• Le burn-out

     Comment le reconnaître ?

    Lorsque la pression et la fatigue s'accumulent au travail , on n'est pas loin de craquer nerveusement . Pourtant , ce syndrome d'épuisement professionnel va au-delà de ses symptômes .

    Vous avez du travail par-dessus la tête et des horaires à rallonge ? Vos supérieurs vous mettent la pression ? A l'impossible, nul n'est tenu .Pour ne pas vous laisser envahir par le stress , apprenez à dire non . Pour vous protéger du burn-out , mieux vaux connaître ses manifestations .

    Des signes qui ne trompent pas

    Vous traversez une période difficile au bureau , mais si vous arrivez à couper et à retrouver le sourire une fois rentré à la maison , pas d'inquiétude . En effet en cas de burn-out , l'impression de fatigue ne concerne pas seulement le travail . La simple idée de sortir, d'aller faire les courses ou de passer un moment en famille paraît épuisante. Vous n'avez plus le courage de faire quoi que ce soit , même en dehors du travail , c'et un signe qui doit alerter .D'autres symptômes associés peuvent également faire penser à un burn-out ; vous n'arrivez pas à récupérer après une bonne nuit de sommeil ou quinze jours de vacances , vous souffrez de troubles digestifs , du sommeil ou de douleurs musculaires , votre confiance en vous est en chute libre et vous avez l'impression de n'être plus bon à rien au travail . Le dernier signal est une sorte << d'anesthésie émotionnelle >> ; plus rien ne vous touche , et vous restez indifférent , par exemple , face à des nouvelles tristes aux infos ou à un événement heureux dans votre entourage .

    Plusieurs causes

    Bien sûr , la charge de travail et l'accumulation du stress sont les premiers facteurs du burn-out .Mais tous ceux qui les subissent ne sont heureusement pas touchés . Il semble que d'autres facteurs combinés à ce stress forment le cocktail explosif qui peut mener à l'épuisement . Parmi eux ; la monotonie du travail , le manque d'autonomie , l'absence de reconnaissance ou une ambiance tendue . Si tous ces éléments sont réunis , il faut être très vigilant .

    Des prédispositions

    Nous ne sommes pas tous égaux devant ce danger . Les personnes naturellement exigeantes envers elles-mêmes et perfectionnistes , qui s'investissent beaucoup dans leur carrière professionnelle , seraient ainsi plus vulnérables face à ce syndrome .D'ailleurs , on note souvent chez les victimes du burn-out une tendance à recourir à diverses substances du type alcool, tabac, drogue , pour rester performant .

    Ne pas hésiter à consulter

    Le burn-out ne frappe pas du jour au lendemain , c'est un état qui s'installe progressivement , sans que l'on s'en rende compte ... D'où l'importance d'être pris en charge le plus tôt possible , car il s'agit d'une pathologie sérieuse dont on e peut se sortir seul . Si vous reconnaissez un ou plusieurs de ces symptômes , n'hésitez pas à en parler à votre généraliste ou au médecin du travail , qui pourra confirmer le diagnostic et décider d'un éventuel arrêt de travail et/ou vous orienter vers un psychologue .

    Un mal difficile à chiffrer

    Obtenir des statistiques sur cette pathologie est extrêmement compliqué car elle n'et pas encore reconnue comme maladie professionnelle .Cependant , 17% des salariés français se disent potentiellement concernés par le burn-out . (source : Etude Think/Great Place to Work de janvier 2015)

    Attention , professions à risque !

    Ce phénomène d'usure professionnelle ne concerne pas tous les travailleurs de la même façon . Si les études manques , il semble que certains secteurs ou professions soient plus <<à risque >> que d'autres . C'est notamment le cas des métiers au contact de personnes en souffrance ( personnels soignants, travailleurs sociaux , etc. ). Le fait d'occuper un poste à responsabilité (cadre, dirigeant , chef d'entreprise ...) ou d'avoir une activité indépendante (artisan, free-lance, commerçant , agriculteur...) représente également un facteur de risque supplémentaire .

    L'avis de l'expert  

    Dr Patrick Légeron psychiatre à l'hôpital Saint-Anne , à Paris , fondateur du cabinet stimulus et auteur du livre "Le stress au travail , un enjeu de santé " éd Odile Jacob .

    Le burn-out

    Quels sont les bons réflexes pour se protéger du burn-out ?

    Garder du lien social .Parler avec ses collègues et son entourage quand on sent que ça ne va pas . Puis essayer de prendre de la distance , accepter que l'on peut échouer ; les méthodes du type relaxation ou méditation peuvent aider . Enfin , ne pas surinvestir la sphère professionnelle , se consacrer à d'autres activités et adopter un mode de vie sain .

    Quels changements faut-il envisager au travail ?

    Il faut apprendre à déléguer et à dire non pour diminuer la charge de travail et les sources de stress .Mais aussi éviter la monotonie en demandant de nouvelles responsabilités , une réorganisation du service pour travailler plus en autonomie ou exprimer sa créativité . Le besoin de reconnaissance est également important .

    En cas de burn-out avéré , quelle est la prise en charge ?

    Cela passe par un arrêt de travail prolongé . En parallèle ,un suivi psychologique est indispensable pour travailler sur sa gestion du stress et des émotions , son rapport au travail ... Ils s'accompagnent le plus souvent d'un traitement à base d'antidépresseurs .( Source : télé-loisirs )

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :