• Apnée du sommeil (1/3)

    Chez l'enfant  

    Des solutions de plus en plus innovantes .

    Apnée du sommeil

    Les traitements destinés à soigner ce trouble respiratoire sont souvent jugés contraignants . Pourtant ils ne cessent de se perfectionner .

    Bruyants ronflements, silence soudain le temps d'un arrêt respiratoire d'au moins dix secondes … puis le ronfleur se réveille sans en prendre conscience pour reprendre son souffle . Et ce, jusqu'à des centaines de fois ! Voilà comment son rythmées les nuits des personnes qui souffrent d'apnée du sommeil . Ces micro-réveils incessants fragmentent le sommeil et en dégradent la qualité . En cause le plus souvent , la fermeture complète ou partielle du pharynx ;quand on s'endort , le tonus musculaire se relâche .Le passage de l'air est bloqué . Le surpoids reste le principal facteur de risque . La graisse accumulée autour des parois de la gorge favorise en effet l'obstruction .

    Les problèmes respiratoires 

    Pendant la nuit ils entraînent des maux de tête matinaux , une grande fatigue et, surtout , une somnolence pendant la journée . Cet état est souvent associé à des difficultés de concentration , à un état de déprime … et à une chute de la libido . Le syndrome d'apnées du sommeil induit également une baisse du taux d'oxygène dans le sang et une accélération de rythme cardiaque .  C 'est une cause reconnue d'hypertension artérielle et de pathologies cardio-vasculaires (infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, AVC ) Il prédispose également au diabète de type 2 . Autant dire qu'une prise en charge adaptée se révèle indispensable . D'autant qu'elle est de mieux en mieux supportée .

    Des maladresses à prendre au sérieux 

    Jusqu'à l'âge de 3 ans  , où la coordination motrice est encore incertaine dans bien des domaines , ce trouble passe parfois inaperçu .<<Souvent , celui-ci est repéré par l'enseignant à l'école maternelle , notamment en moyenne section lorsque l'enfant présente d'importantes difficultés avec le geste , complexe de l'écriture .>> Qu'est-ce qui doit donner l'alerte ? Une inaptitude pour toute les activités de graphisme (écriture, dessin …), les jeux psychomoteurs comme le lancer de balle , la construction , ou encore l'enfilage de perles . Le manque d'autonomie en classe doit également retenir l'attention ; l'enfant peine à se revêtir en sortant des toilettes , à éplucher une mandarine à a cantine, à se laver les mains. Des obstacles constants sur le chemin de la scolarité qui peuvent être relativisés par l'entourage -<<il est petit, ça va passer>>- jusqu'à l'école élémentaire . <<Dès lors, ces troubles vont se répercuter sur tous les apprentissages y compris le calcul -l'enfant ne peut pas poser une addition ou une soustraction , place les unités sous les dizaines , et ainsi de suite -, la géométrie , la géographie, les activités sportives …>> Ainsi , si l'enfant cumule échecs à l'école et maladresses quotidiennes, il faut une dyspraxie et mener l'enquête . 

    Un bilan complet pour un suivi optimal 

    Le bon réflexe ? Prendre rendez-vous auprès d'un psychomotricien ou d'un ergothérapeute qui pourra réaliser un bilan en psychomotricité . Vous pouvez aussi , si vous souhaitez une prise en charge par l'assurance maladie , contacter un centre médico-psychologique (CMP) ou un centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) , en sachant qu'il y a de long mois d'attente . L'objectif des premiers examens est de << repérer les gestes où l'enfant est normalement habile pour son âge et ceux où, au contraire , il est en décalage , indique le Dr Mazeau , suivront également des séances de rééducation , l'ergothérapeute s'attelant également à un travail scolaire comme l'écriture ou le dessin >>. Un an plus tard , nouveau bilan ; <<Si l'enfant a bien progressé , n'est pas très habile de ses mains , mais s'en sort , on ne pourra pas parler de dyspraxie . Si la progression est faible des examens plus complets pourront être effectués par le psychologue scolaire pour évaluer la gestuelle , le graphisme , mais aussi la mémoire et le langage , voire le quotient intellectuel  Au médecin ensuite (neuropédiatre, médecin scolaire ou de rééducation d'opérer la synthèse de 'ensemble de ces éléments pour établir un diagnostic .>> Quand ce diagnostic s'avère complexe ou que l'enfant présente des troubles associés , comme la dyslexie  ,mieux vaut s'adresser à un centre référent pour les troubles du langage et des apprentissages , attaché au centre hospitalier universitaire dans chaque région . L'avantage ? L'assurance d'une prise en charge pluridisciplinaire avec neuropédiatres, psychologues, psychomotriciens , orthophonistes …  L'inconvénient ? Au moins une année d'attente avant le premier rendez-vous , mis qui est préférable à une longue errance diagnostique >> assure la spécialiste en neuropsychologie .


  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Janvier à 18:57

    assez invalidant ces apnées ...si jeune  je savais pas ça

    bonne soirée Lucien ☺☺

    2
    Mercredi 30 Janvier à 06:05

    merci beaucoup

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :