• L'œuf contient les meilleures protéines nécessaires à l'être humain et possède de multiples vertus diététiques . Accommodé de mille et une façon , il mérite d'occuper une plus large place dans nos assiettes .

    Ne boudez pas les œufs  (1/2)

     

    Quoi de commun entre la piperade, la tarte au citron et l'île flottante  ?

    l'œuf évidemment , aux multiples usages culinaires et à la valeur nutritionnelle remarquable .Le jaune , ovule de la poule , s'entoure de différentes couches d'albumine (le blanc) et d'une fine coquille formée  de carbonates et de phosphates de calcium . Lorsqu'il est  fécondé , il devient un embryon contenant une pléiade de substances nutritionnelles indispensables à la vie .                                                            L'œuf contient es protéines idéales : de l'albumine dans le blanc et dans le jaune des phosphoprotéines . Deux œufs, avec leurs 13 g de protéines sont équivalents à 100 g de viande ou de poisson . A noter : le blanc d'œuf n'est parfaitement assimilé que s'il est cuit . Cru, il n'est que partiellement digéréetla moitié se perd dans les selles .

    Deux œufs équivalent à 100 g de viande 

    C'est le jaune qui concentre les lipides, constitués surtout d'acides gras mono-(acide oléique) et polyinsaturés . Ils sont associés à des phospholipides tels que les lécithines aux propriétés émulsifiantes , employées dans l'industrie alimentaire .                         Deux œufs apportent  500 g de cholestérol . C'est pourquoi les personnes atteintes d'hypercholestérolémie les bannissent souvent de leur assiette . En réalité , on estime que le cholestérol sanguin est issu pour un ties de l'alimentation , les deux tiers restants provenant du foie . Pour peu que l'hyper cholestérolémie soit familiale , liée à une anomalie génétique , l'influence du cholestérol alimentaire paraît bien minime. Dans le pratique , les nutritionnistes recommandent de ne pas dépasser quatre œufs par semaine lorsque le taux de cholestérol est compris entre 2 et 2,5 g/l ; et de ne pas consommer plus de deux œufs hebdomadaires lorsqu'il dépasse 2,5 g/l .              Aucun argument en leur défaveur : ils feraient mal au foie , déclenchant des contractions douloureuses de la vésicule biliaire qui contient la bile nécessaire à la digestion des lipides . C'est surtout vrai lorsqu'ils sont cuisinés avec beaucoup de corps gras : omelettes cuites dans du beurre (le beurre cuit est très indigeste) , œufs frits . Sinon, ils sont en général bien supportés par l'appareil digestif .


    1 commentaire
  • Vous aimez son jaune, mais vous êtes dans le rouge côté cholestérol? Bonne nouvelle : Il n'y a pas de raison de se priver . 

    l'œuf un aliment en or !

    Nous sommes de plus en plus méfiants sur le contenu de nos assiettes … 

    Avec l'œuf, aucun problème ! C'est un produit qui ne subit aucune transformation .De plus, il suffit de l'associer à une bonne salade et à un peu de pain brun pour obtenir un plat équilibré et économique . seule ombre au tableau: le spectre du LDL ou mauvais cholestérol . Nombre d'entre nous renoncent à manger des œufs de peur de le voir s'envoler et d'augmenter le risque de développer une maladie cardio-vasculaire. or, après avoir étudié des travaux impliquant près de 300 000 personnes sur une durée moyenne de 8 à 22 ans , les scientifiques sont formels: cette crainte n'est pas justifiée.<<Cette étude conforte l'idée que limiter les œufs n'est pas la première recommandation à formuler pour prévenir les maladies cardio-vasculaires, même en cas d'd'hypercholéstérolémie , explique le Dr Boris Hansel, diabétologue, spécialiste de la prévention cardio-vasculaire à l'hôpital Bichat. On peut recommander la consommation de 4 à 6 œufs par semaine et, en cas d'hypercholestérolémie , la fixer à 4 œufs (en plus de deux contenus dans les préparations culinaires .

    Du fer, des protéines et des vitamines 

    << La composition des œufs, notamment protéique et vitaminique , pourrait, en outre , réduire certains facteurs de risque, dont l'hypertension artérielle >> ajoute le Dr Hansel. De tous les aliments, l'œuf est la meilleure source de protéines, puisqu'il contient les huit acides aminés essentiels . Ces protéines peuvent aussi aider à réduire les apports caloriques . Une étude américaine (équipe Marth, Detroit) montre ainsi que 2 œufs au petit déjeuner diminuent de29 % la prise énergétique sur le reste de la journée, comparé à un petit déjeuner traditionnel (mais attention à ne pas en prendre tous les jours  pour ne pas dépasser la quantité hebdomadaire recommandé!) Enfin, cet aliment, à lui seul , assure 25 % de nos besoins quotidiens en vitamine A (indispensable à la croissance , à de bons yeux et une belle peauet10 % de ceux en fer (antifatigue)

    Boostez ses qualités 

    Choisissez des œufs bio ou label rouge issus de poules élevées en liberté .         Privilégiez les œufs à la coque .  Le cholestérol de l'œuf se concentre dans le jaune . Or les chercheurs ont montré que son oxydation devait être limitée pour diminuer le risque de dépot dansnos artères . Il faut donc que celui-ci reste lquide .


    2 commentaires
  • Nos enfants mangent mal dès le plus jeune âge selon l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses), en particulier ils consomment beaucoup trop de sucre . Les trois-quarts des 4-7 ans ont concernés .

    Ils mangent trop de sucre

    Revoyons notre copie 

    Une consommation excessive de sucre augmente les risques de surpoids et d'obésité , entraînant une prédisposition au diabète de type 2. <<<<<elle modifie l'humeur en rendant agité et nerveux, diminue la concentration et les capacités d'apprentissage , sans oublier que le sucre est addictif . Heureusement , avec quelquesajustements , on peut réusir à les désintoxiquer .

    On modifie la composition du goûter 

    On remplace les produits trasformés par des aliments bruts comme du pain et du chocolat, par exemple. On troque la compote pour un fruit frais , plus riche en fibres et en vitamines. Côté laitages , on  évite les yaourts à boire, aromatisés ou aux fruits , beaucoup plus sucrés , et on opte pour un yaourt nature auquel on ajoute un peu de miel ou de confiture .

    On ne compte pas le jus d'orange comme une portion de fruits

    En termes de quantité de sucre , le jus d'orange est comparable à un soda. S'il est fait maison, il est certes pus ualitatif mais fait monter le sucre dans le sang plus rapidement qu'un fruit , d'autant qu'il a souvent plus d'une orange dans un verre.

    On débusque les sucres industriels cachés 

    On choisit des produits dont la liste d'ingrédients est la plus courte possible et composée d'aliments connus ; on évite par exemple ceux contenant de la lécithine de soja , desémulsifiants , etc. On vérifie la mention<<glucides, dont sucres >>et on achète les produits dont le taux est le plus bas. On est particulièrement vigilant sur les céréales ; pour une porion (30 à 40 g ) , il ne faut plus de 5 g de sucre . C'est le cas des flocons d'avoine et de certains mueslis avec des oléagineux  ( amandes, noix , noisettes ).

    On n'assimile pas les sucreries à des récompenses

    L'alimentation est faite pour nous nourrir .Elle peut devenir conviviale et source de plaisir mais ne doit en aucun cas être une récompense. Quand on est conditionné depuis tout petit à être consolé ou récompensé par un bonbon ou un gâteau , on développe un rapport à la nourriture qui n'est pas sain . On ancre une addiction comportementale que l'on reproduira une fois adulte et dont il sera difficile de se détacher .

    Ils mangent trop de sucre

    On ne bannit pas le sucre radicalement 

    Limiter le sucre ne veut pas dire l'éradiquer t frustrer les enfants .On peut autoriserdes petits déjeuners ou des goûters plaisir de temps en temps en essayant de privilégier le fait-maison au maximum en réalisant des gâteaux soi-même avec des farines complètes , plus riches en nutriements et à l'index glycémique plus bas (texte extrait de mon pharmacien & moi . mars-avril 2020) 

     


    votre commentaire
  • (Les glucides) de notre alimentation 

    Derrière ce que nous appelons communément <<le sucre >> se cache en fait une multitude de produits issus de la famille des glucides. Lorsqu'on vit avec un diabète, il est important de bien connaître cette catégorie de nutriments et s'en surveiller sa consommation .

    Les différents sucres

    La famille des glucides 

    Parce qu'ils n'ont pas tous les mêmes effets sur notre glycémie, on distingue habituellement deux types de glucides;lessiples et les complexes.

    Les différents sucres

    Composés d'une à deux molécules, les glucides simples sont rapidement transformés en énergie par l'organisme ou stockés sou forme de graisses par le foie. Composés de plusieurs glucides simples, les glucides complexes sont absorbés plus lentement au cours de la digestion .

    L'index glycémique

    Quand on parle de glucides, il est aussi utile de connaître l'index glycémique (on parle aussi parfois d'indice glycémique ou IG) .Il correspond à la capacité d'un aliment à faire monter plus ou moins rapidement la glycémie. Plus l'IG est élevé, plus la glycémie augmente vite. pour une même produit , l'index peut varier en fonction de la cuisson ou de la préparation ainsi que de la maturité pour les fruits .

    Mieux choisir ses glucides . . .

    Avoir en tête ces différentes informations peut aider à faire des choix au moment de passer à table. Des pommes de terre vapeur ont, par exemple , un IG inférieur aux pommes de terre en purée .

    . . .  Et sa manière de sucrer 

    Au-delà des données nutritionnelles, le sucre , c'est aussi une question de goût et de plaisir. Et ce n'est pas parce qu'on vit avec un diabète , qu'il faut y renoncer. Les édulcorants peuvent être une alternative ponctuelle pour concilier équilibre du diabète  et gourmandise.                                                                                                               Depuis quelque années, des produits naturels (sirop d'érable, sucre de coco, etc.) rencontrent un grand succès. Leur IG est plutôt élevé , mais, comme leur pouvoir sucrant est plus fort que la saccharose (sucre), on en utilise moins .                                 Les édulcorants naturels ( stévia) ou de synthèse (aspartame, sucralose, saccharine ...) n'apportent eux aucune calorie et sont sans impact sur la glycémie. Une promesse certes séduisante , mais qui ne permettent pas de modifier son comportement alimentaire. En effet, ces produits entretiennent l'attirance pour le saveurs sucrées. Pour être en bonne santé , les autorités sanitaires recommandentplutôt de réduire ses apports en sucre et de se déshabituer du goût sucré .

    Les différents sucres

     


    votre commentaire
  • Dans le collimateur des autorités de santé 

    Vous pensiez tout connaître de l'impact du sucre sur la santé ?                   Les conséquences d'une consommation excessive vont souvent bien au-delà de la simple prise de poids .

    Le sucre ; du bonheur et du plaisir à partager 

    Depuis des décennies l'industrie agroalimentaire nous serine le même refrain à grand renfort de marketing et de publicité . Pas une célébration sans qu'il soit de la fête . Pourtant, l'Organisation mondiale de la santé (OMS)  a encore revu à la baisse ses recommandations , nous invitant à réduire notre consommation de sucres libres pour qu'il ne représente plus que 5 % de nos apports caloriques journaliers contre 10 % auparavant. Derrière ce nouveau seuil, un nombre grandissant d'études scientifiques qui épinglent les effets délétères de l'excès de sucre sur notre santé .

    Le syndrome du foie gras 

    Si, aujourd'hui , les méfaits du sucre sur le poids , le diabète ou les maladies cardiovasculaires sont largement médiatisés, d'autres moins connus . A commencer par le syndrome du foie gras qui se caractérise par une accumulation de graisse dans les cellules hépatiques induite par un excès de fructose. Marqué par un index glycémique bas, le fructose, présent dans les fruits , est très utilisé dans les aliments et boissons industriels, notamment les sodas . Dans sa forme la plus grave, le syndrome du foie gras peut évoluer vers la cirrhose , puis le cancer hépatique . Le professeur Lawrence Serfati, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine , fait ainsi état de ces patients qui se voient diagnostiquer une cirrhose sans avoir bu d'alcool , mais avec pour seul facteur e risque la consommation quotidienne de plusieurs sodas .On estime que plus d'un tiers des adultes seraient ainsi touchés par ce syndrome aux Etats-Unis. Le danger c'est qu'il évolue de façon silencieuse.

    Le sucre

    Déclin cognitif 

    Autre méfait peu connu; l'impact de l'excès de sucre sur le cerveau et la mémoire . C'est ce qui ressort d'une étude conduite sur des rongeurs publiée dans la revue  médicale Hippocampus .Les chercheurs de l'université Southern California ont administré une boisson très sucrée (comparable aux sodas des ados) à des jeunes rongeurs, avant de les lâcher dans un labyrinthe conçu pour mesurer leur mémoire  spatiale . Il ressort que les souris ayant bu cette boisson sucrée ont eu plus de difficultés à se repérer que celles ayant consommé uniquement de l'eau." Cette contre-performance est possiblement due à la neuroinflammation de leur hippocampe " a expliqué le chercheur en neuroscience et coauteur de l'étude Scott Kanoski. "L'hippocampe joue un rôle important dan la mémoire et est fréquemment endommagé chez les gens qui souffrent de la maladie d'Alzheimer ou de démence ".

    Le sucre

    Un allié du cancer 

    Le cancer se caractérise par une multiplication incontrôlée de certaines cellules. Or l'insuline est une des hormones qui impacterait indirectement cet accroissement. C'est pourquoi de nombreux scientifiques suspectent que l'élévation constante du taux d'insuline , provoquée par la consommation de sucre , est de nature à favoriser l'apparition de la maladie. Plusieurs travaux ont d'ailleurs mis en évidence que les personnes consommant beaucou de sucre étaient davantage exposées au risque de développer un cancer .

    A noter 

    Il n'y a pas que les caries 

    La consommation de sucre est un facteur de risques pour :                                            1 )  Le surpoids et l'obésité                                                                                                            2 )   Le développement des maladies cardiovasculaires                                                          3 ) L'hypertension                                                                                                                          4 ) La hausse du taux de cholestérol                                                                                          5 ) L'insuffisance rénale chronique                                                                                            6 ) Le cancer                                                                                                                                    7 ) Les troubles de l'érection ( Source : mon pharmacien & Moi)


    1 commentaire
  • Des pics de pollution surviennent toute l'année , avec des risques à cours terme (irritation, asthme… ) et à long terme (cancers, maladies pulmonaires).

    la pollution de l'air

    Voici quelques conseils de Francelyne Marano, professeure émérite de biologie et de toxicologie cellulaire à l'université  paris-Diderot .

    En ville sortir à la bonne heure 

    Dans les villes , la pollution est essentiellement due au trafic automobile ; particules fines (émises notamment par les moteurs diésel ), gaz d'échappement . . .  Elles s'aggrave s'il y a peu de vent, des températures élevées, ou un temps ensoleillé car, sous l'effet des UV, l'oxyde d'azote se transforme en ozone , particulièrement néfaste pour les personnes sensibles des bronches (enfants, personnes âgées) ou asthmatiques. Pour se protéger en cas de pic de pollution annoncé, il faut éviter de sortir aux heures les plus chargées en circulation( de 7 h à 10 heures et de 17 h à 20 heures) et choisir un autre moment pour faire ses courses ou pratiquer une activité sportive en plein air . Celle-ci doit, dans tous ls cas, rester modérée (afin de limiter l'essoufflement .

    Se renseigner sur les épandages en zone agricole 

    A la campagne, à proximité des champs, des vignes …, la pollution atmosphérique émane principalement des épandages agricoles (engrais, pesticides, etc. ) lorsque c'est la période - les agriculteurs doivent alors avertir les riverains -, mieux vaut garder les fenêtres fermées quelques jours et réduire les sorties, même dans le jardin ; pour les adultes comme pour les enfants .

    Vérifier la qualité de l'air 

    Avant d'entreprendre un déplacement ou des activités en extérieur , il peut être utile de se renseigner sur la qualité de l'air dans sa région via le réseau Atmo France (https://atmo-franceorg)  ou des associations agréées de surveillance de la qualité de l'air , comme AirParif pour l'Ile-de-France Elles publient un bulletin quotidien et sont disponibles en applications mobiles. 

    Choisir son itinéraire 

    Encas d'épisode de pollution, il faut laisser de côté sa voiture et se déplacer à pied, à vélo , à trottinette ... Cela évite de contribuer à la pollution ambiante et de se retrouver dans les bouchons , où l'exposition est importante, même vitres fermées. Si possible , éviter les rues les plus passantes , quitte à faire des détours , en particulier lorsqu'on se déplace avec une poussette car l'enfant est alors à hauteur des gaz d'échappement . Des applications permettent de choisir des parcours moins pollués (Ait Parif, Itiner'air en Ile-de-France, Air to go en Auvergne-Rhône-Alpes ... ).

    Accompagner les enfants à l'école … à pied 

    Si l'école n'est pas loin ( c'est souvent le cas en ville), emmener les enfants à pied au lieu de prendre sa voiture reste la meilleure solution pour diminuer la pollution aux abords des établissements scolaires et ainsi protéger les plus jeunes. Au minimum, couper le moteur lorsque vous laissez les enfants devant le bâtiment .

    Ouvrir - quand même- les fenêtres 

    Même en cas de pic de pollution, il faut aérer son domicile chaque jour au moins quinze minutes afin d'assainir l'air intérieur. Mais le faire au bon moment ; soit très tôt le matin, soit après 20 heures . En voiture, ouvrir les vitres une fois sorti des zones embouteillées permet de réduire la pollution dans l'habitacle , souvent supérieure à celle extérieure , car les particules polluantes s'accumulent .

    Bon à savoir 

    Porter un masque chirurgical lorsqu'on est à pied ou à vélo , cela ne protège en rien de la pollution car il laisse passer la majorité des gaz et particules fines (le masque sert seulement à éviter de contaminer les autres si l'on est malade et que l'on tousse par exemple) Ceux équipés pour filtrer vraiment la pollution sont très encombrants et donc inutilisables au quotidien .


    1 commentaire
  • Comment la réussir ? 

    La sauce hollandaise  

    Fouettez énergiquement 2 jaunes d'œufs avec 2 C à soupe d'eau froide afin d'obtenir un mélange parfaitement homogène 

    Placez le récipient contenant ce mélange au bain-marie dans une casserole d'eau chaude sur feu doux 

    Continuez à fouetter pour obtenir une crème mousseuse 

    Ne dépassez pas les 65 °C, sinon votre sauce tournera 

    Ajoutez 125 g de beurre coupé en très petits dés. Si possible préférez le beurre clarifié

    Remuez de nouveau, jusqu'à l'obtention d'une sauce onctueuse et lisse

    Ajoutez 2 C à soupe de jus de citron 

    Salez et poivrez .

    Le petit plus 

    Cette sauce accompagne notamment les asperges , les poissons, mais aussi les volailles . Elle doit être consommée dans les deux heures suivant sa préparation .


    1 commentaire
  • Ils ont tout bon ! 

    les assiettes retrouvent bonne mine avec le retour des asperges, radis, artichauts, fraises, petits pois, épinards, rhubarbe … Zoom sur ce qui est bon de croquer en cette saison.

    L' asperge : Forte en fibres 

    Composée à 92 % d'eau et très peu calorique (30 cal/100 g ) , elle n'en est pas moins généreuse ; vitamines C, B ( et notamment B9), potassium, calcium, magnésium, fer, cuivre, manganèse, zinc et sélénium . Fibres et glucides (3,18 g/100 g) assurent l'essentiel de son apport énergétique. Quand aux protéines (2,4 g pour 100 g ) , elles font la réputation de sa pointe moelleuse .Enfin, cet antidiurétique naturel est un excellent antioxydant .                                                                                                                   Le petit plus ; Bouillie ou cuite à la vapeur, elle se consomme dans les 24 heures  car elle s'oxyde rapidement.

    Les aliments printaniers

    Le radis : Petit mais costaud 

    De la famille des crucifères, il se décline en plusieurs teintes (rose, noir, blanc , jaune ou violet)  Vitamines B et C, fibres, potassium, magnésium ...  qui eût cru qu'un si petit légume réunirait autant de nutriments! Au-delà de ses propriétés antioxydantes et digestives , il est fort en vitamine C ; 100 g de radis couvre jusqu'à 30 % des besoins journaliers recommandés. Riche en eau, en fibres et pauvre en glucides, c'et un aliment minceur par excellence. A l'instar de tous les fruits et légumes, le radis est riche en nutriments !                                                                                                                       Le petit plus ; Choisissez-le bio et ferme. Ses fanes (à utiliser rapidement ) peuvent se cuisiner comme les épinards . 

    Les aliments printaniers

    Le petit pois : L'atout protéines 

    Il renferme de nombreux minéraux , des oligoéléments, des vitamines du groupe B, de la vitamine C et des fibres douces , faciles à assimiler . Il possède aussi deux pigments antioxydants indispensables à la santé de la rétine . Malgré sa couleur , le petit pois n'est pas exactement un légume vert mais une légumineuse riche en protéine (6 g/ 100 g) . Enfin, il contient du glutamate , un exhausteur de goût naturel présent dans le parmesan ou les anchois .                                                                               Le petit plus : Associé à la carotte , il se digère très facilement .

    Les aliments printaniers 

    La fraise : La reine de la vitamine C 

    De la vitamine C , la fraise en apporte plus qu'une orange (67mg/100 g, soit 50 % de l'apport quotidien recommandé). Faible en calories ( 32 cal/ 100g), elle contient aussi des vitamines A et B9 , potassium et calcium . Ses graines regorgent de fibres. En revanche, la fraise est riche en glucides ; 6,4 g de sucre simple pour 100 g                       Le petit plus: Choisissez-la d'un beau rouge brillant , avec un pédoncule bien vert. 

    Les aliments printaniers

    L'artichaut : l'allié digestion 

    C'est un chardon dont on consomme le réceptacle floral ( fond d'artichaut) et la base des feuilles . Pour 100  de cœur d'artichaut cuit, comptez 4 g de glucides, 2,9 g de protéines et quasiment aucun lipide. Très riche en cuivre, il représente une source considérable de vitamines B9 (50 microg/ 100 g), et K . Il regorge aussi de fer , de magnésium et de manganèse , qui favorise le <<bon>> cholestérol . Antioxydant, il est l'allié du système digestif .                                                                                                   Le petit plus : Cuit, il se consomme dans les 24 heures. Au-delà, il produit des moisissures toxyques.

    Les aliments printaniers

    La rhubarbe : Un cocktail explosif 

    Cousine de la betterave et de l'épinard, la rhubarbe est un légume que l'on cuisine le plus souvent en mode sucré (tarte, compote, gelée …). Riche en phosphore et potassium,(18,6 mg/100 g et 239mg/ 100 g), elle contient aussi une bonne dose de fibres et de glucides(29,2g /100 g), tout en étant pauvre en calories. Pour les vitamines, elle est bien placée  A, B, C, E Elle est donc bonne pour la digestion , les défenses immunitaires, le mauvais cholestérol ...                                                                 Le petit plus : Ne vous avisez pas deconsommer les feuilles , hautement toxiques

    Les aliments printaniers

    L'épinard: Une mine d'antioxydants

    Ce légume feuille de la même famille que la betterave , reconnu comme assez riche en fer (2,14 mg/100g ) mais surtout en antioxydants , est aussi une des meilleures sources de bétacarotène, vitamine B9 et K. Il est également généreux en chlorophylle, qui favorise notamment l'oxygénation des cellules . Enfin, il apporte calcium, magnésium, potassium, phosphore et zinc , et sa teneur en fibres est appréciable (3 à 3,5 g/ 100 g)                                                                                                                                      Le petit plus :   Les épinards doivent être choisis et consommés le plus frais possible. Ils se mangent crus ou cuits à la vapeur .

    Les aliments printaniers

    Bon à savoir 

    Les aromates ne sont pas seulement savoureux et décoratifs, ils sont aussi source de vitamine K (ciboulette, basilic, thym, coriandre), riches en antioxydants(persil, ciboulette, basilic, thym, coriandre) et en fer (thym, basilic). L'aneth est reconnu pour ses vertus diurétiques et le romarin pour son action digestive. déshydratées, les plantes aromatiques présentent en général plus de glucides, de protéines et de lipides que les herbes faîches , mais aussi moins de fibres .


    1 commentaire
  • De petits pois à la menthe et au chorizo 

    Préparation : 15 mn    Cuisson : 20 mn 

    Valeur nutritionnelle pour une part : 

    Protéines : 2,8 g    Lipides : 3,8 g   Glucides : 5 g  (dont 4 g de glucides complexe et 1 g de glucides simples)    Calories : 65, 4 kcal 

    Ingrédients pour 6 verrines 

    Valeur nutritive en glucides :

    Les 200 g de petits pois apportent 24 g de glucides complexes 

    La crème fraîche 6 g de glucides simples 

    Verrines de velouté

    préparez le bouillon de volaille dans une casserole : 1 cube pour 50 cl d'eau 

    Plongez-y les petits pois et faites-les cuire 15 mn environ à petits bouillons 

    Réservez quelques petits pois cuits pour la déco 

    Ajoutez les feuilles de menthe et la crème puis mixez le tout 

    Réchauffez la préparation au moment de servir 

    Coupez le chorizo en petits cubes 

    Faites-les revenir à la poêle 

    Servez le velouté en verrine 

    Parsemez de petits pois et de chorizo .

    L'information de la diététicienne-nutritionniste 

    Entrée très rafraichissante ; L'IG des petits pois est un peu haut donc à compléter avec un plat à IG bas .

    Verrines de velouté


    1 commentaire
  • L'OMS nous invite à limiter notre consommation de sucre à 5 % de nos apports journaliers. Cela représente 25 grammes de sucre soit seulement cinq morceaux ou 100 calories pour un adulte et 75 pour un enfant . C'est peu au regard de nos habitudes alimentaires .

    Le fléau des sucres cachés

    Il faut bien sûr diminuer les sodas, bonbons et autres viennoiseries, mais ce sont avant tout les sucres "cachés" qui figurent dans le vieur de l'OMS, c'est-à-dire les suces présents dans les aliments qui ne sont habituellement pas regardés omme des sucreries. Une étude montre qu'aux Etats-Unis, 80 % des aliments vendus en supermarché contiennent des "sucres cachés" , explique le Dr Branca. Ed'autres mots, ce n'est pas le petit carré de chocolat avec le café qui pose problème, mais c'est l'utilisation massive du sucre par l'industrie agroalimentaire .Selon le Dr Richard Béliveau, biochimiste, auteur de nombreux ouvrages sur l'alimentation, nous étions en meilleure santé avant l'arrivée massive des produits industriels enrichis en sucre, sel et gras. le spécialiste en médecine moléculaire prend l'exemple de la Chine où le diabète de type 2 concerne aujourd'hui 10 % de la population, alors qu'il était inexistant avant l'introduction de l'alimentation industrielle. On limitera donc sa consommation de sucre en privilégiant les produits naturels non transformés et en étant plus vigilants dans la sélection des produits que l'on achète .

    Quelques aliments plus sucrés qu'on ne le pense 

    Il n'y a pas que le gâteaux ...  Les soupes , les sauces et les chipolatas aussi contiennent du sucre. Avantage de ce dernier , il est peu coûteux et rend aussi les aliments plus goûteux, voire addictifs . Zoom sur quelques produits a priori au-dessus de tout soupçon 

    La soupe toute prête 

    La soupe industrielle a détrôné le potage maison. Mais, bien souvent, la liste des ingrédients ne se limitent pas aux seuls légumes et aromates. On y retrouve notamment du sucre qui vient corriger l'acidité des légumes et équilibrer le sel, lui aussi présent en bonne quantité Un grand bol de soupe industrielle contient ainsi en moyenne l'équivalent de 3 voire 4 morceaux de sucre, soit plus de la moitié da quantité quotidienne recommandée. Mieux vaut préférer les soupes du rayon frais ou mixer vous-même vos légumes dans un  bouillon .

    Les céréales 

     Carburant du petit déjeuner, les céréales sont également trop sucrées , les plus énergétiques contenant plus de 50 % de sucre, soit environ 15 g par portion. C'est déjà plus de la moitié des apports quotidiens recommandés .

    Les smoothies 

    Ces cocktails très tendance regorge de fructose (le sucre des fruits) . Il y aurait autant de sucre dans un smoothie que dans un grand verre de soda ou dans six oranges. Pas une si bonne idée , sauf à conserver au maximum la pulpe et la peau, à associer les fruits et les légumes et à préférer le fait-maison qui ne contient ni sucre ajouté, ni conservateur .

    Les yaourts 

    Les produits laitiers sont souvent perçus comme des aliments sains Certains yaourts aux fruits ou aromatisés peuvent pourtant contenir jusqu'à cinq cuillères de sucre ...  Restez vigilants sur les étiquettes  

    Les sauces et condiments 

     Pratiques, elles sont souvent prisées des enfants notamment parce qu'elles sont sucrées. Parmi les plus populaires ; l'indétrônable ketchup est composé d'un quart de sucre , la sauce barbecue en contient un tiers, on en trouve plus de 45 % dans la sauce soja sucrée . A la mode aussi, le vinaigre balsamique contient 15 g de sucre pour 100 g . 

    La vérité en face 

    Le compte Instagram Dealer de sucre traduit nos aliments les plus populaires en morceaux de sucre; une comparaison visuelle plutôt saisissante. Il suffit de quatre biscuits Oréo pour atteindre notre quota de sucre quotidien. De quoi réfléchir à deux fois avant de consommer le paquet .

    Le fléau des sucres cachés


    1 commentaire