• Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

     J'ai cessé de vouloir une vie différente

     et j'ai commencé à voir que tout ce qui arrive

     contribue à ma croissance personnelle.

     Aujourd'hui , je sais que cela s'appelle ... La maturité.

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

     j'ai commencé à percevoir l'abus

     dans le fait de forcer une situation ou une personne

     dans le seul but d'obtenir ce que je veux

     sachant que ni la personne, ni moi-même

     ne sommes prêts et que ce n'est pas le moment .

     Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle... Le respect .

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

     j'ai commencé à me débarrasser de tout ce qui n'était pas salutaire ,

     personnes, situations,tout ce qui baissait mon énergie .

     Au début , ma raison appelait cela de l'égoïsme

     Aujourd'hui, je sais que cela s'appelle ... L'amour propre .

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

     j'ai cessé d'avoir peur du temps libre

     et, j'ai arrêté de faire de grands plans ,

     j'ai abandonné les méga-projets du futur .

     Aujourd'hui, je fais ce qui est correct, ce que j'aime

     quand cela me plait, et à mon rythme .

     Aujourd'hui , je sais que cela s'appelle ... La simplicité .

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai ,

     j'ai cessé de chercher à avoir toujours raison ,

     et, je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé .

     Aujourd'hui, j'ai découvert ... L'humilité .

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai ,

     j'ai cessé de revivre le passé, et de me préoccuper de l'avenir .

     Aujourd'hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe .

     Aujourd'hui, je vis une seule journée à la fois,

     et cela s'appelle ... La plénitude.

     Le jour où je me suis aimé pour de vrai ,

     j'ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir,

     mais si je la mets au service de mon coeur ,

     elle devient une alliée très précieuse!

     Tout ceci c'est... Le savoir vivre.

    << Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter >>  (auteur inconnu)

     


    3 commentaires

  • 1 commentaire
  • Texte écrit par la fille de Carine pour ses 10 ans de greffe


    Il y a 10 ans que je t’ai rencontré, cette nuit d’hiver ou tu étais égaré.
    Tu cherchais ou te réchauffer, qui sauver, sur mon chemin tu t’es arrêté.
    Dans mon thorax fragilisé tu t’es glissé, et toutes ces perf entortillées.
    Les soignants terrorisés accouraient, tous ces pousses-seringues à changer, et cette mélodie de scop mal réglée, tout cela peut angoisser.
    Mais moi j’étais enfin apaisée cette superbe aventure pouvait commencer, une renaissance s’était engagée!

     Puis on a appris a s’apprécier, en rendez vous trimestriel on est allé, mais l’adolescence à vite essayé de nous séparer ;
    Comment ça tu me fais gonfler, des que trop de sel j’ai ingéré ?
    La cicatrice t’as oublié de l’effacer et les seins de les faire pousser!
    Tes médicaments à heure régulière me mettent en colère!
    En plus de ça, ils donnent des poils a épiler sans arrêt et des yeux beaucoup trop gonflés!
    Et les céphalées t’y as pensé?
    Et le cholestérol c’est pas mon idole!
    Mais t’es complètement taré, j’avais signé pour tout oublier, pas pour constamment tout ressasser, déprimer, et ne plus savoir ce que c’est l’amitié..
    En plus t’as pas fini de me faire chier. Comme overdose comme pour m’achever, tu m’as donné une mononucléose juste pour tester, puis un petit rejet pour comparer la douleur les traitements utilisés.
    STOP vas tu t’arrêter?!

     Puis j’ai grandi, l’admiration et l’acceptation sont arrivées.
    Ma vraie vie a pu commencer, en l’amitié tu m’as fais espérer, et en l’amour j’ai pu goûter.
    Voyager j’ai pu l’envisager et le réaliser, mais surtout j’ai pu re respirer, re parler ,re danser, re rigoler, re consoler, récouter, re bouder, me réclater, me faire tatouer, Travailler!!
    Mais surtout ré emmerder, autant qu’aimer ma famille et mon bien aimé.
    A présent je réalise surtout que mon expérience, je ne l’ai pas que acquéri grâce à mes cours et mes stages.
    La compréhension de l’angoisse, de l’énervement, du dénis des malades je l’ai grâce à toi!
    Mais surtout grâce à ta famille que je ne cesse de remercier, car c’est grâce à eux que tu m’as sauvé!!

     Merci, Tu es mon coeur à tout jamais je ferais tout pour te garder.

     Le 10.12.05 gravé.

     Le don d’organe n’est pas une fatalité, mais ma réalité.
    Tout le monde peut être amener a donner, mais surtout à en avoir l’utilité afin d’être sauvé, et cela il ne faut surtout pas l’oublier.

     


    2 commentaires
  •  

     

     

    En écoutant cette douce chanson  ...

     

     

     Noël ... "Heureux Noël"...

    je vous souhaite, de tout cœur, mes amis un doux Noël empreint de sérénité ...

    ainsi qu'à tous ceux que vous aimez !

     

     Avec mes pensées particulières pour ceux

     et

     celles qui seront seuls en ces jours de fête ... 

    Noël ... "Heureux Noël"...  

     

     

    3 commentaires
  • Je vous fait partager ce texte du groupe beau message que j'ai aimé

    Je devrais d’après -vous être très malheureuse…
    Laissez – moi une place parmi vous,
    Ne me réduisez-pas à mon handicap
    Je me vois assez comme cela

    Mon handicap, je ne l'ai pas cherché
    Mon handicap, je ne l'ai pas acheté
    Mon handicap, je ne l'ai pas choisis
    Il est venu a ma naissance il est venu sans m'avertir

    J’ai des rêves, des désirs comme vous
    Je ne veux pas de pitié de vous Juste des mots suaves et des gestes louables ma vie intime et mes moments les plus forts
    Je les vis retranchée dans un silence hanté

    Le temps me dépasse noyé jusqu’au cou
    Pour des efforts acharnés à mener une vie très valable
    Impuissante prise au piège dans mon corps
    Pour une porte à franchir un escalier à monter

    Je suis dépendante comme dans mon enfance
    Pour un corps marqué d’une trace en intérieur
    Je mène un combat non gagné d’avance
    Pour ne pas me sentir tel un être inférieur

    Jusqu'à la nuit des temps en moi je porterai
    Ce corps inachevé tel un arbre se moirant de fumée
    Car le pire en soi c'est d'avoir la disgrâce
    De vivre une vie dans une parfaite impuissance !

    Mais un jour est venu comment dire pourquoi?
    Comment dire comment? Où les soleils ont tourné
    Et la pluie et le vent et me voici aujourd'hui contente presque d'être différente fière d'être une mutante

    Dans ce monde changeant et le flot surprenant de la vie venant
    Mêlant joies et combats tourments et amours il m'est devenu au fil des jours indifférente d'être différente et du haut de mes routes inaccoutumées aux rencontres singulières silencieuse et paisible

    Et dans cette vie palpitante où rien n'est jamais gagné ni perdu Par avance sur les travées du temps Laissez- moi, rire, pleurer, travailler, faire les courses au super marché,voter, gueuler, échanger, aimer ; le handicap n’est pas une maladie ....

    Dédié Pour vous Monique Fernez  ( extrait du groupe Beau message )

     

    Pour vous Monique Fernez

     

     


    votre commentaire
  • Voici un très beau texte de  Marie Barbara Marchal  que je ne peux que vous faire découvrir

    En hommage à ma petite filleule Lisa Marie
    .. décédé il y a 2 ans d'une rupture d'anévrisme elle avait 14 ans elle a pu sauvé 5 enfants grâce à ses organes.....mon Ange que j'aimerai toujours .

     

    Mon cher ange


    2 commentaires
  • greffe-eclate

     
      Ecrit par moi   Annelise COTTENET Le 04 Septembre 2015
     
      Je donne mes organes, je te donne

    Je donne mes organes, Je te donne

    Mon Cœur pour que tu puisses aimer la vie avec bonheur

    Mes Poumons pour que tu puisses respirer la vie à fond

    Mes Reins pour que tu puisses vivre ta vie sans dialyse avec entrain

    Mon Foie pour que tu puisses éliminer les toxines et stocker le fer dans la joie

    Mon Pancréas pour que tu puisses digérer de façon sensas

    Ma Cornée pour que tu puisses voir la vie comme un conte de fée

     


    url


    1 commentaire
  • Voici ci dessous la lettre que  Christel dédie à son donneur

    Je vous fais partager la lettre que j’ai décidé d’envoyer par l’intermédiaire de l’Agence de Biomédecine à la famille de mon donneur à la suite de ma deuxième greffe rénale du 25/11/2014.

    « En pensant à vous…

    A l’attention des membres de la famille de mon donneur

    Cela fait 5 mois, le 25/04/2015, que j’ai reçu le don de vie grâce à la générosité exceptionnelle de votre famille, qui a accepté de faire un don d’organe, en l’occurrence un rein pour moi. Outre la générosité, vous avez fait preuve de courage, de force et d’humanisme pour redonner la vie à des inconnus alors que vous perdiez un être cher.

    Le jour où ce cadeau m’a été fait représente pour vous une déchirure profonde mais la personne que vous aimiez tant m’a redonné vie. Mes remerciements et ma gratitude ne seront jamais à la hauteur du geste que vous avez fait pour moi. Vous m’avez donné une chance inouïe de poursuivre ma vie dans de très bonnes conditions et de cela je vous en serai à jamais reconnaissante.

    Avec ce nouveau greffon, nous formons un beau binôme, Il fait partie intégrante de moi et nous veillons l’un sur l’autre.

    J’ai eu une première greffe de rein en 1987, à l’âge de 23 ans, qui a duré 27 ans et je n’avais pas mené à terme le projet d’écrire à la famille du donneur. Pour cette deuxième greffe, je tenais absolument à le faire pour vous remercier d’avoir changé ma vie, 1 mois 1/2 après avoir fêté mes 50 ans.

    En effet, étant sportive depuis mon plus jeune âge, dès les premiers mois après la greffe, j’ai pu reprendre des activités physiques toutes simples (vélo, marche, waterbike), mais sans aucune douleur musculaire ni souffrance d’aucune sorte, et 3 mois après je reprenais mon travail à temps plein (je suis secrétaire dans le privé). Et tout cela je ne peux le faire que grâce à votre proche et je voulais que vous le sachiez.

    A la suite de ma première greffe, j’avais relevé quelques défis comme l’ascension du Mont Blanc avec d’autres transplantés, j’avais participé à deux reprises, à Singapour et à Budapest, aux Jeux Mondiaux des Transplantés en remportant deux médailles d’or en Tennis.

    Je suis sûre que mon nouveau binôme va me faire vivre encore de belles choses et profiter de ma famille avec mon mari, mon frère, mes neveux et nièces.

    Je vous adresse mes pensées les plus chaleureuses. »

    Retrouvez d'autre article de Christel sur : http://montagnes-despoir.com/christel/


    3 commentaires

  • 1 commentaire
  •                     

    Je suis papa/ maman/ fille... proche de donneur.. Un être cher à mon coeur a sauvé des vies...

     "Moi je ne suis pas greffée, je suis de l autre côté ...

    Mon papa est décédé dune mort cérébrale. .. Il avait 45 ans....Je trouvais injuste qu'on m 'enlève mon papa; j'avais 6 ans ... Et ma grand-mère perdait son fils... C'était horrible.

    Cependant, à l'hôpital, on lui a demandé si elle voulait faire don de son cœur. .. Impossible pour elle de comprendre. .. Il est mort, son cœur bat et elle doit prendre une décision énorme. ... C'était un enfer... Effondrée ,elle a fait don du cœur de mon père.. Quel beau choix :)))) Mais quel responsabilité aussi. ...Quelle souffrance. .. Mais quelle FIERTÉ. C'est BEAU de sauver des vies !!!! La vie plus forte que la mort .

    Oui au don d organe !!! :)))"

     Sonia Gregory

    ---------------------------------------------------------------

    "Notre fils, M..., nous a quitté suite à une rupture d'anévrisme, un matin en

    se levant pour aller passer sa seconde épreuve de BTS Informatique. Il

    avait 20 ans et 2 jours !En plus de l'immense et indicible douleur, face à l'incompréhension devant la perte

    d'un enfant, contraire à l'ordre des choses, nous avons été immédiatement confrontés au Don d'Organes. Lorsque l'infirmière coordinatrice nous a posé la question, nous ne savions que répondre.

    Nous n'avions jamais abordé ce sujet avec nos enfants.

    Que dire ? Quoi faire ? Y avait-il déjà pensé ? Ce sujet avait-il été abordé au cours de sa vie scolaire?Nous avons vérifié : il n'avait pas de carte de donneur potentiel.Alors nous nous sommes réunis en "conseil de famille", mon épouse, mon fils ainé, ma future belle-fille et moi. Il s'agissait de prendre une décision à SA place, de PENSER POUR LUI et non de nous laisser influencer par nos propres convictions. Nous sommes, heureusement et

    rapidement tombés d'accord : M... adorait rendre service, il aidait ses camarades en difficulté, toujours disponible, il était apprécié de tous.

    2,05 mètres et 130 kilos de gentillesse, de bonté et de dévouement.Nous avons donc décidé à l'unanimité de laisser prélever les "organes utiles" de notre enfant pour en sauver d'autres.5 organes ont été prélevés, 4 jeunes ont été greffés et sauvés.

    Bien sur, cela ne nous rendra jamais notre enfant, bien évidemment il ne continuera pas de "vivre" par quelqu'un d'autre, mais ces Dons ont permis, aussi, à d'autres familles de ne pas connaitre l'immense douleur de la perte d'un enfant.C'est une décision extrêmement difficile à prendre, dans des conditions particulièrement éprouvantes. Il nous restera toujours et ce jusqu'à la fin de notre vie, ce doute "était-ce bien SA volonté". Pour nous OUI, mais Lui ?3 mois avant son décès, mon fils ma sauvé la vie … J'ai été victime d'un infarctus sévère et je

    m'étais allongé en rentrant du travail. C'est de retour à la maison, que

    voyant mon état il a obligé sa mère et ce malgré mon refus, de me conduire au Samu. Il me restait 15 minutes !!! 3 mois plus tard, il sombrait dans le coma dans mes bras. Que dire ?

    PARLEZ EN, INFORMEZ-VOUS …… C'est avant qu'il faut prendre position pour ne pas laisser à vos proches, en plus du chagrin, la douleur de dire pour Vous !Nombre de refus de familles, sont liés à l'ignorance sur le Don d'Organes et de Tissus Humain, le don de Moelle …. Messieurs les Proviseurs, ouvrez largement les portes de vos établissements aux

    Associations, consacrez quelques heures de l'emploi du temps de vos étudiants, lycéens pour qu'ils puissent en toute connaissance de cause, prendre une décision ….. POUR ou CONTRE, mais LEUR décision.

     COMMENT LA MORT PEUT SAUVER LA VIE"

     Thierry Devaux

    ----------------------------------------------------------------

    "Il y'a 6 ans, j'étais pas pour, ni contre le don d'organes.... Mon fils m'en a

    parlé, m'a expliqué comment ça se passait, que maintenant on était tous

    donneurs potentiels.... Il avait 18 ans et la vie devant lui.... Un

    mois plus tard, un samedi soir, c'est

    l'accident..A l'hôpital le médecin nous dit qu'il allait mourir.... Mon

    premier cri : "non je ne veux pas, je veux qu'il reste..." Tout de suite,

    j'ai parlé du don d'organes , car pour moi, c'était comme s'il restait

    avec nous.... La vie après la mort...

    "Lina Schweitzer

    Par Laurie Dryburgh et Thierry Devaux dans Pour que la greffe ne soit plus un taboo... 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique