• Les nectars tendances

    Vin bio et vin nature 

    Différences de goût, de composition , de conservation: ces produits de la vigne ont chacun leurs propriétés et leurs exigences. 

    Les nectars tendances

    La viniculture biologique limite le recours aux produits chimiques et la mécanisation.

    Au-delà de l'effet de mode

    Depuis quelques années, vins bio et vins nature (ou naturel) se développent dans un marché très codifié. Au-delà de l'effet de mode , de plus en plus de viticulteurs optent pour une approche bio par souci de préservation de l'environnement et de la santé . L'offre se multiplie, et de nombreux labels fleurissent sur les étiquettes des bouteilles. Encore faut-il savoir les différencier .

    Vin bio : un cahier des charges scrupuleux 

    Il est fabriqué à partir e raisins issus de l'agriculture biologique, qui interdit l'utilisation d'engrais ou de produits chimiques tels que les pesticides. Durant le cycle végétatif de la vigne ( à savoir son développement tout au long de l'année), le cuivre , nécessaire pour lutter contre certaines maladies du cep , doit aussi être utilisé avec discernement. pour mériter le label bio, le viticulteur doit suivre un cahier des charges bien précis à chaque étape de l'élaboration du vin . Après la culture et la vendange, il devra respecter des normes tout au long de la vinification, à savoir lors des opérations de foulage, de fermentation, de soutirage et d'embouteillage. Le vigneron ne doit en particulier mobiliser qu'une quantité modérée de sulfites ( des antioxydants utiles à la conservation du vin ).

    Vin nature : halte aux sulfites !

    Si le vin nature respecte en général les règles de la viticulture biologique, la différence se fait au moment de la vinification, réalisée sans sulfites et avec des levures indigènes. Ainsi , les personnes allergiques au souffre peuvent désormais en boire. Mais contrairement au vin juste bio , qui contient suffisamment de sulfites pour bien se conserver, il est difficile de garder le vin nature dan une cave. Achetez-le plutôt pour le boire rapidement (surtout les blancs) . Veillez également à ouvrir la bouteille en avance et à bien aérer le vin pour laisser le temps aux éventuels résidus de gaz carbonique et à quelques dérives aromatiques  peu agréables au palais de s'atténuer . Dès lors, bien sûr , il est à consommer avec plaisir … et modération !

    Une production bio en hausse *

    La France est le troisième producteur mondial de vins bio , derrière l'Espagne et l'Italie . En 2017 , le nombre de conversion à la viniculture bio a continué à progresser : 5835 exploitations hexagonales ont adopté ce mode de production , soit 11 % de plus qu'en 2016. Au total , si l'on comptabilise les surfaces déjà certifiées (61048 ha en 2017) et celles en cours de conversion (17617 ha en 2017), ce sont plus de 78000 hectares qui sont conduits en bio, soit 10 % du vignoble français . La tendance s'observe surtout dans le Sud-Est , alors que les vignobles atlantiques et bordelais sont plus à la peine 

    *Sources : Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique (http://www.agencebio.org  ) et http://www.idealwine.net  

    Bon à savoir 

    Le vin, un produit naturellement vegan ? Erreur ! On peut y retrouver des substances d'origine animale , surtout les produits utilisés lors du collage (étape qui assure la clarification et la stabilisation du vin ) : caséine, gélatine, colle de poisson , blanc d'œuf…) Les producteurs de vin vegan se servent de la bentonite ,  Sources ; du charbon, de l'écorce de levure ou de la farine de pois chiche . Il existe un label vegan français et un autre européen . (Texte extrait de télé loisirs)

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 22 Septembre à 07:50

    merci pour tous ces renseignements

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :