• Le retour de la galette ...

     . . . C'est chouette 

    Au amandes ou aux épices, feuilletée ou briochée , la galette est un morceau de roi .

    Le retour de la galette ...

    Juste après les festins de fin d'année , les français dévorent 30 millions de galettes en janvier ... Si c'est pas de l'amour ! 

    Une vieille histoire

    On se plait à se retrouver pour déguster le plus emblématique de tous nos gâteaux ;, mais sait-on bien ce que l'on fête  exactement ? Le monde chrétien célèbre l'Epiphanie , c'est-à-dire la révélation  de la naissance de Jésus faites aux rois mages douze jours après Noël , soit le 6 février , (ou quand il n'est pas férié , le premier dimanche de l'année ) . Mais les païens n'ont pas attendu l'arrivée du Messie pour se réjouir des jours qui rallongent après le solstice d'hiver et fêter la lumière , source de vie . Et ce sont les Romains qui, en désignant parmi soldats ou esclaves , le roi du jour lors de leurs saturnales , font entrer la fève dans la danse . Pour le choix aléatoire de ce monarque éphémère , la légumineuse est parfaite ; assez petite pour être cachée dans le pain ou la bouillie , mais pas trop pour e pas être avalée par erreur ! 

    La reine des gâteaux des rois 

    Au fil des siècle , le gâteau remplace la pain d'autrefois et se décline en différentes versions selon les pays , et chez nous en une ribambelle de recettes régionales ; patissous du Périgord , flamusse de Bresse, garfou du Béarn ...En pays d'Oc , on déguste une couronne briochée garnie de fruits secs ou confits . Au final , c'est la fameuse galette , apparue au XVIIe siècle à Paris (et appelée un temps la parisienne) qui va s'imposer . A la pâte feuilletée au beurre et garnie de frangipane (crème à la poudre d'amandes) et une fève (en porcelaine , depuis le XVIIIe siècle), elle est toujours favorite ... Un comble dans un pays régicide ! Pendant la révolution , on tenta bien d'éradiquer la tradition , mais elle réapparut dès le XIXe siècle . Néanmoins , les galettes servies à l'Elysée ne contiennent pad de fève... afin qu'aucun roi ne soit couronné sous les ors du premier palais de la république ! 

    Toujours bien garnie 

    Si la frangipane a été concurrencée par diverses compotées de fruits, crèmes, ganaches ou autres textures craquantes aux pralines ou à la nougatine , le feuilletage reste de règle  Et c'est là la différence entre une bonne galette artisanale de pâtissier , vendue à un certain prix , et une galette industrielle congelée  L'aspect lisse et régulier de la première atteste d'une pâte bien étalée  Des décors originaux , aux lieu de stries standard , sont la signature de l'artisan  Enfin , le feuilletage qui s'émiette quand on la coupe , révèle sa pauvreté en beurre impardonnable ! (extrait de: Télé-Loisirs)


  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Janvier à 11:34

    _DSC5810

    Je pensais que tu allais nos donner une recette aussi 

    Bonne journée et merci pour ce billet très intéressant 

     

    2
    Mercredi 3 Janvier à 19:05

    Bonsoir Lucien,

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant :)

    Bonne soirée !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mercredi 3 Janvier à 20:19

    contente de te retrouver et te lire

    bonne soirée l'ami 

    4
    Vendredi 5 Janvier à 11:42
    nays&

    bonne galette Lucien et bon WE

    amicalement ☺

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :