• Interview  du Dr Marie Thirion , pédiatre , spécialiste de l'allaitement , Auteur de l'allaitement aux éditions  Albin Michel

    halte aux idées reçues

     

    A la maternité , plus de 2 bébés français sur 3 sont nourris au sein, mais seule la moitié l'est encore après un mois .

     

    Allaitement

     

    Deux comportements à proscrire !

    Désinfecter les mamelons . Non seulement l'odeur risque de détourner le bébé du sein ,  mais cela  dessèche le mamelon t peut provoquer des crevasses ! La seule désinfection qui vaille :Le lait de fin de tétée . En prime , cette << crème de soin >> apaise les irritations .

    Peser bébé avant et après chaque tétée . Il n'y a qu'une seule méthode pour savoir si un enfant mange bien : Vérifier ses couches . Si elles sont régulièrement pleines , pas de doute , il mange à sa faim .

    Ca va abimer mes seins

    Faux . Une grossesse modifie le corps , c'est inévitable . Dès le début , les seins augmentent de volume . Mais l'allaitement en lui-même abime-t-il la poitrine ? Rien n'est moins sûr . Il se peut même que les traitements visant à stopper la lactation , en induisant une modification brutale du volume de la poitrine , soient plus néfastes .

    Conseil . On porte des soutiens-gorge adaptés et on évite les régimes . En cas de diète pauvre en énergie , le corps ira puiser dans les graisses les plus directement mobilisables . Il arrive donc bien souvent que , avant d'attaquer la culotte de cheval , l'organisme s'en prenne à la partie supérieure du corps . Le sein <<fond >> . A la fin de l'allaitement , il a diminué de volume et sa tenue laisse à désirer .

    Mon lait n'est pas bon

    Faux . En matière d'allaitement , c'est tout ou rien ; soit on fabrique le lait et il est forcément adapté au bébé , soit on n'en fabrique pas car un incident est survenu lors de la mise au sein , qui a empêché la lactation de se mettre en route dans de bonnes conditions .Mais , une fois celle-ci enclenchée , le liquide correspond exactement aux besoins de l'enfant . Des études ont même montré que sa composition changeait au fil de la tétée pour mieux s'adapter . Tandis que des travaux récents ont suggéré qu'il différait selon que le bébé allaité était un garçon ou une fille .

    Conseil . Buvez suffisamment .Pour bien allaiter , il faut être soi-même assez hydratée . Aucune étude ne prouve que le houblon , le cumin ou le fenouil améliorent la lactation , mais consommer de telles boissons (à condition qu'elles soient sans alcool ) ne peu pas vous faire de mal !

    Je dois préparer mes mamelons pour éviter les crevasses

    Vrai . En partie seulement car , on doit les toucher, ce n'es pas pour éviter les crevasses , mais << pour apprendre à entrer en contact avec cette partie du corps >>, explique le Dr Marie Thirion , pédiatre spécialiste de l'allaitement . Pour autant , cela ne doit pas devenir obsessionnel . Si vous lisez que , dès le huitième mois , il faut masser chaque jour le mamelon à l'amande douce pendant 15 minutes en imitant le mouvement de succion du bébé  , jusqu'à obtention d'un peu de colostrum , oubliez ! Cette préparation est excessive .<< Ce ne sont ni l'humidité ni la macération qui provoquent les crevasses , insiste le Dr Thirion . Celles-ci sont des déchirures provoquées par la bouches de bébé quand il tire  trop fort o de travers .>> S'il en apparaît une , pensez à ramener le visage du bébé vers vous quant il tète ( certains rejettent la tête en arrière et tout le poids  de celle-ci pèse alors sur le mamelon ).

    Conseil . Si vous enduise vos mamelons, optez pour une huile végétale alimentaire ( olive, sésame, tournesol ... ) ,en évitant l'arachide et l'amande , potentiellement allergisantes . Et faites-le comme une caresse .

    J'ai un engorgement car j'ai trop de lait

    Faux . L'engorgement peut survenir , notamment pendant les premier jours . Il ne s'agit pas exactement d'un trop plein de lait , comme on le pense fréquemment , mais d'un œdème et d'une inflammation autour de la glande mammaire , qui bloquent les canaux galactophores . Cercle vicieux : quand  bébé happe le mamelon pour se nourrir , la glande se met à fabriquer du lait , mais le bébé peine à téter car le sein est trop dur . Du coup , ce dernier devient de  plus en plus compact et douloureux .

    Conseil . Pour éviter l"engorgement , on masse le sein s'il tend à durcir et, si nécessaire , on le presse sous l'eau chaude pour favoriser l'écoulement du lait .


    votre commentaire
  • Malgré la publicité tapageuse sur les lampes économiques: durée de vie 8 fois celle des ampoules incandescentes, basse consommation 1/5 celle des ampoules incandescentes ; la réalité est tout autre : Ces lampes « soi-disant» économiques coûtent quatre fois plus cher que les classiques.

    La durée de vie ne dépasse celle des incandescentes que de peu

    Mais le plus dangereux c’est qu’elles cumulent quatre graves inconvénients :

    •    Elles contiennent du mercure 2 à 5 milligrammes (environ 20 000 fois la valeur à ne pas dépasser dans l’air)

    •    Elles émettent des UV (le corps humain n’est pas programmé pour recevoir jour et nuit des rayons UV)

    •    Elles émettent des radiofréquences (aucun autre appareil ménager n’en produit)

    •    Elles émettent des champs magnétiques de basses fréquences. (cancérigène)

    Ces lampes qui sont classées « écolo » sont de véritables bombes à retardement car elles contiennent une quantité non négligeable de mercure à l’état gazeux qui s’échappe si elles  se brisent accidentellement, mais qui fuit également pendant l’utilisation.

    Les risques du mercure pour la santé :

    Irritations, troubles digestifs, pneumopathie, stomatite/inflammations buccale, Erythème scarlatiniforme/rougeur, encéphalopathie, dépression, hyper excitation, chute de dents, convulsion, coma, incendie, intoxication

    Champs magnétiques et répercussion sur la santé

    Récemment les porteurs de pacemaker alertent les instances de santé suite à des soucis d’interférences électromagnétiques à proximité de ces lampes basse consommation, des études ont été entreprises, elles démontrent clairement ces interférences mais également d’autres problèmes de santé : Une diminution de la mélatonine (hormone du sommeil) ; Augmentation des risques du cancer du sein, de la prostate, de l’ovaire, du col de l’utérus, du poumon, de l’estomac, de la thyroïde et du cancer colorectal.

    Autres conséquences à court terme :

    Troubles du sommeil, excitabilité, irritabilité et hyperactivité.

    Les fabricants de ces lampes basse consommation veulent être rassurants en préconisant de ne pas s’en approcher à moins de 30 cm, or, des mesures nous montrent clairement que les rayonnements de ces ampoules économiques sont émis dans un rayon de 2 mètres autour du point d’éclairage, donc potentiellement dangereux pour toutes personnes se trouvant à moins de 2 mètres de la lampe

    Conclusion

    Pour éviter le cancer de la prostate ou de l’estomac, l’intoxication au mercure ou autres troubles du sommeil, mieux vaut opter pour les bonnes vieilles lampes à incandescence. Pour les économies, réduisez simplement le nombre de lampes ou leur puissance et dans le bénéfice du doute n’achetez surtout pas d’ampoule basse consommation, vous éviterez des prises de risque inutiles…Mais ça,  c’est à vous de voir !

    Sources:

    http://www.santepublique-editions.fr/ampoule-basse-co…


    1 commentaire
  • Précisions sur les règles d’indemnisation des arrêts de travail en cas d’affections de longue durée (ALD)

    Publié le 02.09.2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

    Une « affection de longue durée » est une maladie grave ou chronique qui nécessite une interruption de travail ou des soins prolongés. Certaines nécessitent des thérapeutiques particulièrement coûteuses et ouvrent droit au remboursement à 100 % des soins et traitements, d’autres non. Mais toutes justifient une indemnisation prolongée des arrêts de travail. Ainsi les personnes atteintes d’une affection de longue durée (ALD), sous réserve de certaines conditions administratives, peuvent bénéficier d’indemnités journalières pendant une durée de 3 ans, de date à date alors que, pour d’autres pathologies, les assurés ont droit à 360 indemnités journalières seulement par période de 3 ans.

    Au terme de cette période de 3 ans calculée de date à date, les salariés doivent avoir repris le travail pendant une durée continue d’au moins 1 an pour pouvoir bénéficier à nouveau d’indemnités journalières en cas de nouvel arrêt de travail en lien avec la même ALD.

    Dans le cas de pathologies évolutives, notamment lorsque les personnes alternent les périodes travaillées et non travaillées, ces règles peuvent apparaître inadaptées. En effet, un salarié en ALD peut n’avoir eu que quelques mois d’arrêt de travail durant la période de 3 ans, soit moins que dans certaines affections hors ALD. C’est ce que reconnaît la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes dans une réponse ministérielle publiée le 30 juin 2015. Elle rappelle que certaines adaptations sont cependant intervenues récemment.

    Ainsi, les assurés en ALD peuvent bénéficier d’un arrêt de travail à temps partiel pour motif thérapeutique même s’ils n’ont pas fait l’objet au préalable d’un arrêt à temps complet pour le même motif. Ce faisant, l’activité partiellement maintenue sera retenue pour vérifier la condition minimale d’exercice d’activité pour se reconstituer des droits aux indemnités journalières.

    Par ailleurs, les assurés ayant bénéficié de moins de 360 jours d’IJ (que ce soit au titre de leur ALD ou hors ALD) au cours de la période d’indemnisation de 3 ans, peuvent bénéficier, au cours de l’année qui suit cette période de 3 ans, du versement d’IJ dans la limite du différentiel entre 360 et le nombre d’IJ effectivement perçues pendant la période de 3 ans.

    Sur http://www.Service-public.fr

    Arrêt maladie : indemnités journalières versées par la sécurité sociale


    1 commentaire
  • Palmarès des hôpitaux 2015 : le CHU de Lille toujours en tête

    Les CHU de Lille (1er) et Toulouse (2e) arrivent à nouveau en tête de la 18e édition du palmarès des 50 meilleurs hôpitaux publics étudiés pour la qualité de leurs spécialités médicales ou chirurgicales, publié jeudi dans le Point qui introduit cette année la prise en charge de la boulimie et de l’anorexie.

    Palmarès des hôpitaux 2015

    Depuis plusieurs années déjà, ces deux établissements caracolent en tête du tableau complété par un palmarès des 50 meilleures cliniques privées.

    Suivent le CHU de Bordeaux (3e), les hôpitaux universitaires de Strasbourg (4e), l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (5e qui remonte), les CHU de Montpellier (6e), de Tours (7e), de Nantes (8e) Rennes (9e) et de Nancy (10e en hausse).

    Le Centre hospitalier universitaire de La Réunion fait pour la première fois son entrée dans ce palmarès à la 43e place.

    Pour figurer au classement final de ce palmarès indépendant, un établissement doit fournir un service médical et chirurgical complet. Les établissements spécialisés en sont donc écartés, mais apparaissent dans les classements spécifiques (cancers, maladies infantiles...).

    Classements thématiques

    Côté cliniques, le centre hospitalier privé Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine) remporte encore la palme suivi de l’hôpital privé Jean-Mermoz de Lyon dans ce classement où n’apparaît aucun établissement de Paris intramuros.

    Les classements thématiques couvrent comme l’an dernier un large éventail de soins (varices, cancers, accidents vasculaires cérébraux-AVC, chirurgie de l’oeil — cataracte, myopie, rétine -, chirurgie de l’obésité, des artères, de la colonne vertébrale, urgences traumatologiques, traumatologie de la face, pédiatrie, pneumologie, maladies infectieuses...).

    Le magazine qui avait établi l’an dernier un premier classement des établissements recevant des personnes souffrant de troubles mentaux — avec l’hôpital Sainte-Anne (Paris) en tête des 50 meilleurs hôpitaux pour le traitement des dépressions et de la schizophrénie-, l’enrichit d’un volet sur les troubles de conduites alimentaires dont 600 000 jeunes souffriraient en France.

    Dans un article d’accompagnement, François Malye et Jérôme Vincent, à l’origine du palmarès et co-auteurs du dossier, avec Catherine Lagrange, relèvent la longue «attente pour accéder à des consultations pouvant atteindre plusieurs mois », alors que « trop de patients meurent dans leur coin », selon le Dr Sophie Criquillion (Sainte-Anne, Paris).

    « Sismothérapie »

    Le CHU de Nantes se trouve en tête des 30 meilleurs établissements publics prenant en charge ces troubles du comportements alimentaires (anorexie ou boulimie). Suivi de l’hôpital Sainte-Anne et du CHU de Saint-Etienne (Loire). Musicothérapie, sophrologie, activités physiques, massages, voire balnéothérapie, peuvent entre autres accompagner le suivi psychiatrique des patients. Par ailleurs, l’hebdomadaire se penche sur la « sismothérapie » ou « l’incroyable revanche des électrochocs » pour traiter des troubles sévères résistant aux traitements habituels.


    votre commentaire
  • Dans le cadre des Journées agricoles de l'île d'Oléron, l'exploitation d'Amandine Glinche, le Cristal du Marais promeut le sel local face à celui de Guérande ou de l'île de Ré. (photo du net )

    La seule saunière d’Oléron

    Amandine Glinche, seule femme à exercer le métier de saunier sur l’île d’Oléron, souhaite faire reconnaître la qualité du sel local.

    Son installation à Saint-Georges-D'Oléron ne doit rien au hasard. Depuis toute petite - « mes 6 ou 7 ans » - Amandine Glinche rêvait d’habiter sur ce territoire qu’elle a longtemps connu en tant que touriste. Originaire du Mans, la jeune femme travaille depuis huit ans dans le sel mais ressentait le besoin « d’être autonome et à mon compte ». Celle qui entame sa troisième année d’activité en tant qu’exploitant agricole, apprécie pleinement sa liberté d’action. « Travailler seule m’oblige à exercer plusieurs métiers à la fois : saunière, commerciale, graphiste, guide pendant les visites... C’est beaucoup de boulot, de stress parfois, mais c’est génial », explique Amandine Glinche.

    Privilégier la qualité

    Après un BTS environnement, hygiène et sécurité industrielles durant lequel elle découvre, à travers l’alternance, le travail en usine - « on fabriquait des bouchons de bouteilles de parfums » - Amandine sait qu’à l’avenir, elle ne travaillera qu’en plein air.

    Attirée par les métiers manuels et agricoles, elle opte pour une formation de saunière à Guérande. En début de carrière, Amandine a notamment travaillé trois ans sur l’île de Ré. « Chez Rivesaline, avec Laurent Courret qui m’a beaucoup appris », insiste la jeune saunière.

    Forte de son expérience, Amandine Glinche démarre à son compte en 2011. « La première année, j’ai surtout mis en place mon marais - de 50 aires saunantes - tout en faisant des petits boulots », explique-t-elle.

    Son marais, baptisé « Le Cristal du Marais », a un potentiel « de 20 à 30 tonnes, fleur de sel et gros sel confondus. Ce n’est pas énorme mais je privilégie la qualité à la quantité ».

    Passionnée par son métier, Amandine Glinche se réjouit de voir l’activité saunière se développer sur l’île d’Oléron. « Notre territoire compte aujourd’hui sept sauniers : six hommes et moi, la seule femme. On est quatre à s’être installés ces quatre dernières années. Ce qui me paraît prometteur », analyse la jeune femme.

    Si, de son côté, Amandine s’attache surtout à développer et sécuriser son activité - elle vend son sel à une dizaine de points de vente sur l’île mais ne cherche pas forcément de nouveaux clients - elle souhaiterait, à terme, voir se créer une véritable filière du sel d’Oléron, capable de rivaliser avec celui de Ré. « Je n’ai rien contre le sel de Ré mais autant promouvoir notre sel local et inciter les gens à consommer un produit artisanal, issu de leur territoire », souligne la saunière.

    Dans cette optique, Amandine Glinche a prévu de rejoindre l’association Marennes Oléron Produits Saveurs (Mops) - qui promeut et valorise les producteurs locaux (lire ci-dessous) - l’année prochaine en principe.

    Un travail difficile

    Face aux conditions climatiques actuelles, Amandine reconnaît que le travail est difficile : « en hiver, on aménage la structure de son marais. Avec la pluie incessante, tout s’affaisse, c’est compliqué ». En théorie, le nettoyage prend fin en avril et le sel commence à se récolter en juin mais encore faudrait-il qu’il ne pleuve pas trop. « Car trop de pluie implique beaucoup d’algues, soit moins d’évaporation et donc moins de production ». Reste à croiser les doigts.

    Pour plus de renseignements :

    Le Cristal du Marais, 11, rue du centre, La Gibertière, à Saint-Georges-d’Oléron. Tél. 06 81 68 62 80. Internet : cristaldumarais@yahoo.fr  (source sud-ouest du 1 juin 2015)


    2 commentaires
  • C'est le plus fin, le plus délicat, le plus précieux des sels alimentaires, qui se doit de trôner sur une table raffinée .

     

    La fleur de sel , pépite des marais

    Une pincée au prix salé...

    Seulement 10 % du sel produit en France est destiné à l'alimentation humaine ( la plus grosse part , environ 30 % , est dévolue au déneigement des routes !) Il vient de gisements souterrains ( sel gemme) ou de l'eau de mer . la récolte du sel marin dans les marais salants ( ou salines) est une pratique millénaire exigeant l'action conjuguée du soleil et du vent pour permettre , de bassin en bassin , l'évaporation de l'eau et la concentration de sel menant à la cristallisation . C'est sur le fond de mer du dernier bassin (nommé table salante , cristallisoir ou œillet , selon les régions )que les paludiers ( ou sauniers ) récoltent la couche de gros sel , souvent gris , appelé le << gâteau>> . Sous certaines conditions météorologiques , une très fine pellicule e forme en surface , à fleur d'eau . C'est la rare est précieuse fleur de sel , << cueillie >>avec le plus grand soin et qui, sans contact avec le fond argileux du bassin , reste d'un blanc immaculé . Elle est considérée comme le meilleur de tous les sels de table et les cuisinier en sont fous .

    Oléron remet son grain de sel !

    Si près de 90 % du sel de mer est récolté sur le rivage méditerranéen, où, le climat assure une évaporation maximale , la contribution du littoral atlantique , par sa qualité et sa notoriété , est tout sauf négligeable . Une tradition qui remonte au Moyen -Age à Guérande et sur les îles de Noirmoutier, Ré ou Oléron . Pourtant , sur cette dernière , les marais salants s'effacent du paysage à partir du XIXe siècle , remplacés par les claires ostréicoles des huîtres marennes-oléron . Jusqu'à ce que le succès des Guérandais donne envie aux insulaires de revendiquer leur passé de saliculteurs et de relancer l'activité . Avec la création , en 1990 , d'un marais tout neuf au sud de l'île , suivi en 1994 de l'ouverture d'un écomusée dédié au sel .

    Mission accomplie ! La vocation renaît , même s'ils sont moins d'une dizaine de sauniers . Et les pilots( tas de sel ) s'alignent à nouveau chaque été le long des bassins .

    Luxe au quotidien

    N'utilisez pas la fleur de sel pour saler l'eau des pâtes ou une préparation à cuire , vous gâcheriez ! Réservez-là pour en parsemer juste avant de les déguster , vos viandes, poissons, légumes ou fruits cuits , sur lesquels elle fondra , à moins qu'elle ne les fasse craquer de façon sublime !

    Le cristal du marais

    C'est le nom du domaine ( à visiter ) et du sel ( à déguster ) de l'unique femme saunière d'Oléron, Amandine Glinche  (photo ci-dessous du net),  installée sur l'île depuis 2011 .

    Contact : ( 06 81 68 62 80)

    La fleur de sel , pépite des marais

    L'écomusée du port des salines

    A 3 km de Saint-Trojan-les-Bains , au sud de l'île d'Oléron , il nous conte une histoire qui ne manque pas de sel ! Tout à côté , sur quatre hectares de marais salants parcourus de sentiers pédestres , vous êtes accueillis et même conviés tout l'été à la récolte des précieux cristaux . Avec une journée particulière , à noter sur vos agendas , pour la fête du sel , le 12 août . N'oubliez pas de faire vos emplettes à la boutique du grenier à sel avant de repartir .

    contact : 05 46 75 82 28 ou  http://www.oleron-nature-culture.com/

    Voir aussi les articles :

    Le sel : http://don-de-vie-62.eklablog.com/le-sel-a114542060

     Le sel de Guérande, un sel millénaire : http://don-de-vie-62.eklablog.com/le-sel-de-guerande-un-sel-millenaire-a115171290

     Le joli grain de sel de Guérande : http://don-de-vie-62.eklablog.com/le-joli-grain-de-sel-de-guerande-a115171366

     


    1 commentaire
  • Une belle histoire humaine , un terroir exceptionnel et un luxe à la portée de tous , voilà ce qui le rend délicieux

    Le joli grain de sel de Guérande

    Les paludiers perpétuent des gestes millénaires en ramassant toujours le sel à l'aide d'un las

    Le premier fruit de la mer

    Le sel est une ressource naturelle abondante , mais qui exige du travail . On l'extrait soit de l'eau de mer par évaporation , dans les marais salants installés sur nos côtes ; c 'est le sel marin . Soit de gisements souterrains ; c'est le sel gemme , qui n'est autre que du sel marin fossilisé , après la disparition d'anciennes mers intérieures .

    Largement utilisé dans l'industrie , la chimie et l'agriculture , le sel a pour principal usage ( près d'un tiers) le déneigement routier ! Et ce n'est qu'une infime partie (10 %) qui est consacrée à l'alimentation .

    Conservateur efficace , il est surtout un formidable rehausseur de goût ... Ne dit-on pas de ces choses qui font tellement plaisir qu'elles sont << le sel de la vie >> ?

    L'or blanc de Guérande

    Les marais salants exigent des sols plats et imperméables , ainsi qu'un climat favorisant une évaporation maximale , c'est-à-dire chaleur et soleil . Comme au bord de la Méditéranée et de l'Atlantique , s'il est réchauffé par le Gulf Stream . C'est le cas de Guérande où les salines scintillent près des plages de La Baule et du Croisic .

    Exploitées depuis le Moyen Âge dans l'indifférence , elles déclenchent fureur et passion , quand elles sont menacées à la fin des années 1960 par un projet de marina et de voie express . Les hommes du marais , les paludiers , vont s'unir pour sauver leur produit et leur savoir-faire .

    Le sel de Guérande ( 10 000 tonnes par an ) , avec un label rouge et une indication géographique protégée , est devenu le premier , en parts de marché et en notoriété . Pour l'expliquer , les paludiers humbles , parlent de l'océan , du soleil et du vent qui commandent l'évaporation de l'eau et la cristalisation du sel . Eux n'ont qu'à se tenir prêts , chaque début d'été , pour récolter le gros sel gris coloré par l'argile du fond des oeillets ( bassins ) . Où << ceuillir >> en surface la fleur de sel , la pépite du maris qui , en crstalisant à fleur d'eau , reste d'un blanc immaculé  

    Star en cuisine

    Adulé par les plus grands chefs , il sublime aussi la cuisine au quotidien . Le gros sel gris asure dans les eaux de cuisson , les mets en croûte de sel et, une fois moulu , en sel fin de table .

    Il est considéré comme précieux et rareen fleur de sel , sa forme la plus craquante , et la plus audacieuse lorsqu'elle vient relever la saveur des fruits , pâtisseries, chocolat , caramel et autres confitures . Enfin ,il sert à merveille la tendance d'aujourd'hui ; salez moins mais salez mieux !

    La fête du sel tout l'été à Guérande

    Le joli grain de sel de Guérande

    Durant la récolte ( de juin à septembre ) les 200 paludiers guérandais assurent l'animation , manche du las ou de la lousse ( pour récolter la fleur de sel ) bien en main , en exerçant leur art autour des oeillets .

    Un travail d'expert et de force ; 60 à 90 tonnes de gros sel et seulement deuxà trois tonnes de la blanche fleur de sel par an pour chacun !

    Dans leur << open space >> constitué des 2000 hectares de salines , ils font découvrir leur métier (photo ci-dessus ) et un paysage unique au monde reconnu réserve de biosphére par l'UNESCO .

     Et à la boutique , , vous ferez provision du sel de Guérande dans tous ses états

     Rens : 02 40 62 08 80  ou   http://www.terredesel.fr/index.php?id=143


    3 commentaires
  • Subtilement parfumé , non lavé et sans additifs , ce sel à nul autre pareil est le préféré ds grands chefs cuisiniers ... Et le nôtre aussi !

     

    Photo aérienne des marais salants de Guérande (photo du net)

    marais salants de Guérande

     Au sud de la bretagne , sur la presqu'île de Guérande , les marais salants s'étendent sur 2000 ha de sol argileux 

    L'or de la <<terre blanche >>    

    Le sel de Guérande , c'est une longue , très longue histoire !

    Son seul  nom le trahit : Guérande , des termes bretons gweenn (blanc) et rann (parcelle) , est litéralement une<< terre blanche >> .

    La récolte du sel sur la presqu-île remonte à l'âge de fer , soit cinq à dix siècles avant JC

    La plan actuel des salines a été dessiné par les moines de l'abbaye de Landévennec , fondateur du prieuré de Batz , en 945. Et depuis le moyen-âge , le commerce du sel assure la prospérité de la presqu'île .

    Mais si les outils se sont modernisés , les gestes eux , n'ont pas changés !    

     Récolté à la main

    Quand les coefficients des marées sont élevés , on remplit des réserves d'eau , les <<vasières>>.

    L'eau progresse à travers différents bassins au fil desquels sa salinité augmente , puiis aboutit dans les <<oeillets>> , où se produit la christalisation .

    A l'été , le sel est récolté par les paludiers , entiérement à la main . La <<cueillette>> s'étale sur un mois , en fin d'après-midi , lorsque la météo est à la fois venteuse et ensolleillée .

    Le sel est ensuite mis à sécher pendant 3 ans avant d'arriver dans les rayons de nos marchands .

    Chaque année Guérande produit 10 000 tonnes de cet <<or blanc>>.    

    Sain et non raffiné

    Produit de la mer , le sel en renferme les minéraux et les oligoéléments :magnésium, potassium et calcium en tête .

    Le 20 mars 2012 , le sel de Guérande et la fleur de sel de Guérande ont obtenu, en plus de leur Label Rouge , une IGP (Indication Géographique Protégée) au sein de toute l'Union Européenne , qui en garentit l'origine et la qualité : un sel non lavé et sans additifs (certains sels du commerce contiennent des agglomérants) .

    Une jolie récompence lorsque l'on sait que , dans les années 70 , les marais salants ont failli disparaître ous un projet zone touristique .    

    Les grands chefs l'adorent

    Alain Passart, Paul Bocuse  , Eric Fréchon (le bistrol à Paris) , Michel roth (le ritz à Paris) ...

    De nombreux chefs affichent fiérement le sel de Guérande sur leurs menus .

    Salé sans être agressif , aromatiue : sur cettaines cartes , il est présent en entrée ou en dessert .    

    A chaque forme de sel son utilité    

    cuillères de sel

    1) Le gros sel spécial cuisson

    Naturellement gris car il se forme au contact de l'argile , il s'utilise pour aromatiser et saler l'eau du riz ou des pâtes , les courts-bouoillons (humide, il se dissoue rapidement ) , réaliser les cuissons en croûte de sel .Son prix varie entre 1 , 60 et 3 euros le kilo

            2) Le sel moulu, pour l'assaisonnement  

    Il s'agit simplement de gros sel broyé .

    Il peut être nature ouaromatisé aux épices , aux algues , au fenouil , aux herbes, à l'ail ...

    Le sel nature coûte aux alentours de 2 euros les 250 g .Il est vendu plus cher lorsqu'il est aromatisé .      

    3) La fleur de sel , raffiné

    Très blanche (elle est <<cueillie>> à la surface de l'eau et ne touche jamais l'argile) et fine au toucher , la fleur de sel a une légère saveur de violette . Elle ne se fait pas cuire et se saupoudre sur les plats .son prix est de 3,50 euros les 125 g .       

    petit plus :

    Retrouvez les informations sur la coopérative du sel de Guérande et vente de sel , de caramels salés , de sels aromatisés .... sur http://www.seldeguerande.com


    1 commentaire
  • Les entreprises peuvent bénéficier d'accompagnements pour lever les craintes et préjugés , et aménager l'environnement de travail des salariés

    La loi du 11 février 2005 a permis au handicap psychique d'être enfin reconnu . Pourtant , au sein des entreprises , les personnes souffrant de troubles qui affectent durablement leur comportement et leur adaptation sociale osent difficilement vivre  leur maladie au grand jour . << Beaucoup ne déclarent pas leur handicap et gèrent leurs troubles bon an mal an de peur d'être stigmatisées >> , affirme Claire Leroy Hatala , sociologue des organisations et spécialiste du handicap . Compatible avec la vie professionnelle , le handicap psychique nécessite néanmoins une prise en compte particulière de la part des entreprises . D'autant plus que sous ce terme se cachent différentes pathologies bien différentes : psychose, schizophrénie , dépression, bipolarité , personnalité borderline ...

    En France, 350 000 personnes sont reconnues handicapées psychiques selon l'Insee , mais 600 000 personnes seraient concernées selon l'Unafam ( Union nationale des amis et familles de malades psychiques ). Et les problèmes de santé mentale représentent actuellement l'une des plus importantes causes d'absence au travail. D'où la nécessité pour les entreprises de se saisir de la question .

    Si la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ( ROTH) ouvre le droit aux employeurs à un certain nombre d'aides financières de la part de l'Agefiph , il ne faut pas qu'elle soit un préalable à l'action . << Ce qui compte avant tout , c'est la reconnaissance au sein de l'entreprise . Si l'employeur crée une relation de confiance avec son salarié , celui-ci acceptera sa maladie et entreprendra  des démarches pour qu'elle soit reconnue officiellement >>, remarque Claire Leroy Hatala , par ailleurs membre du conseil d'administration du Clubhouse France qui participe à la réinsertion professionnelle des personnes handicapées psychiques .

    L'entreprise doit identifier les interlocuteurs en interne qui peuvent accompagner le salarié : médecin du travail, assistante sociale , responsable des ressources humaines , manager ... Elle peut également faire appel à des intervenants extérieur . Il existe en effet des services spécialisés tels que les Sameth ( service d'appui au maintient dans l'emploi ) Cap emploi mais aussi des associations et réseaux reconnus comme l'Unafam , Galaxie , Agapsy , Messidor ou l'association Vivre . << Nous sommes souvent sollicités pour des cas de schizophrénie ou de dépression nerveuse . Mais quand nous intervenons en entreprise, nous nous occupons d'abord de l'entourage professionnel avant même de travailler  avec la personne handicapée . Car le plus difficile parfois , c'est de la faire accepter >> , observe Ferhat Djellab  , responsable à l'association Vivre .

    Il est en effet essentiel de sensibiliser les collaborateurs de la personne handicapée . l'information ne doit pas porter sur la maladie elle-même mais sur les symptômes et les attitudes à adopter . Autre point : l'aménagement des conditions de travail . Les situations de stress doivent être limitées . <le choix du temps partiel est souvent pertinent pour les personnes en situation de handicap psychique qui ont besoin de temps pour se réadapter . << Réintégrer quelqu'un ne se fit pas à la légère , surtout sur des postes sensibles ou dangereux >> , remarque Ferhat Djellab .

    C'est pourquoi il ne faut pas à tout prix chercher à maintenir la personne à son poste , en cas de problème . L'idéal est de lui faire découvrir d'autres activités pour qu'elle se rende compte de quoi elle est capable avant de lui proposer une formation . Une chose est sûre ; si l'accompagnement d'un salarié handicapé psychique a un coût financier limité pour l'entreprise , il s'envisage sur le long terme , parfois jusqu'à 10 ans . ( source : Aujourd'hui en France . Article de Solene Durox )

    En savoir plus sur  :

    Le site de l'Agefiph ;   www.agefiph.fr

    Le site de l'association Vivre ;   www.vivre-asso.com

     


    2 commentaires
  • Quels sont les droits des médecins en la matière

    C'est quoi ?

    Un tarif supérieur à celui fixé par la Sécurité Sociale ; 25 € pour une consultation de base chez un médecin généraliste ( 23 € s'il s'agit du médecin traitant ), 28 € chez un spécialiste ( 25 € pour le médecin traitant ) .

    Ces montants peuvent faire l'objet de majorations - de quelques euros à plusieurs dizaines d'euros - selon une nomenclature d'actes précise et codifiée ( orientation du médecin traitant , non-respect du parcours de soins coordonnés , visites à domicile, de nuit , jours fériés , spécialisation du médecin, âge du patient , etc ...)

    Qui les pratique ?

    Seuls les médecins conventionnés ( de secteur 1 et 2 ) peuvent effectuer des dépassements d'honoraires . Dans les faits , les médecins spécialisés de secteur 2 sont les plus nombreux ( 82 % des gynécologues , 76 ù des ORL ...) . Car contrairement à leurs homologues de secteur 1 , ils ont plus de latitude . Ils fixent librement leurs tarifs , mais << avec tact et mesure >> prône l'assurance- maladie . Une notion floue qui, dans les faits , ouvre grande la porte aux dérives .

    Quid des non-conventionnés ?

    Les professionnels de santé peuvent refusés de signer une convention avec la Sécurité Sociale . Dits << de secteurs 3 >> , les médecins libéraux << hors conventions >> sont alors libres de déterminer leurs tarifs . Leurs actes sont remboursés sur la base d'un tarif << d'autorité >> minime ( de 0,60 à 1,20 €) par la Sécurité Sociale et les complémentaires .

    Dans quels cas le dépassement est-il toléré ?

    pour les praticiens de secteur 1 :

    1) S'il est consulé en dehors du parcours de soins coordonnés ( c'est-à-dire sans sollicitation d'un médecin traitant ) .

    2 ) S'il fait l'objet d'une demande particulière de la part du patient , d'une exigence sans lien avec un motif médical ( déplacement du médecin , ouverture du cabinet à un horaire inhabituel ).

    Les honoraires du praticien de secteur 2  sont en revanche, moins encadrés . L'Asurance maladie admet que <<la situation financière , la notoriété du praticien , la complexité de l'acte et le temps nécessaire à son exécution doivent être pris en compte >>.

    Les dépassements d'honoraires ont atteint 7 milliardsd'euros en 2012 . source : observatoire citoyen des restes à charge en santé  

    Des remboursements sont-ils prévus ?

    les caisses d'Assurance-maladiene remboursent pas les dépassements d'honoraires . Seules les mutuelles proposent une prise en charge partielle ou totale . Leur couverture varie ( jusqu'à 100 %, 200 %, 300 % ... du tarif de base de la Sécurité Sociale ) selon les contrats . Sachez qu'un taux de 100 % correspond au remboursement d'une consultation de base  ( 23 € ) : 70 % émanant de la Sécurité Sociale et 30% de votre mutuelle . Mais si cette même visite vous est facturée 50 € , la différence avec le tarif Sécurité Sociale ( 23 € ) vous incombera  ( soit 27 € ). 

    Comment savoir s'il y a abus ?

    Quand le montant de la consultation est trois ou quatre fois supérieur aou tarif fixé en secteur 1 ( consultation supérieure à 69 € chez votre généraliste traitant ) . En l'absence de texte définissant le dépassement abusif , le conseil de l'ordre des médecins est le seul apte à le caractériser et à le sanctionner . Un médecin encourt alors une sanction financière équivalante au montan de son dépassement abusif . 

    Comment s'en prémunir ?

     Informez-vous ! Votre médecin est-il conventionné ? S'il l'est , à quel secteur appartient-il ?  Très pratique , le moteur de recherche de l'Assurance-maladie , www.http://ameli-direct.fr recense les honoraires des professionnels de sané et des établissements de soins selon leurs actes . Sachez aussi qu'un médecin pratiquant un dépassement d'honoraires est tenu de vous remettre une information écrite préalable dès lors que le montant de ses honoraires est égal ou supérieur à 70 € . Enfin , tout praticien a l'obligation d'afficher de façon laire et lisible dans sa salle d'attente ou son cabinet ses honoraires , tarifications d'actes et de prestations , ainsi que son secteur et son taux de remboursement par la Sécurité Sociale .

     Renseignement sur :

    www.http://leciss.org 

    santé info droits tel : 0 810 004 333 ( numéro azur )

    ou au 01 53 62 40 30  ( en semaine de 14 h à 18 h)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique