•  

    << Les besoins nutritionnels du sportif  sont accrus à partir de trois entraînements hebdomadaire >> 

    Les clés de l'alimentation sportive

    << Mangez cinq fruits et légumes par jour >>, << Evitez de manger trop gras , trop sucré, trop salé >> ou encore << Pour votre santé , bougez plus >> ,voici , en substance , les recommandations du ministère de la santé pour garder la forme . De grands principes que beaucoup de français entendent appliquer .

    Mais qu'est-ce qui se cache réellement derrière ces slogans et comment adapter son alimentation ?

    Une alimentation équilibré

    Si vous pensez qu'une simple barre de céréale suffira à vous maintenir en forme pendant votre activité physique , vous faites fausse route ! Le secret de la performance passe avant tout par une alimentation variée et équilibrée . Une barre de céréales peut tout à fait vous apporter une dose énergétique importante , à condition que votre alimentation quotidienne contienne les apports nécessaires à la performance sportive . Votre assiette doit être composée d'aliments traditionnels , riches e glucides ( pain , féculents avant l'effort et laitage sucré avec un fruit après ) , en vitamines ( fruits et légumes ) et également en protéines même si un excès de viande , par exemple , peut se révéler dangereux pour la santé .

    Que vous soyez sportif du dimanche ou que vous passiez la plupart du temps libre à la salle de sport ou à la piscine , votre alimentation ne doit pas forcément différer . En effet , les besoin nutritionnels du sportif sont accrus à partir de trois entraînements hebdomadaires .

    Une hydratation régulière

    l'eau , c'est votre carburant , ce qui vous permettra de poursuivre votre effort sur la durée , ou si vous na buvez pas assez , vous stoppera net dans votre élan .La contraction musculaire propre à l'effort physique, entraîne un surplus de chaleur dans votre organisme . Ce surplus est éliminé grâce à la transpiration . Et si vous perdez de l'eau , il est extrêmement important de recharger votre stock  régulièrement au risque de ressentir des crampes ou , pire , de vous blesser .

    En fonction de l'activité physique pratiquée , et de la température ambiante , la quantité peut varier , mais il est tout de même recommandé de boire 150à 200mld'eau ( environ une gorgée ) toutes les 15 à 20 minutes .Le meilleur moyen de connaître la quantité d'eau perdue est de vous peser avant et après votre entrainement .

    Les sportifs regardent régulièrement leurs urines pour savoir si l'apport hydrique est suffisant . Si en milieu de matinée elles sont claires , votre hydratation est bonne , si elles sont foncées , vous devez boire davantage .  ( source : ligne d'eau 25  printemps 20016.Article de Jonathan Cohen . Photo du net )


    votre commentaire
  • Nom scientifique : Cocos Nucifera .

    La noix de coco

    Famille : Palmacées .

    Autres noms : Coconut , coco , eau pendue, tête de singe .

    Origine : Inconnue ... (sans doute sud est de l'Asie) .

    Production : République Dominicaine, Côte d'ivoire .

    Aspect de la plante : Le cocotier , ce palmier tropical de 5 à 30 m de haut , prote des fruits à la peau verte , enveloppe charnue à l'intérieur de laquelle se trouvent les noix brunes et chevelues .

    Dégustation : Ingrédients de nombreuses cuisines , on retrouve la noix de coco partout , son lait sucré dans les potages et les sauces , sa pulpe râpée avec le poulet ou les dessert .

    Comment le cultiver chez soi ?

    La culture du cocotier est fort simple et ne requiert que de la patience . Il suffit en effet de planter peu profondément une noix de coco dans un sol riche additionné d'une bonne quantité de sable bien salé , de bien arroser , et d'attendre quelques années ... pour se contenter d'avoir une belle et grande plante verte sous nos climats .


    1 commentaire
  • Entretien avec le Dr Michel de Lorgeril , médecin et chercheur en nutrition au CNRS , auteur du livre " Le nouveau régime méditerranéen . Pour protéger sa santé et la planète , aux éditions Terre vivante , 2015.

    Le cholestérol n'est pas notre ennemi

    Dans votre livre , vous affirmez que le cholestérol aurait un effet protecteur ...

    Tout à fait , le cholestérol est innocent , et même indispensable à nos cellules . A partir de 60 ans , les données cliniques et épidémiologiques indiquent clairement qu'il n'y a aucun intérêt à avoir un cholestérol bas . Pire  , les médicaments anti-cholestérol (notamment les statines) sont non seulement inutiles pour prévenir l'infarctus et l'AVC , mais en plus augmentent le risque de diabète . Alors qu'un régime approprié apporte bien des solutions .

    Précisément vous recommandez le régime méditerranéen , pourquoi ?

    A l'heure actuelle , c'est le régime le plus documenté scientifiquement . c'est un régime omnivore qui n'exclut aucun aliment . Il est à base de céréales , de légumes et de fruits ( frais,secs , à coque) , avec peu de viande rouge , des produits laitiers fermentés (fromages notamment) , de l'huile d'olive et des produits de la mer . Le vin accompagne les repas ( à condition d'être pris modérément) , tout comme le café et le thé . C'est le retour à un art de vivre , comme le pratiquaient nos grands-parents , mais adapté à notre monde moderne .

    Peut-on parler aujourd'hui d'une médicalisation de l'alimentation ?

    Aucun aliment ne doit être considéré comme un médicament . Pour protéger sa santé , il faut conserver le plaisir de manger . On peut , on doit , se faire plaisir avec des menus qui protègent notre santé . C'est compatible et c'est probablement le seul moyen d'adhérer longtemps à u mode nutritionnel protecteur . Ce qui est bon pour le moral et rend heureux est bon pour la santé , en général . (Source: Les nouvelles de l'Ircantec-N°56 février 2016)


    3 commentaires
  • Six règles de bon sens pour une alimentation saine

    Six régles de bon sens ...

    1) A toute vapeur !

    Les cuissons douces , comme la vapeur , sont à privilégier aux cuissons à haute température . On préserve ainsi au maximum les propriétés nutritives des aliments , en évitant que les vitamines et les sels minéraux ne se dissolvent dans l'eau .

    2) Conserver la peau ?

    Oui, c'est là que se situe la majeure partie des vitamines des fruits et légumes ! Sion n'achète pas de produits bio , il convient de bien les nettoyer sous l'eau froide , voire de les brosser quelques secondes .

    3) Le sucre : en petite quantité

    Trop de sucre augmente la sécrétion d'insuline , cause principale de surpoids avec son cortège de risques associés ( diabète, maladies cardiovasculaires ...) . Les sucres cachés dans l'alimentation industrielle sont une source majeure et sous-estimée d'apports en sucre , sans compter le pain blanc et ses dérivés ( pain de mie , viennoiseries...).

    4) Des protéines au menu

    Les protéines nourrissent les muscles , les os , mais aussi le cerveau et le système immunitaire . Indispensable en cas de surpoids , ce sont les nutriments qui apportent le plus de satiété . Idéalement ,il faudrait associer chaque jour des protéines animales ( viandes maigres, volailles sans peau, poisson ) et des protéines végétales ( céréales complètes, légumes secs, tofu ).

    5) Moins de calories vides

    Les fameux oméga-3 (saumons, sardines, graines de lin, huile d colza ou de noix ...) sont des agents de santé hors pair , tout comme l'huile d'olive ou les oléagineux riches en gras mono-insaturés, secrets de longévité des peuples méditerranéens . En revanche , les acides gras Trans * présents dans les aliments transformés comme les pâtisseries , les biscuits secs , les chips, les huiles végétales hydrogénées sont à éviter .

    6) Antioxydants : évitons les rhumes  

    Il faut faire la part belle aux antioxydants alimentaires afin de renforcer la défense de l'organisme ; aliments à peau foncée ( pruneaux , raisins secs, mûres, fraises, framboises, myrtilles) , certains légumes comme l'ail, l'oignon, les épinards et les brocolis . Lorsque ces nutriments font défaut , nos défenses immunitaires baissent .

    * Acide gras Trans : résultat de l'hydrogénation, procédé industriel qui modifie la configuration des molécules d'acides gras insaturés . On obtient ainsi des acides gras Trans qui permettent de confectionner des produits bénéficiant d'une longue durée de consommation .


    2 commentaires
  • Cinq astuces pour faire des tartes extra-lights

    Pratiques, économiques mais pas forcément toujours très diététiques, les tartes et quiches pèsent sur la balance. Quelques ruses pour se régaler sans culpabiliser.

    Des tartes extra-lights

    Opter pour une pâte à pizza à chaque fois que possible

    Pauvre en matières grasses (à l'exception éventuelle d'un filet d'huile d'olive) , elle ne contient que 280 Calories pour 100 g contre 375 calories environ pour les pâtes feuilletées e brisées et près de 400 calories pour la pâte sablée . Autre avantage ; elle s'utilise en couche très fine .

    Faire sa pâte maison

    Contrairement aux idées reçues, c'est rapide ( 10 mn environ) et cela permet d'alléger les ingrédients . On peut choisir du beurre light , voire le remplacer en tout ou partie par du fromage blanc ou des petits suisses . On peut aussi associer la farine à de la maïzena plus légère et digeste .

    Remplacer sa pâte feuilletée par des feuilles de bricks

    A raison de trois feuilles à superposer. Nettement moins caloriques , les feuilles de brick conservent le côté croustillant de la pâte feuilletée . On pourra les badigeonner très légèrement de jaune d'œuf pour garder le doré .

    Garder la main légère sur le fromage et la crème

    Ils ajoutent beaucoup de lipides aux tartes . Les fromages frais de chèvre ou de vache sont moins caloriques que le gruyère ou le comté . La crème peut être allégée ou diluée dans du lait .

    Préparer une quiche sans pâte

    En ajoutant 2 cuillerées de farine à votre appareil pour lui assurer une bonne tenue . Il est important de bien graisser le moule et le chemiser de papier sulfurisé . Saler , poivrer et assaisonner d'épices pour relever .


    2 commentaires
  • Attention aux interactions

    Ne pas prendre avec du jus de pamplemousse ,  éviter de consommer des choux , avaler avec de l'eau . . . tous ces conseils ne sont pas anodins . Pourquoi ?

    Aliments et médicaments

    Pourquoi éviter le jus de pamplemousse avec mon traitement ?

    Le jus de pamplemousse agit sur certaines protéines appelées << cytochromes >> , des structures qui participent à l'assimilation de certains médicaments par notre organisme . Le jus de pamplemousse empêche le cytochrome de fonctionner et ainsi, augmente la concentration en médicament dans le sang . Attention , seuls les médicaments utilisant le cytochrome sont concernés ; certains antibiotiques , les traitements antirétroviraux ( contre le virus du sida ) .

    La consommation d'agrumes , et notamment les pus acides (citron, pamplemousse)doit en général être évitée avec les anti-inflammatoires ou l'aspirine , sous peine de majorer voire de déclencher des brûlures d'estomac ou des reflux acides. Il est ainsi  conseillé de prendre les anti-inflammatoires au milieu des repas , c'est-à-dire mélangés au bol alimentaire , pour limiter es effets .

    A l'inverse , certains produits comme le tabac ou le millepertuis , une plante utilisée pour traiter les dépressions légères , accélèrent le fonctionnement de ce cytochrome et donc diminuent la concentration de médicament dans le sang .

    Je prend mes médicaments avec un yaourt , est-ce un problème ?

    Le lait diminue l'absorption d'une famille d'antibiotiques appelés les tétracyclines par un mécanisme de compétition de l'absorption entre les ions calcium , contenus en grande quantité dans le lait et l'antibiotique . Attention donc à cette association .

    Pui-je prendre mon médicament avec mon thé le matin ?

    Le thé peut avoir deux interactions . La première liée à la présence de théine , un composé actif proche de la caféine , la seconde liée à la chaleur de cette boisson .

    En cas d'anémie , il est contre-indiqué de prendre ses comprimés de fer avec du thé , car la théine contenue pourrait << chélater >> , c'est-à-dire emprisonner le fer et empêcher son absorption par votre organisme . Si vous êtes anémié , il est également déconseillé d'en consommer pendant ou après le repas , pendant les phases de digestion.

    Le thé est aussi déconseillé en cas d'ulcère gastrique ou duodénal . Enfin , le thé neutralise les effets du ginseng et donc ses propriétés tonifiantes .

    Il en est de même pour le café qui contient de la caféine , à e pas consommer avec certains antibiotiques comme l'énoxacine , la ciprofloxacine et la norfloxacine , utilisés notamment pour traiter des infections urinaires ( cystites) , ainsi qu'avec la théophylline , un antiasthmatique  qui a les mêmes effets que la caféine .

    Ces antibiotiques gênent l'élimination de la caféine et peuvent donc conduire à un surdosage en caféine , ou à une addition de ses effets indésirables en ce qui concerne la théophylline . L'excès de caféine se traduit par une excitation , des palpitations , des tremblements , des sueurs voire des hallucinations .

    Y a-t-il des interactions possibles avec l'homéopathie ?

    Contrairement aux idées reçues , les substances aromatiques fortes telles que la menthe ont compatibles avec un traitement homéopathique et des expériences récentes ont montré qu'il n'y a pas d'effet sur l'efficacité .

    Cependant , il est recommandé de prendre les granules au moins un quart d'heure avant de passer à table pour éviter toute interaction avec les aliments . ( Source vocation santé  N° 29 janvier/février 2016)


    2 commentaires
  • Et si c'était médical ?

    Quand la balance s'emballe , on a tendance à se focaliser sur le contenu de notre assiette . Alors qu'un trouble médical peut en être à l'origine . Il faut alors s'attaquer à la pathologie en question .

    Une hypothyroïdie

    La cause : Il arrive que la thyroïde ne produise pas suffisamment d'hormones . Or cette petite glande située à la base du cou a un rôle de régulateur central du métabolisme . Si trop peu d'hormones thyroïdiennes sont sécrétées , l'organisme se met en stand-by et la défense énergétique corporelle devient si faible qu'on ne brûle quasiment pas les calories avalées . Résultat : même avec des repas sains et sans excès , on stocke et on grossit .

    La solution : On effectue un dosage sanguin de la TSH qui renseignera sur le fonctionnement de la thyroïde . Si l'hypothyroïdie est avérée , <<on compense la production insuffisante de la glande avec une prise quotidienne d'hormones de synthèse en comprimés .Le bénéfice est ressenti entre quinze jours et un mois sans effets secondaires au traitement >> , rassure le Dr Paule Nathan * , endocrinologue et nutritionniste . Si le traitement médicamenteux n'est pas nécessaire , on rebooste la thyroïde en la <<nourrissant >> d'iode , son unique carburant , dont notre alimentation est déficitaire . L'assiette appropriée : des fruits de mer , des crustacés , des coquillages et du sel iodé ( la fleur de sel n'en contient pas assez ).

    Un microbiote déséquilibré

    La cause : Il suffit que le <<microbiote - le nom savant de la flore intestinale - se désorganise à cause d'infections digestives ( gastro-entérite . . .) , du stress , d'aliments mal tolérés ( gluten . . .) , de la prise de certains anti-inflammatoires , et les cent mille milliards de bonnes bactéries qui le constituent ne peuvent plus jouer leur rôle favorable . Ainsi , l'état du microbiote prédispose à prendre plus ou moins de poids à assiette égale , et aussi à développer une inflammation , en particulier du tissu adipeux>>,indique le Dr Laurence Benedetti , nutritionniste **

    La solution : Restaurer les propriétés du microbiote et rééquilibrer l'écosystème intestinal , en consommant pendant trois mois des probiotiques . On les trouve naturellement dans le yaourt , le miso, la choucroute , et en compléments alimentaires (en pharmacie) . Si la prise de poids s'accompagne de douleurs ou de perturbations intestinales , consultez .

    Un déséquilibre hormonal

    La cause : En seconde partie de cycle , après l'ovulation , survient un déséquilibre entre le taux d'œstrogènes et celui de progestérone qui croît brutalement . D'où élévation de la température corporelle , rétention aqueuse dans les tissus et appétit décuplé, à la fois pour satisfaire le surcoût thermique et parer tout risque de disette en cas de fécondation .  A la ménopause , le processus diffère : la production des hormones sexuelles vacille , puis cesse .Or , elles participaient à la juste répartition des graisses sur le corps et boostaient la thermogenèse . Par ailleurs ,<<la masse musculaire diminue et on brûle moins , les muscles étant les plus gros consommateurs d'énergie .De plus l'activité de l'enzyme lipoprotéine lipase , qui conditionne la formation du tissu adipeux , se modifie , ce qui entraîne une redistribution des graisses vers le haut du corps >>, explique le gynécologue Alain Tamborini ***

    La solution : On file chez le gynécologue : l'arsenal thérapeutique hormonal permet de faire du sur-mesure . Par exemple, pour contrer la prise de poids prémenstruelle , certains progestatifs sont une bonne indication ,notamment en pré ménopause . La prescription d'une pilule , au cas par cas , peut aussi rééquilibrer certains débordements hormonaux . Dans l'assiette ; zappez les menus 100 % végétariens (salades, crudités) et privilégiez les protéines ( poisson, viande, œufs) aux trois repas et au goûter ( si vous avez faim) . Optimisez votre masse musculaire avec 30 mn d'activités par jour . 

    L'effet cortisone du stress

    La cause : << Le stress chronique revient à avaler des comprimés de cortisone non-stop>> , prévient le Dr Nathan . L'hormone cortisol se déverse alors massivement dans l'organisme . Conséquences; faim de loup , rétention d'eau et combustion des calories réduite de 25% .

    La solution : << Il faut pratiquer un sport d'endurance , tel le running , le vélo, la natation ou la marche nordique . Ce sont les activités physiques qui stimulent le plus la sécrétion d'endorphines , ces molécules dont la structure chimique est proche des opiacées et qui favorisent l'apaisement tout en diminuant les compulsions alimentaires dues au stress , conseille l'endocrinologue . Une pratique régulière à coupler avec des exercices de détente (relaxation, yoga, massages) pour libérer les tensions du corps et les états d'âme négatifs , sachant que 45 mn à une heure , on abaisse de 20 à 25 % la sécrétion du cortisol >>. Dans l'assiette , forcez sur les aliments précurseurs de la sérotonine , le neuromédiateur qui orchestre les émotions : saumon, sardines, maquereau, thon, hareng , dinde , œuf, aubergine et céréales complète . ces dernières sont , en plus , truffées de magnésium , garant de la stabilité émotionnelle .

    Je prends du poids

    Des troubles du sommeil chroniques

    La cause : << le manque de sommeil répété altère la régularisation des hormones chargées d'informer le cerveau de nos besoins énergétiques corporels . Résultat : la sensation de satiété reste faible lors des repas , tandis que la faim augmente , et on mange trop . En outre , cela stimule les centres cérébraux de récompense , qui nous poussent vers le Junk Food . Comme si le cerveau nous incitait à nous consoler de ce déficit de sommeil >>, décrypte le Dr Paule Nathan . Des chercheurs américains ont d'ailleurs mesuré qu'un sommeil amputé de 1 heure et 20 minutes , conduit à avaler 549 calories en plus le lendemain .

    La solution : De la phytothérapie inductrice du sommeil . Au choix ; une ou deux gélules de valériane , notamment en cas d'anxiété , ou une infusion sédative durant la soirée ( passiflore, fleurs d'aubépine, mélisse -en herboristerie-) . Le soir , évitez la lumière bleue ( écran , certaines liseuses ) , qui perturbe la sécrétion de mélatonine . Optez pour une lumière orangée qui facilite l'endormissement .

    Attention aux perturbateurs endocriniens

    Phtalates, parabens, pesticides, acide perfluorooctanoïque . . . Ils activeraient la formation du tissu adipeux par leur capacité à mimer, à inhiber ou, à l'inverse , à exacerber nos mécanismes hormonaux . On les trouve dans la peinture , la colle, les aérosols , certaines poêles antiadhésives et les cosmétiques . (source : Femme Actuelle)

    * Auteure du << Guide de la sagesse alimentaire >>, L'œuvre .

    ** Coauteure de << Maigrir intelligent, et si tout venait de l'intestin ,notre deuxième cerveau , >> Ed. Albin Michel .

    *** Auteur de << 800 questions au gynécologue >> . Ed. Marabout .

     


    4 commentaires
  • Voici la liste des aliments anti-inflammatoires


    1 commentaire
  • Des atouts santé.

    Pour lutter contre l'obésité , améliorer sa santé cardio-vasculaire ou prévenir les cancers , ce sont de vraies alliées et les études le prouvent !

    Les fibres alimentaires

    Elle favorisent le transit

    Leur secret ? Elles absorbent l'eau contenue dans le tube digestif comme une éponge . Ce faisant , elles augmentent le volume des selles et stimulent les contractions de l'intestin , accroissant la vitesse du transit . En 48 heures , la constipation n'est plus qu'un lointain souvenir !

    Seule réserve : Elles peuvent aussi être irritantes et provoquer des douleurs ainsi que des ballonnements chez les personnes aux intestins fragiles .Pour éviter ces désagréments , il est conseillé de consommer les fruits et légumes cuits ; adoucies par la cuisson , leurs fibres seront moins agressives tout en restant aussi efficaces .

    Autre astuce : Mâchez bien -environ une vingtaine de fois avant d'avaler -, car la mastication permet de les prédigérer .

    Elles modèrent la prise de poids

    Ces substances végétales agissent à deux niveaux pour nous aider à contrôler notre poids . Lors d'un repas , elles gonflent dans l'estomac ; leur volume peut ainsi augmenter de 20 à 30 fois , ce qui provoque un sentiment de satiété rapide. De plus , comme le révèlent des chercheurs de l'INSERM dans une étude publiée en 2014 dans la revue CELL , elles aideraient l'intestin à produire du glucose , un sucre rapidement assimilable , et à le libérer entre les repas , limitant ainsi la survenue de fringales .

    Elles diminuent le risque de cancer

    C'est le cas en particulier pour ceux qui affectent le système digestif et le sein . En se penchant sur les effets préventifs des fibres contre le cancer colorectal , les scientifiques sont parvenus à identifier leurs mécanismes d'action ; d'une part , lorsqu'elles fermentent le côlon , elles génèrent des acides gras à chaine courte , parmi lesquels le butyrate , une substance capable d'inhiber la prolifération des cellules cancéreuses colorectales , d'autre part , en accélérant le transit intestinal , elles diminuent le temps de contact des cellules pro carcinogènes présentent dans les selles avec la muqueuse colorectale .

    Grâce à cette double action , la simple consommation de 10 g de fibres par jour permet de réduire de près de 10 %  le risque de développer ce cancer , indique une méta-analyse menée par des chercheurs de l'Impérial Collège de Londres en 2011 . Concernant les cancers du sein et de l'estomac , le mécanisme d'action des fibres n'est pas encore totalement élucidé ( plusieurs pistes sont à l'étude ; diminution de l'obésité, apport d'éléments protecteurs . . .) , mais les résultats sont là ! Une analyse chinoise , menée surplus de 180 000 femmes * montre que chez celles qui consomment entre 25 et30g de fibres par jour , le risque de cancer du sein est réduit de 11 % . Mieux ; toute augmentation de 10 g supplémentaire minore encore le risque de développer cette maladie de 7 % . Quand au cancer de l'estomac , son apparition est réduite de 44 % pour toute consommation de 35 à 45 g par jour , selon méta-analyse publiée e 2013 **.

    Elles protègent des maladies cardio-vasculaires

    C'est ce qui ressort d'une étude anglaise publiée en mars 2014 dans le Bristish Medical Journal .Selon les travaux de l'université de Leeds , en augmentant de 7 g par jour notre consommation de fibres alimentaires , il nous serait possible de diminuer les risques de maladies cardiaques , infarctus en tête , de 7 % et celui de faire un accident vasculaire cérébral de 9 % .

    Comment agissent ses bonnes fées ? De plusieurs façons : en capturant les matières grasses présentes dans notre alimentation et en éliminant une partie d'entre elles directement via les selles , elles nous aident à diminuer notre taux de mauvis cholestérol sanguin . Elles abaissent par ailleurs la pression artérielle . Des chercheurs américains ont donné à des personnes hypertendues 11,5 g de fibres par jour . Huit semaines plus tard , leur tension artérielle avait diminuée de 1,13 mm Hg pour la pression systolique ( au moment où le cœur se contracte et propulse le sang dans les oreillettes ) Grâce à cette double action , les fibres limitent l formation de plaques d'athérome qui, à terme , bouchent les artères et favorisent la formation de caillots sanguins . C'est ainsi qu'elles contribuent à garder notre système cardio-vasculaire en bonne santé .

    Elles limitent le diabète de type 2

    Dernier atout , et non des moindres : elles aident à prévenir et à combattre le diabète de type 2  . Selon une méta-analyse publiée en 2012 . La consommation de 25 à 30 g de fibres par jour pendant un minimum de 6 semaines permet de diminuer la glycémie à jeun des patients diabétiques d'environ 0,15 g/litre de sang ***.

    Comment Agissent-elles sur cette maladie métabolique ?  En diminuant la vitesse de digestion des aliments , en particulier celle des glucides , ce qui permet d'abaisser la réponse glycémique au repas et , par ricochet , la sécrétion d'insuline , cette hormone pancréatique chargée de réguler le taux de glucose dans le sang . En outre , les fibres présentes dans les céréales complètes augmentent le sécrétion de peptides qui améliorent la fonction pancréatique et la sensibilité à l'insuline .

    Mais où se cachent-elles ?

    Parmi les aliments les plus riches en fibres , on trouve les céréales complètes : le son de blé en contient à lui seul 45g/100 g , tandis que l'orge, le seigle et l'avoine affichent en moyenne 10g/100g .

    Côté légumes , ce sont surtout les verts qui arrivent en tête , puisque , selon la table Ciqual (Anses) , les avocats, les artichauts et les petits pois figurent parmi les plus riches ( environ  5g/100g ).

    Côté fruits , la noix de coco séchée ( 14,4g /100g) et les figues séchées ( 11,4g/100g ) remportent la palme , suivies de près par les framboises, les mûres et les groseilles ( 5g/100g) . Mais les fibres sont aussi présentes dans des aliments plus gourmands comme les fruits oléagineux . Amandes , noisettes et pistaches affichent une teneur une teneur qui varie de 8 à 12g/100g . Le chocolat noir à 70 % en est aussi une mine avec 12g/100g .

    Par ailleurs vous trouverez dans les supermarchés des biscuits , de la pâte à tartiner, des céréales de petit déjeuner . . . enrichis avec des fibres d'agave , d'agar-agar ou de son de blé . Mis lisez bien les étiquettes : pour être intéressant , ces produits doivent indiquer une teneur en fibres d'au moins 6g/100g  .

    Selon l'étude Nutrinet, seuls 10 % des hommes et 4 % des femmes atteignent les 25 à 30 g par jour recommandés . 

    Entretien avec Martine Champ , directrice de recherche à l'INRA de Nantes , et directrice adjointe de recherche en nutrition humaine ouest

    * In Americain Journal of Clinical Nutrition , 2011.2

    ** << Dietary Fiber Intake Reduces Risk for Gastric Cancer >>: a Meta-Analysis , Zhang et al .in Gastroenterology .

    *** << Dietary Fiber for the treatment of type 2 Diabètes Mellitus >>: a Meta-Analysis , Robert Post , in journal of the Americain Board of family Medicine .


    1 commentaire
  • 6 Aliments qui font baisser l’hypertension artérielle

    L’hypertension artérielle est une maladie qui touche souvent les personnes âgées. Mais, il arrive que des gens plus jeunes (16-34 ans) soient confrontés à ce problème. Des études récentes ont montré que l’hypertension artérielle peut provoquer un vieillissement prématuré et des lésions cérébrales.

    Aliments et hypertension artérielle

     

    La solution à ce problème de santé assez commun est souvent la prise de médicaments pour contrôler la pression artérielle, des médicaments tels que les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine. Outre les recours classiques, il existe des alternatives qui peuvent aider avec succès à baisser la pression artérielle.

    Voici six remèdes naturels qui aident à maintenir la tension artérielle sous contrôle.

    Le piment fort


    Le piment fort est l’un des moyens les plus rapides pour réduire la pression artérielle. Il dilate les vaisseaux sanguins et contribue à la libre circulation du sang, réduisant ainsi la pression artérielle.

    Ajouter une à deux cuillères à café de poivre fort dans l’eau chaude avec du miel et de l’Aloe Vera. Mélangez et vous obtiendrez un bon remède fait maison pour l’hypertension. Si la boisson est trop forte et que vous ne pouvez pas la consommer, utilisez alors le piment comme épice dans vos repas.

    Les amandes crues


    Manger quotidiennement une poignée d’amandes crues aider à maintenir un bon  niveau de votre tension artérielle. Les amandes sont riches en acides gras insaturés qui aident à réduire les niveaux du mauvais cholestérol, soulagent l’inflammation des artères et réduisent l’hypertension artérielle.

    Le cacao


    Le cacao est riche en flavonoïdes et autres nutriments anti-inflammatoires. Les flavonoïdes agissent comme adaptogène et aident l’organisme à mieux composer avec le stress, qui est la cause la plus fréquente de l’hypertension. Le cacao stimule le processus de réduction des hormones du stress qui jouent un rôle important dans la régulation de la pression artérielle. En outre, les flavonoïdes protègent contre les maladies cardiaques qui sont souvent associées à l’hypertension artérielle.

    Le jus de noix de coco


    Le jus de noix de coco est riche en potassium, électrolytes et autres nutriments bénéfiques. Il a été prouvé que cet aliment aide à réduire la pression artérielle pour la plupart des personnes qui le consomment. Des recherches récentes ont montré que 71% des personnes qui le boivent ont réduit significativement la pression systolique, alors qu’environ 29% ont réduit la pression diastolique.

    Le curcuma


    Le curcuma est un anticoagulant naturel, un diluant du sang. Il a la capacité de réduire l’inflammation dans le corps. Celle-ci est une des nombreuses causes du taux élevé de cholestérol et de l’hypertension artérielle. Heureusement, le curcuma contribue à améliorer la fonction cardiovasculaire et maintient une bonne circulation sanguine dans les vaisseaux sanguins.

    L’ail


    L’ail est l’un des remèdes naturels plus sains qui existent. Il a été prouvé que l’ail réduit le niveau du mauvais cholestérol et l’hypertension artérielle. Beaucoup de gens évitent de manger de l’ail en raison de son odeur forte et désagréable. Cependant, vous pouvez l’utiliser comme un supplément dans les repas sous forme de comprimés ou de gélules. (Source : santé plus mag )

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique