avis de l'expert :

    Dr Khadoudja Chemlal , chargée d'expertise à l'INPES

    Pourquoi le cas des femmes enceintes inquiète-t-il particulièrement ?

    Parce que l'on a observé une augmentation des cas de malformations de type microcéphalie ( crâne anormalement petit ) chez les fœtus et les nouveau-nés dans certains pays , en parallèle de la progression de l'épidémie . On suspecte donc un lien de cause à effet avec l'infection de la mère par le virus Zika , même si celui-ci n'a pas encore été prouvé .

    Faut-il déconseille de voyager dans les zones touchées ?

    En attendant d'en savoir plus , il est en effet plus raisonnable de reporter son voyage . Cela est vrai si l'on est enceinte , mais aussi en cas de projet de bébé, i l'on n'utilise plus de contraception . Il n'existe en effet aucun vaccin ni traitement curatif si l'on est touchée , et on peut l'être sans s'en apercevoir .

    Si l'on vit dans les zones infectées par le virus ou que l'on doit y séjourner , quelles sont les précautions à prendre ?

    Il faut redoubler de vigilance et respecter consciencieusement les mesures préconisées pour éviter de se faire piquer , et adopter des répulsifs adaptés , recommandés par les autorités sanitaires , en veillant à les appliquer très régulièrement et après chaque baignade . Il faut aussi que tout l'entourage se protège avec soin pour limiter la propagation .

    Le petit plus bon à savoir

    Zika peut être confondu avec le chikungunya et la dengue , qui sont transmis par les mêmes moustiques et entraînent également de la fièvre et des courbatures . Les principaux signes distinctifs qui doivent faire penser au virus sont la présence de boutons et /ou parfois les yeux rouges .

    Voir aussi les articles :

    http://don-de-vie-62.eklablog.com/virus-zika-a124812776

    http://don-de-vie-62.eklablog.com/virus-zika-2-a125260256

     


    3 commentaires
  • Maux de dos, de gorge, migraines . . .et si ça venais des dents ?

    Les maux de . . .

    Des douleurs chroniques ? Faites-vous ôter les maux de la bouche

    On n'y pense pas forcément , mais des problèmes dentaires peuvent voir un impact sur notre corps .

    Une dent manquante et un mal de dos qui apparaît et s'installe , des maux de tête qui surviennent à force d'avoir serré les dents . . . pas si étonnant . Car un petit déséquilibre dans la mécanique dentaire peut occasionner bien des douleurs .

    Une mauvaise occlusion entraîne des tensions

    La bouche est une zone complexe; elle regroupe les dents, l'articulation de la mâchoire et des muscles . Dès que l'un de ces éléments est touché , l'équilibre est bouleversé et cela peut avoir des répercutions en cascade sur l'ensemble du corps . Ainsi , des dents non alignées , manquantes ou un corps étranger mal intégré ( bridge couronne, plombage . . . ) perturbent l'occlusion : les dents du haut ne sont plus parfaitement en contact avec celles du bas , ce qui provoque des tensions . Pour compenser ce déséquilibre , la mâchoire a , par exemple , tendance à travailler plus d'un côté que de l'autre . Ensuite ces tensions se propagent naturellement au reste du corps , la mâchoire étant reliée à la colonne vertébrale via les muscles , les ligaments . . .

    Des répercussions diverses

    Les déséquilibres et tensions peuvent s'étendre notamment aux muscles de la tête et du cou , causant des torticolis ou des maux de tête d'origine musculaire , qui lancent sur les côtés et à l'arrière du crane . Ils ont aussi des incidences sur les os , à commencer par ceux de la colonne vertébrale ( cervicale, dorsales, lombaires ). Cela peut même expliquer certaines lombalgies , voire des sciatiques . Enfin , un problème bucco-dentaire peut être à l'origine de douleurs qu'on lui associe moins , comme un mal de gorge ( dû à une mauvaise déglutition) pris à tort pour une angine ou encore des vertiges , des acouphènes ou des douleurs similaires à celles d'une otite .

    Une sensibilité individuelle

    Cependant , ces réactions dépendent beaucoup du << seuil d'adaptabilité >>, différent d'un individu à l'autre . Certaines personnes compensent naturellement de gros problèmes d'occlusion sans souffrir d'aucun symptôme , alors que, chez d'autres, le simple fiat de poser une couronne entraîne un inconfort et cause des douleurs associées .C'est pourquoi faire un bilan peut déceler des anomalies indolores .

    Attention à ne pas serrer les dents

    Le bruxisme est l'un des troubles qui a le plus de conséquences . Soixante-dix pour cent des français en connaîtraient au moins un épisode . En effet , le fait de serrer les mâchoires sans s'en rendre compte ( la nuit en particulier) sur sollicite et contracte les muscles qui les commandent . En outre , cette mauvaise habitude use l'émail . Conséquence , on n'arrive plus à trouver une bonne occlusion ; un vrai cercle vicieux ! Ce problème est plus fréquent chez les personnes stressées . Il faut donc prendre en compte cette dimension dans le traitement ( gestion du stress, des émotions . . .), en plus du travail sur les dents et la mâchoire .

    Une bonne hygiène dentaire pour une bonne santé

    Une carie est la porte d'entrée à une infection qui peut causer une sinusite , l'accumulation de tartre augmente le risque des maladies cardiaques , des problèmes de gencives favorisent l'arthrite . . . Des liens étonnants et pourtant bien réels ! Une mauvaise hygiène bucco-dentaire , des dents et gencives mal soignées peuvent en effet entretenir un état inflammatoire chronique , néfaste pour la santé en général . Pour les mêmes raisons , il faut prendre bien soin de ses dents pendant la grossesse ; d'abord pour limiter le risque d'infection mais aussi parce que les maladies parodontales sont les premières causes d'accouchement prématuré . Même enceinte , on peut se faire soigner chez le dentiste sans danger , en privilégiant néanmoins le deuxième trimestre .

    L'avis de l'expert 

    Dr Jean-Pierre Toubol , dentiste spécialisé dans l'occlusodontologie et la dentisterie esthétique

     

    Les maux de . . .

    .

    Quand fut-il penser qu'un problème vient des dents ou de la mâchoire ? 

    Des douleurs articulaires , musculaires, des troubles posturaux ou encore des problèmes ORL qui durent et que vous ne parvenez pas à soigner par les méthodes classiques sont autant de signaux d'alerte .

    Chez qui effectuer un bilan ?

    Le dentiste ou le stomatologue pourra détecter un problème d'occlusion .Mais le spécialiste de ce type de problème est l'occlusodontiste ; lui seul pourra déterminer si le trouble en question est lié au problème d'occlusion ( et pas seulement à une jambe légèrement plus courte que l'autre par exemple ) , grâce à différents examens et à la confection d'une gouttière dentaire sur mesure à porter pendant deux à trois semaines pour voir si cela règle le problème . Malheureusement , ces spécialistes ne sont pas très nombreux .

    Quel sont les traitements possibles ?

    L'idée est de corriger les dents pour rééquilibrer toute la dentition de façon a obtenir le même résultat qu'avec la gouttière . La durée et la complexité du traitement varie donc d'un individu à l'autre , parfois , il suffit de traiter une dent pour arranger l'ensemble , mais dans l'autre cas , il faut prendre en compte toute l'arcade . (Source : Télé Loisirs; photos du net )


    2 commentaires
  • Trop de substances dangereuses dans les cosmétiques pour bébés

    substances dangeruses pour bébé

    Les shampoings, lotions, laits nettoyants, lingettes et autres cosmétiques utilisés au quotidien pour les bébés comportent encore trop de substances chimiques potentiellement dangereuses ou allergènes. C'est ce que déplore l'ONG Women in Europe for a Common Future (WECF) dans une étude à paraître lundi.

    WECF a passé au crible 341 produits cosmétiques pour bébés en juillet et août 2015, vendus en France dans les pharmacies, parapharmacies, supermarchés, mais aussi les magasins biologiques. Sur la base des études scientifiques et des évaluations des autorités sanitaires de l'Union européenne (comité scientifique pour la sécurité des consommateurs, SCCS) et française (Agence nationale de sécurité du médicament, ANSM), cette ONG a classé les ingrédients qui composent ces produits selon trois catégories: risque élevé, risque modéré et risque faible ou non identifié.

    Risque élevé pour 299 produits

    Les résultats de cette enquête montrent qu'une large majorité de produits, 299 sur 341, sont composés d'ingrédients à risque élevé. On retrouve en effet un allergène par contact (la méthylisothiazolinone ou MIT) dans 19 produits, dont sept lingettes, un conservateur soupçonné d'effets toxiques sur la reproduction (le phénoxyéthanol) dans 54 produits, dont 26 lingettes, ainsi que des parfums dans 226 produits, impliquant des risques potentiels d'allergies. 

    Dès décembre 2012, la Société française de dermatologie avait révélé que le MIT, conservateur très largement utilisé dans les cosmétiques en remplacement des parabens (eux-mêmes accusés d'être des perturbateurs endocriniens), entraînait un nombre croissant d'irritations et d'eczémas. En septembre 2014, Bruxelles avait d'ailleurs imposé de réduire son usage sans toutefois l'interdire. Finalement, «seul le liniment ne présente aucune substance à risque élevé», a commenté Elisabeth Ruffinengo, responsable projets santé-environnement de WECF.

    L'ONG a en outre retrouvé quatre ingrédients ou familles d'ingrédients classés à risque modéré dans 181 produits: l'EDTA, un composé très présent dans les produits moussants (shampoings et bains), des sulfates (laureth et lauryl sulfate), qui sont des agents moussants potentiellement irritants, ainsi que des huiles minérales, issues de la chimie du pétrole, pouvant être contaminées par des impuretés et des nanoparticules, «dont les effets sont encore mal évalués». L'EDTA a été retrouvé dans 87 produits, dont 30 lingettes; les sulfates dans 50 produits, en grande majorité des produits pour le bain et des shampoings; les huiles minérales dans 30 produits, majoritairement des crèmes et lotions; enfin, les nanoparticules, dans 14 produits solaires.

    Interdiction demandée pour trois ingrédients

    WECF, qui repose sur un réseau de 150 organisations environnementales et féminines présentes dans 50 pays, demande l'interdiction des trois ingrédients à risque élevé dans tous les cosmétiques destinés aux enfants de moins de trois ans. «On a été très surpris par l'omniprésence de parfums dans la quasi-totalité des produits», alors que cet ingrédient, totalement superflu, peut causer des allergies par contact, a souligné Mme Ruffinengo. «Il y a eu certes des progrès réalisés» dans la composition des cosmétiques pour bébés, a-t-elle ajouté. Mais le principe de précaution voudrait qu'on n'utilise pas des substances dont on sait qu'elles sont potentiellement dangereuses».

    Car la peau du bébé et du jeune enfant est particulièrement fragile. «Son pH est neutre durant les premières semaines et elle n'est pas encore protégée par le film hydrolipidique qui met les cellules à l'abri des influences extérieures. Elle est aussi plus perméable que celle de l'adulte, car les cellules de l'épiderme ne sont pas encore suffisamment soudées les unes aux autres», explique l'ONG. En outre, chez le bébé, la zone du siège, souvent humide et chaude, est particulièrement sensible «car elle favorise l'absorption des substances par voie cutanée». Or, l'étude montre que les ingrédients incriminés se retrouvent très souvent dans les lingettes. «C'est très inquiétant. Les lingettes sont très utilisées car elles sont pratiques, sans rinçage, transportables partout», a relevé Mme Ruffinengo.

    En octobre 2013, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait passé au ban d'essai 27 lingettes pour bébés et avait constaté que 94% des lingettes testées pourraient être nocives. L'ANSM avait elle-même recommandé en 2012, à titre de précaution, de ne pas utiliser des lingettes pour bébés contenant du phénoxyéthanol, ce même conservateur classé à risque élevé par WECF. (Source :Le parisien du 15 02 2016)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique