• Je m'appelle Veronika , et suis d'origine italienne .

     

    En juin 2009 les analyses médicales révèlent que je suis atteinte d'une mucoviscidose en fin de parcours , ce qui nécessite une greffe du cœur et des poumons.

     

    Malheureusement j’étais en attente de greffons depuis des mois sans nouvelles du chirurgien.

     

    Mon mari ainsi que toute ma famille étions dans le désespoir avec toutes mes contraintes .

     

    Je n’avais plus de projet, ni d’espoir.

     

    Une seule chose occupait mon esprit :

     

    << est-ce que je vais réellement mourir ?

     

    Ma fille va-t- elle grandir sans l'affection d'une mère ?.

     

    Mon Dieu viens à mon secours.

     

    J’étais perdue , déboussolée  >> .

     

    Et heureusement en février 2010 par la grâce de Dieu et l'aide d'une collègue de mon mari qui vit au Mexique , j'ai fais la connaissance du docteur L---- J------ , expert en chirurgie.

     

    Je me suis inscrite sur leur liste de demande de greffons

     

    6 jours plus tard le secrétaire de son centre m'a contactée pour me
    confirmer la disponibilité d'un donneur compatible malgré que mon groupe sanguin est très rare à trouver .

     

    C'était un miracle . j'ai aussitôt rejoint son centre où j'ai subi une transplantation
     cœur et de poumons .

     

    Après l'opération j'ai été sous surveillance médicale dans le centre pendant 3 mois afin qu'il n y ait aucun effet secondaire après cette greffe .

     

    C'était vraiment un miracle pour moi et pour ma famille .

     

    Maintenant je vis très bien sans aucun soucis avec ma famille

     

    Je me sens rajeunie après cette greffe .

     

    En 2013 j ai aussi conseillé à une amie qui souffrait d'une insuffisance rénale qui a été aussi greffée .
     
    Leur experience et la rapidité de la disponibilité des donneurs font leur
    différence au vu de tous les malades bien que cela reste secret.


    votre commentaire
  •  

    Premier fruit rouge de l'année , elle est le symbole des beaux jours qui annoncent l'été et les vacances ...  Un délice .

     

    Peu sucrée, elle est l'alliée de la minceur et par son parfum , la grande amie des enfants .

     

    Quand Frésier ramène sa fraise

     

    A l'état sauvage , ce sont les petits fruits rouges des fraisiers des bois. Baptisés Fragaria ( fragrance ) , ils sont appréciés dès l'antiquité pour leur parfum que les romains utilisent en produits de beauté .

     

    Au Moyen Age et à la renaissance , on commence à les domestiquer dans les jardins et à les déguster avec de la crème ! Mais c'est au XVIIIe siècle que tout change , quand un officier de marine , le bien-nommé Frézier , rapporte du Chili des plants de grosses fraisesblanches .

     

    En les cultivant près des fraisiers à fruits rouges ,leur hybridation spontanée a donné le fruit que l'on connaît . Alliant la taille des uns , le parfum et la couleur des autres , il va enfin être cultivé à grande échelle, chez nous,  à  Plougastel , le berceau de la fraise .

     

    Leur parfum justifie les moyens

     

    Si la fraise de Plougastel ( plus d'un quart de la production française jusqu'au début du XXe siècle ) reste la doyenne , de nombreuses régions se sont mises à la fraisiculture , surtout l'Aquitaine qui assure 40% du total des 53 000 tonnes produites par an .

     

    Avec deux célébrités : la fraise du Lot -et- Garonne , en label rouge , et celle du Périgord , qui jouit d'une IGP ( Indication Géographique Protégée ). Et le travail de nos chercheurs de l'INRA , sur l'arôme et le goût du fruit , permet aux producteurs français regroupés en association nationale , d'offrir des variétés aux parfums affirmés .

     

    La gariguette , acidulée et la précoce ciflorette (à partir de mars -avril ) , douce et de forme oblongue , puis la charlotte musquée et autres rondes sucrées et très parfumées dont la mara des bois , plus petite mais aux sublimes arômes .

     

    En cuisine, restez sobre !

     

    Malgrè les variétés précoces en mars et remontantes jusqu'en octobre , la pleine saison reste mai et juin . On a le choix des meilleures pour déguster sans chichi , ni modération .

     

    Nature à la croque-au-sucre , c'est la meilleure façon de s'en régaler pour les amateurs . mais on peut craquer pour un nuage de crème ou une sauce chocolat ! Bourré de vitamine C et d'antioxydants, il s'agit aussi de l'un des fruits les moins sucrés , donc peu calorique .

     

    Elles se mangent crues , en salade, en tarte sur une pâte sablée ou en charlotte ; en carpaccio sucré avec de la menthe fraîche , salé avec huile d'olive, vinaigre balsamique , poivre et basilic ; en sorbet ou en smoothie. Et pour des confitures ou des coulis divins , leur cuisson doit être douce !

     


    votre commentaire
  • Ingrédients : (2 pers)

     

    200 g de lentilles

    100 g de riz

    2 poignées de pousses d'épinard

    100 g de fêta fraîche

    25 g de tomates confites

    1/2 C à soupe de graines de tournesol

    1 carotte

    1 oignon rouge

    1 bouquet garni

    1 C à soupe d'huile d'olive

    1 C à soupe d'eau

    1 C à soupe de vinaigre de xérès

    1 tige de coriandre fraîche

    quelques graines de sésame (facultatif)

    sel et poivre

     

    Salade de lentilles

     

     

    Préparation : 20mn        cuisson : 30mn

     

     

     

    1) Versez les lentilles dans une casserole.

    Couvrez-les d'eau , ajoutez le bouquet garni , la carotte pelée et coupée en rondelles .salez et portez à ébulition .

    Faites cuire 30 mn à petits bouillons .

     

    .Faites chauffer une grande quantité d’eau. Lorsqu’elle boue, versez le riz et laissez cuire 15 à 20 minutes. Egouttez.

     

    2) Egoutez les lentilles , retirez le bouquet garni et les rondelles de carotte

    Versez les lentilles dans un saladier et laissez refroidir compétement .

     

    3) Lavez , essorez et séchez les pousses d'épinard dans du papier absorbant . 

     

    4) Coupez les tomates confites en petites lamelles .

     

    5) Ajoutez les épinards , l'oignon émincé , les tomates confites, les graines de tournesol , le riz au saladier de lentilles puis mélangez .

     

    6) Emultionnez d'huile d'olive avec le vinaigre , l'eau , le sel et le poivre

     

    7) Versez la sauce dans le saladier et mélangez bien .

     

    8) Ajoutez la fêta , coupée en petits morceaux et les feuilles de coriandre ,

     

    9) Servez aussitôt


    votre commentaire
  • Son pouvoir est absolu mais il l'exerce en douceur .

    Par son goût inégalé et le plaisir qu'il procure , intense et permis à tout âge

     

    la cabosse (15 à 20 cm de long ) , qui pousse sur les grosses branches et le tronc du cacaoyer , contient plusieurs dizaines de graines : les fêves de chocolat

     

    A boire avant d'être à croquer

     

    Il y a plus de trois mille ans , au Mexique , Mayas et Aztèques ceuillent déjà les cabosses (grosses gousses ), fruits du cacaoyer , qui renferment les fêves de cacao . Ils en font une boisson amère appelée xocolat l. Ce sont encore une fois les conquistadors qui vont découvrir ce cacao , jusque-là inconnu dans le reste du monde .

    Et , c'est Herman Cortés qui , le premier a en rapporter à la cour d'Espagne en 1528 . Adoucie de sucre et de lait , la boisson chocolatée fait , au XVIIe siècle ,la conquête des cours royales .

    En France ,,on découvre le chocolat en 1615 lors du mariage de Louis XIII et d'Anne d'Autriche à Bordeaux , non loin de Bayonne , où il était arrivé le siècle d'avant avec les juifs sépharades espagnols en exil .

    Mais c'est Louis XIV qui le lance en grande pompe ,à Versailles , où la marquise de Sévigné en décrit les délices dans ses célèbres lettres .

    Il restera une boisson d'aristos jusqu'aux révolutions techniques et industrielles des XVIII et XIX e siècles , qui permettrons de fabriquer du chocolat à croquer pour tous !

     

    Entre blanc et noir , y a pas photo , mais du cacao !

     

    La production mondiale de fêves de cacao (plus de 4 millions de tonnes) est dominée par le continent africain ( Côte d'Ivoire , Ghana ) et Indonésie qui en assurent 80 % . Malgré le renfort de producteurs ( Brésil , Equateur, Vénézuela ...) , appréciés pour la finesse de leurs crus , le marché est tendu à cause d'une forte demande de la chine et autres pays émergeants , qui fait exploser le prix de cette précieuse denrée , en passe de devenir rare .

    Profitez-en ! surtout si vous êtes amateurs purs et durs de chocolat noir , le vrai mélange de sucre et d'au moins 35 % de cacao , jusqu'à 70ù et même 99 % pour les plus amers ! Quant au chocolat blanc , il n'en a ni le goût ni la couleur , et c'est logique car il n'en contient pas !

     

    Le roi des fêtes !

     

    Antistress , anticholestérol et autres maladies cardio-vasculaires , antioxydant, stimilant cérébral , antidépresseur , euphorisant ...

    Des études sérieuses lui accordent toutes ces vertus et, plus il est noir , plus il nous fait du bien . Alors , en tablette , en bonbon ou cuisiné , dégustons le chocolat dans tous ses états .

    A pâques , la <<hot saison >> où les chocolatiers déchaînés rivalisent de créativités pour nous offrir oeufs , et autres chefs -d'oeuvre cacaotés , en croquer n'est plus un péché mignon mais du grand art !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires