•  Durant les prochaines  six semaines , chaque lundi,  je vous parlerez de la découverte de l'insuline , condensé de lecture raconté par l'un de ses auteurs  ,le professeur Ch. Best.

     

    A voir le médecin qui entrait dans le laboratoire , le matin du 16 mai 1921, on aurait pas deviné que son nom serait immortel.

     

    Il faut reconnaître qu’à vingt-neuf ans cela ne se voit guère .

     

     

     

    dr banting

     

    Le Dr Frederick Banting avait plutôt l’ air d’un fermier , taillé en force , les épaules un peu voutées , des yeux bleu-vert , un grand nez et un menton proéminent et volontaire. Il avait une voix hésitante et basse qui trahissait une timidité naturelle.

     

    - Mettons-nous à l’ouvrage , monsieur Best, me dit-il. Nous n’avons pas tellement de temps.

    C’était peu dire ! Il avait demandé à l’université de Toronto que l’on mît à sa disposition un laboratoire pour une durée de deux mois , dix chiens et un assistant qualifié en chimie et en physiologie .

     

    Ces modestes besoins représentaient tout au plus une centaine de dollars. Il pensait que cela lui suffirait pour venir à bout d’une maladie qui avait toujours déjoué les efforts des médecins , un mal implacable et mortel : le diabète

    .

    -Vous savez le français , n’est-ce pas ? Me demanda Banting.

     

    Allons donc à la bibliothèque voir comment un français du nom de Hédon a retiré le pancréas d’un chien.

     

    Ce fut le commencement.

     

    Nous connaissions tous deux les horreurs du diabète, décrit par un médecin grec deux mille ans plus tôt comme << une maladie dans laquelle la chair fond et passe dans les urines >> .Il se passait , chez les diabétiques , quelque chose qui les empêchait de brûler leur sucre pour produire de l’énergie , si bien que leur corps se dévorait lui-même, tirant sa subsistance de ses graisses et des protéines.

    On notait également chez ces malades une soif inextinguible , et les nombreux litres d’eau qu’ils avalaient passaient dans leurs urines sucrées . Leur appétit était dévorant . Le seul traitement connu était un régime sévère destiné à rétablir l’équilibre chimique perturbé du patient.

     Les diabétiques graves avaient le choix entre bien manger et succomber rapidement ou bien se mettre à un régime de famine et traîner pendant quelque temps dans un état d’épuisement et de langueur.

     

    Banting avait vu le diabète faire d’une de ses camarades de classe, une jeune fille de quinze ans pleine de vie, une malheureuse créature que la mort n’avait pas tardé à emporter .

    Chez moi à West Pembroke , dans le Maine , j’avais vu la m^me chose arriver à ma tante Anna . C’était une forte femme d’une trentaine d’années , qui ne pesait plus que 36 kg à sa mort.

     

    A voir l’équipe que nous formions tous deux , personne n’aurait pensé que nous étions de taille à nous mesurer avec le diabète.

    J’avait vingt-deux ans , j’avait obtenu mes premiers diplômes et je préparais mes certificats de physiologie et de biochimie.

     Quant à Banting , il n’avait pratiquement aucune expérience de la recherche. Sur les instances de sa famille , il entreprit des études de théologie pour devenir pasteur méthodiste , mais son élocution difficile le décida à changer de voie et à s’orienter vers la médecine . Comme étudiant , il était tout à fait moyen.


    votre commentaire
  • Berck sur Mer lundi 29 Salle des Fêtes -Cottage des Dunes 9h30/ 12h - 13h30/16h
    Béthune vendredi 12 Salle de la Tannerie - rue Alpern 9h/12h -13h30/16h
    Carvin vendredi 5 et 26 Salle des Fêtes 9h/12h- 13h30/16h
    Hénin Beaumont jeudi 18 Salle des Fêtes - rue Voltaire 9h/12h - 13h30/16h
    Labuissière mardi 9  Salle du foyer Louise Michel 9h/12h - 13h30/16h
    Liévin mercredi 10 Salle Jean Lejeune- rue Dussouich 9h /12h - 13h30/16h 
    Lillers mardi 2 Salle Sainte Cécile 9h/12h - 13h30/16h 
    Noeux les Mines   lundi 15  Salle des Fêtes  9h/12h - 13h30/16h
    Saint Omer vendredi 19 Maison des Associations 9h/12h - 3h30/16h
    Saint Pol sur Ternoise  lundi 22 Salle Martin  - Petit Gauchin  9h/12h - 13h30/ 16h 
    Vitry en Artois  mercredi 17  Salle Polyvalente  9h/12h - 13h30/16h 
    Wizernes   mardi 23    Salle des Fêtes 9h/12h - 13h30/16h 

    votre commentaire
  • Mardi 2   Hersin Coupigny  Place de la Liberté (face à l'église  14 h00 /18h30 
    mercredi 3   Divion  Salle des fêtes du Centre    9 h/12 h - 14h/17h30 
    jeudi 4   Saint Venant   Centre hospitalier -Salle centre social  8h30/12h - 13h30/15h30 

    jeudi 4

     

     Isbergues  Bourse du travail -Salle des Sidérurgistes    9h/12h - 14h/17h30
    lundi 8   Cuinchy   Salle Polyvalente   15h/ 19h
    mardi 9   Auchel   Salle R.Couderc- rue Martin Luther King   9h/ 12h - 14h/17h
    samedi 13   Haillicourt   Salle La Lampisterie -rue de La Lampisterie   8h30/11h30

    jeudi 18

     

      verquigneul   Salle Polyvalente   15h30/19h
    vendredi 19   Aire sur la Lys  Salla Halle au Beurre    8h30/12h30 - 14h30/17h30
    vendredi 19   Auchy les Mines  Salle des Fêtes - Place Jean Jaurès    15h/18h30
    samedi 20   Labeuvriére   Salle des Fêtes   8h30/12h
    mardi 23   Noyelles les Vermelles   Parking Simply Market   14h30/18h30
    mercredi 24   Houdain   Mairie  8h30/12h15 - 14h30/17h30 

    votre commentaire
  •  

     

     

      Ingrédients :

     (pour 4 pers)

     

    4 cabécous du Périgord

    8 tranches de magret de canard séché

    2 oranges

    4 tranches de pain de campagne

    ou de pain aux noix

     

    Préparation : 5 mn

     

    Cuisson : 10 mn .

     

    Posez au centre de chaque tranche de pain un cabécou ; posez en croix sur le dessus , deux tranches de magret .

     

    Faites griller au four pendant 10 mn

     

    Servez chaque tranche de pain , décorez l'assiette avec des parts de magret restantes et les demi quartiers d'orange.

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Région : Midi-Pyrénée , sud-ouest de la France

     

    Type :  fromage fermier , à croûte naturelle, non pasteurisé.

     

    Lait :  lait de brebis ou de chèvre.

     

    Description :  palet de 30 à 40 g , croûte tendre, ridée de couleur crème sur laquelle des moisissures bleu pâle se développent.

     

    Consommation :  plateau de fromage , casse-croûte, grillé.

     

    Teneur en calcium : 102 mg pour 100 g  .

     

    Histoire :

      Le Cabécou (petite chèvre) désigne principalement 2 variétés .

     

    Le Cabécou d'Entraygues (30 à 40 g ) présente en surface une fleur blanche , parfois bleuâtre.

     

    Le Cabécou de Rocamadour , appelé aujourd'hui rocamadour (AOC) , est un fromage dont le caillé a été malaxé pour être brisé le plus fin possible , puis salé et légèrement pressé dans des moules .Sa peau est jaunâtre, rosée, ounencore recouverte d'une fleur blanche évoluant vers le bleuâtre .

     

    Le gramat et le mayrinhac en sont proches; bien mûrs , on les appelle cuffi et truffi.

     

    En languedoc, on trouve un fromage apparenté au cabécou, le cajassous; la localité de Ganges est connue pour ce fromage relevé.

     

    Le picadou est un cabécou confit.

     

    Les cévennes donnent le pélardon , petit fromage rond apparenté au cabécou , aux nombreuses variantes .


    votre commentaire
  •  

    Mousse d'avocat au zeste d'orange :

    pour 10 toasts

    1 avocat

    1 c.à soupe de fromage blanc maigre

    2 c.à soupe de fromage blanc à la crème

    le jus et le zeste d'1/4 d'orange non traitée

    sel et poivre

     10 toasts ronds et croustillant

    A ) Couper l'avocat en deux.

    B ) Le dénoyauter, le peler et réduire la chair en purée au mixeur avec le fromage blanc et le jus d'orange.

    C ) Assaisonner la mousse de sel et de poivre et étaler sur les toasts.

    D ) Garnir de petits morceaux de zeste d'orange et servir frais.


     

     

     Hareng guai aux dès d'avocat :

    pour 10 toasts

    1/2 avocat

    le jus d'1/4 de citron

    1 hareng guai

    du poivre de cayenne

    10 barquettes rondes

    1 brin d'aneth.

    1 ) Peler le demi avocat et le couper en dès .

    2 ) Arroser immédiatement de jus de citron pour les empêcher de changer de couleur.

    3 ) Couper les filets de hareng enn dès de même taille et les mélanger aux dès d'avocat.

    4 ) Assaisonner de poivre de cayenne et répartir sur les barquettes .

    5 ) Garnir chaque toast d'un brin d'aneth.

     

     


    Radis noir aux saucisses cocktail :

    pour 10 toasts

    1 radis noir

    des toasts ronds

    du sel

    des saucisses cocktail

    de la moutarde de Dijon

    A ) Eplucher le radis avec un couteau fin, après l'avoir laissé quelques temps au réfrigérateur pour qu'il soit tès croustillant.

    B ) L' émincer et laisser sécher les rondelles sur du papier absorbant.

    C ) Les disposer sur les toasts et saler légérement.

    D ) Couper les saucisses cocktail égoutées e rondelles et en disposer 2 ou 3 par toast sur le lit de radis.

    E ) Ajouter un peu de moutarde forte.


    votre commentaire
  • Qu'il soit de vache , de chèvre ou de brebis , le seul et unique produit de base est le lait .Réfrigéré à la ferme , le lait cru , éventuellement pasteurisé , est obligatoirement contrôlé. Viennent ensuite les grandes phases de fabrication.

     1) le caillage :

    Soit de la présure (enzime extraite de l'estomac du veau) soit des ferments lactiques , soit les deux à la fois, sont ajoutés au lait . Ils provoquent sa coagulation . Le lait se scinde alors en <<caillé>> solide et << petit  lait>> liquide .

     2) L'égoutage :

    Le caillé se contracte et le petit lait s'écoule .Cette séparation se fait spontanément . L'égoutage est parfois accéléré par brassage, tranchage et chauffage.

     3) Le moulage :

    La mise en forme des fromages se fait soit dans des moules perforés , soit par pressage dans des toiles cerclées de bois ou d'autres matériaux.

     4) Le salage :

    Réparti à l'intérieur de la pâte ou en surface , le sel permet de maîtriser le développement des micro-organismes , afin d'orienter la caillé vers l'aspect et le goût final recherché.

     5) L'affinage :

    Période de maturation des fromages , elle dure plusieurs jours à quelques mois. Le caillé se transforme en pâte sous l'effet de la fermentation . Le goût et l'odeur apparaissent . Les fromages font l'objet de soins manuels constants (retournement , brossage...) .La température , l'humidité  et l'aération ont une grande influence sur la progression de l'affinage . La saveur finale atteinte , elle doit se retrouver intacte chez le consommateur .

    Tout au long de ces différentes étapes , le fromage subit de nombreux contrôles qualificatifs.

     6) Le conditionnement :

    L'emballage permet de préserver la qualité du fromage . L'étiquetage informe le consommateur sur

     A: La dénomination du fromage

     B: Le lieu , l'adresse et le nom du fabriquant

     C: La teneur en matière grasse (calculée sur l'extrait sec.

     

     


    votre commentaire
  • Le prix Nobel

    Landsteiner était salué par tous comme un génie . Sous ses dehors bourrus , c’était un timide ,un homme tout entier consacré à son travail.

     

    En 1930 , le standard téléphonique de l’institution fut assailli d’appels émanant des journaux . On apprenait que le prix Nobel de médecine venait d’être décerné à Landsteiner pour son œuvre sur les groupes sanguins .Il refusa de répondre et poursuivit son travail.

     

    En rentrant chez lui , ce soir-là , il n’en fit même pas mention à sa famille. Finalement , un télégramme arriva de Stockholm.

     

    - Je viens d’avoir le prix Nobel dit il à sa femme, Hélène.

     

    Puis il se replongea dans ses journaux scientifiques.

     

    Presque toujours, il travaillait après le diner. Pendant dix ans , j’ai passé avec lui la soirée du mercredi.

     

    Une fois la table de la salle à manger débarrassée, il s’y asseyait et, tout en croquant une pomme, s‘entretenait avec moi des recherches en cours ou écrivait des articles.

     

    A soixante-quinze ans , Landsteiner suivait encore son rigoureux emploi du temps. Il était devant la paillasse de son laboratoire , le matin du 24 juin 1943 quand il fut terrassé par une violente crise cardiaque .

     

    Il survécut deux jours dans les souffrances , se tourmentant pour son livre, exigeant de ses assistants qu’ils poursuivent les expériences en cours. Puis sa vie l’abandonna.

     

    Il repose, selon ses vœux , dans un petit cimetière de L’Ile de Nantucket . Sa tombe discrète ,balayée par la brise de mer, est un paisible havre de repos pour ce chercheur génial donc l’œuvre a profité à presque tous les êtres humains actuellement vivants.


    votre commentaire
  •  

       

      Ingrédients :

    (pour 4 pers)

    1 poulet de 1,750 kg environ

    3 cuillerée à soupe nd'huile d'olive

    1/2 cuillerée à café de thym séchée

    1/2 cuillerée d'origan en poudre

    2 échalotes hachées

    2 tomates coupées en morceaux

    25 cl de bouillon de poulet

     (voir tout sur le poulet )

    75 g d'olives vertes

    75 g d'olives noires

    sel et poivre du moulin.

     

    Préparation et cuisson:

    Retirez la peau du poulet et découpez-le en huit morceaux (voir tout sur le poulet). Otez la graisse

     

    Dans une grande sauteuse , chauffez l'huile , à feu moyen .Mettez le thym et l'origan, puis faites-y dorer les morceaux de poulet 3 à 4 mn de chaque côté.

     

    Ajoutez les échalotes et les tomates . Laissez cuire 2 à3 mn . Versez la moitié du bouillon et portez à ébulition .

     

    Déglacez la sauteuse avec une cuillière en bois , en grattant les sucs de cuisson .Salez et poivrez . Ajoutez les olives vertes et noires, baissez le feu , couvrez et laissez cuire , à feu doux, pendant 30 mn.

     

    Mélangez la sauce , puis versez le reste du bouillon . Laissez mijotez 15 mn environ, jusqu'à ce que le poulet soit cuit.

     

    Mettez le poulet dans un plat préchauffé , avec la sauce et servez aussitôt.

     

     Petit plus : l'accompagnement idéal de ce plat du sud est de la polenta .


    votre commentaire
  •        

     

    Ingrédients :

     (pour 4 pers)

    25 g de beurre

    1 oignon haché

    1 pomme de terre pelée et hachée

    500 g detêtes de brocolis en petits morceaux

    1 l d'eau

    100 g de bleu des Causses en dès

    1 pincée de muscade râpée

    huile de noix

    sel et poivre du moulin

     

    Préparation : 15 mn .       Cuisson : 30 mn.

     

    Mettez à revenir 5 mn au beurre l'oicnon et la pomme de terre dans une casserole couverte. Ajoutez les brocolis et faites cuire encore 5 mn .Couvrez d'eau , portez à ébulition , salez et laissez cuire 15 mn à petits bouillons.

     

    Passez en réservant le bouillon .Mettez les légumes dans un mixeur , mouillez avec un peu de bouillon , mixez pour obtenir une purée veloutée .Ajoutez le reste de bouillon sans arrêter le mixeur.

     

    Remettez la soupe dans une casserole et faites chauffer jusqu'au premier bouillon .Retirez du feu.

     

    Ajoutez le fromage bleu et tournez jusqu'à ce qu'il ait fondu . Poivrez , ajoutz la muscade et un peu de sel si nécessaire . Versez dans des bols chauds et ajoutez un filet d'huile de noix .

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires