• Mon parcours de greffé par Pierre-Paul Bellemène

    (ici sur la photo avec son petit-fils)

    Pierre-paul , greffé du foie


    Je ne suis plus tout à fait sur de la  date exacte mais je pense que tout a commencé au cours de l’année 88. Lors d'une  visite médicale le médecin du travail palpe mon foie et constate  une anomalie . Il  comprend tout de suite que j’ai un problème au foie . Il me questionne pour savoir si j’avais l’habitude de boire . Je lui réponds que ça m’arrivait deux ou trois fois dans l’année lors d’un grand repas, mais pas plus. Là il me fait comprendre qu’il y a certainement un problème et il me fait une lettre pour mon médecin traitant. Celui-ci me prescrit des analyses et dès que les résultats arrivent il m’annonce que j’ai probablement un début de cirrhose. Et là il me dit d’arrêter l’alcool et m’explique les conséquences de la cirrhose.

     Sur le moment j’avais envie de rigoler, je ne prenais pas conscience de la gravité de de ma maladie et surtout je ne connaissais pas vraiment ce qu’était une  cirrhose.  Comme je ne buvais pas, et surtout je ne me sentais pas malade  je pensais que c’était comme une maladie qui passe et que dans quelque temps tout allait rentrer dans l’ordre. Suite à ça il y a eu un contrôle régulier Avec des périodes ou la cirrhose stagnait et d’autres fois ou elle progressait et il me disait toujours il  faut  arrêter de boire .

    J’avais beau dire que je ne buvais pas mais vu les résultats des analyses, il en doutait. Finalement il a fini par me croire et on a essayé de chercher l’origine de cette cirrhose qu’on a jamais trouvé . Par la suite j’ai  fait des biopsies pour confirmer la cirrhose  Et là il m’explique  qu‘il faudra  passer par la greffe. Ça devenait de plus en plus angoissant pour moi, je ne ressentais aucune douleur, mais moralement c’était difficile pour moi d’accepter ça .

    Durant les dernière années on m’a mis sur la liste d’attente pour la greffe, et j’ai dû  faire deux séjours  à l’hôpital Henri Mondor pour les bilans pré-greffe.  Comme j’habite l’ile de  la Réunion  il fallait venir en France. Et là c’est le parcours du combattant. Il y a tellement de démarche à faire, parfois il faut  aller de l’autre côté de l’ile pour faire des papiers et puis quand tout parait bon, il manque encore quelque chose. Il y a de quoi se décourager, heureusement que j’avais des gens pour m’aider parce que en plusieurs fois j’ai failli renoncer  .

    Après chaque bilan je rentrais chez moi et quand je suis arrivé en deuxième position sur la liste d’attente on m’ a demander de  me rapprocher de l’hôpital  . Je suis donc revenu en France avec beaucoup d’espoir et en même temps , je faisais mes adieux à mes enfants je me disais que peut-être c’était la dernière fois que je les voyais .
     Ma dernière fille avait à peine trois mois et comme ma femme m’accompagnait on avait dû la laisser chez une tante . Les derniers moments avant le départ était déchirant, mais il fallait y aller. En métropole on a eu de la chance de trouver des amis qui nous ont hébergés pas loin de l’hôpital. Ça a duré deux mois environ et puis un jour quand on faisait nos courses le bip a sonné et on a pris contact avec l’hôpital, il fallait venir immédiatement il y avait un greffon pour moi. Arrivé à l’hôpital on m’a préparé pour la greffe . Dans la soirée on est venu me dire que le foie ne me correspondait pas et que ce sera pour une autre fois. Ce soir-là, Je suis renté un peu soulagé comme c’était la première fois qu’on m’appelait, j’étais pris au dépourvu et je n’avais pas eu le temps de faire mes adieux à la famille et aux amis.

    Puis arrive ce jour que je n’oublierais pas, c’était la fête d’halloween on m’a appelé en début de soirée en arrivant à l’hôpital il y avait des infirmières déguisées en sorcière il y avait un côté festif, et ça m’a amusé je n’ai pas eu la crainte que j’avais la première fois. On m’a préparé pour la greffe. Ça s’est passé très vite et la dernière chose que je me souviens avant de m’endormir c’est les anesthésistes qui parlait entre eux de cueillette de champignons et puis le grand sommeil   je ne sais pas combien de temps ça a duré .

    Quand j’ai commencé à reprendre conscience  j’avais l’impression d’être dans une pièce ou il y avait de l’eau qui coulait du plafond  Au fond de moi j’avais compris que ça s’était bien passé qu’une nouvelle vie allait commencer. Par contre un ou 2 jours après j’ai eu une infection aux yeux et comme je ne pouvais pas parler à cause des appareils impossible de me faire comprendre. Finalement en faisant des gestes de la main j’ai réussi à demander de quoi  écrire et après de longs efforts  j’ai fini par écrire œil.  Là ils ont compris ou j’avais mal et ils m’ont soigné efficacement. Pour la suite tout s’est bien passé. Entre temps mes enfants sont venu en France et j’ai pu les voir pour noël après l’opération je suis resté environ 6 mois en métropole avant de pouvoir rentrer définitivement. Par la suite je devais  être suivi par l’équipe médicale qui m’a opéré.et il fallait revenir chaque fois en métropole.  Je suis donc revenu 2 fois pour des contrôles, mais  vu les contraintes d'un voyage fatiguant et des démarches compliquées, j’ai refusé de revenir . Je pense que les médecins de la Réunion sont aussi compétant que ceux de métropole.  D'ailleurs les résultats de tous mes examens sont transmis à l’équipe qui a fait ma greffe. 

    Maintenant ça fait 19 ans que j’ai été greffé et d’après mon médecin le foie est impeccable. Par contre depuis les antis rejets ont abimés mes reins. Au départ j’avais la ciclosporine puis le prograff et maintenant le cellcept .  Avec le prograff mon diabète était très élevé et depuis qu’on m’a mis au cellcept,  c’est redevenu normal.

    Mais maintenant mes reins sont très abimé et je risque d’être dialysé bientôt Je suis aussi sur la liste d’attente pour une greffe de reins.    

    Maintenant que j’ai vécu l’expérience de la greffe  je pense que s’il fallait refaire je serais plus serein et mieux organisé.


    3 commentaires
  • Je vous propose une semaine de menus printemps -été à imprimer

    Menus printemps-été

    Menus printemps-été


    1 commentaire
  •  Belle bette et bien bonne 

    Quelle douceur dans ses feuilles et ses côtes ! Cantonnée autrefois aux spécialités régionales , la bette (appelée aussi blette , carde ou poirée) connaît aujourd'hui un regain de popularité grâce à sa légèreté et à sa texture unique .

    la bette

    Valeur nutritionnelle pour 100 g 

    Bette cuite :  20,6 kcal           Eau :  92,6 g                 Protéines :  1,88 g 

    Glucides : 2,03 g                     Lipides :  0,08 g          Fibres :  2,1 g  

    Fer :  2,26 mg                        Magnésium :   22,9 mg        Potassium :  549 mg

    Manganèse :  0,33 mg                 Zinc :   0,32 mg            Bêtacarotène : 3650 µg

    Vitamine B6 :   0,08 mg                Vitamine C : 18 mg 

    Cousine de l'épinard et de la betterave 

    La bette est cultivée tant pour se feuilles que pour ses côtes (ou cardes) , toutes deux  délicieuses et faciles à accommoder . On en connaît 36 variétés . De feuilles lisses ou ondulées , drues et d'un vert soutenu , de côtes larges et plates , de blanc à rouge violacée; elles répondent aux jolis noms de "bette épinard" , "blonde à carde blanche", "verte à carde blanche ". 

    Prodigue au potager 

    De culture facile - la bette parvient à maturité 10 semaines après les semis sous serre , en godets ou en plein champ -, elle procure une récolte abondante . Au fur et à mesure de ses besoins , le jardinier coupe la plante en conservant le cœur : elle donnera ainsi de nouvelles feuilles . Si elle est protégée du froid en hiver  , les prélèvements peuvent reprendre au printemps , jusqu'à la montée à graines . Cueillez les feuilles entières , sans flétrissures ni taches et des côtes fermes. Vous les dégusterez tout de suite ou bien les conserverez enveloppées simplement dans du papier ou dans un torchon , dans le bas du réfrigérateur jusqu'à 3 jours . Les côtes , coupées en gros tronçons , se prêtent à la mise en bocaux  .

    Avant toute préparation , rincez les légumes sous un filet d'eau fraîche pis, essorez-les soigneusement . Les côtes sont parfois recouvertes d'une fine pellicule transparente , de texture fibreuse pas très agréable . Séparez d'abord les feuilles et côtes . Réservez-les feuilles et brisez le côtes en deux , à la main ou au couteau . Et, avec un couteau éplucheur , tirez dans le sens des fibres , comme pour la rhubarbe .

    Douce de la feuille 

    Les jeunes feuilles peuvent se déguster crues, en salade, façon pousses d'épinards , agrémentée d'huile de noix . Cependant , c'est cuites que les blettes toutes entières , exaltent leur pleine saveur . Si elles peuvent surprendre par une attaque en bouche un peu terreuse , elles s'avèrent d'une vraie finesse gustative (qui plus est, elles cuisent très vite ; 10 mn environ à la vapeur , en autocuiseur , ou poêlées) . partie intégrante du patrimoine culinaire niçois , elles s'y déclinent en boulettes , tians, farcis, gnocchis et torta de bléa (tourte sucrée de lettes aux pignons, raisins secs , pommes, poudre d'amandes, œuf et cassonade) . Vous aimerez également les bettes en soupe onctueuse , dans une jardinière de légumes , en gratin, aux côtés d'un agneau au four , ou en pistou . En purée , en gelée , mêlée aux herbes et aux airelles , vous revisiterez les classiques de la cuisine scandinave  sur des anguilles , des harengs et des saumons marinés cru ou de la viande fumée . (Extrait de Femina )

     


    votre commentaire
  • Les douleurs articulaires sont souvent un frein à nos activités. Alors pour rester mobile , mieux vaut en prendre soin et miser sur la prévention .

    Protéger ses articulations

    Voici 7 règles d'or pour  protéger ses articulations . 

    1 ) Bouger régulièrement 

    Les articulations ont besoin de mouvements et d'impacts réguliers pour bien fonctionner et ne pas se raidir . Une étude américaine Arthritis Care & Research a démontré que le fait de marcher 6 000 pas par jour retardait , par exemple , le développement de l'arthrose . En revanche , mieux vaut limiter les activités traumatisantes pour les articulations , comme la course à pied, le tennis, le ski… Et tenter d'alterner avec des sports plus doux ,tels le vélo, la natation ou la gym douce.

    2 ) Conserver son poids de forme

    Un lien direct est prouvé entre le surpoids (ou obésité) et les douleurs arthrosiques , souvent situées au niveau des hanches ou des genoux , mais aussi aux doigts . Alléger de 10 % son poids si on a quelques kilos en trop permet de diminuer la pression exercée sur les articulations .

    3 ) Limiter les gestes répétitifs 

    La dégradation du cartilage augmente avec l'âge , mais elle est surtout causée par des contraintes répétées qui s'exercent sur l'articulation . Si l'on pratique le jardinage ou la couture , il faut utiliser les bons outils , avoir la bonne posture et surtout factionner le temps consacré à l'activité .

    4 ) Arrêter de fumer 

    Le tabac limite l'oxygénation du sang et contribue à a désagrégation du cartilage . Une étude présentée en 2017 prouve que le fait de fumer favorise l'irruption de maladies rhumatologiques , comme la polyarthrite rhumatoïde ou encore la spondylarthrite ankylosante .

    5 ) Faire le plein d'antioxydants 

    Le stress oxydatif accélère le vieillissement , y compris au niveau des articulations .Et si l'on souffre de douleurs telles que l'arthrose , l'érosion du cartilage augmente d'autant l'oxydation de l'organisme… Un cercle vicieux ! Il faut donc compenser en consommant de la vitamine C et des polyphénols ; pour cela , mangez des fruits et des légumes colorés, des épices et buvez du thé vert. 

    6 ) Rééquilibrer son assiette 

    Une alimentation riche en viande rouge , en sel et en produits transformés , acidifiante pour l'organisme , a tendance à accentuer la déminéralisation des os . Elle favorise de ce fait les douleurs articulaires et les tendinites . Pour compenser , il faut consommer des végétaux , des céréales complètes et des eaux minérales  alcalinisantes (type St-Yorre, Vichy Célestins, Badoit …).

    7 ) Se mettre aux gymnastiques douces 

    Yoga, qi gong ou tai-chi ont un effet bénéfique prouvé sur la mobilité et les douleurs articulaires .  Ces pratiques renforcent aussi les chaines musculaires et augmentent la souplesse des tissus situés autour des articulations , ce qui protège ces dernières des chocs .

    Bon à savoir 

    Notre alimentation, qui présente un déséquilibre entre l'apport d'oméga 6 et d'oméga 3 , favorise les inflammations responsables des douleurs articulaires. Pour inverser la tendance, il est recommandé d'augmenter sa consommation d'aliments riches en oméga 3; poissons gras deux ou trois fois par semaine , huile de colza ou de noix , ainsi que les produits labellisés <<bleu-blanc-cœur >>( charte garantissant la bonne alimentation des animaux d'élevage ) . ( Texte extrait de Télé-Loisirs )


    1 commentaire
  • Voici 3 recettes de desserts sucrés pour 4 personnes et la valeur calorique de chaque  portion 

    Plats de desserts

    Plats de desserts


    2 commentaires
  • Voici 3 recettes à base de féculents pour 4 personnes et leurs valeurs caloriques par personne

    A base de féculents

    A base de féculents


    5 commentaires
  • Anorexie (2/2)

    Voici comment chacun peut améliorer les relations 

    Au CHU de Rouen, une séance de thérapie familiale dure en général 1 h 30 , durant laquelle le thérapeute aborde avec chaque participant l'histoire de la famille , ses relations actuelles et le ressenti de l'anorexie . <<Vous êtes des pièces centrales dans l'évolution de votre proche . On va voir comment chacun, à son niveau , peut améliorer les relations >, explique aux parents et à la fratrie le Pr Gérardin . Alexia Savey 3 , hospitalisée à 12 ans , témoigne de sa première séance : <<Lorsque j'ai revu les miens ensemble , je craignais la confrontation . En réalité , ma thérapeute a été d'un grand soutien , elle était une médiatrice entre ma sœur ainée , ma mère, mon beau-père et moi .Elle disait des choses que je n'arrivais pas à verbaliser ; par exemple que je ne cherchais pas à les embêter et que je n'étais pas responsable de toutes les tensions qui régnaient entre eux . Elle leur expliquait aussi la maladie pour qu'ils suivent mon évolution. Durant ces séances , on dressaient un bilan de mes progrès .>>

    Apprendre à ne pas se laisser envahir au quotidien 

    Les familles bénéficient également , lors de ces rencontres de conseils sur l'attitude à adopter avec une anorexique : plutôt que surveiller son assiette et élaborer des stratégies pour l'obliger à manger, les spécialistes conseillent de s'adapter et de ne plus être dans l'opposition , tout en fixant des limites - en ne la laissant pas annexer la cuisine , par exemple- .<<Il faut tout faire pour que la maladie n'envahisse pas le quotidien et pour que chacun puisse retrouver une vie supportable Les parents doivent se préserver une vie de couple >>, indique le Pr Gérardin .Selon les équipes et les moyens , le nombre de rendez-vous proposés varie ; très intensifs en Belgique, ces dispositifs peuvent être de 1 fois par semaine , tous les 15 jours ou tous les mois en France. La prise en charge est de toute façon personnalisée et dure tout au long de la maladie, y compris après la sortie de l'hôpital .

    Vers des thérapies multifamiliales

    Les effets de cette thérapie familiale , en plus des soins usuels , sont patents ; selon une étude réalisée à l'institut mutualiste Montsouris, à Paris, et publiée en 2012 par le Dr Nathalie Godart, les jeunes filles qui en ont bénéficié 1 fois par mois durant dix-huit mois ont été , après ce laps de temps , 2 fois plus nombreuses à être sorties du stade critique en termes de poids et ont 3,2 fois plus de chances que les autres d'aller bien . Cette alliance thérapeutique avec les familles réduit la durée d'hospitalisation et accélère la récupération . D'où l'intention du Pr Gérardin de privilégier aussi, à l'avenir des thérapies multifamiliale qui apportent à chacun des participants à la fois l'expérience des autres et le soutien du psychiatre .<< Ce partage de connaissances entre quatre ou cinq familles favorise une dynamique déculpabilisante >> , explique-t-elle . A la clé , dédramatisation , entraide et compréhension permettent de rendre les relations meilleures au sein des familles et plus propices à la guérison .( Texte extrait de Télé-Loisirs )

    Anorexie (2/2)


    1 commentaire
  • Cette maladie psychique qui touche dix filles pour un garçon n'est de la faute ni du jeune ni de ses proches . Pourtant , c'est l'alliance thérapeutique avec la famille qui favorise le plus la guérison .

    L'efficacité des thérapies familiales 

    L'anorexie

    Nora , 13 ans , a perdu 14 kilos en six mois . Bien que d'une maigreur impressionnante , elle se trouve <<trop grosse>>. Au pédopsychiatre qui l'interrroge, elle répond : <<Je sais que je ne suis pas grosse , mais il y a trop de choses en moi>>. L'anorexie , ce trouble du comportement alimentaire qui touchent surtout les filles , affecte de 150 000 à 200 000 adolescentes en France1 . Elle se déclenche entre 14 et 17 ans ,mais aussi de plus en plus chez les moins de 12 ans . Tous les degrés existent ; de la restriction alimentaire passagère sans conséquences - qui touche 20 % des jeunes filles - au stade sévère qui met leur vie en danger et transforme celle de la maisonnée en enfer, particulièrement au moment des repas. Au fur et à mesure , les conflits sont inévitables avec l'adolescente décrite par son entourage comme tyrannique et obsédée par l'alimentation , tandis que , de son côté , elle se plaint d'être épiée et contrôlée en permanence . les parents se sentent impuissants et, bouleversés, reportent toute leur attention à cet enfant en train de dépérir . Les frères et sœurs quant à eux, sont nombreux à souffrir de troubles anxieux et dépressifs . Ils réagissent vis-à-vis de leur sœur malade soit par de l'agressivité , soit, au contraire , par un comportement surprotecteur avec, pour certains , des difficultés à mener à bien leur propre construction alimentaire2 .

    Des parents hier accusés à tort . . .

    Jusqu'à récemment , on avait tendance à faire porter la responsabilité de l'anorexie à la famille qui était de fait exclue de sa prise en charge. Celle-ci , en l'absence de traitement médicamenteux , repose- pour les patientes atteintes de formes sévères - sur une hospitalisation , avec des entretiens psychologiques individuels assortis d'un suivi diététique et d'ateliers ( théâtre, esthétique, vidéo ...)  ,tout en maintenant un soutien scolaire. <<Certes , il existe des familles où il y a une idéalisation du corps et du contrôle de soi poussée très loin, mais aucune étude n'a révélé un dysfonctionnement familial particulier qui entrainerait l'anorexie >>, indique le Pr Bruno Falissard , pédopsychiatre ,directeur de l'unité Inserm U 1178 , santé publique et santé mentale . <<C'est une maladie complexe où se mêlent une vulnérabilité génétique , un tempérament perfectionniste , l'histoire de la jeune fille et l'impact de la société  qui fait pression sur le corps. >> Désormais , le nouveau message des équipes hospitalières consiste donc à dire à la famille ; <<On a besoin de vous , vous pouvez aider votre proche .>>

    . . . Aujourd'hui pièces maitresses du traitement 

    C'est ainsi que depuis une dizaine d'années dans les services spécialisés pionniers qui soignent les cas les plus graves , <<on pense que la thérapie familiale est une pièce maitresse de la prise en charge . La famille est intégrée dans le processus de guérison en tant qu'actrice du devenir de la jeune fille >>, souligne le Pr Priscille Gérardin , pédopsychiatre dans l'unité de psychopathologie et de médecine de l'adolescent du CHU de Rouen . Un hôpital que les parents , les frères et sœurs peuvent visiter, où ils participent s'ils le souhaitent aux séances de thérapie et préparent avec les soignants -avant de partager - le <<repas thérapeutique >> de fin d'hospitalisation destiné à favoriser un retour sans crainte à la maison .

    Quelques adresses utiles 

    L'anorexie (1/2)

     


    1 commentaire
  • . . . Les bons remèdes

    les bons remèdes ...

    Piqûres d'insectes , brûlures du soleil ou du barbecue ...

    Ces bobos ne vous gâcherons plus les vacances grâce à quelques précieux réflexes pour ne pas laisser la douleur ou la gêne liées à un petit incident ternir vos congés , rien de plus simple; il suffit de glisser dans sa trousse à pharmacie quelques produits indispensables et de connaître les gestes qui soulagent .

    Adopter les bons réflexes 

    En cas de piqûre d'abeille, mieux vaut retirer le dard non pas à la pince à épiler , qui au risque de le sectionner et de libérer le venin , mais à l'aide d'un objet fin et plat, comme la tranche d'une carte de paiement. Il faut alors pousser horizontalement le dard hors de la peau .                                                                                                            Piqué par une méduse ? Il est nécessaire de rincer à l'eau de mer (l'eau douce réactive la douleur) , sans frotter , afin de retirer les filaments collés à la peau qui causent les brûlures . Surtout ne les touchez pas avec les mains ! On peut aussi appliquer du sable sur la zone et gratter doucement avec la tranche d'une carte de paiement pour retirer les filaments récalcitrants .                                                                   En cas de douleur façon <<décharge électrique >> , vous avez sûrement posé le pied sur une vive enfouie dans le sable . Sortez de l'eau illico et allongez-vous en surélevant la jambe touchée pour limiter l'œdème au niveau du pied . Ensuite , laissez-le tremper dans l'eau chaude (40°C. environ) pendant vingt à trente minutes afin de <<désactiver >>le venin . A défaut, enfouissez votre pied dans le sable chaud.  Si vous avez marcher sur un oursin, il faut bien retirer les épines et leurs fragments à l'aide d'une pince à épiler .                                                                                      Enfin, en cas de brûlure , laissez couler l'eau du robinet (tempérée, surtout pas glacée) sur la zone touchée durant au moins quinze minutes jusqu'à ce que la douleur diminue .

    Ne pas oublier de désinfecter 

    Quel que soit le problème , ce geste est essentiel pour éviter tout risque de surinfection de la peau abimée. A la maison , vous pouvez utiliser un  spray antiseptique à base de Chlorhexidine , qui ne pique pas . Et lors de déplacements , il est utile d'emporter avec soi des lingettes antiseptiques à usage unique (pharmadose, mercurochrome ) Les adeptes des produits naturels peuvent appliquer une goutte d'huile essentielle de Tea Tree ou de lavande fine , aux vertus antiseptiques et antibactériennes .

    Appliquer une crème cicatrisante 

    Après une lésion , il faut réhydrater et nourrir la peau avec une crème apaisante et favorisant la cicatrisation (cicaplast baume, Homéoplasmine ...), à appliquer en massage plusieurs fois par jour . Après un coup de soleil, on mise sur la traditionnelle Biafine ou sur un gel à base d'Aloe-Vera (bio et pur à près de 100%) rafraichissant et hydratant . S'il s'agit d'une brûlure , l'idéal est d'utiliser une pommade antibiotique comme Flammazine ou d'appliquer un tulle gras .Enfin, si à la suite d'une piqure la zone continue à démanger ou que le bouton enfle , on optera pour un gel ou une crème contenant un antihistaminique (Onctose, Apaisyl gel, etc.) ou un corticoïde léger( tels que Cortapaisyl ou Cortisédermyl ) voire les deux (Onctose Hydrocortisone ).                                                                                                           Le froid a un effet antalgique reconnu. Pour calmer rapidement lorsque ça brûle, que ça pique ou que ça démange . On mise sur des roll-on , baumes ou gels apaisants à base de menthol ou de camphre . Effet glaçon garanti ! 

    Miser sur l'homéopathie 

    Avoir sur soi un ou deux tubes de granules homéopathiques se révèle utile dans de nombreux cas. On dégaine Apis mellifica 9ch contre les piqures en tout genre , mais aussi les brûlures et les coups de soleil , à raison de 5 granules tous les quarts d'heure pour les insectes (guêpes etc.) et de trois toutes les 5 mn en cas de piqures de méduses, puis on espace Belladonna 9ch est utile contre les coups de chaud ou l'insolation (5 granules tous les quarts d'heure puis toutes les heures , en espaçant dès que l'on se sent mieux .

    Des nouveautés astucieuses pour repousser les moustiques 

    Le mieux. C'est encore d'éviter la piqure (le moustique tigre qui transmet notamment le virus Zika) piquant surtout le jour , il faut se protéger toute la journée, sans zapper la crème solaire . On fait d'une pierre deux coups avec des produits antimoustiques qui intègrent  une protection solaire (spray UV SPF 20 et stick UV SPF  30 cinq sur cinq ). Il existe également des sticks pratiques en pique-nique ou à la plage , quand on ne peut pas se laver les mains (nul besoin d'étaler) mais aussi pour protéger le visage sans risquer de toucher les yeux (stick antimoustiques Florame , baume anti -moustiques Manouka). Enfin, n'oubliez pas les petites lingettes qui remplacent les sprays dans le sac quand on sort le soir (lingettes antimoustiques chez MouskitoGuard et Mosquitno ).

    l'avis de l'expert : Fabienne Millet 

    Pharmacienne formée en aromathérapie et phytothérapie 

    Aux petits maux ...

    Comment préparer utilement sa trousse à pharmacie de l'été ? 

    Le mieux est de l'adapter aux maux auxquels on est généralement sujet; un antihistaminique contre les réactions allergiques , un pansement gastrique si l'on souffre de brûlures d'estomac... L'important et d'anticiper et d'être autonome , surtout si l'on voyage à l'étranger car il n'est pas toujours aisé de trouver sur place les produits souhaités .

    Quels conseils donner aux personnes qui suivent un traitement ? 

    D'abord, de prévoir un peu large; il ne faut pas emmener le nombre exact de comprimés dont on a besoin car on peut en perdre ou le séjour peut être prolongé... Je recommande aussi de laisser les médicaments dans leur boîte d'origine , avec la notice , de manière à pouvoir s'y référer au cas où . Enfin, il est utile de garder le double de ses ordonnances pour les médicaments indispensables .

    Face aux bobos de l'été, dans quel cas faut-il consulter un médecin ? 

    Le risque principal  est la réaction allergique à la suite d'un piqûre ;un œdème généralisé , voire un choc anaphylactique . Il faut consulter en urgence si le gonflement s'étend , par exemple, à tout le bras mais aussi si l'on ressent des frissons, des suées, etc. De manière générale , il est utile de garder sur soi une carte contenant tous les renseignements utiles en cas d'urgence ; groupe sanguin, allergies connues, traitements en cours etc. ( extrait de Télé-Loisirs. Photo du net )


    2 commentaires
  • Le Freestyle Libre...

    Bonjour à tous mes ami (es) diabétiques de type 2 .

    Si vous voulez en savoir plus sur le Freestyle Libre , je vous invite à suivre le lien ci-dessous de mon amie Floralie  que je remercie grandement pour son explication

    http://les-photos-de-floralie.blogspot.fr/2018/05/le-freestyle-libre.html


    1 commentaire