• je vous souhaite de tout cœur, mes amis, 

     un doux Noël empreint de sérénité .  

    ainsi qu'à tous ceux que vous aimez ! 

     Avec mes pensées particulières pour ceux 

     et  

     celles qui seront seuls en ces jours de fête . . .

     

    Joyeux noël 2018

    ( petit clic droit et vous pourrez imprimer ce calendrier )

     


    2 commentaires
  • Au vinaigre balsamique, figues et betteraves rôties au sirop de grenadine

    Ingrédients pour : 8 personnes

    Chapon rôti

    Préparation : 30 mn            Cuisson : 3 h 30

    Préchauffez votre four à 160°C .

    Dans un bol : Mélangez le vinaigre et le miel .

    Mettez le chapon dans un plat creux .

    Salez et poivrez puis arrosez d'huile .

    Ajoutez les herbes .

    Faites cuire le chapon pendant 3 h 30 en le retournant sur les côtés toutes les 20 mn pendant la première heure .

    Arrosez fréquemment avec le jus .

    Ajoutez les figues autour du chapon 30 mn avant la fin de cuisson.

    Etalez le mélange miel/vinaigre à l'aide d'un pinceau en recommençant l'opération 3 à 4 fois .

    Pendant ce temps : Enveloppez les betteraves dans du papier aluminium .

    Faites cuire au four 60 mn à 160°C puis pelez et coupez-les en quatre

    Levez les suprêmes des clémentines .

    Dans un bol : Mélangez les betteraves, les clémentines, le sirop de grenadine , le jus de citron, le sel et le poivre .

    Lorsque le chapon est cuit , parsemez-le de graines de grenade, de noisettes et de pignons de pin .

    Présentez-le entouré de sa garniture . (source ; télé-Loisirs)


    2 commentaires
  • Cette recette est à réaliser avec la complicité de vos enfants ou petits enfants 

    Ingrédients pour :   1 saucisson 

    Saucisson au chocolat

    Préparation :      15 min         Repos :      2 h

    Faites fondre le beurre dans une casserole avec le chocolat.
    Ajoutez l’œuf et mélange bien.
    Dans la même casserole, déposez petit à petit les pignons, les cranberries et les spéculoos concassés.
    Mélangez bien pour que les fruits secs et les biscuits soient bien recouverts de chocolat.
    Versez la pâte dans une feuille d’aluminium.
    Façonnez-la comme un saucisson en veillant bien à fermer la feuille de chaque côté pour que le chocolat ne coule pas.
    Mettez le saucisson 2 heures au réfrigérateur.
    Quand le saucisson est bien dur, retirez la feuille d'aluminium,
    Saupoudrez-le de sucre glace et recouvrez-le bien. Il doit être tout blanc.
    Coupez en plusieurs tranches pour le manger comme un vrai saucisson.

     

     


    2 commentaires
  • . . . Claude , 82 ans 

    Le cancer du sein de . . .

    Lorsque l'on m'a diagnostiqué un cancer du sein, j'étais sous le choc

    A 74 ans , Claude apprend qu'il est atteint d'un cancer du sein , une maladie rare chez les hommes . Aujourd'hui guéri définitivement , il se bat depuis deux ans contre un autre cancer, celui de la prostate .

    Il y a huit ans , mon épouse a remarqué que mon mamelon droit était légèrement rentré . Dans le doute, j'ai pris rendez-vous avec mon médecin traitant . Il a tout de suite pensé à un cancer du sein . Etonnant pour un homme ! Il m'a donc envoyé faire une mammographie et une échographie pour vérifier . Les examens ont confirmé le diagnostic . Sur le moment , j'étais sous le choc . Réactif , mon médecin a pris rendez-vous avec un chirurgien et, treize jours plus tard , j'étais opéré . Tout s'est passé très rapidement . La chirurgie a révélé une tumeur de la taille d'une olive  On m'a tout retiré , notamment par prudence , dix-neuf ganglions qui se sont révélés bons ; mais mieux vaut en retirer dix-neuf de bons que d'en laisser un mauvais ! J'ai eu la chance d'être diagnostiqué à un stade précoce . A la suite de l'opération , je suis allé voir un oncologue qui m'a fait suivre une hormonothérapie. Pendant cinq ans , j'ai avalé 1800 comprimés e tamoxifene ! Parmi tous les effets secondaires possibles , je n'en ai eu aucun au départ . Mais lorsque j'ai commencé à avoir des crampes douloureuses dans les jambes , mon oncologue à très vite compris que c'était dû au traitement . Il a alterné la prise de médicaments et l'arrêt sur quelques semaines . J'ai alors été interviewé par l'hôpital et, depuis , cet effet secondaire est signalé dans la notice du médicament .

    Je suis de nature très positive . Alors, quand j'ai appris que j'était atteint d'un cancer , passé le choc , j'ai pris le parti de rester optimiste .

    En tant qu'ancien ingénieur , je pars du principe qu'un problème est fait pour être résolu .C'était le cas avec mon cancer . J'y suis allé étape par étape , sans trop m'en faire . Avant mon opération , je me suis rapproché du Comité du Maine et Loire de la ligue pour prendre des cours de relaxation, histoire de me préparer . Ma réaction a tout de suite rassuré ma femme . Elle a été d'un très grand soutien pendant toute la phase de traitement .Elle a même pris la maladie à bras-le-corps en me disant un jour << Claude , on s'en sortira de NOTRE  cancer !>> Ça m'a beaucoup aidé .

    Toute ma vie , j'ai pris soin de ma santé .

    Depuis l'âge de 55 ans, je me fais dépister pour le cancer de la prostate tous les ans. Je n'ai jamais eu de problème, jusqu'à l'âge de 80 ans. Cette fois, mon dosage PSA était trop élevé et une biopsie a révélé des cellules cancéreuses. Comme je n'était plus en âge de me faire opérer, on m'a proposé une hormonothérapie pour mettre ma prostate au repos. Mais entre les bouffées de chaleur , la fatigue, les pertes d'équilibre et la vue brouillée, j'ai mal supporté les injections d'Eligard. Mon oncologue m'a alors expliqué que l'hormonothérapie ne traite pas définitivement le cancer. J'ai fait une étude approfondie des cinq traitements possibles. Après mûre réflexion , j'ai opté pour trente-neuf séances de radiothérapie externe. J'ai donc inauguré, le trois novembre 2015, le tout nouveau matériel de tomothérapie, qui combine un système d'imagerie par scanner à un appareil de radiothérapie indolore, rapide et précis, ce traitement à permis de faire baisser le niveau de mon dosage PSA, que je fais contrôler désormais tous les six mois .

    Jusqu'au jour où l'on m'a diagnostiqué une récidive .

    Cette fois, mon oncologue m'a fait passer un PET SCAN Choline, une nouvelle technique d'imagerie médicale. L'idée, c'est d'injecter un produit radioactif qui a l'avantage de se déposer uniquement sur les cellules cancéreuses de la prostate . L'examen a révélé l'absence de cellules cancéreuse s dans l'organe, mais des métastases remontaient au niveau des ganglions. On m'a alors posé un premier implant Zoladex dans l'abdomen, puis un autre trois mois plus tard. Après un mois et demi, le PSA était déjà passé de 12 à 6 ! Au  mois de novembre , je dois refaire un contrôle de dosage PSA pour voir s'il est nécessaire de continuer le traitement. Aujourd'hui, même si je suis toujours suivi , j'apporte mon soutien à la ligue. Avec un ami, je donne bénévolement des cours d'informatique aux personnes malades atteintes d'un cancer. Au moins, pendant que les personnes manipulent l'ordinateur, elles ne pensent pas à leur maladie .

    << Si tu veux bien, ce sera NOTRE cancer >> explique Michelle l'épouse de Claude depuis 60 ans .

    Lorsque j'ai appris que Claude avait un cancer du sein, je n'y ai d'abord pas cru. Puis spontanément, je lui ai dit ; <<si tu veux bien, ce sera NOTRE cancer. >> Je crois que ça l'a beaucoup aidé. En revanche, lorsque l'on nous a annoncé son cancer de la prostate, cela m'a fait l'effet d'une douche froide. Pour autant, je n'ai jamais ressenti le besoin d'en parler à un psychologue dans notre foi , nous faisions confiance. Dans ma tête, j'ai toujours pensé qu'il s'en sortirait. Le fait de pouvoir parler librement de la maladie, sans tabou, nous a beaucoup aidés. Et nous savions que nous n'étions pas seuls , nos enfants ont toujours pris des nouvelles régulièrement. Je l'ai accompagné pendant tous ses traitements. Et il ne sait jamais plaint. Son courage me rend très admirative. ( Extrait de VIVRE, le magazine contre le cancer -octobre 2017 no 375)


    3 commentaires
  • D'Aveyron et du Ségala , la qualité du terroir 

    Le veau élevé sous la mère est la star de l'étable avant d'être celle de la table .

    Le veau...

    Grillé, en sauce ou en préparation charcutière , il se met en quatre pour nous régaler dans de nombreux plats , des plus populaires aux plus raffinés .

    Inscrit au patrimoine agricole 

    Ce veau fermier élevé sous la mère est, dans le monde de la gastronomie française , une rareté issue d'un savoir-faire d'un autre temps ! Un type d'élevage qui fait partie des 5 % restant en mode de production traditionnelle . Dépassé, anachronique ? Pas vraiment , quand on sait que ses éleveurs équipent aussi leurs fermes de panneaux photovoltaïques , qu'ils développent l'agrotourisme avec l'accueil à la ferme et préservent les paysages ! On trouve même cela réjouissant quand des scandales alimentaires viennent régulièrement nous inquiéter sur l'origine des produits , et de la viande en particulier . Dans nos campagnes , des hommes et des femmes se donnent du mal pour mettre dans nos assiettes du veau de grande qualité . Ces beaux et bons veaux élevés sous la mère en Limousin , Aquitaine et Midi-Pyrénées (dont celui d'Aveyron et du Ségala ) sont des fleurons de notre patrimoine agricole .

    Le petit chéri de la ferme 

    Doublement consacrés par une indication géographique protégée (en 1994) , qui définit la zone exclusive de production , et un label rouge (en 1993), gage de qualité, 30000 veaux font l'objet des meilleurs soins de 650 familles d'éleveurs . Au mot <<zone >>, on préfère celui de << terroir >> , plus compatible avec la beauté sauvage de leur paysages . Le Ségala , ou << pays des cent vallées >> , est un territoire rural réparti sur le Tarn et l'Aveyron , serré de près par l'Aubrac et les Grands Causses . Dans la ferme ou il nait , chaque animal est mis sous sa mère (limousine ou blonde d'aquitaine ) matin et soir pour la tétée . Et e complément du lait maternel , on lui propose des  céréales (autrefois du seigle , puis du blé) cultivées le plus souvent sur l'exploitation . Soumis à ce doux régime entre 6 et 10 mois ,il nous offre une viande maigre et goûteuse, légèrement rosée et d'une tendreté à faire fondre .

    Tout est bon 

    Repérez-le grâce à ses deux logos (Label rouge et IGP) chez les bons artisans bouchers en barquettes ou surgelé dans les grandes et moyennes surfaces . Avec lui , vos recettes seront irrésistibles ; veau marengo, blanquette, paupiettes, côtes de veau à la crème ou comme les italiens , eux aussi amoureux de cette viande , escalope milanaise , saltimbocca (fine escalope roulée et farcie) ou osso bucco . .. Sans oublier le ris, le foie ou la tête de veau sauce gribiche .

    Le petit plus 

    Pour un accueil à la ferme . Bien occupés mais soucieux d'assurer la réputation de leurs veaux , la pérennité de leur savoir-faire et la préservation du patrimoine rural , naturel et bâti , les éleveurs se lancent dans l'agrotourisme . Visite de leur ferme , explication et valorisation de leur travail , mais aussi , de plus en plus , hébergement en gîtes ou chambres d'hôtes satisfont la curiosité et les envies de nature des vacanciers . Il existe aussi ,bien sûr , de tables d'hôtes, lieux d'échange et de convivialité , où déguster le veau délicieux et d'autres produits fameux qui abondent dans la région . (extrait de Télé-Loisirs)

    Le veau...

    Pour préparer votre séjour  Vous pouvez contacter les fermes via le site http://www.veau-aveyron.fr     ou en appelant le 05 65 73 78 04 


    votre commentaire
  • Une épice multi curative 

    C'est une plante écologique ; médicinale tout terrain , engrais vert , et aussi excellente mellifère . Ses feuilles peuvent se consommer en salade, seules ou en mélange  .    Qui dit mieux ? 

    Le fenugrec

    Vertus anciennes et à venir

    Épice traditionnelle cultivée depuis pus de 5000 ans , cette graine , riche en protéines et phytostérols , est aujourd'hui reconnue comme stimulant de l'appétit et aide à la prise de poids . D'autres usages anciens sont en voie d'être démontrés ; le fenugrec préviendrait la formation de calculs urinaires (remède utilisé au Yémen ) , et a des propriétés hypoglycémiantes et hypocholestérolémiantes en cours d'investigation . Il pourrait servir de ressource dans la fabrication de molécules anti-inflammatoires ou hormonales (anabolisants et hormones sexuelles ) . Des études récentes ont aussi mis en évidence des effets anti tumoraux et antiulcéreux .Dénué de toxicité , le fenugrec peut toutefois provoquer , à très fortes doses  , des diarrhées et des flatulences .

    Une plante de climat chaud 

    Originaire du sud-ouest de l'Asie et du Moyen-Orient , le fenugrec est cultivé en Asie Mineure et dans l'Europe méditerranéenne . C'est donc une plante de climat chaud . Si elle n'a aucun  problème pour pousser au nord de la Loire , et même y former des fleurs , la bonne saison n'y est pas assez longue pour faire mûrir ses graines , utilisées pour leurs propriétés médicinales.

    De la tête aux pieds

    Pulvérisées et mélangées à un peu d'eau , elles fournissent un cataplasme anti inflammatoire en cas de furoncles , de panaris, voire d'ulcérations . Une décoction , avec de l'eau , employée en bain de pieds , soulage les engelures . Frictionnée sur le cuir chevelu , elle en chasse les croûtes, les boutons et les pellicules .

    Onction de graisse

    Ces dernières sont parfois causées par un diabète , une affection pour laquelle le fenugrec peut avoir un effet curatif par voie interne . En traitement d'appoint , broyez 25 g de graines , à prendre une fois par jour dans un peu de compote par exemple , tout en se conformant à un traitement médical. Au Moyen-Age , sainte Hildegarde n'hésite pas à proposer un onguent fait de graines de fenouil et de fenugrec , pilées avec un peu de beurre , pour en oindre les "tumeurs mauvaises qui provoquent de la douleur et qui se développent sur des parties viriles ", un pieux remède ... 

    Les graines cuites dans de l'eau jusqu'à consistance un peu épaisse , instillées comme clystère , soulagent de fortes diarrhées , voire la dysenterie . Enfin le fenugrec est indiqué contre la mélancolie , une affection qui trouve souvent son origine dans un problème de rate . On l'utilise ici pulvérisé et mélangé à un peu de vinaigre . Enfin , il stimule l'appétit , redonne des forces aux convalescents , est employé dans les campagnes contre la toux et même comme aphrodisiaque !

    Le petit plus 

    Le fenugrec (trigonella foenum-graecum ) , fiche de culture 

    Conditions de culture : Il se plait en tout sol , surtout ceux calcaires légers , avec une certaine humidité de fond . Choisissez un endroit au soleil protégé du vent .

    Multiplication : Pour compenser la courte période de mûrissement au nord , semez de façon peu dense en petites caissettes dès fin février . Placez-les près d'une source de chaleur . Quand les gels ne sont plus à craindre , transplantez les plants en pleine terre .

    Récolte : Coupez la plante dès que les gousses sont mûres ,elles prennent une couleur brunâtre . Faites des bouquets et suspendez-les tête en bas , au dessus d'une toile . Quand les gousses sont sèches , décortiquez-les . Enfermez les graines dans des bocaux hermétiques .

    Une lotion antipelliculaire à faire soi-même 

    Pilez une poignée de graines de fenugrec dans un mortier afin de les réduire en fine poudre .

    Mélangez la poudre de graines avec un demi-yaourt nature (on peut aussi utiliser de l'huile d'olive ).

    Appliquez le mélange sur les cheveux mouillés pendant 5 mn .

    Massez le cuir chevelu et rincez . (Extrait de Femina)

     

     


    2 commentaires
  • Il est franchement bon ! 

    Affiné pendant plusieurs mois , la pâte du comté délivre ses bouquets de saveurs aussi bien crue que cuite .

    Le comté

    Roi des fromages de Franche-Comté , son pays est aussi celui des vins du Jura et du ski de fond ... Joli trio pour les sports d'hiver !

    Un vrai montagnard

    le fromage, qui servait à conserver le lait , était déjà fabriqué au Néolithique . En témoignent les poteries perforées de l'époque - les faisselles d'aujourd'hui - , qui ont justement été trouvées dans le Jura . Mais ce n'est qu'à partir du moyen-Âge que les paysans , poussés par la nécessité , innovent . Pour assurer les besoins de la famille pendant tout l'hiver , toujours rude et long dans le massif jurassien , seul un fromage de grande taille à pâte pressée cuite - qui se conserve et même se bonifie pendant plusieurs mois - peut faire l'affaire . Pour une meule de 40 kilos , il faut beaucoup de lait (400 litres) , et donc 'unir entre fermiers au sein d'une fructerie, désormais appelée fruitière . C'est une coopérative de production avant l'heure , qui pose les valeurs de partage et de solidarité , encore affichée aujourd'hui par les hommes qui font , en volume  , le premier des 46 fromages français en AOP (appellation d'origine protégée) !

    Affinage et goût de luxe 

    Dans les départements du Doubs et du Jura (Franche-Comté ) et de l'Ain (Rhône-Alpes) , son terroir de moyenne montagne , pas facile à valoriser , est néanmoins composé de ravissants paysages bucoliques . Les vaches de race montbéliardes (95 % du cheptel) et Simmental française (5 % )  s'y plaisent fort pour son espace , son herbe fraiche et son foin de qualité . Cela se sent aux parfums de leur lait , qui se déploient en un bouquet d'arômes dans la pâte de comté de crus différents : petite montagne , monts de Salins, val de Mièges ou vallée du Drugeon . Les hommes eux aussi , sont heureux : toujours unis dans le cadre des fruitières (160 au total) , où s'exerce le savoir-faire des maitres fromagers , ils confient leur trésor aux affineurs (16 maisons d'affinage) qui, à  force d'attention et de talent vont sublimer les meules de comté . Et tous sont d'accord pou laisser à leur fromage le temps qu'il lui faut pour former son goût : 4 mois minimum et jusqu'à 18 ou 24 , voire 48 mois !

    Comptez sur lui !

    Pour le choisir selon sa couleur , sa texture , qu'il soit d'été ou d'hiver , et surtout selon son affinage , il n'y a qu'un moyen infaillible ; goûter et comparer avant d'acheter . Aucun bon fromager ne vous le refusera . Des casse-croûte et salades d'été aux fondues et autres recettes d'hiver , notamment avec la saucisse de Morteau , vous pouvez compter sur lui ! Par sa capacité à fondre avec onctuosité  et son pouvoir aromatique , il se fait aimer aussi dans la cuisine des chefs .

    Le petit plus 

    Poligny , ravissante cité comtoise du au cœur du Jura et capitale autoproclamée du grand fromage , constitue l'une des étapes savoureuses sur les routes du comté . Ce réseau de circuits animé par tous les producteurs fromagers et affineurs de la filière , est jalonné de fermes , fruitières et caves d'affinage à visiter , proposant ses adresses de charme où se régaler et dormir . A Poligny , on visite en plus la maison du comté , musée à la fois didactique , sensoriel et ludique , avec les Z'ateliers juniors et, sur la grand place , on a le choix entre quatre fromageries d'exception pour faire emplette de vieux comté ! (Extrait de Télé-Loisirs)

    Le comté

    Plus d'info : http://www.comte.com 


    1 commentaire
  • Le retour

    La leptospirose (2/2)

    En cause , le réchauffement climatique . . .

    Si la leptospirose représente un problème de santé publique majeur dans de nombreux pays d'Amérique latine et d'Asie du Sud , c'est à cause du climat , des phénomènes météorologiques exceptionnels (cyclones, fortes inondations) et de l'habitat insalubre où la présence des rats est importante . Au niveau mondial , on estime à plus d'un million chaque année le nombre de cas sévères , avec près de 60000  morts . Son incidence dans les territoires d'Outre-Mer est également problématique . << Elle est présente toute l'année , mais on observe des pics de contamination après la saison des pluies , explique Mathieu Picardeau . Le problème est qu'on la confond souvent avec d'autres pathologies endémiques , comme la dengue ou le paludisme . >> Sa réémergence s'explique moins facilement en France métropolitaine , pays d'Europe où son incidence est la plus élevée (un cas pour 100000 habitants ) . Plusieurs hypothèses sont avancées . Il ne s'agit pas d'une maladie à déclaration obligatoire , mais elle fait , dans l'hexagone , l'objet d'une surveillance spécifique , ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays où son impact est sans doute sous-estimé . En effet le CNR , qui travaille avec les laboratoires publics et privés effectuant les diagnostics sérologiques , recueille des échantillons auprès du milieu médical et vétérinaire . Il peut ainsi dresser un tableau précis sur l'apparition de nouveau cas . Le réchauffement climatique a sans doute aussi une responsabilité dans l'augmentation du nombre de contaminations , que ce soit en Métropole à cause des hivers doux ou dans les collectivités d'Outre-Mer en raison de la multiplication des cyclones . Ces conditions sont favorables à la prolifération des rongeurs et à la contamination des eaux .

    . . .Et le succès des loisirs aquatiques 

    Enfin , l'engouement des français pour les loisirs aquatiques en eau douce peut aussi être une explication . Une chose est sûre ; le nombre de cas est plus élevé en période de chaleur et de vacances (août -septembre) . Sur les quelques 600 malades recensés en 2014-2015 , 85 % n'avaient pas voyagé dans une zone endémique le mois précédent . La majorité était des hommes . Parmi eux , plus de la moitié exerçait un métier à risque et les autres pratiquaient un loisir aquatique . Quelques cas ont aussi été observés chez des personnes possédant des rats de compagnie et deux chez des détenus . Enfin , la Nouvelle -Aquitaine , la bourgogne- Franche-Comté et la Normandie sont plus touchées , sans que l'on en connaisse la raison .

    3 questions à Mathieu Picardeau 

    1) Pourquoi avez-vous tiré la sonnette d'alarme ? Parce que la leptospirose est négligée , notamment par le milieu médical qui n'y pense pas spontanément .

    2) Faut-il renoncer aux sports en eau douce ? Il ne faut pas s'interdire de les pratiquer. Tout dépend du temps que l'on passe dans l'eau et de la présence de lésions cutanées -la bactérie ne traverse pas la peau saine . Mais si , quelques jours après s'être baigné en eau douce- un lac ou une rivière - on a de la fièvre , des douleurs musculaires , il faut impérativement consulter. Un syndrome grippal en plein mois d'août , une semaine après une baignade en eau douce , doit faire penser à la leptospirose . Faute d'outils de diagnostic performants et rapides , il est recommandé de traiter les patients , sur la seule base d'une suspicion clinique -et en cas d'épidémie avérée , notamment dans les collectivités d'Outre-Mer -, sans attendre le résultat du diagnostic biologique , d'autant qu'à ce jour on ne connaît aucune résistance aux antibiotiques .

    3) Y a-t-il un danger en dehors des lieux humides ? Non, car la bactérie présente dans l'urine des mammifères porteurs ne survit pas si elle n'est pas dans l'eau . A priori , il n'y a donc pas de risque pour des enfants qui jouent dans le bac à sable d'un parc , où l'urine va sécher très vite (Extrait de Femina)

     

     


    2 commentaires
  • Presque oubliée en France , cette maladie infectieuse essentiellement propagée par les rats resurgit . Les chercheurs avancent plusieurs hypothèses .

    La leptospirose

    Si vous n'êtes ni agriculteur, ni pisciculteur , ni originaire d'une zone tropicale et que vous n'avez aucun goût pour le rafting , la leptospirose ne vous évoque probablement rien . Pourtant , le nombre de cas de cette maladie infectieuse transmise par l'urine des rongeurs - d'où son surnom de maladie des rats - a doublé en 2014-2015 en France métropolitaine pour atteindre 600 , une quantité inégalée depuis 1920 . Endémique dans les territoires et collectivités d'outre-mer de climat chaud et humide (700 cas en 2015 , reparties entre la Guyane , la Réunion, les Antilles françaises , la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie et Mayotte ) , elle était quasiment tombée dans l'oubli en zone tempérée . C'est pour alerter les autorités et le milieu médical sur sa réémergence que les chercheurs du CNR (Centre National de Référence)de la leptospirose à l'Institut Pasteur ont pris la plume .

    Une bactérie qui survit en zone humide 

    A l'origine de cette maladie infectieuse , on trouve les leptospires , des bactéries spiralées possédant un organe locomoteur interne (endoflagelles) . Il en existe une vingtaine d'espèces , dont dix sont pathogène . L'homme se retrouve être un hôte occasionnel dans un cycle impliquant de nombreux mammifères sauvages et domestiques . On distingue les animaux porteurs asymptomatiques , essentiellement les rongeurs (rats, rats musqués , ragondins, souris) . les animaux sensible comme le bétail (bovins et chevaux) et les chiens , qui peuvent avoir des formes graves pouvant entraîner la mort . L'animal porteur excrète les leptospires dans les urines qui contaminent les milieux humides comme les sols boueux , marécages, prairies , étangs et autres cours d'eau , propageant la maladie .

    Des professions plus exposées

    Dans des conditions favorables (chaleur, eau douce et à l'abri de la lumière directe du soleil ) les leptospires peuvent survivre plusieurs semaines . Ils pénètrent dans l'organisme par les lésions cutanées , même minimes , ou les muqueuses (bouche, nez, yeux) en contact avec de l'eau contaminée . C'est pourquoi certains métiers sont plus exposés ; égoutiers, pisciculteurs, agriculteurs, éleveurs , plongeurs en eau douce , vétérinaires ... sont également potentiellement affectés les adeptes des loisirs aquatiques en eau douce - pêche, canyoning, rafting, baignade ... chez l'homme , l'incubation dure une dizaine de jours . Les signes de l'infection sont très variables , allant d'un syndrome pseudo grippal (fièvre , maux de tête, courbatures )à des formes plus graves et potentiellement mortelles( jaunisse, insuffisance rénale aiguë , hémorragie viscérale, atteinte des poumons ou des méninges) . Bonne nouvelle ; diagnostiquée tôt , la leptospirose se soigne  très bien par antibiothérapie . Et il existe un vaccin qui prémunit contre la souche la plus fréquemment incriminée (icterohaemorrhagiae ), car elle est spécifique des rats . <<Néanmoins , ce vaccin nécessite un rappel tous les deux ans , ce qui est assez lourd et explique pourquoi même les vétérinaires sont très peu vaccinés >> indique Mathieu Picardeau , responsable du CNR (voir mon prochain article; questions à )


    2 commentaires
  •  . . . Ont tout bon 

    Le sureau noir met le rhume KO 

    Les baies (2/2)

    Nez qui coule , tête qui cogne , éternuement incessants ... pour soulager tous ces symptômes , essayez les baies de sureau noir . Très riches en polyphénols (anthocyanes , flavonoïdes, caroténoïdes et tanins) aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoire , ainsi qu'en vitamines C tonifiante , elles dopent notre système immunitaire , augmentent la transpiration et favorisent l'expectoration . Imparable pour accélérer l'élimination de substances pathogènes !

    Comment le consommer ? En sirop . Dès les premières manifestations de la maladie , avalez-en 1 cuillerée à soupe deux ou trois fois par jour jusqu'à amélioration des symptômes . Riche en sucre , ce sirop peut être déconseillé aux personnes diabétiques . Dans ce cas , tournez-vous vers les tisanes de aies de sureau -laissez infuser un sachet 5 minutes dans 250 ml d'eau frémissante . Ces produits sont disponibles en pharmacies , en parapharmacies et dans les magasins bio .

    L'églantier traite l'arthrose 

    Selon la haute de santé , 50 % des 45 ans sont concernés par une gêne articulaire . Celle-ci touche prioritairement les lombaires , les mains et les genoux . Pour améliorer votre mobilité , pensez au cynorrhodon , l'autre nom des baies de l'églantier . Elles cachent en leur cœur un acide gras spécifique , la galactolipide , aux effets anti-inflammatoires et protecteur du cartilage . Une action prouvée par deux études danoises réalisées en 2004 et en 2005 . 

    Comment le consommer ? En poudre , à raison de 1 cuillerée à café par jour , à mélanger à une compote , un yaourt , une salade de fruits , du muesli ou encore un smoothie . Disponible en boutiques bio, diététiques et en parapharmacies .

    Le genévrier prévient les cystites 

    Vous êtes sujette aux infections urinaires ? Adoptez les baies de genévrier en prévention . Elles contiennent une huile essentielle aux propriétés diurétiques et assainissantes des voies urinaires qui permet d'éliminer les bactéries avant qu'elles s'y logent . De plus en favorisant l'élimination , elles luttent contre la rétention d'eau . Attention , elles sont contre indiquées en cas de grossesse , d'allaitement et d'insuffisance rénale .

    Comment le consommer ? En infusion . Mettez 2 g de baies séchées dans une tasse de 150 ml et versez par dessus de l'eau frémissante . laissez infuser 10 mn avant de filtrer et d'en boire une ou deux tasses par jour . En vente dans les magasins bio .

    Et encore 

    Le goji ultra riches en antioxydants , les baies de cet arbuste renforcent nos défenses immunitaires , mais préviennent aussi les maladies cardio-vasculaires en contribuant à diminuer l'hypertension artérielle et en éliminant les mauvais cholestérols . A consommer séchées, mélangées à un yaourt , à des céréales ou à un plat salé.

    L'aubépine . Ses baies renferment des actifs apaisants et sédatifs qui aident à lutter contre l'anxiété et favorisent un bon sommeil . A prendre en infusion; versez-en 15 g dans 1 litre d'eau bouillante et laissez infuser  de 10 à 15 mn avant de filtrer . Buvez-en deux ou trois tasses par jour . Déconseillée aux personnes qui suivent un traitement cardiaque . (extrait de Version Femina)


    2 commentaires